𝐃𝐞𝐚𝐫 𝐀𝐯𝐚

« Dear Ava » est un roman de Ilsa Madden-Mills chez Plumes du web.

Note : ⭐⭐⭐⭐,25/5

♦ Résumé :

Les riches et populaires Sharks règnent sur la prestigieuse école de Camden Prep.

Il fut un temps où je voulais faire partie de leur monde… jusqu’à cette fameuse nuit, jusqu’à cette fête où tout a basculé. Celle où je me suis réveillée dans les bois, sans aucun souvenir. Seule et démunie.

Mais désormais, je suis de retour. Et je ne les laisserai plus m’atteindre. Ils ne parviendront pas à me détruire.

Pourtant, la dernière chose à laquelle je m’attendais, c’était de recevoir une lettre d’amour anonyme de l’un de ces types.

Pitié ! Je déteste chacun de ces enfoirés pour ce qu’ils m’ont fait.

La question est, quel Shark est mon admirateur secret ?

Knox, le quarterback balafré ? Dane, son frère jumeau ? Liam, le connard de service ? Ou Chance, l’ex qui m’a larguée… ?

Mais surtout, lequel d’entre eux est responsable de ce qu’il s’est passé cette nuit-là ?

♦ Avis :

Pour commencer, nous avions tellement hâte de découvrir le premier livre traduit de Plumes du Web. Cette histoire nous intriguait, mais en même temps nous faisait très peur de par le thème abordé. Au final, on ne regrette absolument pas de l’avoir découverte. On tient quand même à préciser que cette romance n’est pas une dark romance, elle débute par un sujet assez sombre, mais l’histoire n’est pas dark.

Le personnage qui nous a le plus touchées est sans aucun doute Ava. Comment ne pas être émues par son passé alors que tout montre qu’elle n’a pas eu une jeunesse facile ? Comment rester de marbre face à cette adolescente qui a subi beaucoup de choses et qui pourtant essaie de rester forte ? L’auteure a réussi à nous montrer toute la complexité de ce personnage, à mettre en avant les pensées contradictoires qui se bousculent dans son esprit. En fait, elle a réussi à rendre ce personnage tellement humain qu’on n’a pas d’autre solution que de s’attacher à elle. Puis il y a les Sharks, ce groupe de riches. L’auteure arrive à nous mettre le doute sur chacun des personnages, à nous donner envie de nous méfier de tous. Mais en même temps, il y en a un qui sort du lot, un qui par son charisme et sa tendresse nous a tout de suite captivées. On n’a pas mis ce roman en coup de cœur parce que parfois, certains comportements des personnages nous ont laissées perplexes, on les a trouvés quelque peu incohérents de temps en temps.

En ce qui concerne la romance, on ne peut pas vous en dire beaucoup pour ne pas vous spoiler. Mais elle est à la fois tendre et pleine de tension. Il y a une telle alchimie entre les personnages dès le début, à tel point que nous ne pouvons que vouloir les voir ensemble, les voir se guérir mutuellement. Parce que cette relation, c’est vraiment ça, une relation qui les guérit, qui les réconforte. Mais n’allez pas croire qu’il s’agit d’une romance calme et posée, c’est une romance avec énormément de tension : un feu crépite entre les personnages et explose à certains moments.

« L’embrasser, c’est comme tomber en chute libre dans un feu ardent, et peut-être que je devrais le craindre, mais je meurs d’envie de ressentir son torse contre le mien, la façon dont il embrase chaque atome à l’intérieur de moi. »

– Ilsa Madden-Mills

On vous avoue, quand nous avons commencé cette lecture, nous avions été perplexes par le premier chapitre qui est très sombre parce qu’il introduit le sujet. Nous avions peur de la suite des événements. Et au final, l’auteure arrive à allier romance et intrigue, à nous faire douter et à la fois à nous donner envie de les croire. Puis, nous avons beaucoup aimé l’univers du campus de riches qui est bien développé.

C’est la première fois que nous découvrons la plume de cette auteure et nous l’avons beaucoup aimé ! Elle est fluide, addictive et poétique ! Cette première traduction de PDW est une très bonne réussite pour nous !

𝐃𝐞́𝐫𝐚𝐩𝐚𝐠𝐞 𝐢𝐧𝐜𝐨𝐧𝐭𝐫𝐨̂𝐥𝐞́

« Dérapage incontrôlé » est un roman de Alex Enrose chez Plumes du web.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Peter est pilote. La NASCAR représente toute sa vie, comme pour son père avant lui.

Il baigne dans ce milieu depuis tout petit et rien d’autre ne compte, sauf peut-être son amitié avec Alexina, une amoureuse de roller, qu’il connait depuis son plus jeune âge.

Leur lien est aussi fin que robuste, aussi brut que complexe, aussi bénéfique que destructeur. Unis, ils savourent cette existence remplie de complicité.

Mais qu’advient-il lorsque l’amour s’en mêle ? Cette connexion est-elle aussi infaillible qu’il le prétend ? Aimer, du plus profond de son cœur, ce n’est pas quelque chose que l’on peut contrôler comme une voiture de course sur un circuit. Il n’y a pas de route à suivre, mais son propre chemin à dessiner. Et ce genre d’obstacle, ça ne rentre pas dans les compétences de ce cher Peter. Lui, il ne sait que rouler sous les acclamations d’une foule, le cœur désespérément vide. D’autant que le père d’Alex est aussi son patron, ce qui ne simplifie pas les choses.

Leur amitié pourra-t-elle survivre à tous les obstacles ?

♦ Avis :

Dans ce livre, vous ne retrouverez pas un ennemies-to-lovers, vous ne retrouvez pas une romance toxique. Tout le contraire, vous rencontrerez le vrai amour, la romance que vous aimeriez vivre tellement elle est réaliste et douce. Peter et Alex, Alex et Peter, c’est un friends-to-lovers doux, une relation toute mignonne mais à la fois quelque peu explosive. C’est une mélodie qui vous fait rêver, qui nous a donné envie de rencontrer un Peter dans notre vie, un meilleur ami avec qui la connexion est surchargée d’étincelles et de tendresse.

On est obligées de commencer cette chronique en mettant en avant l’originalité de ce roman. En effet, l’auteure nous offre un roman qui n’est écrit que sur le point de vue du personnage masculin. Nous sommes pendant toute la durée du roman dans la tête de Peter et nous avons trouvé cela très original ! Comme certains le savent, nous avions déjà lu ce roman sur Wattpad quand nous faisions des concours pour récompenser des pépites, des histoires qui méritent d’être éditées. Et ce roman avait gagné le prix « édition », c’est-à-dire qu’il méritait l’édition pour nous, chose qui s’est réalisée et on est très heureuses d’avoir pu redécouvrir ce roman !

