𝐒𝐞𝐮𝐥𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐭𝐫𝐨𝐢𝐬 𝐦𝐨𝐢𝐬

« Seulement trois mois » est un roman de Laurène Reussard édité chez Hachette Romans.

Note :⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Victoire et Adam étaient inséparables. Du moins, c’était ce que pensait Victoire jusqu’à la fin de son année de terminale quand son meilleur ami a disparu du jour au lendemain.

Deux ans plus tard, elle a tout pour être heureuse. Alors le jour où Adam refait surface, c’est la douche froide. D’autant ^que la jeune femme se voit obligée d’héberger son ancien meilleur ami, le temps qu’il trouve ses repères à Paris.

Victoire lui impose une condition : « Seulement trois mois, pas un jour de plus. » Ensuite, elle aura le choix de le laisser sortir de sa vie définitivement…

Mais quand les sentiment amoureux s’ajoutent à l’amitié, est-il réellement possible de nier l’évidence? Victoire parviendra-t-elle à élucider ce qui se cache derrière le départ d’Adam ?

♦ Avis :

Quand il y a de la haine dans une relation, l’amour n’est jamais très loin… Cette histoire pourrait se résumer à cette citation bien connue de tous sur la haine et l’amour. Vic et Adam, c’est une histoire d’amour et de guerre. De non-dits. Une histoire où dire les choses devient si compliqué que fuir est la meilleure solution. Et autant vous dire qu’on a plus qu’adoré être plongées dans ce roman qui nous fait osciller entre larmes et sourires. La plume de Laurène a réussi à nous captiver.

La première fois qu’on a dû parler de Vic et de Adam, les mots ont coulé tout seuls. Maintenant qu’on doit vous écrire cette chronique, ils manquent à l’appel pour décrire à quel point nos deux héros sont si beaux et bienveillants. Vic est ce bout de femme maladroite, sociable, solaire, lumineuse, tendre, passionnée et une amie en or. Quant à Adam, il est vraiment difficile à décrire parce qu’au début du roman, il était assez ténébreux, mystérieux qu’on avait du mal à le cerner. Mais petit à petit, on le découvre : cet Adam attentionné et sensible. On a à la fois été touchées par sa sensibilité qui nous a noué la gorge et par son caractère plus « mauvais » qui complète son charisme.

Regret. Secrets. Amour passionné. Fougueux. Inavouable. Autant de mots pour vous décrire les sentiments que nous avons ressentis au fur et à mesure de nos lectures. Nous avons été transcendées du début à la fin par cette histoire d’amour plus que compliquée. Entre fuite et mensonges, l’histoire entre Vic et Adam reste loin d’un conte de fées. Vic a du mal à avaler le départ de Adam, mais devoir vivre avec lui pendant trois mois va tout remettre en question et faire vaciller ses barrières. Entre disputes et piques, cette romance nous révèle une connexion entre ces deux personnages bien plus forte et solide que leurs disputes, bien plus belle et tendre ! On passe d’un friends to lovers to ennemies to lovers ! Pour résumer, la relation entre Vic et Adam n’est pas facile du tout. Et puis, cette histoire est belle, non seulement grâce à cet amour, mais grâce aussi à toutes les autres formes d’amour : l’amour d’un frère et d’une sœur qui nous a plus que touchées, l’amour entre des amis qui se soutiennent et enfin, l’amour d’un père pour ses enfants.

« – Et si tu devenais sympa avec moi ? Je veux dire tous les jours.

Je me braque aussitôt. La légèreté de ce moment résidait justement dans l’omission de notre conflit.

– La sympathie ne se commande pas, elle se mérite.

– Tu es dure. Plus qu’avant, déclare-t-il.

[…]

– C’est perturbant, parce que tu restes toi… Mais il y a cette amertume qui te rend distante avec les gens.

– Distante avec toi, je le corrige.

– Pourquoi ?

– Parce que je te déteste. »

– Laurène Reussard

Comme dit juste au-dessus, on a adoré la relation entre Vic et son frère parce qu’au-delà d’être ce protecteur – peut-être abusif, mais qu’on a aimé –, c’est un roc, un soutien pour Vic et vice versa. En bref, on n’hésitera pas à lire d’autres romans de cette auteure !

« – Mais peut-être que prendre le risque de souffrir, c’est te donner des chances d’être heureux ? »

– Laurène Reussard
Publicité

𝐈𝐧𝐞́𝐯𝐢𝐭𝐚𝐛𝐥𝐞

« Inévitable » est un roman de Kerbie V. Messier édité chez Hugo New Romance.

Note : Déception

♦ Résumé :

Au volant de sa voiture, l’attention de Béatrice a été détournée par de sombres pensées. Une fois encore. Depuis, elle veille sur l’homme qu’elle a frôlé de trop près, craignant qu’il ne perde la vie.

Lorsqu’il ouvre enfin les yeux, la jeune femme ne tarde pas à disparaître. Dexter entame sa longue convalescence tout en cherchant à en savoir plus sur celle qu’il croit, à tort ou à raison, être un ange sur sa route.

