𝗕𝗮𝗰𝗸𝘀𝘁𝗮𝗴𝗲𝘀 𝘄𝗶𝘁𝗵 𝘆𝗼𝘂, 𝘁𝗼𝗺𝗲 𝟭

« Backstages with you » est une duologie de Chloé Lomy éditée chez Nishaetcaetera.

Note : ⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

Sam est une jeune femme ambitieuse et passionnée qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Rien ne compte plus que de réussir sa carrière dans la musique. Hors de question de se laisser distraire par les hommes qui ne sont que des  » passe-temps  » ! Quand son père, patron des studios Spielman, accepte de l’engager comme assistante manager, Sam n’hésite pas une seconde : elle s’envole pour Los Angeles, prête à tout donner pour lui prouver qu’il a fait le bon choix.

Mais dès le premier jour, Sam fait la rencontre d’Asher Hemmings, leader des Wavers, le célèbre groupe dont elle va devoir s’occuper, et découvre que son nouveau travail ne sera pas de tout repos. Car Asher, avec ses sautes d’humeur et ses caprices, semble déterminé à lui pourrir la vie…

En coulisses, l’ambiance entre eux est plus qu’électrique, à tel point que la détermination de Sam vacille. Parviendra-t-elle à briser la carapace d’Asher et à percer le lourd secret qui le ronge ? Et, surtout… réussira-t-elle à accepter ses sentiments sans perdre tout ce pour quoi elle s’est battue jusqu’alors ?

♦ Avis :

Nous avions hâte de découvrir la plume de Chloé Lomy et cette histoire car on adore les romances se passant dans le monde de la musique. En plus, la couverture est magnifique et le résumé nous intriguait énormément. Et ça a plutôt été une bonne lecture !

Comme dit plus haut, ce roman nous plonge dans le monde de la musique avec un groupe composé d’un chanteur plutôt instable : Asher. Nous avons beaucoup aimé le fait que l’héroïne soit une assistante, une manager. Généralement, dans les romances de musique, on ne voit pas ce côté-là. Chloé Lomy arrive à nous faire entrer dans cet univers musical avec les avantages et les inconvénients de la popularité. Par contre, pour être honnêtes, il s’agit d’un roman avec beaucoup de « déjà-vu ». Personnellement, les clichés ne sont pas négatifs pour nous ; juste ils ne permettent pas spécialement d’être surpris lors de notre lecture et en l’occurrence, ici, il y a vraiment beaucoup de « déjà-vu ».

– Je comprends pourquoi tu aimes les défis, me dit-il.

Je le regarde, sans comprendre. Il allume une cigarette et tire une fois dessus avant de continuer :

– Les âmes en colère aiment voir jusqu’où elles peuvent aller.

Chloé Lomy

En ce qui concerne les personnages, on a adoré découvrir Asher.  Chloé Lomy nous décrit un homme détruit intérieurement qui cache ses souffrances au fond de lui, mais qui ne peut s’empêcher d’exploser. Un personnage qui jongle entre la colère, l’amertume et puis, qui tente de se montrer indifférent de l’autre côté. L’auteure a très bien développé ce caractère ce qui nous a permis d’avoir de la compassion pour lui et de ressentir ses émotions. En ce qui concerne le personnage féminin, nous avons eu un peu plus de mal avec elle. Sam est une personne gentille, mais renfermée et qui ne se laisse pas faire aussi facilement. Bien que nous n’avions presque que son point de vue, nous avions l’impression de ne pas pouvoir nous identifier assez à elle. Elle est assez attachante, mais on avait l’impression de plus ressentir les émotions d’Asher que d’elle alors que nous avions son point de vue. On aurait aimé (et peut-être que le deuxième tome le développera plus) ressentir davantage ses émotions pour mieux comprendre ses comportements.

Parlons maintenant du sujet le plus important : la romance. Personnellement, on est fans des romances entre des personnages torturés. Et pour le coup, avec Asher, on a été plutôt bien servies ^^. C’est vrai que la romance aurait pu être un peu plus développée. Mais le gros point positif, c’est qu’il y avait beaucoup de tensions tout le long du roman qui rendaient la lecture addictive. Puis, il faut absolument qu’on parle de cette fin juste horrible ! Cette fin ne nous donne qu’une envie : lire le deuxième tome et découvrir comment ça va se terminer.

Enfin, la plume de Chloé Lomy est très belle. Elle est fluide et moderne ce qui rend la lecture agréable. La preuve est qu’on a lu ce livre en peu de temps !

En conclusion, on vous conseille cette romance si vous recherchez quelque chose de frais et sans prise de tête. Et personnellement, on a hâte de découvrir le deuxième tome !

𝐏𝐥𝐚𝐲 𝐇𝐚𝐫𝐝, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟐

« Play Hard » est une saga de K. Bromberg éditée chez Hugo New Romance

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Lorsque l’agente de sportifs Lennox Kincade, reine de beauté, découvre que le joueur de l’équipe de football de première division qu’elle est supposée recruter, n’est autre que Rush McKenzie, un joueur vedette, enfant terrible du football, elle comprend qu’elle a pactisé avec le diable ! Anglais. Tatoué. Sexy. Au coeur d’un énorme scandale…

Ce qui aurait dû redorer sa réputation entachée, est sur le point de s’effondrer.

