𝐋𝐞 𝐬𝐚𝐧𝐠 𝐝𝐞 𝐙𝐞𝐼𝐬, đ“đŸ

« Le sang de Zeus » est une saga coécrite par Meredith Wild et Angel Payne traduit chez les éditions Meredith.

Note : ⭐⭐⭐⭐,75/5

♩ RĂ©sumĂ© :

Une seule chose est pire que d’ĂȘtre un dĂ©mon : ĂȘtre une Valari. Étudiante en derniĂšre annĂ©e Ă  l’universitĂ© Alameda de Los Angeles, Kara Valari parvient Ă  oublier de temps en temps qu’elle cumule les deux. CachĂ©e derriĂšre les pages des classiques de la littĂ©rature dans l’obscuritĂ© des amphithĂ©Ăątres, elle peut fuir les objectifs des paparazzis et les drames mĂ©diatisĂ©s de sa famille – sans parler du destin qu’ils lui rĂ©servent. Il lui reste une annĂ©e pour assouvir ses passions vĂ©ritables. AprĂšs, c’est une vie bien plus sombre qui l’attend.

AffligĂ© d’une force inexplicable et du physique imposant d’un dieu grec, Maximus Kane, professeur de littĂ©rature, cĂŽtoie intimement les tĂ©nĂšbres. Chaque jour lui rappelle les tragĂ©dies de son enfance et leurs consĂ©quences dĂ©vastatrices sur les ĂȘtres qui lui sont le plus chers. MortifiĂ©, Maximus expie ses fautes seul la nuit dans son lit et s’immerge le jour dans une vie d’universitaire sans remous. Son existence entiĂšre n’est que contrĂŽle, dont il est devenu un expert
 jusqu’à ce que Kara Valari dĂ©barque dans son cours le plus avancĂ©.

ViscĂ©ralement, Kara reprĂ©sente tout ce qu’il dĂ©sire. Rationnellement, tout ce qu’il rejette. C’est une starlette issue d’une famille de privilĂ©giĂ©s. Elle est aussi son Ă©tudiante. Lun simple contact physique avec elle Ă©veille en lui une rĂ©action qu’il ne peut nier ni restreindre. Rien de ce qu’elle est n’a de sens, mais tout en elle est un appel irrĂ©sistible. Jusqu’au plus profond de son ĂȘtre, dont la nature reste pour lui un mystĂšre – un mystĂšre que Kara est bien dĂ©cidĂ©e Ă  percer.

Kara est une princesse de Hollywood. Kara est pour lui un fruit dĂ©fendu. Mais il croit dur comme fer qu’elle est peut-ĂȘtre la rĂ©ponse Ă  toutes ses interrogations.

♩ Avis :

Ce roman a Ă©tĂ© une trĂšs belle surprise. La premiĂšre chose qui nous a Ă©poustouflĂ©es, c’est la plume qui est vraiment magnifique et poĂ©tique. Elle compte, Ă  prĂ©sent, parmi une des plus belles plumes qu’on ait pu lire jusqu’à prĂ©sent.

Ensuite, l’histoire met en avant une relation interdite entre Maximus et Kara puisqu’ils entretiennent une relation prof/Ă©lĂšve. On a Ă©tĂ© soufflĂ©es par la passion qui anime les deux personnages principaux. Autant vous dire qu’on a eu trĂšs chaud en lisant ce roman, pourtant, les scĂšnes de sexe (il y en a trĂšs peu par ailleurs) ne sont ni vulgaires ni de trop. C’est rĂ©ellement la tension entre les deux hĂ©ros qui nous a Ă©merveillĂ©es durant toute la lecture. On a ressenti cette attirance Ă©trange et paranormale entre eux et ça, c’est incroyable. On a senti le souffle de Maximus sur Kara et la respiration soudainement trĂšs forte de Kara et ce feu qui les consume tous les deux quand ils sont proches. La relation pourrait ĂȘtre qualifiĂ©e de rapide, mais au vu des circonstances, on n’a pas du tout tiquĂ© sur la rapiditĂ©, surtout que la relation prend le temps de se dĂ©velopper pendant tout le livre. C’est pour nous, le plus gros point positif de l’histoire ; on attendait chaque entrevue entre les deux personnages, chaque pulsion sauvage entre eux et chaque Ă©motion qu’ils ressentent aux cĂŽtĂ©s de l’autre.

« – S’il vous plait
ne
chuchote-t-elle.

(
)

– Vous plaisantez, n’est-ce pas ? Parce que si je m’efforce encore de ne pas vous toucher


– Je voulais dire
Ne me repoussez pas. »

Mais les auteures ne s’arrĂȘtent pas lĂ  ! Au-delĂ  de faire monter la tension, elles nous entrouvrent la porte Ă  certains indices pour qu’on comprenne mieux qui est Kara et qui est Maximus. Effectivement, plusieurs secrets planent et l’histoire dĂ©veloppe un cĂŽtĂ© surnaturel au sein d’un univers presque banal qu’on a plus qu’adorĂ©. On a littĂ©ralement mangĂ© le roman parce que les auteures ont rĂ©ussi Ă  nous faire tenir en haleine jusqu’à la fin du roman. Elles arrivent Ă  attiser la curiositĂ© en nous semant des miettes de pain, par-ci, par-lĂ . Ce qui est un peu dommage, c’est qu’on a trĂšs vite devinĂ© ce qui se cachait derriĂšre les mystĂšres.

Les personnages sont eux aussi, excellents. Notre personnage prĂ©fĂ©rĂ© est Maximus Kane, le professeur charismatique, avec sa force et ses faiblesses. Ce qu’on a le plus aimĂ© chez lui, c’est le fait qu’il n’est pas le connard traditionnel, mĂȘme s’il a son cĂŽtĂ© badboy et mystĂ©rieux. On peut clairement voir ses faiblesses, ses peurs et ses doutes. On a directement Ă©tĂ© happĂ©es par son personnage. Quant Ă  Kara, tout en elle force Ă  l’admiration, mais aussi Ă  la compassion. Kara Ă©veille en nous des sentiments contradictoires parce qu’elle est assez mystĂ©rieuse et qu’il est parfois, compliquĂ© de comprendre ce qu’elle veut dire. Mais on a quand mĂȘme rĂ©ussi Ă  nous attacher Ă  elle. Ce qu’on a trouvĂ© original, c’est tout ce qui tourne autour de la famille Valari. On a adorĂ© le fait que les auteures fassent tourner plusieurs mystĂšres autour de cette famille et surtout, Veronica Valari qui est encore plus mystĂ©rieuse que Kara.

Bref, tout ça pour dire qu’on vous conseille chaudement de lire ce roman qui pourrait bien vous surprendre
 Et nous n’avons plus qu’une seule hĂąte : dĂ©couvrir le deuxiĂšme tome !

Publicité

2 réflexions sur “𝐋𝐞 𝐬𝐚𝐧𝐠 𝐝𝐞 𝐙𝐞𝐼𝐬, đ“đŸ

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s