Le hasard n’a pas dit son dernier mot ; Béatrice et Dexter se rejoignent, puis s’éloignent, car des ombres planent autour d’eux. Sont-ils voués à vivre ainsi, inquiets et tourmentés ? Pourront-ils affronter les fantômes du passé pour mieux se retrouver ?

♦ Avis :

Malheureusement, c’est une déception pour nous. On ressort frustrée de cette lecture. On tient à préciser que cet avis ne nous engage que nous et vous êtes évidemment invité.e.s à le lire pour vous faire votre propre avis. Si la plume de Kerbie est belle et fluide, l’histoire en elle-même n’a pas réussi à nous transporter.

Dans ce roman, on fait la rencontre de Béatrice et de Dexter. Béatrice aurait pu être un personnage sensible, un personnage à qui on aurait pu s’identifier. Malheureusement, le développement de son personnage est resté trop superficiel ce qui nous a empêchées de cerner son personnage et de ressentir, partager ses émotions. On a ressenti la même chose pour Dexter. On n’a pas réussi à ressentir une émotion particulière ni à nous attacher aux personnages. Un développement plus profond et moins superficiel aurait permis de renforcer leur personnalité et ainsi pouvoir les rendre d’autant plus intéressant.

C’est une histoire de destin qui met Béatrice et Dexter sur le même chemin – ou plutôt sur le même accident. Dexter se retrouve à l’hôpital après un accident et Béa est celle qui vient le voir tous les jours pour s’assurer de son état. Leur rencontre n’est pas banale et aurait pu donner lieu à une histoire intéressante. Malheureusement, la suite nous a déçues. En effet, les personnages se rencontrent de nombreuses fois par hasard (un peu trop gros comme hasard). Mais ce qui nous a le plus dérangées, c’est leur relation beaucoup trop rapide. On n’a pas ressenti les premiers sentiments, les papillons dans le ventre, etc. On pourrait parler de coup de foudre, mais pour nous, rien n’était crédible dans leur relation et sentiments. On n’a pas réussi à nous accrocher à leur histoire et à y croire. De plus, on a eu l’impression de lire plein de fragments mis en semble, mais sans réel continuité entre eux. 

Concernant l’intrigue, on a trouvé ça un peu trop « gros » pour être réaliste et crédible. Même si l’idée de base a du potentiel et aurait pu être carrément intrigante, on avait deviné dès le prologue tout le dénouement de l’histoire.

𝐄𝐭 𝐥𝐞𝐬 𝐞́𝐭𝐨𝐢𝐥𝐞𝐬 𝐛𝐫𝐢𝐥𝐥𝐞𝐧𝐭 𝐞𝐧𝐜𝐨𝐫𝐞

« Et les étoiles brillent encore » est un roman de Chloé Poncet édité chez Nishaetcaetera (les éditions Opportun)

Note I : ⭐⭐⭐/5

Note H : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

L’amour juste après la mort

L’amour juste après la mort

Après le décès tragique de sa mère, Emerson Wallace se console en travaillant dur pour réussir ses deux objectifs : obtenir sa licence d’histoire et payer son loyer. De nature discrète, elle ne laisse personne entrer dans sa vie à part Jared, son grand frère, et Rachel, sa meilleure amie.

De son côté, Kaden Evans jouit pleinement de son image de tombeur. Star de l’équipe de hockey de l’université, il souffre de ne pouvoir révéler le secret de son père au risque de faire voler en éclats le fragile équilibre de sa famille recomposée.

Les routes d’Emerson et de Kaden se croisent un soir d’hiver et leurs mondes que tout oppose entrent littéralement en collision ! Kaden est immédiatement intrigué par l’apparence froide et distante d’Emerson. Emerson, quant à elle, redouble de méfiance face à cet homme si séduisant et pour qui tout à l’air si facile…

Une opposition de caractères trompeuse

Ils sont à mille lieues de pouvoir imaginer tout ce qui les relie…

Vont-ils réussir à se faire confiance ? L’amour réussira-t-il à briser les chaînes d’Emerson et Kaden pourra-t-il affronter ses démons ?

♦ Avis :

En ouvrant ce roman, nous n’avions pas vraiment d’attente spécifique, si ce n’est la promesse d’une histoire touchante et pleine de tendresse. Nous avons apprécié notre lecture, mais nous restons quelque peu déçues par certains points.

Pour commencer, on fait la rencontre de Emerson et de Kaden. Ils sont tous les deux attachants à leur manière. D’un côté, Emerson est douce, gentille, une battante et a une personnalité touchante. On a juste trouvé qu’elle était à certains moments, vraiment insupportable. On a aimé voir sa relation avec son frère évoluer vers des hauts et des bas ; mais surtout, on a adoré voir en elle cette femme qui se bat pour la vie et pour sa famille. Quant à Kaden, on le trouve si attentionné et exceptionnel. Il a réussi à nous toucher par son présent qui le hante, mais aussi par sa manière d’être si gentil et bienveillant. On a adoré sa relation avec sa famille et découvrir sa rédemption.

Concernant la romance, c’est le point qui a causé le plus de divergences. En effet, la relation entre les deux est douce, pleine de tendresse et saine. Seulement on a trouvé leur début de relation un peu brutal. Isabelle a également noté qu’elle aurait aimé avoir une psychologie plus poussée sur leur relation parce qu’elle a trouvé que le changement entre « ami » et « amoureux » est sans description/évolution de(s) sentiments.

