𝐋𝐚 𝐦𝐚𝐥𝐞́𝐝𝐢𝐜𝐭𝐢𝐨𝐧 𝐝𝐞𝐬 𝐀𝐭𝐮𝐚𝐬

Photo disponible sur Instagram

« La malédiction des Atuas » est un roman de Scheinmeer Morgane et Laure Allard-d’Adesky éditée chez Plumes du Web.

Note : ⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

Maxime et Clarisse ne se connaissent pas et habitent à l’autre bout du monde l’un de l’autre. C’est donc par hasard qu’ils se font tatouer le même jour des signes tribaux.

Lors d’une rencontre fortuite à Sydney, ils réalisent que lorsqu’ils se touchent, leurs poignets les brûlent intensément et laissent apparaître d’étranges chiffres.

Pour les deux jeunes gens, c’est le début d’une aventure extraordinaire qui les conduira en Nouvelle-Zélande sur la trace des dieux maoris : les Atuas.

Quel est le lien surnaturel qui les relie ? Comment gérer une attirance mutuelle quand on ne peut pas se toucher ? Et surtout, comment contrer la malédiction qui semble les condamner ?

Une histoire d’amour fantastique où les apparences sont souvent trompeuses…

♦ Avis :

Tout d’abord, comme beaucoup le savent, Plumes du Web est une de nos maisons d’édition préférées parce qu’elle offre un large choix de romans tous plus fantastiques les uns que les autres. Malheureusement, on a moins accroché à ce roman et c’est donc le premier roman non coup de cœur.

Premièrement, un des gros points positifs du roman est l’originalité de ce dernier. En effet, les auteures nous amènent à vivre des légendes dites « maoris ». Ceci nous amène à un deuxième point positif. Effectivement, derrière ce roman se cache du travail et des recherches acharnées. On remarque bien que tout ce que nous disent les personnages a été recherché. Et on a trouvé ça très intéressant d’en découvrir davantage sur cet univers.

En revanche, on aurait aimé que l’histoire soit davantage développée. On vous l’a répété dans nos update stories sur Instagram, mais on a trouvé que la romance avançait trop vite. On aurait aimé qu’elle se développe le long des aventures entre les deux personnages. On aurait aimé apprendre à mieux connaitre les personnages séparément avant des les voir ensemble.

« Clarisse se rapproche de moi.

– Je ressens la même chose, répond-elle sans me quitter des yeux.

– Si tu savais comme j’aimerais t’embrasser.

Une boule se forme au creux de mon ventre. J’ai envie d’elle. Elle est si belle, si désirable dans ce débardeur qui finalement ne cache pas grand-chose de ses courbes parfaites.

– J’espère qu’au bout de notre quête, nous serons libérés de cette putain de malédiction.

– Il parait que l’amour sans patience est un amour qui ne peut être éternel.

– Tu parles comme un livre, répond Clarisse en me tirant la langue.

– Si tu savais tout ce que je fais de mieux qu’un livre. »

On revient sur les points positifs : la plume des deux auteures. Ce roman se lit très rapidement et ce grâce à la plume très jolie, fluide à lire et addictive. En effet, malgré la rapidité, l’histoire est très addictive et intrigante.

Pour conclure, c’est un roman agréable à lire, mais qui aurait pu être plus développée. Si vous cherchez un roman fantastique où le fantastique n’est pas trop poussé à l’extrême, celui-ci est vraiment très bien ! Il vous permet de rentrer dans un univers parallèle tout en gardant un pied dans la réalité.