𝐒𝐭𝐲𝐱 𝐑𝐢𝐝𝐞𝐫𝐬, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟐

« Styx Riders » est une saga de Kalypso Caldin éditée chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

La violence. C’est ce qui a marqué l’adolescence d’Alex. Tombé dans l’univers des gangs dans l’espoir d’y trouver l’argent qui lui aurait permis de sauver sa mère, il se remet difficilement de la perte de cette dernière, avec l’aide des Styx Riders qui l’ont pris sous leur aile. Mais pas question pour lui de rejoindre le club de sitôt : avant cela, il a convenu avec eux qu’il retournerait au lycée pour y terminer ses études secondaires.

C’est là qu’il rencontre Cassie, une cheerleader dont rien ne semble pouvoir entamer l’enthousiasme permanent. Bien qu’ils paraissent ne rien avoir en commun au premier abord, l’un comme l’autre sont en réalité des miraculés : elle a failli mourir noyée lorsqu’elle avait dix ans, lui a survécu de justesse à la balle que son ancien chef de gang lui a tirée en pleine poitrine. Mais si Cassie s’est remise de cette expérience, Alex continue à être hanté par ce qu’il a vu de l’autre côté, sur les rives du Styx.

Telle Aphrodite, déesse de l’amour, Cassie tente par sa douceur de ramener Alex parmi les vivants. Mais ce dernier pourra-t-il se pardonner les actes terribles qu’il a commis ?

♦ Avis :

On avait beaucoup aimé le premier tome qui était très addictive. Par conséquent, nous avions hâte de découvrir ce deuxième tome, surtout que le personnage masculin nous intriguait beaucoup. On avait peur que l’histoire soit redondante par rapport au premier tome, mais pas du tout. L’auteure a vraiment réussi à nous embarquer dans un autre univers : celui du lycée ET des bikers en même temps.

Tout d’abord, nous sommes des fans inconditionnels des personnages torturés et c’est pour ça qu’on avait hâte de découvrir ce personnage masculin, qui a vécu pas mal de choses difficiles. Kalypso Caldin exploite parfaitement la psychologie de ce personnage ; elle le rend réaliste avec ses qualités et ses défauts. Et ce qu’on a adoré, c’est suivre le changement de son comportement au fur et à mesure du roman. Voir le fait qu’il arrive à remonter la pente. C’est vraiment le plus gros point positif de ce roman. Quant à Cassie, le personnage féminin, elle est réellement toute douce, attachante et comme un rayon de soleil même si la noirceur n’est pas si loin…

Ensuite, la romance entre les deux personnages nous a aussi beaucoup plu parce qu’on suit réellement une évolution de leur alchimie et attirance. De plus, ça fait du bien de lire un roman sans avoir trop d’allusions sexuelles ! C’est réellement une romance douce et « réparatrice » pour les deux personnages. Le petit plus, c’est le frère Gold, protecteur qui nous a bien fait rire.

« – Qu’est-ce que tu fais ? me demande-t-il à voix basse, laissant son souffle caresser mon cou.
[…]
– Je tombe, lui dis-je. Enfin, je tombais. Merci. Tu peux me lâcher ?
[…]
– Je pourrais, oui, me répond-il.
– Alors pourquoi ne le fais-tu pas ?
Son étreinte se resserre imperceptiblement.
– J’aime bien ton parfum, murmure-t-il.

Kalypso Caldin

On est toujours sous le charme de l’univers des Styx Riders qui offre une ambiance au roman qu’on adore. Plus que des bikers, ce sont des frères. Voir ce soutien entre les bikers, leurs missions qui peuvent être difficiles, tout cela est vraiment intéressant. Dans ce tome-ci, on en découvre plus sur ce monde de bikers. Là encore, Kalypso a réussi à se démarquer du premier tome en nous montrant d’autres choses, en nous montrant une autre facette du monde de bikers.

Pour finir, la plume de Kalypso est vraiment un délice ; elle est fluide, agréable à lire et tellement addictif. On vous jure que la fin est arrivée trop vite tellement ce roman est un pur plaisir à lire. On a tellement hâte de découvrir le troisième tome des Styx Riders !

En conclusion, on ne peut que vous conseiller de lire cette saga très addictive et qui ne manque pas d’actions. En effet, on ne s’ennuie jamais et en plus, les personnages – que ce soit les personnages principaux ou secondaires – sont vraiment attachants.

𝐀 𝐜𝐫𝐨𝐜𝐬 𝐚̀ 𝐥𝐚 𝐥𝐮𝐧𝐞, 𝐓𝟏

« A crocs à la lune » est une saga de Lydia Walther éditée chez Plumes du Web.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Georgetown, Caroline du Sud. Un véritable hameau de paix…

Shainey, 18 ans, partage son temps entre l’université et sa maison d’enfance, où elle assume comme elle peut l’éducation de ses cadets suite aux absences répétées de ses parents.

Du moins jusqu’aux meurtres. Jusqu’aux révélations.

Elle bascule alors malgré elle dans un monde qu’elle n’aurait jamais pu soupçonner et qu’elle aurait préféré ignorer.