« – Emerson, je veux t’embrasser.

(…)

– Je meurs d’envie de t’embrasser, mais cette fois-ci, je ne veux pas qu’on oublie. »

– Chloé Poncet

Ce qui nous a réellement intéressées, c’est toute la trame familiale. L’intrigue nous a dès le début beaucoup plu et on voulait vraiment connaitre la réalité. Ce qui nous a manqué, c’est plutôt l’univers du hockey qui est finalement, très peu présent.

Pour finir, la plume de l’auteure est addictive et agréable à lire bien qu’Isabelle a trouvé la plume encore très timide. On serait vraiment curieuses de découvrir ses prochains romans.

𝐃𝐚𝐫𝐤 𝐌𝐨𝐨𝐧, 𝐓𝟏

« Dark Moon » est une saga de Ludivine Delaune et Julie-Anne Bastard publiée chez Plumes du web.

Note : ⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Si à Cursebrook, tout semble banal, cette ville recèle néanmoins bien des mystères… La communauté magique y a élu domicile depuis déjà longtemps. Pourtant, si les clans des fantastiques vivent en harmonie, ils ne se mélangent jamais, car la paix est précaire. Et lorsqu’un enfant loup-garou disparaît, l’équilibre bascule…

Ava Pearce est une jeune sorcière aux pouvoirs aussi récents qu’exceptionnels, mais dans son monde, on se cache pour survivre.

Jasper Loyd est un loup-garou puissant, mais déchu de son rôle d’alpha.

Elle recherche son père, lui veut sauver son frère.

Ils se détestent, pourtant, l’empathie d’Ava l’amène à sauver le jeune loup. Malgré leur aversion, ils vont devoir s’allier pour accomplir leur quête…

Cependant, rien ne se déroule comme prévu. Le danger rôde, et les fantastiques vont devoir choisir leur camp.

Reste une unique question : en qui peuvent-ils avoir confiance ?

♦ Avis :

Comme d’habitude, Plumes du Web nous éblouit avec une couverture magnifique qui attire tout de suite le regard ! On ne pouvait clairement pas passer à côté ! Ce qu’on a vraiment adoré dans ce premier tome, c’est tout l’univers sombre et mystérieux qui donne envie de creuser encore et encore pour avoir toutes les réponses à nos questions. De plus, les plumes des deux auteures se mélangent avec harmonie et rendent la lecture agréable, poétique et fluide.

Les personnages sont vraiment intéressants. On a d’un côté Jasper qui est plus mystérieux, mais on a aimé la complexité de son personnage mis en relief par son passé, mais aussi par son opposition à son clan. On a aimé voir son combat intérieur, ses certitudes voler en éclat, et on a adoré la bestialité de son loup-garou. Quant à Ava, elle nous ressemble beaucoup sur certains points. On a adoré voir une sorte de révélation ou plutôt une évolution de son personnage qui grandit et qui passe moins inaperçue. Ava est une femme dans le doute, sans identité précise, mais au fur et à mesure des pages, on a l’impression d’être face à une fleur qui éclot. Elle s’ouvre et découvre qui elle est. On a adoré sa part d’humanité, sa puissance cachée et sa bienveillance.

« De la pulpe de mon index, je touche ma lèvre inférieure, rougie par ses assauts et sa barbe piquante. J’ai encore du mal à m’extraire de l’intensité de ce que nous venons de vivre. Et le brutal changement de temps semble dû à ce rapprochement inattendu et assez orgasmique. Jamais encore, je n’avais réalisé un bouleversement climatique de ce genre.

– C’est la première et dernière fois ça arrive, sorcière, me prévient-il en s’éloignant.

– Encore heureux, tu embrasses comme un pied, riposté-je avant de le rejoindre. »

– Ludivine Delaune & Julie-Anne Bastard

Ensuite, concernant l’intrigue, on comprend très vite le fil rouge du roman et donc l’intrigue qui avouons-le est vraiment intrigante et mystérieuse. Ça donne envie de découvrir la suite. Malheureusement, on a beaucoup moins adhéré au rythme du livre. En effet, il n’y a pas énormément de choses qui se passent ou qui permettraient de nous tenir en haleine. C’est cette addictivité qui a manqué selon nous. Les ¾ du roman sont vraiment très lents avant d’arriver à une explosion d’actions.

Pour finir, on est restées sur notre faim concernant la romance. En effet, la romance arrive très tardivement dans l’histoire et au moment où elle se développe, on l’a trouvée un peu brutale. Les auteures ont promis plus d’action et de romance dans le second tome !

𝐌𝐲 𝐚𝐫𝐫𝐨𝐠𝐚𝐧𝐭 𝐤𝐧𝐢𝐠𝐡𝐭

« My arrogant knight » est un roman de Ashley Jade édité chez Collection &H.

