𝗦𝗶 𝗯𝗲𝗹𝗹𝗲, 𝗦𝘆𝗯𝗶𝗹𝗹𝗲

« Si belle, Sybille » est un roman de Valentine Lalande édité chez Hugo New Way.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Sybille se trouve moche, fade, inintéressante. Elle rase les murs du lycée pour ne pas se faire remarquer. Chaque jour, elle tente de sourire à son reflet dans le miroir, mais lorsque sonne sa première heure de cours, elle remet son masque d’adolescente solitaire ignorée par ses camarades. En secret, elle observe Soren, le type du dernier rang qui passe ses journées à griffonner sur un carnet.

Lorsque leur professeur de Littérature les soumet à un exercice d’écriture en binôme, elle espère bien tomber sur celui qui l’envoûte depuis le collège.

Malheureusement, le sort en décide autrement. Et c’est la pétillante Sofia, sa meilleure amie aussi généreuse en formes que de caractère, qui tombe sur Soren. La banale Sybille se retrouve à devoir travailler avec Samuel, qui décroche de loin la palme du pire crétin de la classe. Arrogant, imbu de lui-même et redoublant pour la deuxième fois… L’exercice littéraire risque de ne pas être une partie de plaisir.

À moins que… Et si Samuel l’aidait à prendre confiance en elle et à faire craquer le mystérieux Soren ?

♦ Avis :

Il y a des livres dont l’histoire est relativement simple, mais qui vous touche par les simples messages que l’auteure fait passer, par la manière si simple, mais si authentique de parler de sujets sensibles, mais communs. La morale la plus importante traite du bodypositive, un sujet qui nous touche beaucoup. Sybille ne se trouve pas belle, elle ne s’accepte pas vraiment et donc, elle essaie de passer inaperçue à l’école afin de ne pas attirer l’attention. Ce personnage a fait écho en nous, on a réussi à nous retrouver chez elle et à nous attacher à elle et à sa famille qui n’est peut-être pas la famille parfaite, mais qu’on a trouvé attendrissante et chaleureuse. Vous allez nous dire que c’est un thème qui est assez récurrent, même en New Romance. Et on est d’accord avec vous, mais ici, avec ce roman, on a eu l’impression de lire des ressentis, des mots, des comportements à nous. En bref, Si belle, Sybille, c’est une histoire simple et pas très originale voire un peu cliché, mais ce qui a dominé notre lecture, c’est cet esprit doux qui fait passer des messages.

« — Tu m’aimes ? C’est ce que tu es en train de dire ?

Ses joues sont écarlates et les miennes doivent prendre la même teinte.

— Bien. Je t’aime bien.

C’est déjà pas mal. »

Valentine Lalande

Ce qu’on a adoré dans ce roman, c’est les différents points de vue. On suit réellement l’histoire de quatre personnages principaux. Au début, on avait peur d’être perdues face à autant de points de vue, mais au final, pas du tout, on a même trouvé cela plus intéressant parce qu’on peut faire face à plusieurs personnages différents. D’un côté, on a Sofia, une femme plus extravertie, mais qui subit du harcèlement. Sofia, c’est, à l’extérieur, l’exact opposé de Sybille parce qu’elle assume ses goûts et son corps. On l’a adoré parce qu’elle rajoutait ce petit côté comique et jovial. Quant à Samuel, comment ne pas l’aimer ? Oui, c’est un personnage assez cliché, mais il a réellement bien été pensé parce qu’on suit une vraie évolution de son comportent et de son caractère. Enfin, on a Soren, c’est le personnage auquel on n’a le moins réussi à nous attacher. Peut-être parce qu’il est le plus timide et donc, qu’il n’est pas aussi présent que les autres dans l’histoire.

C’est le premier roman qu’on a lu de cette auteure et on a beaucoup aimé sa plume. Elle est à la fois, simple, addictive et très agréable à lire. Les pages du roman ont défilé sans qu’on ne les voie. Pour conclure, on ne peut que vous conseiller cette histoire touchante, simple et qui fera sûrement écho à beaucoup d’entre vous.

Publicité