𝗪𝗶𝘁𝗰𝗵 𝗚𝗮𝗺𝗲𝘀

« Witch Games » est un roman de Shana Lyès édité chez Collection &H.

Note :  ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Elle a trouvé l’amour et elle fera tout pour ne pas le perdre… au risque de trahir son clan.

Ne jamais tomber amoureuse. Jusqu’à aujourd’hui, Freïa avait toujours réussi à respecter cette règle. Pour ça, il lui suffisait de se limiter à des histoires sans lendemain et, accessoirement, d’effacer la mémoire de ses conquêtes. C’est d’ailleurs exactement ce qui était prévu avec Lionel, ce brun ténébreux aux allures de mauvais garçon qui l’a secourue dans le métro alors qu’elle faisait un malaise. Si elle avait su que son sortilège d’amnésie ne fonctionnerait pas sur lui, elle n’aurait jamais pris le risque de le revoir, et encore moins de passer la nuit entre ses bras tatoués… Or, il y a pire que de tomber amoureuse : tomber amoureuse d’un humain. Cela reviendrait à trahir ses sœurcières, ses parents… et son destin. Car, pour la survie de sa lignée, Freïa est déjà promise à un puissant sorcier.

♦ Avis :

Depuis que Collection &H a annoncé la sortie de leur première romance fantastique, il nous tardait de la découvrir ! En plus, cette couverture est juste magnifique, cela ne pouvait qu’attiser notre curiosité ! Au final, on a énormément aimé l’aspect fantastique. Par contre, on a été moins convaincues par la romance assez rapide.

Ce qui nous a le plus plu dans ce roman, c’est cette dualité entre astrologie et sorcellerie. En effet, Shana Lyès nous mêle l’astrologie comme par exemple, les signes astrologiques avec la sorcellerie qui donne une atmosphère d’autant plus mystérieuse. De plus, au-delà de cet aspect, l’auteure arrive à nous plonger au cœur des rituels, des rites des sorcières. Les descriptions sont développées à tel point que nous nous demandons si l’auteure ne ferait pas partie d’un clan 👀 On pourrait croire en l’existence de ces clans de sorcières ! Dès le début, l’auteure plante le décor et l’ambiance secret autour de ces sorcières et clans. Seulement si le début de l’histoire se centre sur toute cette installation, on a trouvé cela dommage que toute l’action de l’histoire se déroule dans les 100-150 dernières pages.

Pour ce qui est des personnages, on a adoré voir ce changement chez Freïa qui au début, est réfractaire, ne veut pas outrepasser les règles qu’elle s’est imposées. Mais peu à peu, l’auteure arrive à nous faire comprendre que l’héroïne décide de changer pour vivre plus intensément. On a vraiment beaucoup aimé ce côté-là. En plus, l’héroïne se démarque de ce qu’on connait grâce à sa mauvaise maitrise de la magie. Cependant, on aurait aimé voir le personnage féminin plus dynamique ; le fait que toute l’action se déroule à la fin du roman joue également sur le fait que l’histoire manque quelque peu d’actions, de dynamisme dans le début et que donc, l’héroïne paraisse moins « vivante ».

En ce qui concerne la romance, on a eu beaucoup de mal. En effet, nous avons eu du mal à nous attacher à cette relation amoureuse qui se développe trop rapidement, selon nous. L’auteure a voulu davantage montrer en profondeur les mois après la rencontre, comment un couple survit aux obstacles et c’est un choix original ! Cependant, on aurait apprécié avoir plus de développement dans le début de la relation pour que le changement de comportements des personnages soient moins brutes, qu’on puisse rêver de cette relation, qu’il y ait ces petites étincelles du début. Cela aurait également pu nous aider à nous attacher davantage aux personnages.

« – […] est-ce que ça changerait quelque chose pour toi que je sois bel et bien une sorcière ?

[…]

– Freïa, bien sûr que tu es une sorcière, puisque tu m’as ensorcelé. »

– Shana Lyès

Enfin, il s’agit du premier roman de Shana Lyès et on a beaucoup accroché avec la plume ! D’ailleurs, on a bien aimé cet aspect original du langage avec des termes belgicismes qui rendent l’histoire d’autant plus réaliste puisqu’elle se déroule en Belgique (choix très original d’ailleurs !).

