𝐏𝐥𝐚𝐲 𝐇𝐚𝐫𝐝, 𝐓𝟏

« Play Hard » est une saga de K. Bromberg édité chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Comme ses sœurs, Dekker Kincade est toujours prête à recruter de nouveaux clients pour l’agence de sportifs, montée par sa famille mais qui bat de l’aile. Toutefois, quand son père lui confie la responsabilité de signer le joueur vedette de la NHL, Hunter Maddox, elle hésite. Voilà trois ans, ils ont vécu une relation sans attache et Dekker a pris la tangente sitôt qu’elle a commencé à ressentir des sentiments pour lui. Elle sait que signer Hunter pourra probablement sauver l’entreprise de la faillite, aussi accepte-t-elle de l’approcher pour qu’il signe.

Si leurs retrouvailles ont un goût doux-amer bien vite, ils se retrouvent à plaisanter, la tension monte. Mais quand la vérité éclate Hunter est furieux et Dekker craint qu’on ne la prenne plus au sérieux. Remporter la Stanley Cup avant que le temps imparti soit écoulé n’est pas un petit exploit. Et le temps presse. Alors que l’équipe de hockey n’est plus qu’à un pas du championnat, résister à Dekker ne sera pas pour Hunter une partie de plaisir.

♦ Avis :

On s’est rendu compte qu’on ne lisait pas beaucoup de romances mettant en avant des sportifs et leur sport. Pourtant, c’est une thématique qu’on adore dans les romances ! Alors en lisant le résumé de Play Hard, on ne pouvait que succomber et nous empresser de le lire. On n’est absolument pas déçues d’avoir découvert ce roman et cette auteure.

L’histoire s’installe doucement et on a beaucoup aimé cette lenteur au début qui nous permet de nous familiariser avec l’univers développé par l’auteure et de nous attacher à chaque personnage. On apprend que Dekker doit convaincre le hockeyeur le plus célèbre, Hunter Maddox, de signer dans l’agence sportive de sa famille. Mais le problème est qu’ils ont déjà un vécu ensemble. K. Bromberg a réussi à manier ce thème des retrouvailles à la perfection, non seulement on ressentait cette alchimie entre les deux, mais on redécouvrait également une nouvelle alchimie encore plus intense entre eux. Ce que nous avons le plus aimé est le fait que la roman – bien qu’ils se connaissent déjà – prend son temps, met en avant une tension palpable (avec des piques entre les deux héros à mourir de rire) qu’on a adoré !

Ensuite, il ne faut pas croire qu’il s’agit simplement d’une romance banale, feel-good. Loin de là, K. Bromberg exploite le passé de Dekker et de Hunter à la perfection. Elle arrive à trouver les bons mots et à nous donner envie de réconforter les personnages. On a été beaucoup plus touchées par Hunter – peut-être parce qu’on comprend mieux que quiconque ce qu’il vit – (on ne vous en dit pas plus pour ne pas vous spoiler). Mais on a directement été émues ; l’auteure l’a développé avec ses défauts et ses qualités ce qui rend ce personnage réaliste. En effet, Hunter, c’est le héros de tout le monde, celui qui montre un grand sourire, là où il devrait plutôt pleurer. Il se montre fort et encaisse tout à l’intérieur de lui. Dekker, quant à elle, c’est vraiment la tendresse à l’état pur ainsi que la sagesse. Elle a aussi souffert, mais elle a réussi à un peu plus aller de l’avant, contrairement à Hunter.

« […] c’est en rencontrant un nouvel amour que l’on sait que l’on n’est pas brisé. C’est comme cela que tu sais que ton coeur peut battre encore. C’est à la fois le remède et la fin. Pouvoir aimer à nouveau signifie que tu es toujours en vie. »

Ce livre nous a aussi permis de découvrir la plume de l’auteure qu’on n’avait encore jusqu’à là jamais lu. Sa plume est travaillée, fluide et dans les moments nécessaires, elle arrive à utiliser sa plume poétique pour nous faire ressentir des émotions et des frissons. On n’a plus qu’une envie : découvrir davantage de romans de cette auteure.