Peter est un pilote de NASCAR, il est déterminé à se surpasser dans ce domaine, dans son métier qui représente tout pour lui. Il n’a d’yeux que pour la NASCAR. Nous avons adoré ce personnage déterminé à réussir de manière professionnelle (même si parfois, nous avions envie de le frapper pour être trop accro à la NASCAR ^^). Ce que nous avons par-dessus tout adoré, c’est son comportement envers Alexina, sa meilleure amie. Il est tellement tendre, attentionné que nous ne pouvions que succomber à son charme. Peter est un de ces personnages de roman que vous aimeriez pouvoir faire sortir d’une histoire pour qu’il soit à vos côtés, pour avoir ce meilleur ami dans la vraie vie. Pour ce qui est d’Alexina, que dire à part qu’on a accroché à son personnage, par le fait qu’elle est sensible et perdue. Perdue dans ce qu’elle veut devenir ce qui nous a beaucoup touchées parce qu’elle cherche à tout prix à se faire une place par elle-même dans cette société.

« – Et si ce chemin ne te plaît pas ? On ne peut pas toujours faire demi-tour.

– Avec un copilote comme toi, j’ai du mal à imaginer me tromper de route. »

– Alex Enrose

Douce. Mélodieuse. Réconfortante. Ce sont les mots qui nous viennent pour vous décrire cette relation entre ses meilleurs amis qui se rendent compte au fur et à mesure que leur relation n’est pas aussi simple que l’amitié. Leur lien va au-dessus de ça, cette alchimie entre eux les pousse à s’aimer l’un l’autre plus qu’un amour amical. C’est un des meilleurs friends-to-lovers qu’on a lu pour ces raisons-là, pour les raisons que cette relation était tellement douce, tellement belle, tellement mignonne que nous aimerions la vivre, que nous prions pour rencontrer cet amour dans notre vie, mais aussi parce que leur relation reste pleine de tension. Ce roman n’est pas un coup de cœur pour nous pour un petit détail, c’est qu’on aurait adoré avoir un peu plus de moments entre les deux personnages, voir un peu plus cette complicité.

Grâce à cette histoire, nous avons pu découvrir le monde de la NASCAR. L’auteure arrive à parfaitement nous la décrire. Elle nous a décrit avec tellement de précision les courses que nous avions l’impression d’assister pour de vrai à ce championnat !

Enfin, comme sur Wattpad, nous avons complétement adhéré à la plume de l’auteure et nous avons hâte de pouvoir la lire dans d’autres de ses romans, dans d’autres univers !

𝐌𝐚𝐫𝐤𝐞𝐝 𝐌𝐞𝐧

« Marked Men » est une saga de Jay Crownover édité chez Hugo New Romance.

  • Premier tome : Rule

Note : ⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des piercings et les cheveux de toutes les couleurs. Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change.

Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ?

♦ Avis :

On voulait absolument découvrir ce roman qui est un classique de la new romance. Avant de le commencer, on a bien gardé en tête qu’il s’agit d’une new romance d’il y a déjà quelques années. Aussi surprenant que ça puisse être, les clichés ne nous ont pas dérangées. Justement ça nous a fait du bien.

Le plus gros point positif sont les personnages. En effet, notre coup de cœur va à Rule qui arrive à être indépendant, à se démarquer et à ne pas attacher de l’importance au regard des autres et de la société. On aurait aimé avoir cette force qu’il a d’être juste lui. Quant à Shaw, on a réussi à s’identifier à elle à plusieurs reprises. On a adoré le fait qu’elle veuille réussir par elle-même et en même temps, sa gentillesse et son besoin d’affection nous ont touchées. Les personnages secondaires sont aussi incroyables : Cora, Ayden, Nash et toute la bande.

« – Il faut que tu me promettes de ne pas me laisser en plan quand je me perds, Shaw. Il faut que tu me promettes d’attendre que je trouve mon chemin pour revenir. J’ai besoin de savoir que tu seras au bout du tunnel quand tout devient noir.

– Je sais t’attendre, Rule, et ça ne me dérange pas de le faire tant que tu promets de ne pas t’enfermer. Je ne peux pas faire ça avec toi, être aussi absorbée par toi et par ce qui se passe entre nous, si tu me fermes la porte au nez quand c’est trop dur pour toi. Mon cœur ne peut pas supporter ça. »

– Jay Crownover


La tension entre Rule et Shaw est présente sans aucun doute. Ils vivent une romance réaliste, avec des obstacles. Par contre, on a moins aimé le fait que la romance se développe assez rapidement au début pour au final, traîner en longueur par après. On aurait aimé avoir plus de développement d’émotions dans le début de la relation.

On a adoré l’univers des tatouages, ressentir cette passion chez Rule.

Pour finir, on a beaucoup aimé la plume de Jay Crownover. A certains moments, elle peut être quelque peu orale, mais ça ne nous a pas dérangées pendant notre lecture.

  • Deuxième tome : Jet

Note : ⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Avec ses pantalons moulants et son air provocant, Jet Keller est l’incarnation du fantasme. Lorsqu’il monte sur scène avec son groupe de métal, il réussit même à envoûter la fan de country qu’est Ayden Cross. Question bad boys, la belle du Sud a pourtant eu sa dose. Par ailleurs, si ses jambes interminables pourraient troubler le chanteur, elle reste néanmoins bien trop sage pour lui.

Contre toute attente, l’arrivée de ce dernier dans la colocation de Cora et Ayden éveille un désir nouveau entre eux, et y résister sera bientôt une véritable épreuve. Très différents, ils étaient loin de se douter que, derrière les apparences, ils auraient tant en commun.

Il leur faudra maintenant trouver un moyen de cohabiter : en étouffant la flamme naissante… ou en l’attisant pour de bon.

♦ Avis :

Comme pour le premier tome, il s’agit d’un classique de la new romance datant d’il y a quelques années. Pour être honnêtes, vous êtes plusieurs à nous avoir partagé vos avis sur cette saga et la plupart d’entre vous nous ont dit que ce tome 2 était celui qu’ils avaient le moins aimé. Eh bien…c’est notre tome préféré pour le moment.