L’objectif ? Le persuader de rester aux États-Unis. Aussi vrai qu’il n’y a pas de mal à se faire plaisir, si quelqu’un apprenait que leur relation n’est pas purement professionnelle, cela ne ferait que donner raison à tous leurs détracteurs.

♦ Avis :

Après avoir eu un coup de cœur pour le premier tome, on avait juste hâte de pouvoir découvrir ce second tome, avec d’autres personnages. Et nous avons beaucoup aimé cette lecture addictive. On peut d’ores et déjà vous convaincre d’acheter cette saga addictive, avec des personnages attachants  ❤️

Dans ce deuxième tome, la sœur mise en avant est Lennox, rebelle qui n’en fait qu’à sa tête. C’est un personnage solaire qu’on a beaucoup aimé même si on préfère le caractère de Dekker (premier tome). On a aimé faire sa connaissance et voir la complicité entre elle et Rush. D’ailleurs, on a énormément aimé Rush qui est un personnage attachant et charismatique ! Footballeur à Liverpool, il est mis au devant de la scène avec un scandale. Il va donc se retirer quelques mois à Los Angeles pour calmer les choses.

C’est là qu’il rencontre Lennox. On a beaucoup aimé cette alchimie dès le début qui rend la lecture addictive. Même si on a eu du mal avec toutes les allusions sexuelles, on est vite passées au-dessus ! Ce qu’on aime, c’est que la complicité entre les personnages se créent vraiment de manière réaliste. Ce n’est ni trop rapide ni trop lent ! Alors on ne peut qu’aimer la romance qui a été développé avec soin. 

– Je t’embrasse.

Ma langue darde entre ses lèvres.

– Et les règles, alors ?

J’effleure ses lèvres. Un petit gémissement, quand je les mordille doucement avant de m’écarter pour lui répondre.

– Elles existent toujours.

– Tu les transgresses.

Son regard s’assombrit à mesure que nous nous regardons, nos respirations entremêlées.

– J’apprends de toi.

On a adoré retrouver le monde du sport, plus précisément du football ici. Ça rajoute un petit quelque chose à la romance et on adore voir cette passion chez Rush. 

Pour finir, la fin du tome finit en beauté et nous donne le sourire ! De plus, la plume de K.Bromberg est vraiment très belle, agréable à lire et fluide.

Pour conclure, on ne peut que vous conseiller ces deux tomes. On a certes, une préférence pour le premier tome, mais on a tout de même adoré cette lecture et on a passé un bon moment accompagné de ces personnages. On n’a plus qu’une hâte : découvrir les prochains tomes 😍

𝐇𝐨𝐦𝐨 𝐕𝐚𝐦𝐩𝐢𝐫𝐢𝐬, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟑

« Homo Vampiris » est une saga de Marie Rozsa

Note : ⭐⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

Retrouvez la fin des aventures d’Arduina, Sasha, leurs alliés et leurs ennemis dans un tome toujours aussi addictif et haletant. Cette fois, suivez aussi bien les pacifistes que les Vampires Rouges, apprenez à connaitre les adversaires ! De grands changements bouleverseront notre héroïne et l’obligeront à faire ce qu’elle n’apprécie que moyennement : compter sur les autres. Heureusement, ses nouveaux amis seront là pour la soutenir. Mais si les affrontements sont inévitables, les pertes le sont également.

Attention, ascenseur émotionnel enclenché, veuillez vous assurer que votre cœur tiendra le choc…

♦ Avis :

Quand nous avons découvert le premier tome, nous avions beaucoup aimé l’originalité de l’auteure, notamment sur les espèces d’Homo vampiris qui sont un mélange de loups et vampires. On a été prises dans cette histoire et on a enfin pu découvrir la fin et avoir les réponses à nos questions. Marie Rozsa nous a malmenées pendant un long moment et dans ce dernier opus, elle nous a encore une fois maltraitées jusqu’à la fin. Vous être prévenus : si vous lisez cette saga, préparez votre cœur.

Le plus gros point positif de ce roman, c’est l’intrigue. Elle est bien ficelée, assez bien développée pour qu’on puisse la comprendre et surtout, cette intrigue nous tient en haleine. Mais elle est aussi très originale. En effet, l’univers est unique et développé en sorte qu’on puisse s’immerger dans celui-ci sans problème.

Comme dit plus haut, l’auteure arrive à nous plonger dans un univers angoissant, de sang et de terreur. On peut ressentir cette angoisse que les personnages ressentent avant le dénouement.

Ensuite, on a vraiment énormément aimé les personnages qui sont tous attachants à leur manière. Sacha et Arduina sont les héros de l’histoire et on ne peut que s’attacher à eux. Sacha, c’est le mâle dominant, un peu sauvage, mais tellement doux et attentionné quand on perce sa carapace. Dans ce dernier tome, on a trouvé qu’il était beaucoup moins présent et on avoue qu’on aurait aimé qu’il s’affirme un peu plus dans ce tome-ci. Quant à Arduina, c’est une héroïne badass qui est quelque peu malmenée, mais qui reste forte.

Je le regardai de travers une seconde.