Pour conclure, on ne peut que vous conseiller de lire ce roman ! Vous attendez quoi pour foncer les yeux fermés découvrir cette petite pépite qui nous a fait du bien et qui en même temps, a su nous toucher ? On espère que les autres tomes sauront être à la hauteur de ce premier.

FONCEZ !

𝐒𝐞𝐫𝐢𝐚𝐥 𝐅𝐮𝐜𝐤𝐞𝐫

« Serial Fucker » est un roman de Océane Ghanem éditée chez Plumes du Web.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Jusqu’à la folie, au-delà de la mort…

Cette année, Gabriella Cruz se l’est juré : elle arrête les bêtises et se concentre sur les études, parce que si elle loupe encore une fois ses examens, son père lui coupera les vivres et elle devra rentrer au bercail. Plutôt mourir pour elle qui a toujours rêvé d’être criminologue !

Et ce n’est pas Gabriel Del Vecchio, son meilleur ami et accessoirement l’homme idéal, qui mettra à mal ses bonnes résolutions. Beau, intelligent, parfait, à un détail près : c’est un véritable Serial Fucker. Gabriella sait très bien qu’elle doit arrêter de fantasmer sur lui car il s’est montré très clair : ils sont amis et amants, mais c’est tout !

Pourtant, tout bascule lorsqu’une série de meurtres atroces et pervers frappe le campus. L’enquête la fascine, les secrets l’engloutissent. En qui peut-elle avoir confiance ?

Au jeu du chat et de la souris, Gabriella prend des risques, quitte à y laisser son coeur… et sa vie !

♦ Avis :

La couverture annonce directement la couleur de ce roman : thriller et romance. Autant vous dire que ça nous a tout de suite intriguées. En plus ayant eu un coup de cœur pour les deux premiers tomes de « Blue Belle », on voulait absolument le découvrir et on est plus qu’heureuses d’avoir pu le lire ! 

Dès le prologue, des frissons ont parcouru tout notre corps. Océane envoie du lourd dès le début et nous plonge directement au cœur de l’intrigue. On a aimé cette entrée en matière qui annonce directement la couleur de l’histoire. 

Gabriella, l’héroïne de l’histoire a une personnalité tellement complexe, tellement travaillée qu’on avait l’impression de suivre la vie réelle d’une personne. Océane arrive à nous faire ressentir les émotions qui traversent l’héroïne. Elle est fragile mais se montre forte et sur le coup, on s’est tellement identifiées à elle ! Gabriella a été créée comme une vraie personne touchée par les meurtres qui sévissent dans le campus universitaire. Et Océane montre clairement qu’elle a peur pour elle. Pour sa vie, mais qu’elle est quand même intriguée par les raisons des meurtres. Les mots d’Océane sont d’une justesse qu’on a réussi à nous mettre dans la peau du personnage. Et ce n’est pas seulement pour le personnage principal, tous les personnages sont créés avec brio, laissant pour certains un mystère planer ! 

Le tueur sévit dès les premières pages du roman. C’est comme ça qu’Océane accapare notre attention et surtout notre curiosité. Cependant, on a aussi porté attention à toutes les descriptions autour, les sentiments. Pour nous, l’enquête sur le tueur n’est pas la plus grande partie de l’histoire. Ce qui importe, c’est tout ce qui a autour : les émotions, les peurs de l’héroïne et des autres personnages mais aussi cette amour tellement intense entre les deux personnages principaux. 

Puis je me suiciderai et nous serons enfin réunis. Pour toujours. Parce qu’au fil de mes expériences et de mes aventures, j’ai compris que seule la mort pouvait m’offrir l’éternité de Gabriella Cruz.

Pour moi, c’est elle.

Ma Santa Muerte.

Parlons de la plume d’Océane ! On ne le répétera jamais assez, mais la plume de Océane est à tomber ! On adore la subtilité dans les mots qu’elle utilise et sa plume est tellement poétique et envoûtante qu’on a toujours envie de plus (heureusement qu’elle écrit de gros pavés 😍). Elle décrit aussi les alentours, le campus et les personnages tellement bien qu’on avait l’impression d’être à la place des personnages et de vivre leur vie, leurs peurs. 

Pour finir, on ne peut que vous conseiller cette pépite qui nous a laissées sans voix. Une histoire mêlant romance et thriller pour nous faire vivre de milliers de sensations !