𝐍𝐨𝐮𝐬 𝐝𝐞𝐮𝐱 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐭𝐨𝐢𝐭 𝐝𝐮 𝐦𝐨𝐧𝐝𝐞

« Nous deux sur le toit du monde » est un roman de Adèle Ninay édité chez Hugo New Romance.

Note Isabelle : ⭐⭐⭐,5/5

Note Héléna : ⭐⭐,25/5

♦ Résumé :

Depuis deux ans déjà, la vie de Léna est en suspens. Depuis la mort accidentelle de Ben, son premier amour, ni les sorties ni les amies ne l’intéressent. Elle n’est d’ailleurs plus très sûre que la vie elle-même ait beaucoup de charme à ses yeux. Pour continuer à avancer, elle s’accroche au vertige procuré par ses aventures nocturnes, lorsqu’elle escalade des bâtiments abandonnés, et aux phobies qui rythment son quotidien. Mais un jour, une nouvelle amitié s’impose à elle, et tout le système soigneusement élaboré par Léna pour se protéger commence à s’effriter.

En s’ouvrant peu à peu au monde, elle devient chaque jour plus vulnérable, jusqu’à sa rencontre avec Tom, qui sera le coup de grâce. Libre et insouciant, le beau graffeur aime la vie à mille à l’heure et le danger. Tout ce qui effraie Léna. Comme la hauteur, Tom lui donne le vertige. Et elle est irrésistiblement attirée par le vide.

♦ Avis :

Pour commencer, il faut savoir qu’on a pris énormément de temps pour écrire cette chronique car on n’a absolument pas le même avis sur ce roman. Vous aurez donc, ici une chronique exprimant nos avis divergents à toutes les deux.

Un des deux points sur lesquels on est d’accord est l’écriture d’Adèle. Il faut le dire, on n’a pas trop adhéré à sa plume qui utilise, dans la narration, des mots du genre « chelou », « taf », « hein ». En avançant, on a tenté de davantage nous concentrer sur le fond et passer outre cette écriture, mais on ne peut cacher que ça nous a dérangées pendant la lecture.

Concernant les personnages, nos avis commencent à diverger. Isabelle a réussi à s’attacher à Léna et son amie, Anna. Elle a adoré le fait qu’on voit l’évolution de Léna, de son originalité et de sa mentalité. Quant à Anna, elle a aimé son grain de folie et sa relation avec Léna qui a réussi à la toucher. Cependant, Isabelle a trouvé certaines décisions de Léna trop immatures. Héléna a eu beaucoup de mal avec tous les personnages qu’elle a trouvés quelque peu superficiels. Anna a réussi à la charmer avec sa folie, mais Léna – bien qu’étant un personnage avec beaucoup de potentiel – n’a pas réussi à la toucher à cause de son immaturité et du manque de développement de ses phobies, TOC. Par contre, on a toutes les deux eu beaucoup de mal avec Tom parce qu’il est resté assez « éloigné » de nous. L’auteure ne donne pas énormément d’informations sur lui, ainsi on a l’impression que le personnage est « survolé ».

« – Mes parents disent « spéciale ». Mais c’est un autre sujet, je ne vais pas te faire fuir tout de suite.

Il m’étreint plus fermement.

– Ça risque pas.

S’il savait…

Je lui lance un regard ému.

– Attends de voir, quand même… Je me trimballe pas mal de casseroles.

Il attrape mon menton et approche son visage du mien.

– Embrasse-moi, au lieu de dire des conneries. »

– Adèle Ninay

Isabelle a adhéré à la romance mignonne, leur relation qui panse leur blessure mutuellement, mais elle aurait aimé que ce soit un poil moins rapide. Quant à Héléna, certes, elle a trouvé la romance mignonne, mais justement, trop gamine et immature. Elle n’a pas réussi à y croire à cause du manque de développement. Elle n’a pas ressenti une progression d’émotions qui aurait pu créer des papillons dans le ventre.

Pour terminer, l’univers est le deuxième point sur lequel nous sommes d’accord. On a toutes les deux beaucoup aimé l’univers de l’urbex, du graff qui a, été bien exploité ici.