Note :⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Il a parié qu’il la séduirait. Elle va lui montrer qui mène vraiment le jeu…

Sportif, diaboliquement sexy, riche et sans scrupule, Cole règne en maître sur le lycée d’élite de la Royal Hearts Academy. Personne ne soupçonne que sous cette façade il cache une blessure profonde… Personne, sauf Sawyer Church, cette fille trop sage qui l’attire irrésistiblement. Aussi, quand son pire ennemi le met au défi, devant tous ses coéquipiers, de prendre la virginité de Sawyer, il hésite, mais se sent coincé. S’il veut tenir sa réputation – et garder sa Ferrari – il a maintenant six mois pour séduire Sawyer…

Quand Sawyer entend Cole accepter ce pari révoltant, elle est furieuse. Elle a beau savoir que Cole est un enfoiré de première, elle avait la faiblesse de croire qu’il la respectait un minimum, voire qu’il ressentait lui aussi ce lien troublant entre eux, depuis le baiser qu’ils ont échangé un soir. Elle se trompait. Il la prend pour une fille crédule et innocente ? Tant mieux : elle va se faire un plaisir de le détromper et de lui imposer ses propres conditions…

♦ Avis :

« Comment se fait-il que les mensonges soient si beaux et la vérité si laide ? »

On avoue qu’on a complètement craqué pour la couverture, le résumé plus qu’alléchant et l’univers du campus. Seulement, en l’ouvrant, on a été frappées par cette histoire parce qu’elle représente bien plus que tout cela… Si au début, on a dû mal à nous plonger dedans, passées les 70 premières pages, on a complètement dévoré ce roman.

Encore une fois, avant la relation, on a d’abord succombé aux personnages. Sawyer et Cole nous ont fait passer par des milliers d’émotions différentes et contradictoires. Ils nous ont fait trembler, pleurer, rire et tombées amoureuses. Réussir à faire ça, c’est déjà incroyable. Sawyer nous a épatées et touchées par son authenticité, son aplomb, son sarcasme, son courage, ses défauts, ses faiblesses, son manque de confiance en elle par moments, mais surtout on la remercie pour les leçons qu’elle donne à la société de manière générale. Cole, quant à lui, peut paraitre arrogant – il l’est –, sûr de lui, courageux, mais au fond, c’est un homme resté bloqué par le passé. Cet homme que la vie a balayé nous a charmées et plus que par son charisme, par sa force et sa faiblesse en même temps. L’auteure le dit elle-même, elle ne nous présente pas des personnages parfaits…loin de là, ils sont parfaitement imparfaits. Mais grâce à eux, grâce aux leçons qu’ils apprennent eux-mêmes, l’auteure nous fait passer des messages.

« – Je n’ai pas de temps à perdre avec tes jeux idiots, Cole. Laisse-moi sortir.

– Ce n’est pas un jeu.

– Alors c’est quoi ?

– Moi, sous mon vrai jour. (Mon souffle se bloque quand il pose ma main sur son cœur qui bat à tout rompre.) Mais je dois t’avertir : il fait sombre à l’intérieur. »

– Ashley Jade

La relation entre Cole et Sawyer se joue à travers une évolution de chacun et un fake-dating. Autant vous dire que le sarcasme de Sawyer et l’arrogance de Cole font des étincelles ensemble. On a du mal à poser des mots sur cette relation parce qu’elle est aussi belle que contradictoire : elle a des airs de douceur et de tendresse, mais en même temps, les piques entre nos personnages la rendent explosive. C’est un succulent mélange de douceur et d’explosion. Enfin bref, on a adoré cette romance. De plus, on a vraiment beaucoup aimé l’univers du campus et on a réussi à vraiment imaginer chaque scène alors qu’il y a très peu de description.

Enfin, un des plus gros points positifs de l’histoire, ce sont les leçons qu’on en tire. On s’est pris de véritables claques en lisant ce roman. L’auteure met en avant un point qui ne va pas dans la société et de manière générale, le regard des autres. Le jugement des autres. Le jugement sur les personnes rondes. On ne compte pas s’étendre parce que pour comprendre à quel point, c’est frappant et authentique, il faut lire ce roman…alors bonne future lecture !

« – Que veux-tu, Colton ?

Le supplice pur qui crispe son visage s’enroule autour de mon cœur et le comprime.

– Quelque chose que je ne pourrai jamais avoir…sous peine de l’anéantir. »

– Ashley Jade

𝐄𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐝𝐞𝐮𝐱 𝐞́𝐭𝐨𝐢𝐥𝐞𝐬

« Entre deux étoiles » est une duologie de Cécile Violette éditée chez Nishaetcaetera.

  • Premier tome :

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

À 25 ans, Scarlet ne rêve que de sa carrière d’étoile à l’Opéra Garnier. En sacrifiant toute sa jeunesse et son adolescente dans la danse classique, elle n’a que faire des histoires d’amour et des distractions de la vie quotidienne. Entêtée, confiante et brillante, pour décrocher les étoiles elle est prête à tout. Mais lorsque son destin heurte celui du célèbre et mystérieux Scar, c’est toute sa raison qui vole en éclat. Jeune rappeur en devenir, Scar n’est pas le genre à faire dans le romantisme, il exècre les relations sentimentales et n’a d’yeux que pour sa carrière.