– Je ne sais pas tellement ce que je fais depuis hier ou comment je le fais plus précisément.

– Ce n’est pas grave, laisse ton instinct te guider.

Je soupirai, peu convaincue, puis fermai les yeux pour plus d’efficacité. J’attendis de longues minutes, essayant de trouver la façon de procéder, mais rien ne se produisit.

– Ne réfléchis pas, Arduina. Et surtout, ouvre-toi au monde qui t’entoure.

Enfin, la romance est toujours aussi douce. Effectivement, dans le premier tome, la romance a commencé sur les chapeaux de roue ; elle était rapide, mais d’une complicité admirable. Puis, au deuxième tome, on a vraiment découvert ce lien qui les unit. Pour finir par voir qu’ils se complètent, dans le troisième tome. Il faut néanmoins souligner que la romance est un peu moins présente dans ce dernier opus et même si ça nous a un peu manqué, on comprend le choix de l’auteure qui a surtout dû se focaliser sur l’action et le dénouement de toute cette intrigue.

La plume de l’auteure a énormément mûri, selon nous. On l’a trouvée encore plus fluide et addictive dans ce dernier tome.

Pour terminer, on avoue qu’on est tristes de laisser dernière nous, cette univers si particulier. A peine vous ouvrez le livre que vous plongez dans une ambiance entraînante et addictive.

𝐖𝐢𝐬𝐡, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟒

« Wish » est une saga de Audrey Carlan éditée chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

La soif d’aventure. C’est ce pour quoi j’ai vécu. Élevée dans une réserve amérindienne au cœur des États-Unis, je ne savais pas à quoi ressemblait le monde réel. Je n’étais pas comme les autres femmes de notre réserve. Ma mère et mon père le savaient quand je suis née. Ils m’ont appelée Catori, ce qui signifie « esprit » en comanche.

Mon père m’a regardée dans les yeux et a su que je n’étais pas faite pour la vie d’épouse et de mère. Je suis partie le jour de mes dix-huit ans. J’ai fait tout le chemin jusqu’à la côte Est où j’ai rencontré Adam. Le premier homme qui allait changer ma vie. Il m’a épousée et m’a donné une fille, mon Evie. Mon soleil d’or.

Adam et moi nous comprenions. Nous avons convenu de nous séparer librement et je suis partie pour aller découvrir le monde.

Ma fille entre les mains sûres de mes parents.

Jusqu’à ce que je rencontre Ian. Aussi sauvage que le vent, il m’a emportée. Il m’a donné une fille. Suda Kaye. Adam a accepté cet enfant comme le sien et nous avons décidé de nous aimer les uns les autres comme une famille.

Je suis repartie parcourir le monde, seules mes filles me faisaient revenir à la maison de temps à autre.

Dans un dernier effort pour être la mère qu’elles n’ont jamais eue, j’ai écrit à mes filles. Une lettre chacune à ouvrir à partir de leur dix-huitième anniversaire, et ce pendant dix ans.

Aujourd’hui, je veille sur elles et je sais qu’elles le ressentent…

♦ Avis :

On a eu une petite discussion avec l’auteure suite à notre lecture des autres tomes et elle nous avait dit que le dernier tome était très émouvant. Du coup quand on l’a reçu, on avait hâte de pouvoir le découvrir. Mais on avait peur en même temps de ne pas adhérer au personnage principal qui n’a pas du tout les mêmes « valeurs » que nous. Au final, ça a été une belle découverte qui a permis de clôturer en beauté la saga.

Tout d’abord, la plume d’Audrey est encore plus belle et poétique dans ce tome-ci. Elle arrive à manier les mots pour nous faire ressentir des émotions et pour qu’on puisse également voyager avec Catori.

Par contre, on a été moins fans de la relation amoureuse qui va beaucoup beaucoup trop vite dans ce tome-ci. En effet, on aurait aimé qu’une tension apparaisse, qu’il y ait plus de moments entre eux avant qu’ils s’avouent leurs sentiments. La complicité entre les deux personnages a réussi à un peu remonter ce côté négatif. Effectivement, Catori et Adam sont vraiment adorables ensembles, on ressent que leurs émotions sont fortes et qu’ils ont une vraie alchimie entre eux. C’est ça le point positif dans ce tome, c’est le fait que les émotions sont très bien décrites. C’est très émouvant !

D’ailleurs, on a un petit coup de cœur pour Adam qui est vraiment un homme parfait, attentionné et avec des valeurs honorables. Quant à Catori, il faut savoir qu’elle n’a pas choisi une vie comme tout le monde ; elle a des valeurs quelque peu différentes et on doit avouer qu’on avait un peu peur de ne pas la comprendre dans ce tome-ci. Mais au final, ce quatrième tome nous a permis de comprendre ses choix et de la cerner elle-aussi. Encore une fois, les origines amérindiennes sont bien présentes chez elle et on a énormément aimé avoir cette petite touche d’originalité.

– Comment on choisit son étoile ? demande Evie. 

– C’est elle qui te choisira et te fera signe, Taabe. De la même façon que le soleil t’a choisie, ma belle, je réponds en l’embrassant sur la tête avant de me tourner vers Suda Kaye. Et toi, ma huutsuu, laisse le vent t’aider à choisir. 