Mordue par un loup, traquée, elle rencontre Korey, qui semble vouloir l’aider. Mais pourquoi ? Ami ou ennemi ? Peut-elle lui faire confiance ? Peu importe, ce loup-garou ne la quitte pas d’une semelle, ce qu’elle trouve particulièrement agaçant. Ensemble, ils se lancent dans une course contre la montre : retrouver le loup qui a mordu la jeune fille avant qu’elle ne soit tuée, et tenter de renverser le cours des choses.

Mais si, au milieu de ce carnage, c’était sa véritable nature qui se révélait à elle ?

♦ Avis :

Comme pour tous les Plumes du Web, le résumé et la couverture nous ont tout de suite intriguées. On adore les histoires fantastiques avec les loups. Par conséquent, on avait trop hâte de le découvrir !

Pour commencer, l’auteure a fait un énorme travail sur le développement de la psychologie des personnages – surtout de l’héroïne. On a beaucoup aimé cet aspect-là qui rend l’histoire plus réaliste. En effet, on ressent la peur, la colère, etc. que les personnages éprouvent. Shainey, le personnage féminin est une femme normale, qui a ses défauts, ses angoisses, mais qui est aussi courageuse quand il le faut. Pour ce qui est de Korey, le héros, l’auteure laisse quelques mystères planer autour de lui. On n’en sait pas énormément sur lui, mais on a justement aimé le fait qu’il reste un peu mystérieux.

Ensuite, il faut noter que ce tome est assez introductif. Par conséquent, l’histoire est très lente. C’est à la fois un point négatif et positif. Premièrement, cette lenteur rend certains passages assez « ennuyeux » ce qui casse l’additivité. On aurait aimé avoir plus d’actions. Mais deuxièmement, cette lenteur rend justement l’histoire plus intrigante ; il y a de la tension tout le long du roman qui nous donne quand même envie de toujours prendre le livre et savoir comment l’histoire va se finir.

C’est un roman fantastique, mais aussi une romance. Dans ce premier tome, la romance n’est pas encore très très présente, mais on découvre cette alchimie entre les deux personnages. En effet, il y a de la tension entre les deux et on adore tout simplement. L’auteure parvient à nous embarquer dans cette romance toute douce où il y a une alchimie parfaite entre les deux personnages. On a hâte de voir ce qui va se passer entre ces deux personnages dans le prochain tome !

C’est la première fois qu’on découvre la plume de Lydia Walther et on adhère complétement ! Elle est très fluide et en même temps, très belle. Les descriptions de l’auteure sont juste magnifiques et arrivent à nous captiver dès les premières lignes.

« – Sans doute. Parlons sérieusement, oméga.

– Je m’appelle Shainey.

– Oui, je sais, oméga… »

Lydia Walther

Enfin, il faut parler de cette fin juste horrible. L’histoire se finit sur un cliffhanger de dingue qui nous donne juste envie d’avoir le deuxième tome sous la main. On ne s’y attendait pas du tout et c’est ça qui rend la fin encore plus surprenante.

Pour conclure, bien que l’histoire est assez lente, on a beaucoup aimé découvrir ces personnages et ce tome introductif. Là tout de suite, on a juste hâte d’avoir le deuxième tome, mais on va devoir s’amer de beaucoup de patience jusqu’à sa sortie ! Si vous aimez les romances fantastiques Young Adult, on ne peut que vous le conseiller !

𝐄𝐯𝐞𝐫𝐲𝐝𝐚𝐲 𝐇𝐞𝐫𝐨𝐞𝐬, 𝐓𝟐

« Everyday Heroes » est une saga de K. Bromberg éditée chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐,25/5

♦ Résumé :

« Quand un soldat du feu embrase tout sur son passage « 

Jusqu’où le pompier Grady Malone fera-t-il grimper la température ?

La compositrice de chansons, Dylan McCoy s’est brûlée les ailes. À cause de son petit ami qu’elle a trouvé au lit … avec une autre.

Son agent l’oblige à continuer à collaborer avec lui jusqu’à ce qu’ils aient finalisé les chansons de son nouvel album et à tenir leur rupture sous silence. De retour à Sunnyville, elle rencontre son nouveau coloc, Grady, et ne dirait pas non à une aventure-pansement pour se remettre de sa déception amoureuse. Elle résiste pourtant et refuse de se laisser enflammer par Grady Malone, un pompier sexy, charismatique et sans complexe. Un homme qui porte à la fois ses propres cicatrices – sur son dos, celles de la culpabilité du survivant, dans son âme,– et la peur dans son cœur.

Mais alors qu’un visiteur imprévu met à l’épreuve leur statut de colocataires, leur indéniable attirance va t-elle s’évaporer ? Ou prendront-ils le risque de jouer avec le feu ?

♦ Avis :

Après avoir eu une petite déception pour le premier tome, on avoue qu’on avait assez peur d’être également déçues par ce tome. Heureusement, beaucoup d’entre vous nous ont rassurées en nous disant que ce deuxième était meilleur. On s’est alors empressées de découvrir l’histoire de Grady et Dylan et quelle histoire ! Ce roman a donc, été une très bonne lecture ; touchante et drôle. Encore une fois, la plume de K.Bromberg est magnifique, agréable à lire et fluide.