𝗧𝗵𝗲 𝗜𝗻 𝗕𝗲𝘁𝘄𝗲𝗲𝗻

« The In Between » est un roman de Marc Klein édité chez Hugo Stardust.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

L’amour ne meurt pas.

Après avoir passé la majeure partie de son enfance dans des foyers, Tessa Jacobs, 17 ans, ne pense pas qu’elle mérite l’amour – si ce n’est de ses parents adoptifs, certainement pas de quiconque au lycée.

Mais tout change lorsqu’elle rencontre Skylar au cinéma local. Leur relation naissante mène rapidement au genre d’amour passionné qu’on ne voit que dans les films.

Et Tessa commence à croire qu’elle mérite peut-être son conte de fées, après tout…

Lorsque la tragédie frappe, Tessa se réveille seule à l’hôpital sans aucun souvenir. Et Skylar n’est plus là. Alors que Tessa commence sa recherche incessante de réponses, l’esprit de Skylar semble lui tendre la main de l’autre côté. Désespérée de le voir une toute dernière fois, Tessa doit démêler les fragments éparpillés de leur relation – et la vérité pourrait même la conduire au-delà de ce que la raison peut accepter.

♦ Avis :

Deuxième Hugo Stardust de sortie, mais cette-fois assez différent du premier car il s’agit d’une romance paranormale ! À la fois douce et destructrice, il s’agit d’une romance mignonne qui vous donnera envie de sourire tout en ayant le cœur brisé.

Vous recherchez ce genre d’histoires toutes douces qui sont tellement belles et mignonnes que vous vous êtes cru les protagonistes l’instant d’un moment ? Vous recherchez ce genre d’histoires sans prise de tête où les mots vous brisent le cœur tant ils sont vrais ? Si oui, il vous faut découvrir ce roman !

Ce qui fait la force de ce roman est sans aucun doute le lien entre Skylar et Tessa, leur rencontre, les mots tellement frappants qu’ils échangent. C’est une relation amoureuse qui donne envie de rêver tant elle est belle et presque poétique. On a aussi beaucoup aimé le déterminisme de Tessa, cette force qu’elle a malgré tout ce qui lui arrive ! Quant à Skylar, c’est sans aucun doute un bookboyfriend parfait et de qualité, ce qui nous fait encore plus mal au cœur au vu de l’issue du roman.

Plus que la simple relation amoureuse, l’auteur nous partage un récit où l’espoir se bat aux côtés du cœur contre la raison, contre l’issue du roman. Plus les pages défilent, plus l’auteur nous accroche à ce couple tellement beau. Mais en même temps, plus les pages défilent, plus la raison se bat férocement. Nous avons adoré cette dualité, ce sentiment intense en nous qui ne nous donnait pas envie de découvrir la fin et en même temps ce sentiment qui nous donnait l’espoir d’une fin différente.

Au fond, cette histoire est bien plus qu’une histoire déprimante. Elle nous pousse à réflexionner sur des questions comme la mort, la vie d’après, etc. L’auteur réussit avec brio à nous remettre en question, à croire en cet amour qui ne meurt pas même après la mort.

« – Je ne sais pas pourquoi tu te rabaisses tout le temps, dit-il. Si toi-même tu ne te fais pas confiance, qui croira en toi ?

– Toi.

Il lui encadra le visage de ses mains et l’embrassa. »

– Marc Klein

On tient quand même à vous avouer qu’on en attendait beaucoup de ce roman en voyant tous les avis positifs autour, ce qui a certainement joué dans le fait que ce ne soit pas un coup de cœur. En effet, nous avons beaucoup aimé cette histoire, mais elle aurait pu être un peu plus développée pour ressentir encore plus cette déchirure dans nos cœurs.

En conclusion, on a plus qu’une hâte : découvrir l’adaptation Netflix qui à ce qui parait, ressemble énormément au roman ! On ne promet pas de ressortir indemne de ce visionnage !