Les personnages sont tout aussi incroyables que le premier tome, mais Jet a réussi à nous toucher d’une manière particulière. Il n’est pas vraiment classable, ni un bad boy, ni un good boy, mais simplement Jet avec ses faiblesses et ses forces. On a adoré voir cette sensibilité en lui et le fait que pour une fois, il ne ressemble pas forcément à un gros dur. Quant à Ayden, elle nous a beaucoup surprises. Elle cache énormément de choses et si on n’apprend pas à véritablement la connaitre, on peut passer à côté d’une femme forte et courage, une femme qui tente de remonter la pente. C’est un personnage plein d’espoir pour les personnes qui ont mal tourné un jour et qui aimerait revenir à une version plus vraie, plus « propre » d’eux-mêmes.

Entre Ayden et Jet, ce n’est pas si évident. Au début, on craignait que la romance se développe trop rapidement, mais finalement, l’auteure a réussi à nous faire ressentir l’évolution des émotions, de la transformation de chaque personnage en quelqu’un de meilleur grâce à l’autre. On est tombées amoureuses de la romance et de l’amour qui unit ces deux personnages. Si authentique, pleine de magie et de mélodie entre eux.

« – Il faut que je te dise, Ayd, je préfère quand tu cours vers moi, pas quand tu t’enfuis.

Elle a penché sa tête un peu en arrière et a levé ses mains pour les poser sur ma taille. »

– Jay Crownover

Dans ce tome-ci, on n’est pas dans l’univers des « marked men », mais plutôt dans le milieu de la musique et surtout, du rock’n roll. On a adoré cet univers, la symbolique autour de la musique et surtout, le développement de la carrière de Jet.

Le petit bémol est que vers les 150 dernières pages, il y avait quelques longueurs. L’histoire commençait un peu à tourner en rond et aurait pu être légèrement raccourcie.

Pour finir, c’est une lecture agréable, addictive, preuve étant qu’on l’a lu en même pas deux jours.

« – Je ne dis pas que ça ne pourrait pas mener à plus, mais pour l’instant je me sens un peu cassé de partout et je ne sais pas s’il reste assez de pièces du puzzle pour me reconstruire. »

– Jay Crownover
  • Troisième tome : Rome

Note : ⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Intrépide et pleine de vie, Cora Lewis est aussi celle qui veille sur ses amis «bad boys» tatoueurs, dans le salon The Marked où elle officie comme perceuse. Pourtant derrière son apparente joie se cache un coeur brisé, et Cora est bien décidée à ne plus jamais se laisser embraser par une passion dévorante. Elle attend maintenant l’homme parfait, sans bagages douloureux ni histoire dramatique, avec qui elle pourra s’engager. Et elle tombe sur Rome Archer.


Sous ses airs rassurants d’ancien soldat, Rome est têtu, autoritaire et rigide. Pas très «homme parfait» ! Et surtout il revient du front… S’il avait l’habitude d’être le grand frère protecteur, le fils aimant, le bon soldat, aujourd’hui il n’est aucun de ces hommes-là. Traumatisé, il cherche un moyen de survivre et de reprendre le cours de sa vie, malgré les démons de la guerre qui le rongent. Pour cela, il pensait être seul, jusqu’à ce que Cora débarque dans sa vie et l’éclaire de mille couleurs.


Parfois les mauvais choix sont les meilleurs…

♦ Avis :

C’est définitif ! Pour l’instant, aucun tome n’a réussi à dépasser celui de Jet et Ayden qui a une saveur particulière pour nous. Ce troisième tome se place donc en deuxième place dans notre top « Marked Men ». Et vous, quel est votre chouchou ?

Dans ce tome-ci, on retrouve Cora et Rome. Cora est notre coup de cœur de ce tome parce qu’elle a cette dynamique, ce brin de folie qui la caractérise si bien. On a adoré son ambition, sa détermination, le fait qu’elle s’accepte telle qu’elle est et surtout, son amour pour les autres. Elle est peut-être petite de taille, mais elle a un énorme cœur. Quant à Rome, autant vous dire qu’il n’est plus le même que celui du premier tome. On découvre un personnage frustré, tourmenté par ce qu’il a vu dans sa vie, mais au fond, Rome a bien plus à offrir. Il donne sa vie pour ses proches et il a une force admirable pour continuer à se battre contre la vie. C’était vraiment très intéressant et émouvant de vivre l’évolution de ce personnage.

La romance est quelque peu particulière, elle se différencie légèrement des autres et c’est pour cela qu’on l’a beaucoup aimée. Elle évolue dans une ambiance sensuelle, torturée, mais également emplie de tendresse et de projection vers l’avenir. Rome et Cora forment un « nous » particulier et pas si évident…peut-être bien qu’ils ne se seraient jamais rencontrés, mais le plus important, c’est qu’ils l’ont fait et qu’ils ont réussi à passer outre les blessures et les égratignures pour dessiner un avenir ensemble dans lequel chacun grandirait avec l’autre et son aide.

« – Tu es une fouteuse de merde.

J’ai passé mes bras autour de son cou et l’ai tiré vers le bas jusqu’à pouvoir poser ma bouche sur la sienne. Ses cheveux étaient plus longs que d’habitude, et j’ai joué avec les mèches brunes qui caressaient mes doigts.

– Mais je veux carrément la peine.

Il m’a encore embrassée, et j’ai essayé de ne pas grogner à voix haute quand sa langue a glissé contre la mienne.

– Oui, c’est vrai, Minipouss. C’est vrai. »

– Jay Crownover

Le petit bémol de ce tome – des Marked Men en général –, c’est qu’il y a des longueurs inutiles qui ne nous apportent pas grand-chose en plus.

Enfin, ce troisième tome se développe dans une ambiance militaire puisque Rome est un ancien militaire. Evidemment, l’auteure ne développe pas le milieu militaire puisqu’ici, Rome est revenu et on le suit dans l’après. On a été épatées par le développement de ce personnage avec tous les traumatismes qui le suivent. L’auteure a réussi à montrer à quel point même s’il aime son métier, c’est dur et difficile de refaire face à la vie quotidienne auprès de ses proches.

𝐐𝐮𝐞𝐞𝐧 𝐨𝐟 𝐀𝐧𝐚𝐫𝐜𝐡𝐲, 𝐓𝟏

« Queen of Anarchy » est une saga de Océane Ghanem éditée chez Plumes du web.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Un univers post-apocalyptique fantastique mêlé de romance.

Une héroïne badass traquée par un démon.