Premièrement, on a directement été conquises par Dylan et Grady. Dylan est une jeune femme piétinée par l’amour, jeune parolière, elle doit malheureusement faire preuve de courage pour affronter son ex-copain (qui l’a trompée) pour finir d’écrire toutes les chansons demandées. Mais derrière cette trahison se cache beaucoup plus qu’une simple fissure. C’est le début d’une ouverture aux complexes. Et c’est cette partie qui nous a touchées. Effectivement, les complexes, ça nous connait. On n’est malheureusement, pas toujours bien dans nos corps, on se sent complexées, parfois, ça va jusqu’au fait qu’on se trouve « moches » et on déteste par-dessus tout nous voir en photo. Mais Booksta, c’est notre défi : nous prendre en photo et essayer de nous accepter. Enfin bref, tout ça pour dire que Dylan nous a énormément plu, on s’est retrouvées en elle, on a aimé son histoire et sa personnalité. Elle est aussi belle à l’intérieur qu’à l’extérieur, mais il faut juste qu’elle essaie de reprendre confiance en elle. Quant à Grady, il a également des cicatrices visibles et invisibles ; tandis que celles apparentes lui donnent des complexes, celles cachées ne le laissent plus dormir. Grady, c’est vraiment l’homme à la fois torturé et à la fois agréable, drôle et tellement parfait ! Grady et Malone, c’est le genre de duo qui a l’air si réaliste, le genre de duo qui fait rêver. Ils s’aident mutuellement à s’accepter et à aller de l’avant.

La romance est équilibrée ; elle n’est ni trop rapide ni trop lente. Au fur et à mesure de notre lecture, on remarque vraiment l’évolution de la relation entre nos deux personnages et leur complicité exceptionnelle ; la tension monte crescendo. Il faut aussi noter que pour une fois, les allusions au sexe ne nous ont pas dérangées : elles apportaient plutôt de la légèreté au roman.

« Alors je t’embrasse parce que quand je suis avec toi, je ne pense plus à rien et le monde recommence à tourner. »

K.Bromberg

Un des points négatifs est qu’au début, on a eu un peu du mal à totalement rentrer dans l’histoire. En effet, les 100 premières pages n’étaient pas très addictives. Heureusement, par la suite, l’histoire a réellement réussi à nous transporter et on a vraiment passé un très bon moment !

On a également beaucoup aimé découvrir l’univers d’un pompier : ce qu’ils vivent au quotidien, leur mission, comment c’est sur le terrain, etc.

Pour conclure, malgré notre déception sur le premier tome, on est super contentes d’avoir continué notre lecture sur cette saga et d’avoir autant aimé ce deuxième tome. On a eu un petit pincement au cœur d’abandonner le duo Dylan-Grady, mais on est aussi très excitées de découvrir l’histoire du dernier frère Malone…

Ce roman vous tente ? Vous avez déjà découvert la plume de K.Bromberg ?

𝗕𝗮𝗰𝗸𝘀𝘁𝗮𝗴𝗲𝘀 𝘄𝗶𝘁𝗵 𝘆𝗼𝘂, 𝘁𝗼𝗺𝗲 𝟭

« Backstages with you » est une duologie de Chloé Lomy éditée chez Nishaetcaetera.

Note : ⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

Sam est une jeune femme ambitieuse et passionnée qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Rien ne compte plus que de réussir sa carrière dans la musique. Hors de question de se laisser distraire par les hommes qui ne sont que des  » passe-temps  » ! Quand son père, patron des studios Spielman, accepte de l’engager comme assistante manager, Sam n’hésite pas une seconde : elle s’envole pour Los Angeles, prête à tout donner pour lui prouver qu’il a fait le bon choix.

Mais dès le premier jour, Sam fait la rencontre d’Asher Hemmings, leader des Wavers, le célèbre groupe dont elle va devoir s’occuper, et découvre que son nouveau travail ne sera pas de tout repos. Car Asher, avec ses sautes d’humeur et ses caprices, semble déterminé à lui pourrir la vie…

En coulisses, l’ambiance entre eux est plus qu’électrique, à tel point que la détermination de Sam vacille. Parviendra-t-elle à briser la carapace d’Asher et à percer le lourd secret qui le ronge ? Et, surtout… réussira-t-elle à accepter ses sentiments sans perdre tout ce pour quoi elle s’est battue jusqu’alors ?

♦ Avis :

Nous avions hâte de découvrir la plume de Chloé Lomy et cette histoire car on adore les romances se passant dans le monde de la musique. En plus, la couverture est magnifique et le résumé nous intriguait énormément. Et ça a plutôt été une bonne lecture !

Comme dit plus haut, ce roman nous plonge dans le monde de la musique avec un groupe composé d’un chanteur plutôt instable : Asher. Nous avons beaucoup aimé le fait que l’héroïne soit une assistante, une manager. Généralement, dans les romances de musique, on ne voit pas ce côté-là. Chloé Lomy arrive à nous faire entrer dans cet univers musical avec les avantages et les inconvénients de la popularité. Par contre, pour être honnêtes, il s’agit d’un roman avec beaucoup de « déjà-vu ». Personnellement, les clichés ne sont pas négatifs pour nous ; juste ils ne permettent pas spécialement d’être surpris lors de notre lecture et en l’occurrence, ici, il y a vraiment beaucoup de « déjà-vu ».

– Je comprends pourquoi tu aimes les défis, me dit-il.

