𝐋𝐚 đŻđšđ„đžđźđŹđž 𝐝𝐞 đ›đšđ„đ„đšđ§

« La voleuse de ballon » est un roman de Aneesa Marufu édité chez Hugo Stardust.

♩ RĂ©sumĂ© :

Dans un monde divisĂ© entre les Ghadaeans, la caste dominante, et les Haris oppressĂ©s, Khadija, 16 ans, arrive en Ăąge de se marier. Mais la jeune fille est un esprit libre qui refuse qu’on lui impose comment vivre sa vie. Alors que son pĂšre lui trouves un prĂ©tendant, elle s’enfuit dans un ballon de volĂ©. Le vent la dĂ©poser sur une terre, inconnue, chez un jeune homme apprenti souffleurs de verre, Jacob, qui appartient Ă  la caste des opprimĂ©s
 ExploitĂ©s depuis trop longtemps, les Haris brĂ»lent d’une envie de vengeance, et le leader de leur groupe terroriste, les Hareefs, l’a bien compris. BientĂŽt, une vĂ©ritable rĂ©volution menace de tout Ă©clater : le monde de Khadija et Jacob, et par la mĂȘme occasion leur amitiĂ©. À coups de magie illĂ©gale et d’invocations de puissants djinns, les rebelles gagnent du terrain. Nos deux hĂ©ros vont devoir choisir quel monde ils souhaitent sauver. Et s’il s’agit du mĂȘme


♩ Avis :

Tout d’abord, on tient Ă  dire que cet avis ne nous engage que nous et que vous ĂȘtes Ă©videmment invitĂ©s Ă  vous faire votre propre avis !

Vous l’aurez compris, ça a malheureusement Ă©tĂ© une dĂ©ception pour nous. Pourtant, l’idĂ©e de base est plutĂŽt bonne, trĂšs originale et aurait pu apporter une morale primordiale pour notre sociĂ©tĂ©, mais on a beaucoup moins adhĂ©rĂ© au dĂ©veloppement de cette idĂ©e et de ces personnages.

Pour commencer, les personnages ne sont pas suffisamment dĂ©veloppĂ©s pour nous. Jacob et Khadija ont seulement 15-16 ans, ils manquent de maturitĂ©, de crĂ©dibilitĂ© et d’aboutissement pour porter sur leur Ă©paule autant de fardeaux, de rĂ©solutions et de changement. L’idĂ©e de mettre entre les mains de jeunes le destin de leur monde est plutĂŽt symbolique, mais avec des enfants encore en pleine comprĂ©hension du monde, cela n’a pas eu l’effet escomptĂ©. Nous avons plutĂŽt eu l’impression que Jacob Ă©tait ballotĂ© de croyance en croyance, trop naĂŻf pour comprendre les diffĂ©rents enjeux.

L’univers a sans aucun doute, Ă©tĂ© rĂ©flĂ©chi et il est vraiment trĂšs original. Malheureusement, on n’a pas rĂ©ussi Ă  le savourer Ă  sa juste valeur parce que dĂšs le dĂ©but, on est plongĂ©s dans le monde sans aucune prĂ©paration. Il nous aura fallu quelques pages pour comprendre les camps et les diffĂ©rents fonctionnements de la sociĂ©tĂ©. De plus, nous avons eu l’impression d’ĂȘtre poussĂ©es en plein milieu d’une guerre sans comprendre tout de suite les enjeux. Cela a provoquĂ© un sentiment neutre pour nous : ni colĂšre contre ce qu’il se passait, ni peur, ni choix de camp puisqu’on Ă©tait un peu dans le flou au dĂ©but. Mais aussi contradictoire que ça puisse paraitre, on a trouvĂ© qu’à certain moment, les actions Ă©taient trop lentes voire redondantes. On aurait peut-ĂȘtre apprĂ©ciĂ© des personnages plus dynamiques et une Ă©volution un poil plus rapide ou pertinente.

« – Si tu te fais prendre, tu es mort. Tu en as conscience ?

– Je prĂ©fĂšre mourir en ayant au moins essayĂ© que vivre en sachant que j’aurais pu changer les choses mais que je n’ai rien fait. »

– Aneesa Marufu

Pour finir, on doit tout de mĂȘme saluer le message que l’auteure veut faire passer : celle contre le racisme et pour l’égalitĂ©. C’est une trĂšs belle cause majeure dans le roman, mais on aurait peut-ĂȘtre apprĂ©ciĂ© une fin montrant un vrai changement dans le monde.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s