Une guerre sans merci entre le Bien et le Mal.

***

L’apocalypse s’est déroulée il y a huit ans. Depuis, sur une terre délaissée par Dieu, les monstres chassent à découvert…

Jaime vit dans la partie la plus pauvre du nouveau monde : South Village. Son destin ? Devenir une bonne épouse et enfanter. Mais aucune chance que cela n’arrive. Elle a beau être effrayée, elle est aussi déterminée à intégrer l’armée aux côtés de Keane, son meilleur ami – et la seule personne qu’il lui reste.

Derrière les remparts qui protègent les Cinq Villes, elle va découvrir un monde mortel, malfaisant, qui n’aspire qu’au chaos.

Pourtant, elle le sait, quelque chose gronde en elle, quelque chose qu’elle ne parvient pas à maîtriser. Et ce n’est pas cet enfoiré de Ciaran qui la contredira. Il est le seul à avoir deviné au premier coup d’œil sa différence.

Désormais, Jaime est en danger. Pour reconquérir son droit d’exister, elle va devoir faire face à ses plus grandes peurs et abandonner ses derniers rêves.

Qui est-elle vraiment ?

Peut-elle se fier à Keane, qu’elle aime de tout son cœur, ou à Ciaran, le soldat sexy un peu trop perspicace ?

Et surtout, quel est le rôle qu’on lui attribue dans cet échiquier géant ?

♦ Avis :

Sachez que nous avons eu beaucoup de mal à mettre des mots sur nos ressentis et encore maintenant, nous ne sommes pas assez convaincues par cette chronique. Il n’y aurait pas assez de mots pour vous expliquer à quel point on a adoré ce roman, à quel point nous sommes déjà en manque, à quel point nous aimerions à cet instant même tenir le deuxième tome en main.

Incroyable rime avec inoubliable, inoubliable rime avec inqualifiable et « Queen of Anarchy » rime avec tous ces adjectifs – et plus encore – qui signifient que ce premier tome est tout simplement époustouflant. Océane nous plonge dans un monde condamné à être la proie du Mal, à être persécuté par le Mal. Un monde impitoyable, qui nous a filé plusieurs sueurs froides. Un monde avec une intrigue de malade qui vous donne envie de lire le livre en une traite tellement le suspense est insoutenable. Océane nous mène à la baguette, glisse des indices en plein milieu de phrases, vous glisse des phrases qui vont vous faire douter, des phrases qui vont vous demander ce que cet univers cache encore d’autres. En bref, Océane a parfaitement réussi à tisser un fil, une intrigue le long de son roman pour nous laisser sans voix.

Et dans ce monde vit Jaime Caine, une femme de 19 ans qui a souffert à cause de ce Mal. Elle est déterminée et en même temps, Océane nous peint toute sa complexité. Au-delà de sa détermination, elle reste une personne sensible qui a peur. On a complétement flashé sur ce personnage féminin juste éblouissant, l’auteure a réussi à la peindre de telle façon qu’on aime tout de son caractère, même ses défauts. Pour ce qui est des autres personnages secondaires, on a des doutes sur certains, mais on ne dira rien pour ne pas vous spoiler ! Juste un mot : Océane arrive à nous créer un tableau de personnages avec des caractères totalement différents, complexes et en même temps si attachants. En ce qui concerne Ciaran, que dire à part qu’il est à nous ? Dès la page où il fait son apparition, on était sous le charme de ce personnage charismatique. Son côté mystérieux le rend d’autant plus séduisant. Et puis cette tension entre lui et Jaime est intense, incroyable, un feu ardent qui nous donne envie d’avoir encore plus de passages entre ces deux personnages. Cette relation est tellement explosive qu’on aurait pu mettre des post-it à tous les passages. C’est le cas de le dire : cette relation est plein d’étincelles, d’artifices, d’un feu ardent, de tensions.

« – Si vous ne vous relevez pas dans les deux secondes qui suivent, commencé-je à murmurer, en appuyant ma dague fraîchement retrouvée contre ses parties intimes, je vous castre.

Ciaran se fige, pris au dépourvu. […]

– Tu en serais capable, n’est-ce pas ?

– Tout à fait, répliqué-je sèchement en appuyant davantage. »

– Océane Ghanem

Ce n’est pas un livre d’Océane Ghanem si elle ne rajoute pas sa touche poétique. Elle a un don, ce don d’écrire des histoires incroyables avec une plume à couper le souffle. Ses phrases sont comme une mélodie qui nous envoûte dès la première ligne. En bref, si vous ne le lisez pas, vous passez à côté d’une histoire juste indescriptible. C’est notre préféré d’Océane Ghanem pour le moment ! Maintenant, on attend impatiemment le tome 2 et l’adaptation en série ou en film.

𝐆𝐮𝐧 𝐠𝐢𝐫𝐥 – 𝐕𝐚𝐥𝐞𝐧𝐭𝐢𝐧𝐚

« Gun Girl – Valentina » est un roman de Maloria Cassis.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Valentina a grandi surprotégée par sa famille et le clan de son père. Lorsqu’elle est agressée un soir, toute son existence bascule.

Vincenzo est un policier intègre. Son seul but dans la vie est de démanteler les réseaux des trafiquants de drogue et d’ainsi venger la mort de son frère, décédé en service.

En mission d’infiltration, il va sauver la vie de Valentina.

Ni l’un, ni l’autre n’était préparé à cette rencontre.

Il est flic. Elle est la fille du parrain de la mafia.

Un amour impossible qui pourrait leur coûter la vie.

♦ Avis :

Si vous avez lu notre chronique sur le premier tome (sur Francesca), vous savez qu’on l’a adoré. Tout comme on est tombées sous le charme de la famille Alario et de leur univers sombre, mais si attachant. Alors c’est avec empressement qu’on a découvert ce deuxième tome sur la jeune fille Alario, Valentina.

