𝐃𝐮𝐚𝐥𝐢𝐭𝐞́, 𝐓𝟏

« Dualité » est le premier tome d’une saga de Lola Besnard.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Face aux cartels qui pourrissent la Colombie, les sœurs Flores n’ont aucune solution. Avant ça, ces nuisibles étaient comme invisibles, inexistant. Mais il a suffit d’un kidnapping, d’une rencontre étrange et surtout d’une vengeance irréductible.

Entre guerre des gangs, passions toxiques, trahisons, mensonges et amours destructeurs, le début de leurs histoires ne signera qu’une fin inévitable, la leur.

A deux, tous et toujours plus simple.

♦ Avis :

Quand Lola nous a contactées pour nous proposer son roman, on n’a pas pu refuser parce qu’on aime tellement l’univers des cartels, de la mafia. On est contentes d’avoir pu découvrir une nouvelle auteure et également son univers qu’on a énormément aimé. Certaines choses nous ont beaucoup moins plu, mais on a trouvé que ce premier tome est en fin de compte, un vrai diamant à l’état brut.

Pour être totalement honnêtes, au début du roman, on a eu un peu de mal parce que l’histoire, l’univers et surtout, les personnages manquaient cruellement de maturité. Heureusement, au fil des pages, les personnages prennent de plus en plus en maturité et on a réussi à vraiment nous plonger dans l’univers. On n’arrivait pas à lâcher le roman tant il était addictif et rempli d’actions.

Raphaël est sûrement LE personnage qui nous a le plus conquises. Dès le début, c’est celui qui s’est montré plus mature et surtout, on a trouvé que sa psychologie était bien travaillée. On a adoré découvrir son univers de la mafia ; ce côté sombre. Rojo ne se laisse pas facilement impressionner, il est violent, froid et sanguinaire, mais sans pouvoir vous l’expliquer, on a réussi assez facilement à nous attacher à lui. Par contre, on a eu plus de mal avec Luis parce qu’il n’avait pas du tout ce côté sombre et redouté. Il était plutôt, à nos yeux, le « gamin » en manque d’action. Quant aux filles, on a à nouveau, le même scénario. Bianca est absolument adorable, attachante et mieux travaillée. C’est le genre de femme à la fois badass parce qu’elle ne se laisse pas faire, mais aussi celle qui peut se montrer très attentionnée avec ses proches. Quant à sa sœur, Alma, on l’a trouvée plus fade et moins mature. L’auteure la décrit déjà comme superficielle, mais on avoue qu’on n’a pas réussi à nous attacher à elle parce qu’elle vivait trop dans son petit monde et ça nous a beaucoup agacées.

« – Tu es un sacré connard toi, quand tu veux.
(…)


– Répète pour voir ?


La commissure de ses lèvres s’étire dans un sourire.


– C’est fou comme, même dans un état pitoyable comme celui-ci, tu n’aimes pas être insulté, me nargue-t-elle. »

Lola Besnard

L’originalité de la romance est qu’il n’y en pas une, mais deux. On a une première romance entre Luis et Alma ; et la deuxième est entre Bianca et Raphaël. Sans surprise, on a ADORÉ la romance entre Raphaël et Bianca bien qu’elle aurait pu être légèrement plus développée. On l’a trouvée plus authentique, plus puissante et forte en émotions et tension que celle entre Luis et Alma à laquelle on n’a pas crue à cause de la rapidité de leur relation. Bianca et Raphaël…ce n’est absolument pas une évidence entre eux, c’est compliqué et surtout, trop dangereux. Mais dès leur rencontre, on sent cette tension et cette attirance physique entre eux qui ne nous a pas laissé indifférentes.

Parlons de l’univers de la mafia et des cartels. Dès les premières pages, on est plongées dans cet univers et directement, on se rend compte que l’auteure a réellement fait des recherches pour être cohérente et précise. On a adoré toutes ses idées autour de la mafia (les soirées entre mafieux, les échanges, etc.) et surtout, autour des cartels colombiens.

Enfin, on a beaucoup aimé la plume de Lola qui est douce, agréable à lire et addictive. On a senti une évolution de sa plume au fur et à mesure du roman.

En conclusion, de manière générale, on a vraiment trouvé que le roman avait du grand potentiel, mais que certains éléments auraient nécessité un peu plus de développement pour pouvoir être totalement absorbées par l’histoire. On est très curieuses de découvrir ce que nous réserve le tome 2…

𝐒𝐚𝐯𝐞 𝐓𝐡𝐞 𝐑𝐚𝐯𝐞𝐧

« Save The Raven » est un roman de Mel Guent.