Je le regarde, sans comprendre. Il allume une cigarette et tire une fois dessus avant de continuer :

– Les âmes en colère aiment voir jusqu’où elles peuvent aller.

Chloé Lomy

En ce qui concerne les personnages, on a adoré découvrir Asher.  Chloé Lomy nous décrit un homme détruit intérieurement qui cache ses souffrances au fond de lui, mais qui ne peut s’empêcher d’exploser. Un personnage qui jongle entre la colère, l’amertume et puis, qui tente de se montrer indifférent de l’autre côté. L’auteure a très bien développé ce caractère ce qui nous a permis d’avoir de la compassion pour lui et de ressentir ses émotions. En ce qui concerne le personnage féminin, nous avons eu un peu plus de mal avec elle. Sam est une personne gentille, mais renfermée et qui ne se laisse pas faire aussi facilement. Bien que nous n’avions presque que son point de vue, nous avions l’impression de ne pas pouvoir nous identifier assez à elle. Elle est assez attachante, mais on avait l’impression de plus ressentir les émotions d’Asher que d’elle alors que nous avions son point de vue. On aurait aimé (et peut-être que le deuxième tome le développera plus) ressentir davantage ses émotions pour mieux comprendre ses comportements.

Parlons maintenant du sujet le plus important : la romance. Personnellement, on est fans des romances entre des personnages torturés. Et pour le coup, avec Asher, on a été plutôt bien servies ^^. C’est vrai que la romance aurait pu être un peu plus développée. Mais le gros point positif, c’est qu’il y avait beaucoup de tensions tout le long du roman qui rendaient la lecture addictive. Puis, il faut absolument qu’on parle de cette fin juste horrible ! Cette fin ne nous donne qu’une envie : lire le deuxième tome et découvrir comment ça va se terminer.

Enfin, la plume de Chloé Lomy est très belle. Elle est fluide et moderne ce qui rend la lecture agréable. La preuve est qu’on a lu ce livre en peu de temps !

En conclusion, on vous conseille cette romance si vous recherchez quelque chose de frais et sans prise de tête. Et personnellement, on a hâte de découvrir le deuxième tome !

𝐄𝐯𝐞𝐫𝐲𝐝𝐚𝐲 𝐇𝐞𝐫𝐨𝐞𝐬, 𝐓𝟏

« Everyday Heroes » est une saga de K. Bromberg éditée chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Emmy de retour dans sa ville natale, retrouve Grant, 20 ans après qu’elle l’ait rencontré sur les bancs de l’école, à l’âge de 8 ans, et sans que les blessures du passé n’aient entamé l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

Grant Malone, devenu agent de police, reconnaît instantanément en la femme audacieuse et pleine de vie qu’est devenue Emmy Reeves, la petite fille timide dont il était amoureux petit garçon.

Certes, leur amour paraît impossible, Grant connaît mieux que quiconque le passé trouble d’Emmy. Mais quitte à braver la loi, il est déterminé cette fois, à ne pas la laisser repartir.

♦ Avis :

Après avoir dévoré les deux premiers tomes de la saga « Play Hard » (on vous les conseille vivement !), on avait trop hâte de nous replonger dans une autre histoire de K. Bromberg. Malheureusement, on en est ressorties assez mitigées de notre lecture ; on avait peut-être un peu trop d’attentes  🙈

Quand on a commencé notre lecture, au bout de 150-200 pages, on est restées assez sceptiques et dubitatives. Malheureusement, on a eu l’impression d’être extérieures à l’histoire, de ne pas pouvoir nous attacher aux personnages et de ne pas réellement ressentir les émotions. Emerson, l’héroïne, nous a énervées parce qu’on n’arrivait pas à la cerner ; elle changeait toujours d’avis. Quant à Grant, c’est sûrement le personnage qu’on a le plus aimé. Déjà le fait que ce soit un policier nous a directement plu ! Puis, c’est le personnage – bizarrement – qui nous a permis de ressentir le plus d’émotions. Nous avons également beaucoup aimé les frères Malone – avec leurs bêtises – qui ajoutent de l’humour au roman.

Les 200 premières pages passées, nous avions encore un peu de mal, mais ça s’est peu à peu amélioré. En effet, certains événements nous touchaient et le passé de l’héroïne nous intriguait beaucoup. Mais nous avions encore du mal à cerner les personnages – surtout l’héroïne – parce qu’on ne comprenait pas trop ce qu’elle voulait finalement et on avoue que parfois, on ne cernait pas ses « pensées », son point de vue.

« Elle est un rayon de soleil mélangé à une pointe d’ouragan, et je m’enfonce volontairement dans sa tempête avec rien de plus que les vêtements que je porte sur moi. »

K. Bromberg

Nous n’avons pas encore évoqué jusqu’ici, la romance. Il s’agit de retrouvailles entre deux personnages qui se sont quittés sur de mauvaises bases. Effectivement, Grant et Emerson se sont quittés dans des conditions assez « difficiles » et mystérieuses pour finalement, se retrouver vingt ans plus tard, un peu par hasard. Personnellement, on adore ce genre de romances où la rencontre entre les personnages est souvent explosive. Ici, la romance était toute mignonne et addictive. Mais on aurait aimé ressentir plus d’émotions, sentir leur complicité. La romance était lente, et pourtant, cette lenteur n’a malheureusement, pas favorisé le développement de sentiments selon nous. 