𝑪œ𝒖𝒓𝒔 𝒆𝒕 𝑨̂𝒎𝒆𝒔

« Coeurs et Âmes » est un roman de Colleen Hoover éditée chez Hugo New Romance.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Beyah a grandi dans la pauvreté, auprès d’une mère droguée qui l’a négligée durant toute son enfance. À dix-neuf ans, elle est enfin prête à voler de ses propres ailes. Seule, avec détermination, elle a su trouver une issue et s’apprête à entrer à l’université avec une bourse obtenue grâce à ses talents de sportive. Alors qu’elle est à deux mois de ce grand départ, la mort brutale de sa mère la plonge dans une situation très compliquée. Sans logement, elle n’a qu’un seul recours : chercher refuge auprès de son père, qui ne s’est jamais occupé d’elle, mais a conservé un lien ténu avec elle.

Beyah va débarquer dans sa maison sur une presqu’île touristique où elle va faire connaissance avec les membres de la famille qu’il a bâtie loin d’elle: sa demi-soeur et sa belle-mère.

À sa grande surprise, elle est accueillie chaleureusement dans ce milieu si différent du sien. Elle va aussi rencontrer Samson, un garçon de son âge, qui vit dans la somptueuse maison voisine. Ils n’ont rien en commun, pourtant elle sent en lui une âme soeur. Au coeur de cet été, elle va se rapprocher de lui et apprendre à connaître ce mystérieux jeune homme.

♦ Avis :

Il faut savoir qu’on est encore débutantes avec les romans de CoHo puisque celui-ci est seulement le deuxième qu’on lit d’elle, mais tout comme « Regretting You », il s’agit d’un coup de cœur. D’un coup de foudre émotionnel. Il nous a d’abord conquises par sa couverture absolument dingue, puis par son histoire et ses personnages. Colleen Hoover arrive à poser des mots avec tellement de justesse qu’on ne peut qu’être admiratives. Encore une fois, on est tombées sous le charme de sa plume poétique et addictive.

Dans ce roman, on fait la connaissance de Beyah et Samson. Beyah est une jeune femme impressionnante, elle a réussi à beaucoup nous toucher et on a rapidement eu de la compassion pour elle. Elle nous inspire immédiatement de l’admiration pour tout ce qu’elle a dû vivre. D’ailleurs, à travers son personnage, nous découvrons le thème de la pauvreté. L’auteure a réussi à bien l’exploiter, à mettre en avant tout ce qui cache derrière la pauvreté, c’est-à-dire, la drogue, la prostitution, etc. Elle nous offre une vision réaliste de cette horreur et surtout, en passant par Beyah, elle nous fait passer par des millions de sentiments : rage, compassion, colère contre la société, le système, etc. De plus, tout au long du roman, on suit l’évolution de la relation père-fille qui s’est révélée si touchante et magnifique. Peut-être que la naïveté du père de Beyah lui a couté quelques années, mais au fond, il aime sa fille. La beauté de cette relation nous a totalement charmées.

Quant à Samson, il est l’incarnation même de la phrase : « ne vous fiez pas aux apparences ». Il cache bien son jeu – ou plutôt sa vie. S’il peut paraitre « ordinaire », il faudra attendre et voir plus loin que les premières évidences pour comprendre qui il est vraiment, qu’il mène aussi ses propres combats et qu’il ne vit peut-être pas la vie toute rose qu’on pense. Si au début, Samson nous a paru élégant, charismatique et un poil arrogant, il est rapidement devenu un de nos personnages coup de cœur par la suite. En effet, il a réussi à nous toucher, à nous faire tomber dans son piège, mais on en est ressorties d’autant plus amoureuses de lui.

Comme vous l’aurez compris, Colleen Hoover nous offre sur un plateau d’argent deux personnages aussi brisés l’un que l’autre. Ainsi ils se voient l’un l’autre, ils se reconnaissent comme deux âmes égarées par la vie. Leur relation se développe tout doucement, elle est mignonne, elle prépare nos petits cœurs avant de les faire exploser tels des bombes à retardement. Parce que oui, Colleen Hoover arrive à nous surprendre et à faire ressurgir plein d’émotions. En fin de compte, on peut le dire, il s’agit d’une romance toute douce, mais en même temps, elle brise notre os de cœur.

« – Quand tu dis des choses pareilles, ça me fait redouter le jour où on devra se dire au devoir. Je ne m’attendais pas à terminer l’été le cœur brisé.