Valentina avait déjà été présentée dans le tome consacré à Francesca, mais quand on l’avait laissée, elle était naïve, innocente, un petit bonbon rose encore dans son emballage qui la protège de cet univers sombre dans lequel baigne sa famille. Mais Valentina a dû grandir, a dû laisser cette totale innocence de côté pour affronter un monde moins rose, à cause d’un événement. En fin de compte, la nouvelle Valentina nous a tout autant plu que la première et on s’est surprises à trouver des petites choses qui sont restées de l’ancienne. Valentina est devenue une jeune femme plus forte, plus déterminée. Dans le tome de Francesca, on avait une Valentina qui suivait les yeux fermés, la passion de sa mère et alors même que dans ce tome-ci, elle pensait être perdue après ce qu’elle a vécu, on a justement trouvé qu’elle ne l’était plus. Qu’elle avait trouvé sa voie. Valentina nous a beaucoup touchées parce qu’on s’est reconnues en elle, mais aussi parce que c’est une femme pleine de sensibilité à qui on s’attache très vite. Quant à Vincenzo, dès le début, on l’a beaucoup aimé. C’est le personnage qui présente le plus de valeurs selon nous. Il veut arriver à ses fins, mais selon ses valeurs, pas en les niant et on a énormément aimé ce côté de sa personnalité. En plus d’être présenté comme irrésistiblement charismatique et badass.

« Notre amour est comme de l’alcool fort qu’on balancerait sur une plaie à vif. Ça te déchire l’âme, mais ça te soigne aussi. Ça te donne envie de hurler pour que tout le monde sache que tu es fort, comme j’aimerais pouvoir crier sur tous les toits à quel point je suis dingue de cette fille. »

– Maloria Cassis

Si un flic et la fille d’un parrain de drogue se rencontrent et tombent amoureux, on a affaire à une vraie relation interdite. Une relation qui dépasse tout entendement pour ce parrain. Une relation qui ne devrait même pas effleurer les consciences de ces deux personnes. Et pourtant…ils sont tombés amoureux. C’est vraiment cette idée de relation interdite qui nous a plu. Cependant, on a été un peu déçues par le début de la romance qui a commencé beaucoup trop rapidement. On a eu le temps de ressentir les premières tensions entre eux, mais pas de réellement nous investir dans cette relation amoureuse, de sentir les émotions et les émois. Heureusement, par la suite, on a beaucoup aimé le fait que Maloria ne choisisse pas la voie facile, mais qu’elle nous peint une romance baignant dans un milieu sombre, mais tout en restant réaliste.

Au niveau de l’intrigue, dans ce tome-ci, on est un peu moins centré sur le gang parce que Valentina reste en dehors des affaires de ce clan. Cependant, on a trouvé l’histoire très bien rythmée, on ne s’est pas ennuyée une seule fois. C’est encore une fois un tome très addictif, qui se lit rapidement et qui est très agréable à découvrir. En bref, on a beaucoup aimé ce tome – même si le premier reste notre préféré – et on a vraiment trop hâte d’en découvrir plus sur Nino et Falco.

𝐅𝐥𝐢𝐫𝐭𝐢𝐧𝐠 𝐰𝐢𝐭𝐡 𝟒𝟎

« Flirting with 40 » est un roman de K. Bromberg édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Son divorce à peine prononcé, son ex est déjà fiancé à une bimbo qui a la moitié de son âge. Sa jeune boss est déterminée à saboter ses chances d’obtenir la promotion qu’elle mérite. Et pour ne rien arranger, elle est sur le point de fêter ses 40 ans.

Lorsque Blakely rencontre Slade Henderson, elle se demande pourquoi ce jeune chirurgien cardiaque d’une trentaine d’années, sexy en diable, s’intéresse à elle.

Elle sait qu’il va très certainement lui briser le cœur, mais elle est prête à prendre le risque.

Mais Slade est la preuve vivante que les hommes bien existent, non seulement il l’aide à obtenir cette promotion, mais il l’encourage à redevenir la Blakely qu’elle était avant son mariage : drôle, combative, confiante.

Et qui sait peut-être que ce jeune homme que Blakely considère comme un tremplin pour passer ce cap difficile se révèlera être bien plus que cela ?

♦ Avis :

K. Bromberg a été une révélation pour nous, l’année dernière, avec sa saga « Play Hard » qu’on a absolument dévorée, alors il était tout naturellement logique qu’on succombe pour son dernier roman. Sa plume nous a encore une fois charmées. Mais honnêtement, avant de commencer à le lire, on partait déjà avec une petite réticence : celle de l’âge de Blake (qui a 40 ans). Cependant, on voulait vraiment lire ce roman pour sortir de notre zone de confort et ça a été un succès !

On découvre Blakely, une femme d’une quarantaine d’années pour qui son divorce a été compliquée. En effet, elle a remis en doute beaucoup d’aspects de sa vie, notamment elle et son âge. Mais derrière ce chiffre « 40 » se cache en réalité, une femme avec une joie de vivre égale à celle d’une jeune fille de 20 ans, une femme gentille, dévouée, mais malheureusement, aussi dans l’ombre. Une femme qui se laisse bouffer par ces doutes et qui, au final ne vit plus. On avait peur de ne pas réussir à nous identifier à elle, mais ça a justement été tout l’inverse. On s’est souvent retrouvé en elle, dans ses réflexions et dans les messages véhiculés autour de sa personne. On a adoré chaque recoin de sa personnalité et on a été époustouflées par son évolution remarquable. Quant à Slade, c’est un homme. Un vrai. Pas un bad boy, non, plutôt un gentil gars, plein de sagesse, de gentillesse et très mature. Si on rencontrait un Slade, on en tomberait amoureux dès le début. C’est le genre de boyfriend qu’on rêve tous d’avoir : un homme amoureux, fidèle, plein de bonté et de beaux messages à faire passer.

« – Parce qu’il y a des gars sympas dehors, Blakely. Des gars qui interviennent et agissent comme il faut. Qui traitent bien les femmes, même si ce n’est pas la leur. Apparemment, tu ne les as jamais rencontrés, mais moi je sais pertinemment qu’ils existent.

Elle ouvre la bouche, puis la referme. Ses joues rosissent et ses yeux se remplissent de larmes qu’elle chasse d’un clignement de paupières aussi vite qu’elles sont apparues. » – K. Bromberg

Quand ces deux-là se rencontrent, c’est une évidence…mais une évidence que Blake ne veut pas croire. Pourtant, au fil des pages, on découvre une romance qui s’installe tout naturellement entre les deux avec une complicité hors du commun. C’est comme si Slade et Blake existaient vraiment et qu’ils étaient tout simplement, l’âme sœur de l’autre. On a totalement adhéré à cette romance et étrangement, on l’a trouvé plutôt banale, mais aussi tellement originale. L’évolution des personnages au même moment que la progression de la romance nous a vraiment plu parce qu’on a découvert au fil de leur passion, des personnages indépendants, mais complémentaires. On a aimé voir ce côté positif de l’amour, cette perche d’espoir que nous tend ce livre.