Nous avons découvert la plume de K. Bromberg avec « Play Hard ». Et on la trouve toujours aussi magnifique et fluide dans celui-ci. La preuve est que ce livre se lit très vite ; on ne bute sur aucun mot.

Ce qu’on aime dans ce roman et les autres romans de cette auteure, c’est qu’elle aborde toujours des thématiques importantes qui ne peuvent que nous toucher. Ici, elle en aborde un sujet très touchant qu’on voit assez souvent dans les romans, mais qui reste tout aussi bouleversant. 

En ce qui concerne la fin, elle était toute mignonne. On a donc, beaucoup aimé cette fin qui dégageait beaucoup plus de sentiments que le début du roman.

Pour finir, nous sommes donc, assez mitigées sur cette lecture. Mais nous avons vu que pour certains, le deuxième tome est meilleur que le premier. Du coup, on a hâte de pouvoir le découvrir et on espère plus l’apprécier que ce premier tome !

𝐒𝐚𝐯𝐞 𝐓𝐡𝐞 𝐑𝐚𝐯𝐞𝐧

« Save The Raven » est un roman de Mel Guent.

Note : ⭐⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

La noirceur d’âme.

Comment une thématique, aussi grande soit-elle, peut-elle me caractériser depuis l’enfance ? J’ai beau m’inspirer des plus grands poètes pour survire, aucune issue salvatrice n’est faite pour moi. Et que dire de l’amour, que je croyais être ma résurrection dans ce monde impitoyable ? J’ai beau tenter de déployer mes ailes de charognard par-delà les terres hostiles que représentent ma vie, je pense réellement que seule la mort est mon alliée dans cette guerre sans fin contre la violence. Foutu espoir de merde !

Nate

Solitude.

Voilà ce que représente mon quotidien ! J’ai beau m’évertuer à sauver des vies pour me sentir vivre, mon cœur, lui, est mort avec mes parents depuis bien trop longtemps. J’aspire mon oxygène dans les sourires des patients et me nourris d’interactions sociales, mais si seulement ils avaient conscience que c’est uniquement grâce à eux que je subsiste aujourd’hui. Je ne me pardonnerai jamais ce que j’ai fait et aucune victime ne pourra alléger ma culpabilité.

Foutu espoir de merde!

Stella

Quel avenir attend ces deux vies que tout oppose ?

♦ Avis :

Tout d’abord, il faut savoir qu’il s’agit d’une romance basée sur des faits réels. En effet, l’histoire aborde une thématique très forte qui est la violence conjugale envers les hommes.

Bouleversant. Réparateur.

Ces deux mots définissent sans aucun doute ce roman dans lequel on y retrouve Nate, un jeune homme qui broie du noir, qui subit des violences conjugales et qui pourtant, trouve cela quasiment normal tant son amour pour Julie est fort. Cependant, Stella débarque dans sa vie et commence alors tout un processus à la fois de conscience et de réparation. Nate est un homme touchant, bouleversant, si humain et si attachant. Pendant tout le roman, on voulait rentrer dans l’histoire afin de le rassurer, de le sauver. Quant à Stella, c’est une femme qui sans réellement s’en rendre compte, se laisse malmener par une routine, par des démons qui ne cessent de la hanter. Elle est peut-être encore hantée par ses démons, mais à côté de ça, elle est douce, pleine de tendresse et on a vraiment adoré la découvrir. On a énormément aimé les personnages qui ont chacun, une forte personnalité et un fond tellement attachant.

Cette histoire contient deux gros points forts. Tout d’abord, Mel Guent nous dépeint une réalité malheureuse, mais elle le fait avec un vrai réalisme. Il n’est pas question d’oublier Julie deux secondes après avoir rencontré Stella, non bien au contraire, Nate va encore souffrir, va devoir faire des efforts pour aller de l’avant. On a eu l’impression de vraiment suivre le processus de guérison de ce jeune homme. L’auteure arrive à nous exposer une thématique compliquée et que nous ne voyons pas beaucoup dans les romans. Alors nous avons été ravies de lire une histoire traitant de cette thématique et surtout, on en a appris plus là-dessus. En bref, Mel a réussi à nous sensibiliser davantage à ce sujet.

« Je sais que c’est ce genre de moment qui manque incontestablement à ma vie. De la tendresse, du partage, ne faire qu’un avec l’autre. Je resterai ainsi pour toujours, son large torse entourant le mien. Je ne veux pas bouger, je savoure parce que je sais que ce sont des minutes éphémères que je vole à l’éternité. »

« Save the raven » de Mel Guent

Puis, les émotions du roman ont réussi a nous toucher en plein cœur. Mel Guent a une plume agréable et addictive, mais elle n’utilise pas d’artifices pour exprimer les émotions. Elle le fait de manière « réelle », presque brute, mais on les ressent davantage grâce à ça parce qu’elle ressort vraiment toutes ses tripes pour nous exposer les émotions. Un roman vraiment bouleversant qui ne vous laissera pas indemne.

Pour finir, la seule chose qu’on peut reprocher à ce roman, ce sont les longueurs. En effet, à certains moments, on trouvait que l’histoire s’attardait trop et perdait donc un peu en addictivité.