Pour finir, ce quatrième tome a réussi à relier tous les autres ensemble et on a beaucoup aimé voir la vie de Catori avant et avec ses filles plus jeunes. C’est un tome centré sur les émotions. Les seuls points négatifs sont la relation trop rapide et le fait que l’histoire aurait pu être davantage addictif, avec plus de rebondissements.

Pour conclure, ce fut une belle lecture et on finit la saga en sachant qu’on a découvert de belles histoires avec des femmes fortes et diverses. Cette saga est donc une belle découverte malgré les quelques points négatifs de chaque tome. Si vous voulez lire quelque chose de différent qui vous permet de voyager un peu et de rencontrer des personnages attachants, n’hésitez pas.

Si vous aimez : les nouvelles découvertes, l’originalité, suivre une famille avec des femmes complétement différentes les unes des autres ; on ne peut que vous conseillez cette saga !

𝐍𝐨𝐬 𝐚̂𝐦𝐞𝐬 𝐩𝐞𝐫𝐝𝐮𝐞𝐬

« Nos âmes perdues » est un roman de Ellen Stuart édité chez Nishaetcaetera (les éditions Opportun)

Note :  ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Après un tragique accident qui lui a laissé des séquelles aussi bien physiques que psychologiques, Hanna McAlister tente de se reconstruire. Mais ses camarades ne lui rendent pas la tâche facile.

Entre moqueries et harcèlement, elle s’enferme un peu plus chaque jour dans sa bulle.

Mais lors de sa rentrée en terminale, Hanna fait la connaissance d’Holden Scott, beau garçon au charme ténébreux qui porte les stigmates d’un sombre passé. Derrière le sourire enjôleur, Hanna perçoit les failles d’Holdent.

Entre les deux adolescents, l’attirance est bien réèlle. Vont-ils pouvoir s’aider à retrouver le goût de vivre ?

Leurs cicatrices réciproques vont-elles disparaître grâce à l’amour de l’autre ?

♦ Avis :

Tout d’abord, ce roman nous a immédiatement intriguées de par sa couverture juste magnifique et par son résumé intrigant. Honnêtement, on n’est pas déçues de l’avoir découvert ! On a passé un super bon moment aux côtés d’Holden et Hanna.

Ce n’est pas un coup de cœur pour la simple raison que le début ne nous a pas conquises immédiatement. En effet, au début, on avait cette impression que c’était un premier jet, une sorte de « brouillon ». Avec Laure, on est d’accord pour dire que la plume de l’auteure s’est véritablement améliorée d’un coup après les 100 premières pages et à partir de ce moment, il n’y avait plus moyen de le lâcher ! La plume d’Ellen, après ces 100 premières pages, est fluide, touchante et agréable à lire.

On a eu un coup de cœur pour Holden. Il est juste parfait et on voudrait bien un Holden dans nos vies. Holden est un personnage attachant, un personnage qu’on admire parce qu’il veut avant tout sauver Hanna, il fait passer le bonheur d’Hanna d’abord. Et vraiment, on a été conquises par sa maturité pour son âge et par sa tendresse ainsi que par la force qu’il a et qu’il a eu pour lui-même, combattre ses démons. Quant à Hanna, c’est une jeune femme fragile aux premiers abords, mais qui en fin de compte, est bien plus courageuse que n’importe qui. Elle vit et a vécu des choses assez compliquées pour une jeune femme de son âge, mais elle se bat quotidiennement. On a adoré comment l’auteure a construit ses personnages. On adore les personnages torturés ! Et les émotions sont parfaitement retranscrites par l’auteure ; elle a réussi à nous toucher par ses mots et par l’histoire.

« (…) car la souffrance nous forge et nous fait grandir. Ce sont les expériences qui nous empêchent de refaire les mêmes erreurs. »

Ensuite, Ellen met en avant deux problématiques entre autres qui sont assez importantes et sur lesquels on n’avait jusqu’à présent, pas encore lu de romans : le harcèlement scolaire et la boulimie. Ce qu’on a vraiment aimé, c’est la manière de les traiter, surtout pour le harcèlement. L’auteure ne le met ni trop en avant ni trop peu. Elle adopte un juste milieu, mais ce n’est pas pour ça que le harcèlement, par exemple, tombe aux oublis. Non, il reste parce que c’est une réalité et que la jeune fille continue de se faire harceler. En bref, l’auteure a réussi à montrer une réalité de manière réaliste et parfaitement adaptée à son histoire.

La romance est quant à elle douce et assez lente. Personnellement, on a trouvé qu’elle s’installait de manière réaliste et assez lente ce qui laissait le temps de d’abord apprivoiser les personnages. On a pu voir les changements de comportement des personnages envers l’autre et le attachement. Ils sont tellement mignons ensemble !

Pour finir, on pourrait comprendre les personnes qui apprécieraient moins la fin. De notre côté, on l’a beaucoup aimé et on trouve qu’elle est totalement adaptée à l’histoire. On ne va pas vous spoiler, mais pour nous, elle change légèrement de ce qu’on peut voir d’habitude.

Pour conclure, on a vraiment énormément aimé cette histoire qui a réussi à nous toucher. Les personnages sont attachants et réalistes tout comme leur histoire qu’on vous conseille vivement de découvrir !