En fait, « Flirting With 40 », c’est plus qu’une simple histoire d’amour. C’est une leçon de vie. Une leçon pour apprendre à nous aimer, à accepter nos différences, mais au-delà de les accepter, de les transformer en force pour réussir à sortir de l’ombre. A nous positionner sous la lumière…à crier à la lune. On a totalement succombé aux messages que véhicule ce roman parce qu’ils sont touchants, plein de véracité et s’adaptent à tout le monde. C’est un réellement un livre qui devrait être entre toutes les mains.

𝐋𝐞𝐬 𝐛𝐫𝐮𝐦𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐂𝐞𝐧𝐝𝐫𝐞𝐥𝐮𝐧𝐞, 𝐓𝟏

« Les brumes de Cendrelune » est une saga de Georgia Caldera éditée chez J’ai lu.

Note Isabelle :  ♥♥♥♥♥/5

Note Héléna : ⭐⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.

Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule…

♦ Avis :

Ce livre était dans notre wishlist depuis que plusieurs bookstagrammeurs en avaient parlé. Il nous a tout de suite intriguées de par son côté fantasy et son côté romance. Heureusement que Laure nous l’a offert car il ne fallait pas qu’on passe à côté de cette histoire ! On maudit juste l’auteure d’avoir écrit cette fin horrible ! Le seul point négatif pour Héléna est le fait que c’est un tome très introductif et que les choses ne bougent pas des masses. Bien qu’elle comprenne le besoin de plonger le lecteur petit à petit, elle aurait aimé que les choses changent plus avant la fin de ce tome 1.

Georgia Caldera nous peint un univers original, incroyable, pensé de A à Z. Et quelle imagination ! Nous avons été très surprises par tous les détails donnés et pensés par l’auteure qui rendent l’histoire d’autant plus réaliste. Les dieux, des répressions, tout est réfléchi pour créer une ambiance fantasy de terreur. Pour le coup, on le verrait très bien adapté en film ou séries !

Parlons des personnages, Verlaine et Céphise. On a eu un coup de cœur pour ces deux personnages qui dégagent de la prestance, du courage. Si vous cherchez des personnages courageux, déterminés ayant des capacités particulières, foncez les découvrir ! On a adoré Verlaine avec l’aura qu’il dégage, l’auteure arrive à nous faire ressentir cette aura forte qu’il dégage. Ce qui nous a marqué chez lui, c’est surtout l’originalité de son personnage. Il est absolument tout ce qu’on veut qu’il soit et en même temps, tout ce qu’on ne veut pas qu’il soit. Pour ce qui est de Céphise, que dire à part qu’on rêverait avoir son courage et sa persévérance ? Elle nous a éblouies par sa détermination, bien qu’elle ait également des failles, Georgia Caldera arrive à nous peindre un personnage à la fois courageux et à la fois doté de faiblesses. Pour Verlaine et Cephise, l’auteure a réussi à nous montrer le parfait imparfait de ces deux héros. Comment leurs failles sont utilisés en positif.

Bien que la romance n’apparaisse pas encore car ce tome est introductif, l’ennemies to lovers y est présent très clairement. On a complètement adoré cette relation entre les deux personnages parce qu’il s’agit RÉELLEMENT d’un ennemies to lovers, pas de simples piques méchantes. Vous cherchez une romance fantastique où la fille déteste le garçon ? Vous serez servis ! L’auteure arrive à nous décrire cette puissante liaison entre ces personnages, cette sensation étrange qu’ils ressentent l’un avec l’autre. Lien fort. Mystère autour de leur lien. Une héroïne qui lui lance des piques sans arrêt. On a hâte de voir comment cette relation va se développer dans les prochains tomes et elle risque d’être très très intéressante !

« – Laissez-moi partir, gémit Céphise, cachant son visage dans ses paumes. Je vous en prie, je voudrais juste rentrer chez moi…

– Ça, c’est impossible, tranchai-je immédiatement. Tu as renoncé à ta liberté la nuit dernière, dès l’instant où tu as choisi de me défier, ne te souviens-tu pas ? »

Goergia Caldera



C’est la première fois que nous découvrions la plume de Georgia Caldera et on l’a trouvée très joli ! Elle nous décrit parfaitement un univers sans trop nous donner des phrases complexes qui nous perdraient ! En plus, sa plume est addictive !


𝐂𝐚𝐦𝐩𝐮𝐬 𝐃𝐫𝐢𝐯𝐞𝐫𝐬, 𝐓𝟑

« Campus Drivers » est une saga de C.S. Quill éditée chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Lorsque Lewis se retrouve avec trois meilleurs amis en couple et une stagiaire à former pour la relève des Campus Drivers, son dernier semestre à la fac prend une allure de cauchemar. Sans compter que la stagiaire en question n’a rien de l’élève parfaite !

En débarquant dans une nouvelle université, Amy a promis à sa soeur de se tenir aussi loin que possible des ennuis. Alors, quand Lewis Conley lui propose une période d’essai en tant que chauffeur, c’est l’occasion rêvée de se ranger… Et de passer du temps avec celui pour qui elle craque malgré elle.

Mécanicienne hors pair, elle va devoir apprendre à ses dépends que la mécanique du coeur est encore plus complexe qu’il n’y paraît.

Quant à Lewis, la course sauvage dans laquelle Amy va l’entraîner risque de le faire dévier de sa trajectoire toute tracée.

♦ Avis :

Cette saga est vraiment parfaite quand on cherche à passer un bon moment, un moment drôle en compagnie de personnages attachants. Si ce troisième tome se détache quand même pas mal des autres, il reste tout de même drôle et agréable à lire.

En effet, ce troisième tome est un peu plus profond que les deux précédents. L’auteure nous présente une héroïne plus tourmentée, avec un passé qu’elle semble vouloir oublier, mais qu’elle va être obligée de retrouver. Personnellement, on a adoré cette profondeur dans le passé d’Amy parce qu’en plus de nous permettre de nous attacher davantage à elle, cela a permis d’ajouter de l’action et une intrigue à ce troisième tome. Effectivement, on ne s’est pas ennuyées une seule fois, bien que vers le milieu du livre, il y ait quelques longueurs.

