𝐌𝐚𝐝 𝐋𝐹𝐯𝐞

« Mad Love » est un roman de Alfreda Enwy édité chez Collection &H.

Note : ⭐⭐⭐⭐⭐/5

♩ RĂ©sumĂ© :

De tous les hommes sur Terre, il fallait que ce soit lui.

Mackenzie veut oublier. Le harcĂšlement qu’elle a subi, les dĂ©ceptions qui l’ont brisĂ©e, et surtout
 Mads Mann, son ancien bourreau aux yeux gris acier. Cela fait des mois qu’elle tente de l’effacer de sa mĂ©moire en se rĂ©fugiant dans sa passion pour la sculpture. Mais, lorsqu’elle intĂšgre l’association d’artistes dans laquelle Mads exerce la peinture, Mackenzie n’a d’autre choix que de cĂŽtoyer son ennemi. Pire, le brun tyrannique continue Ă  la provoquer, tout en dĂ©vorant son corps du regard. Que cherche-t-il en agissant ainsi ? Et pourquoi est-elle incapable de se dĂ©fendre ? Mackenzie le dĂ©teste. Mais elle dĂ©teste encore plus son cƓur de battre si fort quand il l’approche d’un peu trop prĂšs


♩ Avis :

Avant tout, notez que ce roman comporte des TW !

Si vous pensez rentrer dans une romance toute belle sur un campus, vous avez tort parce que ce roman, c’est bien plus que ça. C’est sombre, noir, passionnel, complexe et bouleversant.

Que dire de Mack et Mad sauf qu’ils sont uniques ? Nous dĂ©couvrons d’abord une Mack plutĂŽt renfermĂ©e sur elle-mĂȘme avant qu’elle ne dĂ©cide de devenir plus mordante telle une tornade. On a adorĂ© qu’elle se rebelle plus, qu’elle montre de quoi elle est capable et qu’elle ne se laisse pas marcher dessus. Mack est vraiment cette amie, cette douceur inestimable qui touche par sa sensibilitĂ©. Quant Ă  Mad, disons-le, c’est un grand connard, sombre, tĂ©nĂ©breux et il faut du temps pour le cerner. Mais finalement, c’est ce qui en fait tout son charme. Cette complexitĂ© qui ouvre Ă  des Ă©motions et des sentiments hauts-en-couleur.

Mack et Mad ont chacun une passion : la peinture et la sculpture. Leur romance est Ă  l’image de leur passion : Ă  la fois parfaitement passionnel et rĂ©paratrice et Ă  la fois destructrice tellement ils s’y perdent. Leur romance est tellement passionnelle qu’elle en devient presque douloureuse. Ils se dĂ©testent et leur enemies-to-lovers a de quoi en faire pĂąlir certains tant la tension est dosĂ©e pour nous laisser Ă  bout de souffle Ă  chaque interaction. On a adorĂ© le fait qu’Alfreda nous emmĂšne vraiment dans le tourbillon qu’est leur relation : d’abord, la haine se dĂ©veloppe avant de laisser entrer les sentiments inavouables et petit Ă  petit nous suivons l’évolution de leur amour. On se rend bien vite compte que l’auteure a dĂ©veloppĂ© intensĂ©ment leur romance pour qu’elle soit la plus profonde et crĂ©dible possible.

« – Je ne veux pas qu’on t’amoche ni qu’on t’emmerde. Je ne partage pas.

– Pardon ?

– Je ne te partage, Mack. Ce n’est pas parce que je te dĂ©teste que je suis prĂȘteur pour autant. »

– Alfreda Enwy

Enfin, il est important de noter qu’on a adorĂ© retrouver la plume chargĂ©e d’émotions et poĂ©tique Ă  souhait d’Alfreda. Sa plume a rĂ©ussi Ă  mettre en lumiĂšre les deux passions, tant la sculpture que la peinture, avec une poĂ©tique dĂ©concertante. Enfin bref, on se laisserait bien tenter par la peinture ou Ă  la sculpture nous maintenant ! Nous ne nous sommes pas ennuyĂ©es une seule fois tant la plume et les rebondissements ont su nous tenir en haleine du dĂ©but jusqu’à la fin.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s