Visiblement surpris, il penche la tête de côté :

– T’inquiète. Le cœur n’a pas d’os, il ne se brise pas vraiment. »

– Colleen Hoover

Vous cherchez une romance qui fera palpiter votre cœur un million de fois, qui vous donnera l’impression d’avoir des artifices dans le ventre, qui vous fera croire aux âmes-sœurs et qui vous brisera l’os du cœur avant de le réparer ? Alors foncez découvrir cette pépite !

𝐂𝐚𝐧’𝐭 𝐡𝐞𝐥𝐩 𝐟𝐚𝐥𝐥𝐢𝐧𝐠 𝐢𝐧 𝐥𝐨𝐯𝐞, 𝐓𝟐

« Can’t help falling in love » est une saga de Alicia Garnier éditée chez Hugo New Romance.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé : (attention à ne pas lire si vous n’avez pas lu le premier tome !)

Quand l’amour n’est pas suffisant, à quoi bon se battre?

Riley ne pensait pas avoir la force de surmonter ses traumatismes un jour, et pourtant lorsque Logan a fait irruption dans son quotidien, il a tout bouleversé. Grâce à lui, elle a réappris à s’ouvrir lentement au monde extérieur et à savourer les attentions simples qui lui manquaient cruellement.

Enfin, après tant d’années, Riley a regagné sa confiance en elle, en la vie et se pense assez courageuse pour avancer malgré ses cicatrices.

Mais une terrible nouvelle va ébranler son équilibre précaire et tout remettre en question. Du jour au lendemain, elle doit quitter sa zone de confort, vitale pour elle, et foncer tête baissée dans son pire cauchemar : le show-business d’Hollywood. L’attention qui va se porter sur elle va la mettre à dure épreuve et risque de réveiller ses vieux démons et de la blesser plus que jamais.

L’heure des choix a sonné et les conséquences ne laisseront personne indemne.

♦ Avis :

L’amour est vécu différemment selon la personne qui t’accompagne dans cette merveilleuse aventure, selon les obstacles que tu dois surpasser et selon plein d’autres données. Mais au final, l’amour reste l’Amour…ce sentiment si puissant, renversant tout sur son passage. Autant il peut détruire, autant il peut réparer, autant il peut redonner la Vie. La duologie « Can’t help falling in love », c’est exactement ça. Alicia Garnier nous enveloppe de sa plume addictive et poétique pour nous raconter leur histoire. Une histoire brillante, brisée et réparatrice. Alors d’ores et déjà, merci Alicia Garnier pour tes mots et pour cette histoire qui a su vibrer en nous.

Dans ce deuxième tome, Logan et Riley semblent avoir repris une vie paisible et heureuse, mais c’est sans compter sur une nouvelle qui va à nouveau, tout ébranler. Logan, c’est encore cette célébrité qui bosse pour son rêve, mais qui sans forcément s’en rendre compte, détruit tout sur son passage. Riley, c’est cette jeune femme qui à première vue peut paraitre faible et trouillarde, mais qui en réalité, est bien plus forte que n’importe quelle femme et qui sait quand choisir ses batailles. On est sincèrement admiratives de Riley et on aurait aimé n’avoir ne serait-ce que la moitié de sa force et de son courage. L’auteure a réussi à développer pour chacun de ses personnages une psychologie tout simplement incroyable : on ressent, on comprend tout ce que les personnes ressentent, leurs combats intérieurs. Riley et Logan. Logan et Riley. Ce sont deux prénoms, deux personnes qu’on ne peut plus voir séparément.

Riley et Logan, c’est une relation au départ explosive, puis tendre et pleine d’amour. Dans ce tome, ils doivent apprendre à s’aimer de manière à s’entraider, à panser leurs blessures et leurs égratignures mutuellement. Honnêtement, la relation entre Riley et Logan nous a surprises pour plusieurs raisons. Premièrement, elle prend vraiment un temps très réaliste à se développer et l’auteure a parfaitement réussi à développer une romance à laquelle on croit de toute notre âme. Deuxièmement, la relation est si puissante et en même temps, si douce et si fragile que cette contradiction en fait tout le charme. Comme vous l’aurez compris, on est à la fois tombées amoureuses des personnages et de leur relation absolument dingue.

« – Et que fait la Riley dans tes rêves, généralement ?