𝑳𝒂𝒅𝒚 𝒊𝒏 𝒓𝒆𝒅, 𝑻𝟏 « 𝑴𝒊𝒍𝒍𝒊𝒐𝒏 𝑫𝒐𝒍𝒍𝒂𝒓 »

« Lady in red » est une trilogie de Alexya Thiessard édité chez Editions Evidence.

Note :  ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Ils avaient un plan simple. Entrer, voler, sortir. Juste une fois. Ils ne devaient se voir qu’une seule fois, ne rien savoir des autres. Cela avait déjà réussi très souvent auparavant, mais, ce jour-là, les choses seraient différentes.
Elle était là pour la première fois. Lui, une fois de plus.


Il n’était pas si coupable que ça, mais la vie l’avait attaqué sans cesse, si bien qu’il avait fini par craquer et devenir un délinquant. C’était pour lui le seul moyen de se sentir vivant…

♦ Avis :

Tout d’abord, la couverture et le résumé nous ont directement intriguées et surtout, ça promettait d’être quelque chose d’assez original, autour de l’univers de cambriolage. Et en effet, on a bien été servies de ce côté-là ! Mais on ressort de ce roman avec avec des points très positifs et d’autres moins.

Premièrement, la plume d’Alexya est très jolie, fluide et agréable à lire. Elle a réussi à nous faire voyager et les pages ont défiler plus rapidement. On a aussi beaucoup aimé les descriptions, notamment des robes rouges de l’héroïne qui accentue le côté « Lady in red ».

Ensuite, comme on vous l’a dit, cette romance se passe dans l’univers de cambriolages et on avoue qu’on n’avait jamais lu ce genre de romans, donc ça nous a vraiment plu de lire ça ! C’est très original et bien amené. On comprend rapidement que l’héroïne accepte de continuer à voler. Alexya décrit très bien cette addiction qui naît en elle, cette adrénaline.

Par contre, selon nous, il a manqué de développement. En effet, la relation amoureuse est trop rapide selon nous ; on aurait aimé qu’elle s’étende sur plus de temps pour qu’on puisse d’abord cerner chaque personnage. Les émotions sont bien présentes, notamment l’adrénaline quand ils cambriolaient, mais encore une fois, ça nous aurait plu de davantage ressentir les émotions entre eux deux. On ne peut nier cette complicité entre eux, mais on aurait aimé voir plus d’attirance avant qu’ils tombent amoureux. Après sans vous spoiler, on trouve ça étrange donc on se demande si ce n’est pas le but recherché par l’auteure ! A voir dans les prochains tomes ! Et deuxièmement, c’est vrai qu’on a été un peu surprises quand elle abandonne son frère qui est dans le coma. On aurait aimé voir que c’est difficile pour elle de le quitter mais qu’elle en a besoin.

– Comment vas-tu, ma douce ? Tu t’en sors bien ou je dois venir te sauver encore une fois ?

Ça va les chevilles, Superman ?

– Je n’ai pas besoin de ton aide en permanence. Juste un peu, n’abuse pas non plus.



Il faut cependant, retenir que ce tome 1 a l’air d’être plus introductif qu’autre chose. Effectivement, plusieurs éléments restent intrigant et surtout mystérieux ce qui nous laisse penser que tout cela sera davantage développé dans les autres tomes. Gentleman In Black, par exemple, utilise beaucoup de surnoms comme « ma douce », etc. faisant plutôt croire qu’il joue un rôle. On n’en sait pas beaucoup sur lui car on n’a pas son point de vue et qu’il se cache sous le parfait (trop parfait) homme. Si au début, ça nous a fait lever les yeux au ciel, on s’est rapidement dit que ça devait cacher quelque chose. A voir dans les prochains tomes…

Pour conclure, plusieurs éléments nous ont beaucoup plu tandis que d’autres nous ont perturbées. On ne peut pas encore vraiment nous positionner définitivement sur ce roman puisque il est très introductif. On est curieuses de connaître la suite des aventures de Lady In Red et de Gentleman In Black, nos petits cambrioleurs amoureux…

𝐃𝐢𝐬𝐠𝐫𝐚𝐜𝐞

« Disgrace » est un roman de Brittainy C. Cherry édité chez Hugo Roman.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

SORTIE : 4 mars 2021

♦ Résumé :

S’aimer entre les lignes… et tout oublier, ensemble ? « 

Ce roman indépendant raconte l’histoire d’une rencontre improbable de deux êtres qui n’avaient rien à faire ensemble. Celle d’un amour réparateur de deux êtres qui veulent tout oublier ensemble .

Grace Harris a toujours été du genre obéissant, toujours soucieuse de faire plaisir. Digne fille des prêcheurs de la ville elle a dès l’enfance tenu a montrer le bon exemple.

Après la trahison de son mari, elle a découvert qu’elle en avait assez de faire plaisir à tout le monde.