Concernant les personnages, on était impatientes de découvrir Lewis, le dernier célibataire de la bande et on n’a pas été déçues. On a adoré en découvrir davantage sur lui et connaitre son lui intérieur qui se cache derrière le mec drôle et un peu con sur les bords. En réalité, Lewis est studieux, gentil, droit dans ses bottes et persévérant. Quand il veut quelque chose, il fait tout pour l’avoir. Quant à Amy, que pouvons-nous dire à part que c’est un personnage haut-en-couleur, une femme absolument incroyable. On est réellement admiratives d’elle (même si c’est un personnage fictif ^^) parce qu’elle est par excellence, l’image de la femme forte, mais qui a tout de même ses faiblesses. Elle est en fait, humaine et on a beaucoup aimé découvrir à la fois, sa force, mais aussi les éléments qui la rendent plus faibles, plus sensibles. En bref, ces deux personnages ont réussi à nous charmer et on aurait adoré être des amies de cette bande bon délire et là pour chacun d’entre eux en cas de pépin. D’ailleurs, dans ce 3ème tome, les autres couples apparaissent quand même de manière régulière et ça nous a beaucoup plu !

« – C’est bon, file-moi les clés, Conley ! J’te jure que dès notre retour à Columbus, j’attendrai que tu traverses une route en chantonnant naïvement et je te foncerai dessus.

– Si tu l’emportes, je te laisserai même le faire avec ma Dodge.

– Voilà la mitivation dont j’ai besoin. Attache-toi, j’espère que tu n’es pas malade en voiture.

– Je suis un Campus Driver !

– Bien sûr… »

C.S. Quill

Le défi pour l’auteure a été de se faire rencontrer ces deux bombes, personnages hauts-en-couleur. Amy, la rebelle à l’état pur. Lewis, le bon étudiant drôle, mais studieux. On a complètement adhéré à cette alchimie, à leur romance. Si vous voulez un réel slow burn, lisez ce livre parce qu’il vous faudra attendre que la tension soit au maximum entre eux pour attendre un premier pas. Mais c’est précisément ça qu’on a adoré : le fait qu’une complicité a eu le temps de se construire convenablement et qu’elle soit réaliste et qu’on ressente l’électricité entre eux à chacune de leur rencontre. On est tellement fans de leurs répliques à chaque fois hilarantes. Leur romance a pris du temps à se développer parce qu’il fallait le temps pour chacun des personnages d’apprivoiser l’autre et de le comprendre. Mais au final, on a le droit à une vraie comédie romantique haute-en-couleur.

Pour finir, C.S. Quill a vraiment réussi à nous concocter une saga qui a tout pour plaire et pour nous faire passer un bon moment. Grâce à sa plume addictive et agréable à lire, on a repris petit à petit goût à la lecture.

𝐔𝐧𝐞 𝐟𝐨𝐢𝐬 𝐭𝐫𝐨𝐢𝐬, 𝐓𝟏

« Une fois trois » est une saga de Axelle Auclair édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐️⭐️/5

♦ Résumé :

On ne sépare pas des triplés. Pourtant, Nell a dû quitter ses frères, Matt et Ben, bien malgré elle pour ses études à l’étranger. 

Trois ans plus tard, elle revient enfin chez elle avec pour seul but de rattraper le temps perdu. Heureuse, bien sûr, mais préoccupée car ne sachant pas comment ses frères ont vécu leur séparation, ni ce qu’ils sont devenus. 

Leurs retrouvailles ne se font pas sans heurts ni émotion. Ils doivent ensuite réapprendre à vivre ensemble avec un nouveau dans l’équation : le mystérieux Wade. Très proche des frères et très secret sur ses activités. Malgré tout attirée, Nell va devoir apprendre à cerner son côté sombre, et cela, sans se brûler les ailes. 

Une histoire loufoque et improbable sur les liens fraternels, l’adversité, la famille, l’amour.

♦ Avis :

Pour commencer, on tient à préciser qu’il ne s’agit que de notre avis. Si jamais vous êtes tentés par ce livre ou intrigués, n’hésitez pas à vous faire votre propre opinion ! Personnellement, ça ne l’a malheureusement pas fait avec nous. Nous avons eu du mal à accrocher à l’histoire.

En effet, en ce qui concerne les personnages, nous avons eu beaucoup de mal à les cerner car il n’y a pas beaucoup de développement de leur caractère. Nous avions l’impression que leur personnalité se résumait à être une femme ou un homme, ce que nous avons trouvé dommage. De plus, par moments, ils nous donnaient l’impression d’être surjoués, que leurs émotions et leurs mouvements étaient irréelles. L’auteure ajoute une touche d’originalité avec les triplés car il est rare de trouver des romances avec une famille de triplés. Nous nous sommes identifiées par moments à leur relation – quand on remarque qu’il est dur de se détacher de l’autre –, mais à plusieurs reprises, nous avons trouvé que cette relation entre les frères et sœurs étaient toxiques. Ils se contrôlaient trop entre eux et avaient des comportements beaucoup trop inappropriés. Ben et Alex sont ceux qui ont le plus réussi à nous émouvoir parce qu’on les a trouvés vrais tandis qu’on a énormément de mal avec Matt qui est dans l’abus, dans le « trop » selon nous ce qui fait qu’il est rapidement devenu insupportable dans l’histoire. Nell, quant à elle, est drôle, mais on l’a trouvé encore une fois, trop surjoué et irréaliste dans son comportement. Quant à Wade, sa vision de la femme nous a posé énormément de problèmes, ce qui ne nous a pas permis de nous attacher à lui.

Concernant la romance, il y a en réalité plusieurs romances présentes dans le roman et malheureusement, on n’a adhéré à aucune. La principale, celle entre Wade et Nell est beaucoup trop rapide. À peine se sont-ils rencontrés qu’ils se voient déjà vivre toute leur vie ensemble. On n’a pas trouvé cette alchimie qui est censée apparaitre, ces étincelles quand ils se rencontrent, se voient. Au final, on n’a pas du tout cru en leur relation. D’ailleurs, on a surtout eu l’impression que leur relation se développait simplement autour du sexe.

Ensuite, il y a une intrigue ficelée autour de la romance et elle aurait pu être intéressante et rendre l’histoire davantage addictive. Mais malheureusement, l’intrigue était un peu tirée par les cheveux selon nous et surjouée. De plus, les obstacles sont trop facilement franchis ce qui brise le réalisme de l’action.

Le point qui nous a le plus posé de problème dans ce roman est la place de la femme et de l’homme. En effet, nous avons à maintes reprises levé les yeux au ciel car la femme était considérée comme un être faible qui a besoin d’être accompagné d’un homme pour sa sécurité. De l’autre côté, l’homme est vu comme une bête sauvage qui veut contrôler la femme.