Note : ⭐⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

La noirceur d’âme.

Comment une thématique, aussi grande soit-elle, peut-elle me caractériser depuis l’enfance ? J’ai beau m’inspirer des plus grands poètes pour survire, aucune issue salvatrice n’est faite pour moi. Et que dire de l’amour, que je croyais être ma résurrection dans ce monde impitoyable ? J’ai beau tenter de déployer mes ailes de charognard par-delà les terres hostiles que représentent ma vie, je pense réellement que seule la mort est mon alliée dans cette guerre sans fin contre la violence. Foutu espoir de merde !

Nate

Solitude.

Voilà ce que représente mon quotidien ! J’ai beau m’évertuer à sauver des vies pour me sentir vivre, mon cœur, lui, est mort avec mes parents depuis bien trop longtemps. J’aspire mon oxygène dans les sourires des patients et me nourris d’interactions sociales, mais si seulement ils avaient conscience que c’est uniquement grâce à eux que je subsiste aujourd’hui. Je ne me pardonnerai jamais ce que j’ai fait et aucune victime ne pourra alléger ma culpabilité.

Foutu espoir de merde!

Stella

Quel avenir attend ces deux vies que tout oppose ?

♦ Avis :

Tout d’abord, il faut savoir qu’il s’agit d’une romance basée sur des faits réels. En effet, l’histoire aborde une thématique très forte qui est la violence conjugale envers les hommes.

Bouleversant. Réparateur.

Ces deux mots définissent sans aucun doute ce roman dans lequel on y retrouve Nate, un jeune homme qui broie du noir, qui subit des violences conjugales et qui pourtant, trouve cela quasiment normal tant son amour pour Julie est fort. Cependant, Stella débarque dans sa vie et commence alors tout un processus à la fois de conscience et de réparation. Nate est un homme touchant, bouleversant, si humain et si attachant. Pendant tout le roman, on voulait rentrer dans l’histoire afin de le rassurer, de le sauver. Quant à Stella, c’est une femme qui sans réellement s’en rendre compte, se laisse malmener par une routine, par des démons qui ne cessent de la hanter. Elle est peut-être encore hantée par ses démons, mais à côté de ça, elle est douce, pleine de tendresse et on a vraiment adoré la découvrir. On a énormément aimé les personnages qui ont chacun, une forte personnalité et un fond tellement attachant.

Cette histoire contient deux gros points forts. Tout d’abord, Mel Guent nous dépeint une réalité malheureuse, mais elle le fait avec un vrai réalisme. Il n’est pas question d’oublier Julie deux secondes après avoir rencontré Stella, non bien au contraire, Nate va encore souffrir, va devoir faire des efforts pour aller de l’avant. On a eu l’impression de vraiment suivre le processus de guérison de ce jeune homme. L’auteure arrive à nous exposer une thématique compliquée et que nous ne voyons pas beaucoup dans les romans. Alors nous avons été ravies de lire une histoire traitant de cette thématique et surtout, on en a appris plus là-dessus. En bref, Mel a réussi à nous sensibiliser davantage à ce sujet.

« Je sais que c’est ce genre de moment qui manque incontestablement à ma vie. De la tendresse, du partage, ne faire qu’un avec l’autre. Je resterai ainsi pour toujours, son large torse entourant le mien. Je ne veux pas bouger, je savoure parce que je sais que ce sont des minutes éphémères que je vole à l’éternité. »

« Save the raven » de Mel Guent

Puis, les émotions du roman ont réussi a nous toucher en plein cœur. Mel Guent a une plume agréable et addictive, mais elle n’utilise pas d’artifices pour exprimer les émotions. Elle le fait de manière « réelle », presque brute, mais on les ressent davantage grâce à ça parce qu’elle ressort vraiment toutes ses tripes pour nous exposer les émotions. Un roman vraiment bouleversant qui ne vous laissera pas indemne.

Pour finir, la seule chose qu’on peut reprocher à ce roman, ce sont les longueurs. En effet, à certains moments, on trouvait que l’histoire s’attardait trop et perdait donc un peu en addictivité.

Pour conclure, on vous conseille vivement de vous procurer ce roman, ne serait-ce que pour en apprendre davantage à ce sujet, mais aussi pour être bouleversés à votre tour par l’histoire de Nate et Stella.