Pour conclure, on vous conseille vivement de vous procurer ce roman, ne serait-ce que pour en apprendre davantage à ce sujet, mais aussi pour être bouleversés à votre tour par l’histoire de Nate et Stella.

𝐏𝐥𝐚𝐲 𝐇𝐚𝐫𝐝, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟐

« Play Hard » est une saga de K. Bromberg éditée chez Hugo New Romance

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Lorsque l’agente de sportifs Lennox Kincade, reine de beauté, découvre que le joueur de l’équipe de football de première division qu’elle est supposée recruter, n’est autre que Rush McKenzie, un joueur vedette, enfant terrible du football, elle comprend qu’elle a pactisé avec le diable ! Anglais. Tatoué. Sexy. Au coeur d’un énorme scandale…

Ce qui aurait dû redorer sa réputation entachée, est sur le point de s’effondrer.

L’objectif ? Le persuader de rester aux États-Unis. Aussi vrai qu’il n’y a pas de mal à se faire plaisir, si quelqu’un apprenait que leur relation n’est pas purement professionnelle, cela ne ferait que donner raison à tous leurs détracteurs.

♦ Avis :

Après avoir eu un coup de cœur pour le premier tome, on avait juste hâte de pouvoir découvrir ce second tome, avec d’autres personnages. Et nous avons beaucoup aimé cette lecture addictive. On peut d’ores et déjà vous convaincre d’acheter cette saga addictive, avec des personnages attachants  ❤️

Dans ce deuxième tome, la sœur mise en avant est Lennox, rebelle qui n’en fait qu’à sa tête. C’est un personnage solaire qu’on a beaucoup aimé même si on préfère le caractère de Dekker (premier tome). On a aimé faire sa connaissance et voir la complicité entre elle et Rush. D’ailleurs, on a énormément aimé Rush qui est un personnage attachant et charismatique ! Footballeur à Liverpool, il est mis au devant de la scène avec un scandale. Il va donc se retirer quelques mois à Los Angeles pour calmer les choses.

C’est là qu’il rencontre Lennox. On a beaucoup aimé cette alchimie dès le début qui rend la lecture addictive. Même si on a eu du mal avec toutes les allusions sexuelles, on est vite passées au-dessus ! Ce qu’on aime, c’est que la complicité entre les personnages se créent vraiment de manière réaliste. Ce n’est ni trop rapide ni trop lent ! Alors on ne peut qu’aimer la romance qui a été développé avec soin. 

– Je t’embrasse.

Ma langue darde entre ses lèvres.

– Et les règles, alors ?

J’effleure ses lèvres. Un petit gémissement, quand je les mordille doucement avant de m’écarter pour lui répondre.

– Elles existent toujours.

– Tu les transgresses.

Son regard s’assombrit à mesure que nous nous regardons, nos respirations entremêlées.

– J’apprends de toi.

On a adoré retrouver le monde du sport, plus précisément du football ici. Ça rajoute un petit quelque chose à la romance et on adore voir cette passion chez Rush. 

Pour finir, la fin du tome finit en beauté et nous donne le sourire ! De plus, la plume de K.Bromberg est vraiment très belle, agréable à lire et fluide.

Pour conclure, on ne peut que vous conseiller ces deux tomes. On a certes, une préférence pour le premier tome, mais on a tout de même adoré cette lecture et on a passé un bon moment accompagné de ces personnages. On n’a plus qu’une hâte : découvrir les prochains tomes 😍

𝐇𝐨𝐦𝐨 𝐕𝐚𝐦𝐩𝐢𝐫𝐢𝐬, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟑

« Homo Vampiris » est une saga de Marie Rozsa

Note : ⭐⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

Retrouvez la fin des aventures d’Arduina, Sasha, leurs alliés et leurs ennemis dans un tome toujours aussi addictif et haletant. Cette fois, suivez aussi bien les pacifistes que les Vampires Rouges, apprenez à connaitre les adversaires ! De grands changements bouleverseront notre héroïne et l’obligeront à faire ce qu’elle n’apprécie que moyennement : compter sur les autres. Heureusement, ses nouveaux amis seront là pour la soutenir. Mais si les affrontements sont inévitables, les pertes le sont également.

Attention, ascenseur émotionnel enclenché, veuillez vous assurer que votre cœur tiendra le choc…

♦ Avis :

Quand nous avons découvert le premier tome, nous avions beaucoup aimé l’originalité de l’auteure, notamment sur les espèces d’Homo vampiris qui sont un mélange de loups et vampires. On a été prises dans cette histoire et on a enfin pu découvrir la fin et avoir les réponses à nos questions. Marie Rozsa nous a malmenées pendant un long moment et dans ce dernier opus, elle nous a encore une fois maltraitées jusqu’à la fin. Vous être prévenus : si vous lisez cette saga, préparez votre cœur.

Le plus gros point positif de ce roman, c’est l’intrigue. Elle est bien ficelée, assez bien développée pour qu’on puisse la comprendre et surtout, cette intrigue nous tient en haleine. Mais elle est aussi très originale. En effet, l’univers est unique et développé en sorte qu’on puisse s’immerger dans celui-ci sans problème.

Comme dit plus haut, l’auteure arrive à nous plonger dans un univers angoissant, de sang et de terreur. On peut ressentir cette angoisse que les personnages ressentent avant le dénouement.