Jackson Emery a depuis toujours été méprisé et jugé par les habitants de la ville. Il était le mouton noir et personne ne voulait avoir affaire avec lui ou son père à cause de sa réputation de mauvais garçon. Cependant personne n’a jamais pris le temps d’essayer de le connaître vraiment et de voir le garçon brisé en lui, personne jusqu’à ce qu’il la rencontre. (résumé booknode)

♦ Avis :

Il y a maintenant une ou deux semaines, on a découvert la plume de Brittainy C. Cherry et elle nous a conquises dès les premiers mots d’ « Eleanor & Grey ». Puis, on a lu « Disgrace » et l’histoire était toute aussi magnifique que celle de E & G. Faites-nous confiance, foncez découvrir la plume de cette auteure ! 

Disgrace, c’est l’histoire de deux cœurs brisés qui se rencontrent et qui se réparent ensemble. BCC nous décrit un amour réel et passionné qui nous donne les larmes aux yeux. Elle arrive à nous briser le cœur avec une seule phrase, mais c’est tellement magique qu’on ne peut pas lui en vouloir. 

Les personnages principaux, Jackson et Grace sont deux personnages complètement différents. Grace est une femme dont sa vie est réglée par sa mère alors que Jackson est un homme brisé qui tente de survivre. Quand il y a eu la rencontre entre ces deux héros, on a tout de suite su que BCC allait nous briser le cœur. Le début est une sorte de ennemies to lovers où les personnages apprennent à se connaître en dehors des préjugés qu’ils ont entendus de l’autre. Ils sont complexes, tellement bien décrits. Mais ce qui nous a le plus touchées, c’est le travail que l’auteure a fait sur leur passé. C’est ça qui les réunit, ils sont blessés intérieurement et c’est ça qui rend la magie au livre. Cette romance est à la fois bouleversante et douce – la douceur est une des qualités de Grace tandis que Jackson y est un peu étranger. -, mais même avec la brusquerie de Jackson, la romance reste toute aussi douce et tendre.

 L’amour est un sentiment complexe qui ne suit pas une ligne droite. Il évolue en vagues et en boucles, a des hauts et des bas. C’est un sentiment tortueux qui peut, contre toute attente, continuer d’exister au sein des pires chagrins et des trahisons.

Parlons de l’univers autour qui nous a complètement fait voyager dans un autre monde. Les deux personnages se rencontrent dans un village où les rumeurs circulent vite. On a adoré le fait que les personnages secondaires (donc les habitants de la ville mais aussi les amis et familles des héros) soient autant présents. Le fait que ce soit dans un petit village fait qu’on arrive facilement à se projeter dans cet univers et on a l’impression de pouvoir voir tout le village avec tous les personnages. 

On sait qu’on vous a déjà beaucoup parlé de la plume de Brittainy C. Cherry, mais c’était impossible de ne pas parler de cette magnifique plume dans notre chronique. Elle est tout simplement belle et poétique. En fait, elle est simple sans chichi mais elle a une puissance énorme qui fait qu’elle peut nous briser avec une seule phase. 

En bref, vous aurez compris que BCC devient une de nos auteures préférées et que tout le monde devrait découvrir sa plume ! 

Un seul mot : FONCEZ !

𝐋𝐞 𝐬𝐞𝐫𝐦𝐞𝐧𝐭

« Le serment » est un roman de Caroline G. édité chez Plumes du Web.

Note :  ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Un bébé ? Célia et Bastien en ont toujours rêvé ! Alors, quand le miracle se produit, le jeune couple est aux anges. Mais parfois, le destin transforme la vie en cauchemar, et Célia doit faire face au décès brutal de son mari.

Enceinte, renfermée et malheureuse, elle refuse toute aide extérieure.

Mais Giovanni, son ami d’enfance et meilleur ami de Bastien, va s’imposer dans sa vie et tenter de respecter une vieille promesse faite dans la cour de récré : ne jamais se quitter, toujours être présents les uns pour les autres. Pas évident lorsque Célia s’obstine à le repousser, d’autant qu’il doit composer avec sa carrière militaire et la naissance de Lilou, à qui il voue déjà un amour sans bornes.

Et quand leurs sentiments émergent de ce chaos, c’est toute la culpabilité qui bouscule leur quotidien. Vont-ils pouvoir y faire face ?

♦ Avis :

Tout d’abord, le scénario et le résumé nous donnaient beaucoup envie de lire cette histoire. L’idée est vraiment intéressante et on avait hâte de découvrir les personnages ! 

La plume de l’auteure est très jolie. Elle est légère ce qui rend la lecture plus facile et rapide. C’est un point positif du récit qui nous donne envie de lire la suite. 

Ce qui nous a un peu dérangées, ce sont le nombreux flashbacks qui sont très présents au début du roman et qui entrecoupent notre lecture. Cela fait qu’on a eu du mal à rentrer dans l’univers au début. Et surtout, les flashbacks arrivaient dans des moments très émouvants ce qui créaient une rupture et ça ne nous permettait pas de ressentir à 100% les émotions. 

Par contre, on a réussi à s’identifier à Celia qui nous ressemble beaucoup sur plusieurs aspects. On a eu beaucoup de compassion à son égard et on a voulu la prendre dans nos bras à plusieurs reprises (et parfois à la secouer pour qu’elle avoue ses sentiments). Caroline l’a très bien décrite parce qu’on a l’impression qu’elle est réelle, c’est un personne avec des défauts et des qualités comme une vraie personne. Cela permet donc, de pouvoir mieux nous identifier à elle. 