Entre deux univers diamétralement opposés, Scarlet et Oscar vont devoir s’apprivoiser et avancer main dans la main. À travers Paris et ses monuments, suivez les aventures d’une danseuse et d’un rappeur aux caractères bien trempés, que l’existence semble vouloir réunir coûte que coûte.

♦ Avis :

Quand on nous vend un roman mêlant deux thèmes – la danse et la musique – qu’on adore découvrir dans les romances, on ne peut évidemment pas refuser. C’est pourquoi on s’est lancées à la découverte de ce premier tome. Mêlant rap, danse classique, mais surtout une tension ennemies-to-lovers, on l’a dévoré !

Scarlet est une femme que l’on peut qualifier d’ambitieuse. Ce qui nous a frappées, ce sont les quelques ressemblances qu’on a avec elle. L’auteure nous la dépeint comme une femme ambitieuse, mais qui finalement, ferme les yeux sur le monde, sur les petites choses qui font du bien comme sortir avec des amies, etc. parce qu’elle travaille sans arrêt pour être une meilleure danseuse. En réalité, Cécile a très bien développé ce complexe d’être trop dure avec soi-même, de vouloir être toujours parfaite. On ne pouvait que s’attacher à ce personnage à qui on peut aisément s’identifier. En ce qui concerne Scar, comment ne pas succomber à son charme ? Le fait qu’il chante et écrit des paroles très émouvantes renforcent cette personnalité charismatique du personnage. Le seul petit bémol qui fait que ce n’est pas un coup de cœur, ce sont les quelques comportements immatures au tout début du roman.

L’atout de ce roman, c’est son ennemies-to-lovers puissant. L’auteure a parfaitement réussi à créer une relation explosive entre deux personnages complétement différents. Un est rappeur, l’autre est danseuse. Deux mondes diamétralement opposés qui quand ils se rencontrent, ne peut laisser que des étincelles. On a adoré ce mélange qui crée des piques, de la tension et finalement, une romance à la fois explosive et passionnée. Un gros plus, c’est le slow burn ! On a vraiment beaucoup aimé pouvoir voir un développement de la relation qui se fait lentement, on a le temps de voir cette relation ennemies se développer en quelque chose de plus beau, de plus tendre voire quelque peu timide.

« – Alors, quel effet ça fait de faire équipe avec le grand Scar ? me taquine Yassin.

Je replace ma queue-de-cheval derrière ma nuque avant de répondre.

– L’effet d’une douche froide. »

– Cécile Violette

C’est la première fois qu’on découvre la plume de cette auteure et on est ravies d’avoir sauté le pas ! Addictive, douce et fluide, elle nous emporte dès le début ! On a déjà hâte de découvrir le deuxième ! (surtout avec la fin du premier tome qui est juste horrible)

  • Deuxième tome

Note Isabelle : ⭐⭐⭐⭐/5

Note Héléna : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Le succès est-il l’ennemi de l’amour ?

Après trois mois de travail acharné, le rideau tome sur le ballet. Mais pas sur la relation entre Scarlet et Scar. Leur love story est bien la preuve que les contraires s’attirent : les deux artistes ne peuvent plus se passer l’un de l’autre…

Pourtant, leurs vies professionnelles vont les éloigner. Les opportunités s’enchaînent pour les deux artistes, et Sar doit quitter Paris pour honorer les dates de sa tournée. Le rappeur est tétanisé par sa peur du couple et il ne parvient pas à s’engager auprès de Scarlet qui se retrouve de plus en plus seule.

Scarlet se plonge corps et âme dans le travail et touche du doigt son rêve de devenir danseuse étoile. Mais l’arrivée d’une belle et jeune rappeuse auprès de Scar fait courir le risque de perdre celui qui occupe toutes ses pensées…

♦ Avis :

Après avoir beaucoup aimé le premier tome, nous étions vraiment intriguées par ce second tome. On peut déjà vous conseiller cette douce duologie qui vous fera pendant un moment tournoyer et chanter vos peines, votre bonheur, etc.

On retrouve donc Scarlet et Scar au même endroit où on les a laissés. Mais cette fois-ci, leur relation est différente. C’est ce même lien entre les deux qui va leur permettre de grandir et mûrir. C’est époustouflant de voir à quel point l’amour les change et leur fait réaliser certaines choses. Scarlet est toujours cette même femme ambitieuse qui ne laisse même pas une petite chose déranger son objectif, et cela parfois à son propre détriment. Derrière son comportement, on peut y voir une femme courageuse, bosseuse et surtout, passionnée. Sa passion pour la danse nous a fait rêver. Le seul bémol, pour Héléna, est le fait qu’à vouloir autant se concentrer sur son objectif, Scarlet est parfois devenue insupportable.

Si vous pensiez que ce deuxième tome serait plus tendre et plus « facile », vous avez totalement tort. La relation entre les deux protagonistes est tout aussi explosive. Ils n’en démordent pas pour rendre l’autre fou/folle. Mais en même temps, l’auteure nous ouvre une nouvelle porte : celle de l’acceptation de l’amour et d’une vraie relation. C’est à la fois intense, original et intéressant. En effet, Scar et Scarlet ne sont pas habitués aux vraies relations ni à l’Amour avec un grand A. Ce n’est donc pas facile entre eux et ça rend leur relation pleine de tension, d’interrogation, de refus puis d’acceptation. Cela crée un bon cocktail qui vous fera passer par plusieurs émotions. On a juste trouvé qu’il y avait certaines longueurs dans ce tome 2 qui auraient pu être raccourcies et à contrario, donner plus de profondeur ou du moins apporter la fin de manière moins brutale.