Ensuite, on a vraiment énormément aimé les personnages qui sont tous attachants à leur manière. Sacha et Arduina sont les héros de l’histoire et on ne peut que s’attacher à eux. Sacha, c’est le mâle dominant, un peu sauvage, mais tellement doux et attentionné quand on perce sa carapace. Dans ce dernier tome, on a trouvé qu’il était beaucoup moins présent et on avoue qu’on aurait aimé qu’il s’affirme un peu plus dans ce tome-ci. Quant à Arduina, c’est une héroïne badass qui est quelque peu malmenée, mais qui reste forte.

Je le regardai de travers une seconde.

– Je ne sais pas tellement ce que je fais depuis hier ou comment je le fais plus précisément.

– Ce n’est pas grave, laisse ton instinct te guider.

Je soupirai, peu convaincue, puis fermai les yeux pour plus d’efficacité. J’attendis de longues minutes, essayant de trouver la façon de procéder, mais rien ne se produisit.

– Ne réfléchis pas, Arduina. Et surtout, ouvre-toi au monde qui t’entoure.

Enfin, la romance est toujours aussi douce. Effectivement, dans le premier tome, la romance a commencé sur les chapeaux de roue ; elle était rapide, mais d’une complicité admirable. Puis, au deuxième tome, on a vraiment découvert ce lien qui les unit. Pour finir par voir qu’ils se complètent, dans le troisième tome. Il faut néanmoins souligner que la romance est un peu moins présente dans ce dernier opus et même si ça nous a un peu manqué, on comprend le choix de l’auteure qui a surtout dû se focaliser sur l’action et le dénouement de toute cette intrigue.

La plume de l’auteure a énormément mûri, selon nous. On l’a trouvée encore plus fluide et addictive dans ce dernier tome.

Pour terminer, on avoue qu’on est tristes de laisser dernière nous, cette univers si particulier. A peine vous ouvrez le livre que vous plongez dans une ambiance entraînante et addictive.

𝐏𝐥𝐚𝐲 𝐇𝐚𝐫𝐝, 𝐓𝟏

« Play Hard » est une saga de K. Bromberg édité chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Comme ses sœurs, Dekker Kincade est toujours prête à recruter de nouveaux clients pour l’agence de sportifs, montée par sa famille mais qui bat de l’aile. Toutefois, quand son père lui confie la responsabilité de signer le joueur vedette de la NHL, Hunter Maddox, elle hésite. Voilà trois ans, ils ont vécu une relation sans attache et Dekker a pris la tangente sitôt qu’elle a commencé à ressentir des sentiments pour lui. Elle sait que signer Hunter pourra probablement sauver l’entreprise de la faillite, aussi accepte-t-elle de l’approcher pour qu’il signe.

Si leurs retrouvailles ont un goût doux-amer bien vite, ils se retrouvent à plaisanter, la tension monte. Mais quand la vérité éclate Hunter est furieux et Dekker craint qu’on ne la prenne plus au sérieux. Remporter la Stanley Cup avant que le temps imparti soit écoulé n’est pas un petit exploit. Et le temps presse. Alors que l’équipe de hockey n’est plus qu’à un pas du championnat, résister à Dekker ne sera pas pour Hunter une partie de plaisir.

♦ Avis :

On s’est rendu compte qu’on ne lisait pas beaucoup de romances mettant en avant des sportifs et leur sport. Pourtant, c’est une thématique qu’on adore dans les romances ! Alors en lisant le résumé de Play Hard, on ne pouvait que succomber et nous empresser de le lire. On n’est absolument pas déçues d’avoir découvert ce roman et cette auteure.

L’histoire s’installe doucement et on a beaucoup aimé cette lenteur au début qui nous permet de nous familiariser avec l’univers développé par l’auteure et de nous attacher à chaque personnage. On apprend que Dekker doit convaincre le hockeyeur le plus célèbre, Hunter Maddox, de signer dans l’agence sportive de sa famille. Mais le problème est qu’ils ont déjà un vécu ensemble. K. Bromberg a réussi à manier ce thème des retrouvailles à la perfection, non seulement on ressentait cette alchimie entre les deux, mais on redécouvrait également une nouvelle alchimie encore plus intense entre eux. Ce que nous avons le plus aimé est le fait que la roman – bien qu’ils se connaissent déjà – prend son temps, met en avant une tension palpable (avec des piques entre les deux héros à mourir de rire) qu’on a adoré !

Ensuite, il ne faut pas croire qu’il s’agit simplement d’une romance banale, feel-good. Loin de là, K. Bromberg exploite le passé de Dekker et de Hunter à la perfection. Elle arrive à trouver les bons mots et à nous donner envie de réconforter les personnages. On a été beaucoup plus touchées par Hunter – peut-être parce qu’on comprend mieux que quiconque ce qu’il vit – (on ne vous en dit pas plus pour ne pas vous spoiler). Mais on a directement été émues ; l’auteure l’a développé avec ses défauts et ses qualités ce qui rend ce personnage réaliste. En effet, Hunter, c’est le héros de tout le monde, celui qui montre un grand sourire, là où il devrait plutôt pleurer. Il se montre fort et encaisse tout à l’intérieur de lui. Dekker, quant à elle, c’est vraiment la tendresse à l’état pur ainsi que la sagesse. Elle a aussi souffert, mais elle a réussi à un peu plus aller de l’avant, contrairement à Hunter.