En revanche, on aurait aimé avoir quand même un peu plus de développement au niveau de leurs pensées, de leurs comportements pour vraiment voir cette évolution quand ils tombent amoureux. Même s’ils connaissent depuis longtemps, on aurait aimé voir qu’ils se rendent compte tout doucement de l’importance de l’autre dans leur vie, et pas que en ami. 

« — Je t’aime comme un fou, murmuré-je avant de l’embrasser.


— Une déclaration d’amour sur le pont des Arts, ce n’est pas un peu cliché ? blague-t-elle avant de me rendre mon baiser. 


— Au diable toutes ces conneries ! Si je le pouvais, je te conduirais partout pour te crier la puissance de mes sentiments. Que ce soit sur la tour Eiffel, au square Jehan-Rictus devant le Mur des je t’aime, sur le petit pont dans le parc Monceau, ou encore sur le pont de Bir-Hakeim, énuméré-je en me blottissant contre elle. »



Pour finir, on a été surprises par la fin (vers 60%). Il y a beaucoup plus d’intrigues qui rend la lecture très addictive et qui nous prend aux tripes. On n’en dira pas plus pour ne pas spoiler l’action, mais c’est une partie qui rend l’histoire plus intéressante et addictive. Par ailleurs, il y a moins de flash dans cette deuxième partie ce qui rend la lecture moins entrecoupée.

Pour conclure, c’est une lecture en demi teinte, mais on a quand même passé un bon moment. On ne peut que vous conseiller de vous faire votre propre avis et de passer un bon moment en compagnie de personnages attachants ! 

𝐉𝐞 𝐭’𝐚𝐭𝐭𝐞𝐧𝐝𝐫𝐚𝐢 𝐝𝐞 𝐥’𝐚𝐮𝐭𝐫𝐞 𝐜𝐨̂𝐭𝐞́ 𝐝𝐮 𝐥𝐚𝐜

« Je t’attendrai de l’autre côté du lac » est un roman de Julie Bradfer édité chez Nishaetcaetera (les éditions Opportun)

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Une simple rencontre peut-elle guérir les plaies les plus profondes ?

Sarah et June sont les meilleures amies du monde depuis leur plus tendre enfance. Passionnées de musique, elles souhaitent entrer ensemble au conservatoire de Boston après leur bac.

Mais la mort tragique de Sarah remet tout en cause. Le monde de June s’écroule : elle ne veut plus entendre la moindre note de musique, renonce au conservatoire et quitte sa ville natale, direction Pine Lake !

Pine Lake est une petite ville de Colombie-Britannique où vit le grand-père de June, Richard qui accepte de l’héberger. Entre les séances de groupe de soutien et les petits boulots, June fait la rencontre d’Asher, un jeune homme silencieux et plutôt distant.

Tout comme June, Asher est tourmenté par une passion reniée, un deuil douloureux et de lourds secrets familiaux…

Leurs blessures respectives vont-elles se refermer au contact de l’autre ?

♦ Avis :

Pour commencer, parlons de la plume de Julie Bradfer. On était déjà tombées amoureuses de cette douceur avec « Coïncidences » et JTADLACDL le confirme une fois de plus ! On adore comment l’auteure manie les mots pour nous faire ressentir de milliers de sentiments. Qui nous frappe en plein cœur. La plume de Julie est exquise, fluide et agréable à lire. On ne voit pas les pages défiler en lisant son roman ! C’est une de ses forces pour nous faire rentrer dans le roman.

Ensuite, les personnages sont tellement complexes qu’ils paraissent tellement réels. On avait envie de rentrer dans le roman pour leur faire des câlins, les réconforter. C’est l’effet que Julie Bradfer crée quand elle joue avec nos sentiments. Elle crée des personnages torturés qui dégagent des émotions tellement fortes qu’on ne peut pas rester indifférents. Par contre, avec JTADLACDL, on n’a pas pu nous identifier aux personnages. Ils ont tellement leur propre personnalité accompagnée de leurs douleurs et de leur passé que c’est compliqué de nous mettre à leur place. Attention, ce n’est pas du tout un point négatif ! On a réussi à ressentir de la compassion pour ces personnages créés avec tellement de douceur. Bref, ils ont réussi à conquérir nos cœurs.

— Je ne veux pas te convaincre d’étudier la photo si ce n’est pas ce que tu souhaites, Ash. Mais ne… ne te dévalorise pas pour autant, OK ?

Le charbon se liquéfie dans ses yeux et il me paraît tellement vulnérable en cette seconde que je voudrais le garder contre moi pour toujours. Ému, il pose son front contre le mien, les paupières closes.

— Personne ne s’est jamais suffisamment intéressé à ce que je fais pour me dire ça avant toi. Je… Il faut juste que je m’y habitue, me souffle-t-il.

J’enlace le bas de son dos, le serrant davantage entre mes bras. L’ampleur de sa solitude me frappe encore une fois et je ne peux m’empêcher de ressentir un chagrin infini à cette pensée. Asher mérite tellement plus que ce que la vie semble lui avoir donné.

— Je compte te le répéter souvent alors prépare-toi.