« – Ne fais pas cette petite moue réprobatrice…

– Sinon quoi ?

– Sinon je serai contraint de te dévorer devant tout le monde.

Elle hoquette de surprise, puis s’éloigne de moi en soupirant. »

– Cécile Violette

Pour terminer, l’univers de la musique et de la danse est toujours aussi présent et intéressant. L’auteure met en avant à la fois le côté positif et négatif de l’apprentissage de la danse classique. A côté, on a droit à un monde plus vaste, plus « libre » : celui du rap. On a adoré le fait que l’auteure nous mène dans des endroits clés pour ces deux passions, mais aussi qu’elle nous fasse vivre les émotions que diffusent la danse et le rap dans le sang des deux protagonistes.

𝐀̀ 𝐥’𝐨𝐮𝐞𝐬𝐭, 𝐥𝐞𝐬 𝐯𝐚𝐠𝐮𝐞𝐬

« À l’ouest, les vagues » est le troisième tome de la saga COMPASS de Brittainy C. Cherry éditée chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

J’ai toujours cru aux contes de fées. Lui, préférait les films d’horreur.

Damian Blackstone se fichait pas mal de mon existence. Il est entré dans ma vie pour trouver des réponses aux questions sur son propre passé. Il n’y avait pas deux personnes aussi diamétralement opposées que nous. Pourtant, dans toute sa noirceur, il m’arrivait d’apercevoir des éclats de lumière, d’entrevoir de la délicatesse, de voir son âme.

J’étais sa Cendrillon, il devint ma Bête.

♦ Avis :

C’est toujours difficile pour nous de mettre des mots sur nos lectures des BCC parce qu’à chaque découverte, on tombe encore plus amoureuses de sa plume et surtout, de ses mots. Brittainy C.Cherry est une de ces auteures qui, avec de simples mots, arrivent à rendre l’histoire vraie, poétique et tellement émouvante. Ce n’est pas seulement nos cœurs qui se sont fendus, mais aussi nos âmes qui sont meurtris face aux passés des personnages.

« – C’est plus facile comme ça.

– Pourquoi dis-tu ça ?

– Parce que si tu n’aimes pas le monde, il ne peut pas te faire souffrir.

– Ouais, mais si tu n’aimes pas le monde, il ne peut pas t’aimer en retour. »

– Brittainy C.Cherry

Stella, l’héroïne pourrait être comparée à un soleil tellement elle rayonne de joie. BCC l’a décrite, développe autant que possible pour affiner ses qualités, ses défauts, mais aussi ses peurs et ses faiblesses. On a adoré la Stella pleine de joie, mais davantage celle cachée qui en vérité, a des peurs et des faiblesses. Elle nous a déchiré nos cœurs et Brittainy les a encore plus brisés en ajoutant des flashbacks à son histoire. Comment rester de marbre quand BCC écrit avec une telle justesse, une telle vérité que nous ne pouvons qu’être émues ? Notre seule envie en lisant ce livre était de serrer Stella contre nous. Quant à Damian, il est diamétralement opposé à elle : sombre, mystérieux, facette indifférence. Il ne montre rien, mais au fond, il a été durement touché par la vie. Bien que son charme ne nous a pas laissées indifférentes, nos cœurs ont surtout chaviré pour sa partie « houmous intérieur qui est mou », pour cette facette sentimentale qu’il tente de refouler à l’intérieur.

Quand ces deux personnages se rencontrent, et leurs cicatrices avec, il ne peut en résulter qu’une relation douce et réparatrice. Dans les romans de BCC, vous ne trouverez pas de tensions ennemies-to-lovers longues, vous ne trouverez pas de piques assassines entre les personnages. Au contraire, vous trouverez de la douceur, des paroles tellement poétiques et incroyables, mais surtout vous trouverez une plume puissante, tellement puissante qu’elle peut saccager vos cœurs en quelques lignes. Cette romance, c’est une rencontre entre Cendrillon et la Bête qui en s’aimant, en connectant leurs âmes, deviennent Stella et Damian : une relation amoureuse douce, salvatrice et puissante.

« – Va te faire voir, La Bête.

– Avec ou sans la lumière allumée, Cendristella ?

Elle rougit et bégaya un peu tout en s’agitant de manière embarrassé. »

– Brittainy C.Cherry

Puisque BCC reste BCC, elle nous livre une romance belle et douce, mais surtout une histoire avec des sujets forts. Avec sa plume, elle arrive à tordre nos cœurs à maintes reprises tout le long du roman en évoquant la peur de l’abandon, le peu d’estime de soi, etc.

𝐒𝐞𝐱𝐮𝐚𝐥 𝐆𝐚𝐦𝐞, 𝐓𝟏

« Sexual Game » est une saga de Lili Wild publiée chez So Romance.