« […] c’est en rencontrant un nouvel amour que l’on sait que l’on n’est pas brisé. C’est comme cela que tu sais que ton coeur peut battre encore. C’est à la fois le remède et la fin. Pouvoir aimer à nouveau signifie que tu es toujours en vie. »

Ce livre nous a aussi permis de découvrir la plume de l’auteure qu’on n’avait encore jusqu’à là jamais lu. Sa plume est travaillée, fluide et dans les moments nécessaires, elle arrive à utiliser sa plume poétique pour nous faire ressentir des émotions et des frissons. On n’a plus qu’une envie : découvrir davantage de romans de cette auteure.

Pour conclure, on ne peut que vous conseiller de lire ce roman ! Vous attendez quoi pour foncer les yeux fermés découvrir cette petite pépite qui nous a fait du bien et qui en même temps, a su nous toucher ? On espère que les autres tomes sauront être à la hauteur de ce premier.

FONCEZ !

𝐋𝐮𝐜𝐤𝐲 𝐢𝐧 𝐥𝐨𝐯𝐞

« Lucky in love » est un roman de Kasie West édité chez Hugo New Way

Note : ⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Un coup de chance peut tout changer… même votre coeur !

Maddie n’est pas une fille impulsive. Son genre, c’est plutôt travailler dur et tout planifier. Pourtant, un soir, sur un coup de tête, elle s’achète un ticket de loterie. Et, à sa plus grande surprise… elle remporte le gros lot !

En un battement de cils, la vie de Maddie change du tout au tout. Fini le stress d’obtenir une bourse pour ses études. Sa nouvelle préoccupation : pourquoi ne pas s’acheter un yacht ? Et, au passage, se retrouver au centre des attentions au lycée est plutôt agréable. Même si, rapidement, elle ne sait plus discerner qui est sincère avec elle.

Seth Nguyen mis à part… Son charmant – et plein d’humour – collègue au petit zoo local. Il n’a pas l’air d’avoir entendu parler de la grande nouvelle. Et pour une raison qu’elle n’arrive pas à discerner, elle préfère ne rien lui dire. Mais la vérité pourrait-elle tout changer ?

♦ Avis :

Tout d’abord, il faut savoir qu’on avait hâte de découvrir cette auteure sur laquelle on n’entendait que du bien et dont on a un autre livre dans notre PAL. Malheureusement, on en attendait peut-être un peu trop puisqu’il nous a manqué plusieurs choses pendant cette lecture. Il est également à noter que ce roman est en fait, un New Way mettant en place une romance douce avec derrière, toute une histoire autour de la gagnante de la loterie et donc, de l’argent.

On ne peut nier que la plume de Kasie West est vraiment agréable à lire et fluide. Les pages se lisent toutes seules. C’est un peu le genre de petite lecture qu’on lit en 24h ou 48h pour faire passer une panne de lecture ou simplement, entre deux grosses lectures.

Il faut savoir que personnellement, on aime bien quand il y a beaucoup de dialogues parce que ça dynamise la lecture. Cependant, dans ce roman, il n’y avait quasiment que ça et on a trouvé qu’il manquait de narration. On aurait aimé avoir plus de développement (et cela grâce à la narration) sur l’ambiance, mais surtout sur les émotions de Maddie qu’on a trouvé à certain moment « fade ». Le fait qu’il n’y ait quasiment que des dialogues donnent l’impression d’avoir survolé l’histoire.

– Tu as changé Maddie, maugréa Blaire.

– Quoi ? Comment ça ?

– Depuis que tu as gagné à la loterie, on a l’impression que tu ne t’intéresses plus aux mêmes choses qu’avant. Tu n’as eu qu’un C à l’interrogation d’histoire.

Ensuite, on a vraiment été intriguées par cette histoire ; surtout que le fait de se dérouler autour d’une gagnante de la loterie pouvait apporter une morale très intéressante. Il y a en effet, une petite morale autour de cette histoire, mais c’est vrai qu’elle aurait pu être davantage mise en avant et être plus claire. Durant tout le roman, on voit comment l’entourage et même les inconnus se comportent avec Maddie qui a gagné la loterie : c’est là-dessous que se cache la morale, mais on aurait aimé que Maddie, l’héroïne apporte quelque chose. Effectivement, au lieu de cela, nous l’avons trouvé plutôt agaçante et surtout, on a trouvé que justement, elle n’apportait pas de morale à l’histoire puisqu’elle achète des choses complétement idiotes – selon nous, bien entendu.

Enfin, la romance est toute douce et pleine de tendresse. C’est une petite romance qui donne le sourire et qui fait un peu rêver…le genre de romance utopique et de jeunesse (bien que l’héroïne en a 18). Ici encore, il nous a manqué du développement. Effectivement, la romance est vraiment minime et on aurait aimé qu’elle s’installe dès le début et qu’encore une fois, les émotions soient davantage mises en avant.

Pour conclure, on est assez tristes d’être quelque part déçues par ce roman…peut-être en attendions-nous trop après avoir entendu des éloges sur cette auteure ? Cela reste une lecture douce et sans prise de tête, mais qui manque au final de développement pour nous.