đ‹đźđžđźđ«đŹ 𝐝𝐞 đ„’𝐄𝐬𝐭, Compass Series #2

« Compass Series » est une saga de Brittainy C. Cherry éditée chez Hugo New Romance.

Note :  â™„♄♄♄♄/5

♩ RĂ©sumĂ© :

Il Ă©tait dĂ©guisĂ© en super-hĂ©ros et moi en Petit Chaperon rouge. Le temps d’une nuit, je lui ai fait oublier sa rĂ©alitĂ© tandis que lui a provisoirement guĂ©ri mon coeur brisĂ©. Deux ans plus tard, je saisi l’opportunitĂ© du siĂšcle : devenir rĂ©dactrice en chef au sein du plus grand groupe d’édition de magazines du monde. Seule ombre au tableau : dĂ©crocher une interview exclusive du cĂ©libataire le plus en vue de New-York : Connor Roe. Pour le commun des mortels, il est devenu l’un des hommes les plus riches de Big Apple. Pour moi, c’était juste mon super-hĂ©ros d’un soir, tout droit sorti de mon passĂ©. Mon travail Ă©tait d’obtenir un entretien avec le cĂ©libataire le plus sexy de New-York. Mais je n’aurais imaginĂ© qu’il demanderait l’exclusivitĂ© de mon coeur en retour. Le hic quant Ă  mes sentiments pour lui ? Je suis censĂ©e Ă©pouser son nouvel associĂ©.

♩ Avis :

Il y a certaines histoires qui vous font rire, qui vous font rĂȘver d’un couple aussi idyllique. Il y a certaines histoires qui vous transportent dans leurs actions, dans des retournements de situation. Puis il y en a d’autres qui en une phrase, en une rĂ©vĂ©lation vous saccage le cƓur Ă  tel point que vous avez l’impression de souffrir plus que les personnages. Brittainy C.Cherry est une auteure de ce genre d’histoires et on vous assure que ce roman n’en est pas l’exception.

« Lueurs de l’Est Â», c’est une histoire de destin, une histoire d’un Captain America et d’un Chaperon Rouge qui se rencontre un soir d’Halloween. Un seul soir, mais un soir qui change tout. Captain America, aka Connor, c’est ce genre d’hommes qui sont difficiles Ă  trouver dans la vie. C’est le genre d’hommes gĂ©nĂ©reux qui pense au bien des autres, mais qui est Ă©galement dĂ©terminĂ© Ă  accomplir ses rĂȘves et ses promesses. Nous l’avions dĂ©jĂ  rencontrĂ© dans le premier tome de la saga en tant que personnage secondaire, et nous Ă©tions sures qu’il allait nous briser le cƓur. Connor n’a pas eu une enfance toute jolie, au contraire cette enfance difficile lui a permis de se forger, mais tout en restant gentil, attachant. Puis, il y a Chaperon Rouge, aka Aaliyah, plus qu’un simple personnage, c’est une leçon de vie Ă  elle toute seule. Nous n’avions qu’une seule envie : la serrer entre nos bras et ne plus la lĂącher. Aaliyah est une femme qui a beaucoup souffert dans la vie et BCC nous le montre parfaitement Ă  tel point que nos cƓurs se serrent Ă  chaque fois en pensant Ă  elle. Mais au lieu de plier ses genoux et rester au sol, elle reste debout et essaie de battre ses obstacles. Et c’est cet aspect qu’on a adorĂ©, cette force qu’elle a.

Une romance entre Chaperon Rouge et Captain America ? C’est clairement plus que ça. BCC nous embarque dans une relation qui nous a serrĂ© nos cƓurs Ă  plusieurs reprises, qui a fait battre nos cƓurs plus rapidement que la moyenne. On a du mal Ă  mettre des mots sur cette romance, parce qu’elle Ă©tait tout simplement belle. PoĂ©tique, jolie, douce, tendre. Est-ce qu’on pourrait avoir ce genre de relations aussi ? C’est une relation de confidences, une relation d’amour, une relation qui permet de panser des blessures, une relation qui permet d’avoir des Ă©paules qui pour qu’ils se soutiennent l’un et l’autre. Au fond, c’est le genre de relation que chaque personne mĂ©rite d’avoir dans sa vie.

« L’amour est familier des tĂ©nĂšbres. Il s’engouffre dans la souffrance, mĂšne des combats et inflige des millions de cicatrices. Il n’offre pas que des arcs-en-ciel. Souvent, il brille Ă  travers les Ă©clairs d’un orage. L’amour de Connor s’abattait sur moi comme le tonnerre. Il Ă©tait brut. DĂ©chaĂźnĂ©. Vrai. »

– Brittainy C. Cherry

Au-delĂ  de cette romance poĂ©tique et belle, BCC nous offre une leçon de confiance en soi, un thĂšme pourtant si commun, mais si peu abordĂ©. Elle nous dĂ©peint une Ă©volution d’Aaliyah qui peu Ă  peu prend confiance en elle. BCC a ce don de nous toucher rien qu’avec des mots, rien qu’avec des alignements de mots. Pour la confiance en soi, elle fait exactement ça ; elle nous Ă©crit peu Ă  peu comment le personnage fĂ©minin gagne cette confiance en elle, nous ne pouvions qu’ĂȘtre Ă©mues. Ce thĂšme nous touche personnellement parce que la confiance en soi parait tellement simple, alors qu’au fond, avoir confiance en soi, c’est tellement dur. C’est tout un processus qui passe par des hauts et des bas, mais qui est nĂ©cessaire.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s