Note : Déception

♦ Résumé :

Dans le chaos qu’ils ont créé, arrivera-t-elle à ne pas s’attacher ?

Nina ne connait de l’amour que ce que son ex-petit ami Brad lui a montré : il l’a trompée car elle ne souhaitait pas aller plus loin avec lui. Jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre de Kyle, le pote mystérieux et terriblement sexy de son frère. Depuis, il ne quitte plus son esprit, et elle ne semble pas non plus le laisser indifférent, car ce dernier lui propose un marché afin de lui apprendre le plaisir des relations charnelles. Mais, dans leur accord, elle lui a promis de ne pas s’attacher. Chose plus facile à dire qu’à faire quand ce dernier ne semble pas vouloir la laisser partir, pour une raison qui lui échappe. Et si tout était lié à ce qui lui est arrivé il y a quelques années ?

Dans ce premier tome prometteur, Lili Wild nous livre une histoire poignante, dans laquelle la passion et les sensations prennent le pas sur la raison.

♦ Avis :

Tout d’abord, nous tenons à préciser que cet avis ne nous engage que nous et qu’on vous invite à vous faire votre propre opinion s’il vous intéresse !

Malheureusement, vous l’aurez compris, c’est une grosse déception pour nous. Si l’idée de base a un beau potentiel, l’histoire en elle-même n’a pas réussi à nous plaire.

Tout d’abord, les personnages manquent de personnalité et de développement. En effet, Nina est une jeune adulte et pourtant, elle nous a semblé être une gamine de 12 ans par moments, notamment dans ses interactions avec sa meilleure amie. De plus, on n’a pas réussi à comprendre sa personnalité puisque Nina change du tout au tout. L’héroïne est tantôt décrite comme pudique et innocente, tantôt elle conjure Kyle de la prendre. Finalement, nous n’avons pas du tout réussi à la cerner, ni à compatir ou à nous attacher à elle. Kyle, quant à lui, est plutôt mystérieux et intéressant, mais on n’en sait trop peu sur lui ! Ce qui nous ramène au point incohérent pour nous, c’est comment l’héroïne accepte de coucher avec un inconnu alors qu’elle n’accepte pas de coucher avec son ex ?

Le livre fait peu de pages, mais il ne s’agit que d’un tome 1. Nous nous attendions donc quand même à un bon développement de leur relation. Malheureusement, ça n’a pas été le cas et même si ça ne tourne qu’autour du sexe au début, l’héroïne fait comprendre qu’elle est déjà follement amoureuse après quelques jours. Leur relation est pour nous, restée superficielle et irréelle. Nous aurions aimé plus de réalisme et de développement pour qu’on puisse y croire et sentir les premiers sentiments apparaitre.

La fin a surpris beaucoup de lecteurs, mais on avoue qu’on avait déjà tout deviné. Peut-être est-ce le fait que le passé arrive à un moment plutôt révélateur de la suite. 

𝐍𝐨𝐬 𝐜œ𝐮𝐫𝐬 𝐞𝐧 𝐜𝐡𝐮𝐭𝐞 𝐥𝐢𝐛𝐫𝐞

« Nos cœurs en chute libre » est un roman de Valentine Stergann édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Peut-elle faire confiance à un amour de vacances ?

Passer une semaine en camping avec la bande de potes de sa meilleure amie ? C’est la définition de l’enfer pour Félicie ! Retrouver l’homme le plus beauf qu’elle ait jamais vu, la peste de service qui se moque toujours de son surpoids et son ex un peu lourdaud sur les bords, ça ressemble bien à un traquenard. Sauf qu’une promesse est une promesse, donc elle ira, même en traînant des pieds.

Alors quand Andrès, le petit nouveau du groupe, lui fait comprendre qu’il ferait bien d’elle son quatre-heures, elle reste sur ses gardes. S’il est à tomber, c’est surtout un parfait inconnu qui ne se dévoile pas beaucoup. Ce genre d’homme, Félicie s’en méfie. Elle n’acceptera plus d’être blessée comme elle l’a été dans le passé.

Mais si pour avancer, Félicie devait enfin lâcher prise et sauter dans le vide avec lui, main dans la main ?

♦ Avis :

La couverture et le résumé nous promettaient une parfaite lecture pour l’été, alors comment ne pas céder ? Finalement, plus qu’une romance sans prise de tête, Valentine Stergann arrive à développer un thème qui nous a touchées tellement fort que Félicie restera gravée dans nos coeurs !


La confiance en soi est un très long périple, un long chemin. L’auteure a réussi parfaitement à nous montrer tout ce chemin que traverse Félicie. On s’est vues à maintes reprises en ce personnage féminin, comment ne pas s’identifier à un tel personnage qui nous ressemble sur beaucoup de points ? C’est impossible. Plus que s’être attachées, on a adoré pouvoir voir son évolution tout le long du roman et arrivées à la fin, on avait un sourire accroché à nos lèvres. Merci tout simplement à Valentine Stergann d’avoir si bien développé ce thème qui on en est sûres – touche beaucoup de personnes !