La romance dans ce roman est un peu spéciale. On ne peut pas la qualifier de slow burn ou de romance rapide. Mais personnellement, on a trouvé que la romance collait au reste de l’histoire : douce et remplie de tendresse. Les deux personnages continuent tout au long du roman à mûrir et à soigner leur peine grâce à l’autre. Ce qu’on a également aimé, c’est que Julie instaure des sortes de petites routines entre les personnages qui nous permettent d’encore plus apprécier leurs moments ensemble.

Pour finir, on doit vous parler de cette fin tellement parfaite. On a souri en la lisant parce qu’elle est tellement significative par rapport au reste de l’histoire. Elle clôt une histoire tellement bouleversante. Par contre, on tient quand même a dire qu’il ne faut pas s’attendre à beaucoup de rebondissements. Il faut aimer les romances où les sentiments sont les principaux rebondissements de l’histoire.

Pour conclure, si vous aimez ressentir des milliers de sentiments, de frissons pendant vos lectures, foncez acheter cette pépite ! On peut vous dire que cette lecture restera à jamais gravée dans nos cœurs !

𝐅𝐞𝐞𝐥𝐢𝐧𝐠 𝐆𝐨𝐨𝐝

« Feeling Good » est une réédition en poche de la saga de Fleur Hana éditée chez Hugo New Romance.

♦ Résumé :

Ne pas tomber amoureuse : le deal était pourtant clair !

À l’aube de la trentaine, Sarah Jones mène sa vie comme elle l’entend ! Modernité, liberté et indépendance sont les valeurs qu’elle applique religieusement, tout comme les mantras qui rythment ses journées.

 » Je suis sexy et je peux me faire un coup d’un soir ! « 

Oui mais voilà, ce mantra va devenir un pari qui la conduira tout droit dans les bras de cet inconnu taciturne au regard de glace.

Sarah a beau être une féministe engagée refusant de se résumer à ses pulsions, la situation lui échappe. Entre sensualité et situations dangereusement sexy, Sandro pourrait bien chambouler la détermination de cette célibattante !

En renversant les schémas du genre, cette comédie sentimentale moderne, vive et incandescente est le roman d’amour épicé d’une génération.

♦ Avis :

Tout d’abord, le résumé nous a beaucoup intriguées et c’est pour cela qu’on l’a pris ! Et on voulait également découvrir la plume de cette auteure ! Malheureusement, il s’agit d’une déception.

On a beaucoup aimé la petite touche d’humour autour de la romance et des personnages principaux. En effet, on a aimé les réunions entre l’héroïne et ses amies qui nous ont fait plusieurs fois rire. Fleur Hana a eu donc, la bonne idée de mixer romance et humour pour nous servir un roman frais et sans prise de tête !

Ensuite, il y a deux choses qui nous ont perturbées pendant notre lecture qui ont fait que notre avis soit si mitigé. Premièrement, on est assez perplexes face à la romance. En effet, il n’y a pas d’évolution, on ne voit pas trop le comportement des personnages évoluer ce qui a rendu la romance peu réaliste. Même si on a bien aimé la complicité entre les deux personnages, il nous a manqué cette progression dans les sentiments, dans les comportements. On a l’impression qu’il n’y a pas trop d’avancement, on stagne et tout d’un coup, ils sont amoureux. Deuxièmement, il y a énormément de scènes de sexe et à force, on se sentait mal à l’aise. Il y a en au moins deux par chapitre ce qui rend la romance assez banale. Et justement, la relation amoureuse entre les deux personnages n’évoluait pas à cause que le sexe revenait toujours. Pour passer au-dessus des obstacles, l’auteure utilisait des scènes de sexe pour qu’ils se réconcilient.

Puis, de manière générale, nous aurions aimé que l’histoire soit davantage approfondie. À la place des scènes de sexe – qu’il y avait de trop –, on aurait adoré en savoir plus sur l’univers de chaque personnage. Par exemple, l’héroïne ne s’entend pas super bien avec ses parents et cela est abordé une à deux fois de manière très brève alors qu’il y aurait matière à travailler. L’auteure aurait pu travailler là-dessus pour y ajouter des émotions également.

– Si je refuse, elle en tirera les conclusions qui s’imposent et ne nous laissera jamais tranquilles.

– Quel sens du sacrifice ! Ça n’a pas franchement l’air de te contrarier, Casanova.

– Tu es prise, ce soir, de toute façon…

– Ne t’avise pas de l’embrasser ou…

– Sarah Jones, c’est que vous pourriez mordre…

Pour finir, ce roman fait ressentir quelques émotions, mais encore une fois, on aurait aimé qu’il y en ait davantage. On n’a pas été transportées par les sentiments entre les deux amoureux. Les émotions étaient quelque peu superficielles pour nous.

Par contre, ce roman se lit très rapidement car la plume de l’auteure est très agréable. Elle est fluide et légère ce qui facilite la lecture.

Pour conclure, ce n’est pas une lecture qui nous a transportées à cause du surplus des scènes de sexe et à cause que la relation amoureuse n’évolue pas du tout. Cependant, comme on vous le dit à chaque fois, n’hésitez pas à vous faire votre propre avis si le roman vous intéresse.