La plume d’Axelle Auclair est très addictive et légère, c’est pourquoi nous avons lu le roman très rapidement ! Nous serions curieuses de découvrir d’autres romans de cette auteure qui nous conviendront peut-être plus !

𝐋𝐞 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐭 𝐝𝐞𝐬 𝐬𝐚𝐧𝐬 𝐫𝐞𝐩𝐨𝐬

« Le chant des sans repos » est une saga de Roseanne A. Brown chez Desaxus.

Note Isabelle : ⭐⭐⭐⭐/5

Note Héléna : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Une princesse en deuil et un réfugié désespéré confrontés à la mort et à l’amour. Un choc fantasy inspiré par le folklore africain.

Malik a fui la guerre avec ses deux sœurs pour commencer une nouvelle vie dans la cité prospère de Ziran où va se tenir le somptueux festival de Solstasia. Mais quand un esprit vengeur kidnappe sa petite sœur, il est contraint d’exécuter une sombre besogne pour la récupérer : tuer Karina, la princesse héritière de Ziran. Cette dernière n’a que faire de son prestigieux statut jusqu’à ce qu’un évènement tragique vienne la plonger dans un chagrin inconsolable et provoque un tumulte sans précédent dans son entourage. La découverte d’une magie ancienne va cependant lui redonner un mince espoir d’inverser le cours des choses. Alors que le festival bat son plein, Karina et Malik vont se retrouver malgré eux sur la même trajectoire meurtrière. Seront-ils prêts à aller jusqu’au bout pour retrouver ce qui leur est cher ?

♦ Avis :

Avant de commencer à vous expliquer notre ressenti de cette lecture, il est important que vous sachiez deux choses. Premièrement, en lisant ce livre, on voulait sortir de notre zone de confort, découvrir de nouvelles choses, avec un univers qui promettait de nous éblouir. Cela a marché parce qu’on a réussi à sortir de notre zone de confort et qu’en plus de ça, on a bien aimé découvrir cette histoire. Cependant – et c’est la deuxième remarque que vous devez savoir –, nous n’avons pas exactement le même avis. En effet, si Isabelle est sortie beaucoup plus satisfaite de l’histoire, ce ne fut pas le cas d’Héléna qui a été déçue par quelques éléments. Mais le roman, en général, nous a plu à toutes les deux.

Le point pour lequel on est le moins d’accord, c’est le début du roman. Effectivement, Isabelle a trouvé le début un brin trop lent et donc, a eu du mal à plonger totalement dans l’histoire, mais nécessaire pour tout bien comprendre et mettre en place l’univers. Cependant, du côté d’Héléna, ça n’a pas eu le même effet. En effet, elle a plutôt trouvé le début ennuyant et beaucoup trop lent ce qui a selon elle, brisé le côté addictif de l’histoire et elle a vraiment dû atteindre la page 230 pour commencer à apprécier sa lecture. 

Il faut le souligner : nous sommes face à des personnages à l’opposé l’un de l’autre. Malik et la princesse n’ont pas grand-chose en commun, au niveau du caractère. Malik est plutôt timide, réservé et peureux. Si à beaucoup de lecteurs, ça peut ne pas plaire, on a trouvé ça plutôt original. Le fait que pour une fois, le héros de l’histoire n’a pas une force surhumaine et est courageux, même devant la mort. Puis, il y a la princesse qui est le personnage auquel on a le plus réussi à nous attacher. Elle a vécu des choses horribles, des deuils qui ont fait qui elle est et malheureusement, en tant que princesse, elle a des responsabilités qui lui privent de toute liberté. On a ressenti ses sentiments, son désir de s’envoler, mais par après, de sauver son peuple et d’aider. 

Du côté de l’intrigue, Héléna a eu du mal à comprendre, au début, vers quoi l’auteure voulait nous diriger. Elle naviguait complètement dans le brouillard, ce qui n’a absolument pas été le cas d’Isabelle qui a eu plus facile à comprendre et à apprécier l’histoire dès le début. Cependant, on s’accorde toutes les deux pour dire que les 250 dernières pages sont incroyables, au niveau de l’intrigue. L’auteure a réussi à nous couper le souffle à plusieurs reprises et à tordre nos petits cœurs. Elle s’amuse à nous maltraiter dans cette fin en jouant avec nos émotions. C’est à la fin qu’on comprend qu’elle avait tout planifié depuis le début de l’histoire, que chaque personnage est un pion judicieusement positionné et dispersé ayant un rôle défini dès le début.

« Malik s’interrompit, se maudissant silencieusement d’avoir laissé échapper tant d’informations à son sujet. Les nobles avaient les moyens de se payer les services d’un véritable guérisseur, ils ne se soignaient pas avec des remèdes de grand-mère.

– Des poils de chameau, répéta la fille, songeuse. Donc vous cousez et vous dispensez des conseils médicaux. Qui êtes-vous, exactement ?

– Quelqu’un qui ne devrait pas être là, répondit Malik. Il arrivait maintenant au point le plus haut de la déchirure, en s’efforçant de ne pas penser à la douceur de la peau brune juste sous des doigts.

– Et vous ?

– Quelqu’un qui ne devrait pas être là. »

Roseanne A. Brown

Si on devait décrire en un seul mot l’univers, ce serait : époustouflant ! L’auteure a vraiment créé son propre monde et c’est réussi ainsi qu’original. Mais malheureusement, pour Héléna, l’univers aurait mérité des explications plus poussées. L’auteure nous promet de la mythologie africaine, mais ne connaissant absolument pas ce domaine, il y a certains éléments qu’elle a eu plus de mal à comprendre. 

En ce qui concerne la romance, nous nous accordons pour dire qu’elle partait d’une bonne idée, mêlée à une intrigue finement établie. Cela promettait des étincelles. Seulement il y a un manque de développement, selon nous. En effet, les personnages ne se voient que très peu et se rencontrent déjà tard dans l’histoire et cela cause ce manque de développement. Ils sont amoureux l’un de l’autre d’un claquement de doigts, mais nous, en tant que lecteurs, n’avons même pas le temps de ressentir les frissons des personnages, les moments de complicité entre eux. Peut-être que cet aspect sera davantage développé dans le deuxième tome !

Pour finir, la plume de l’auteure est incroyable. Elle a réussi à nous transporter et même si le début a été plus difficile, la fin nous a laissé bouche ouverte.