Ce long chemin de la confiance en soi, Félicie ne le commence pas toute seule. En effet, c’est grâce à la rencontre avec Andrès que ses failles se transforment petit à petit en force. Comment ne pas rêver de cette relation saine ? Pour résumé en trois mots cette relation amoureuse, on dirait saine, passionnelle et réparatrice. Saine et réparatrice parce qu’ensemble, ils arrivent à réparer leurs coeurs blessés, à panser les fractures et waouh qu’est-ce que ça fait du bien de lire ce genre d’histoires mignonnes et qui donnent envie de vivre la même chose ! Passionnelle, parce que Andrès et Félicie s’aiment d’un amour fort, d’un lien et d’une attirance intense que l’auteure a très bien réussi à faire durer tout le long du roman !

« – Parce que je t’ai regardée ?

– Comme un loup-garou affamé, nuance.

Andrès explose de rire. Ma respiration se fige.

– Je suis désolé de t’avoir effrayée, alors, chuchote-t-il en se penchant vers moi.

Je me perds dans ses iris qui me scrutent avec intensité. À quoi joue-t-il, nom d’une pipe ?

– Ça n’empêche que je trouve sublime. »
– Valentine Stergann


En bref, foncez découvrir cette romance qui n’en est pas simplement une. Elle est bien plus que ça. Vous aurez envie de câliner les personnages, de partager leurs maux, et surtout de vivre cette attirance que les deux personnages ressentent.

𝐆𝐢𝐫𝐥, 𝐒𝐞𝐫𝐩𝐞𝐧𝐭, 𝐓𝐡𝐨𝐫𝐧

« Girl, Serpent, Thorn » est un roman de Melissa Bashardoust édité chez Hugo Stardust.

Note : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Il était une fois une princesse… qui avait reçu la malédiction d’être venimeuse au toucher. Soraya a vécu sa vie cachée, loin de sa famille, dans sa chambre, au dernier étage du palais, ou dans les allées de la roseraie du Golestan. À l’approche de la cérémonie du mariage de son frère jumeau, Soraya doit décider si elle est prête à sortir de l’ombre pour la première fois.

Dans le donjon se trouve un démon qui détient les réponses dont elle a soif, les réponses à sa potentielle liberté.

Et en bas du palais, se trouve un jeune homme qui n’a pas peur d’elle, dont les yeux voient au-delà de la peur, comprennent qui se cachent sous le poison. Soraya pensait savoir où est sa place dans le monde, mais une succession de choix imprévus la conduisent à des conséquences qu’elle n’aurait jamais imaginées. Elle commence alors à se demander qui elle est, qui elle est en train de devenir : humaine ou démon ? Princesse ou monstre ?

♦ Avis :

Comment ne pas avoir envie de découvrir l’histoire en voyant cette couverture sublime ? C’est, en effet, la couverture qui nous a donné envie de plonger dans cet univers. Et pour être honnêtes, il y a beaucoup de points positifs, mais aussi quelques détails qui nous ont dérangées.

Pour commencer, l’univers (il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un young adult) est assez bien développé pour un YA. Les descriptions de l’auteure nous permettent de plonger facilement dans ce monde sans être immergées de détails. De plus, il faut souligner l’originalité de cet univers. Bien que l’auteure s’est inspirée de légendes et de contes, elle réussit à nous créer un univers original avec ses propres rouages.

Quant aux personnages, nous aurions aimé avoir un peu plus de développement, ce qui nous aurait permis de nous attacher plus facilement à eux et de voir cette complexité dans leur personnalité. Cependant, Soraya a été le personnage dont on s’est le plus attachées. En effet, nous ne pouvions qu’avoir de la compassion pour elle. Dès le début, l’auteure nous offre un portrait d’une jeune femme qui baigne dans la solitude et la mélancolie. On a toutefois, aimé sa persévérance et sa détermination. Soraya est également le personnage qui a le plus progressé au fil des pages ; l’auteure nous tisse un fil où cette figure féminine grandit. A la fin du roman, il est clair qu’un changement s’est opéré en elle et il n’est que bénéfique !

« Sa voix s’adoucit en un sourd bourdonnement :

– Je n’ai pas pu résister au désir de te voir en personne.

Il tendit la main, lui passa les doigts dans les cheveux :

– J’avais l’impression de te connaitre, comme si tu étais déjà mienne. N’as-tu pas ressenti la même chose ? »

– Melissa Bashardoust

Un des points qui nous a le plus perturbées est le fait que la romance est quasi inexistante, elle est simplement suggérée. On vous avoue qu’on aurait aimé avoir un peu plus de développement de celle-ci ce qui aurait permis une double intrigue, d’une part l’intrigue du roman et d’autre part, l’intrigue de cette romance naissante.

Enfin, il faut noter que notre partie préférée du roman est la morale que l’auteure développe au fur et à mesure des pages. En effet, Melissa nous peint une femme, Soraya qui est vue par les autres comme un monstre, une personne à ne pas approcher. Bien vite, l’histoire nous apprend qu’il ne faut pas faire attention aux regards des autres, mais plutôt s’accepter soi-même.

En bref, il s’agit d’une histoire avec un fort potentiel, mais qui aurait pu être davantage exploité !