Il semble chercher dans ses souvenirs avant de me répondre :

– Elle finit toujours par me fuir et je ne peux rien faire pour la retenir. »

– Alicia Garnier

Pour finir, dans ce deuxième tome, l’univers des célébrités de LA est davantage mis en avant et étonnamment, on a trouvé que l’auteure avait réussi à le tourner de manière originale et à faire en sorte que ça ne prenne pas le pas sur le développement de la relation et des personnages.

𝐋𝐨𝐯𝐞 𝐒𝐨𝐧𝐠𝐬, 𝐓𝟏 : 𝐑𝐨𝐥𝐞𝐩𝐥𝐚𝐲

« Love Songs » est une saga de Aurore Payelle éditée chez Cherry Publishing.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Pour faire revenir son ex, Mégane passe un accord avec Kays, un inconnu rencontré grâce à sa colocataire. C’est décidé, ensemble, ils entretiendront une fausse relation afin de rendre Alex jaloux.

Kays, salarié des R&L Me le jour et chanteur des Summer 14 la nuit, cache de vilains secrets et Mégane ne tardera pas à en faire les frais.

Lorsque les non-dits apparaissent à la lueur du jour, leurs petits jeux innocents laissent des traces indélébiles sur leur cœur.

Les règles qu’ils ont établies suffiront-elles à les protéger l’un de l’autre ?

♦ Avis :

Depuis le temps qu’on se dit qu’il faut qu’on découvre un Cherry Publishing, c’est chose faite ! Le premier roman que nous avons lu de cette maison d’édition est donc, « Love Songs » et nous sommes très heureuses d’avoir pu découvrir cette romance qui nous faisait de l’œil ! La plume de l’auteure est jolie, simple, mais addictive et fluide et on est ravies d’avoir pu la découvrir.

On commence par Mégane qui dès le début de l’histoire vit une peine de cœur puisque son petit-ami l’a larguée il y a un moment et elle n’arrive pas à passer outre. On a bien aimé cet aspect de cette héroïne démunie qui doit réapprendre à ne plus avoir ce petit-ami avec elle, qui la soutient, qui doit véritablement apprendre à être indépendante, à laisser le passé où il est pour avancer. Elle est forte et courageuse, mais l’auteure nous montre aussi ses quelques failles. Par contre, un petit bémol, c’est que son personnage aurait pu être un chouia plus développé pour qu’elle soit encore plus réaliste et complexe. On aurait aimé avoir encore plus d’émotions autour de Mégane et du fait de lâcher prise. Pour ce qui est de Kays, on l’a adoré de par son charisme et de par sa complexité qui fait de lui un humain réaliste et imparfait. Il est à la fois confiant, un homme qui dégage une aura imposante, mais il est aussi à la fois faible par rapport à son passé, on perçoit ses faiblesses derrière son apparente confiance. On a beaucoup aimé cet aspect-là !

Mégane et Kays, c’est une relation tendre, douce mais à la fois sensuelle. Une de ses relations qui vous donne envie de la vivre. Si on devait résumer cette romance en un mot, on dirait « VRAI », elle est tellement vrai, sincère et douce que nous avions un sourire tout le long de l’histoire parce que nous étions heureuses de voir ces personnages réunis, cette relation sincère exister. Évidemment, on a également adoré tous les obstacles qui viennent mettre au défi la romance et qui en même temps, permettent de dynamiser l’histoire.

« – Moi, je pense qu’aimer, c’est vibrer pour l’autre, commence Kays. C’est avoir des palpitations lorsque tu croises la fille de tes rêves. C’est avoir envie de rester avec cette personne alors que tu devrais déjà être parti au boulot et que tu sais que t’es à la bourre… »

– Aurore Payelle

Cette histoire se déroule autour également de l’univers de la musique et on a beaucoup aimé le fait que ce thème soit un peu différent de ce qu’on connait d’habitude. En fait, le personnage masculin est dans un groupe, mais ils ne sont pas encore célèbres ce qui ajoute une touche d’originalité qu’on a beaucoup aimée !

En bref, il y a juste un bémol qui a fait que l’histoire n’est pas un coup de cœur, c’est le fait que le roman pourrait être un petit plus développé que ce soit au niveau des personnages (Mégane en particulier) ou encore de la romance qui au début pourrait prendre plus de temps à s’installer. On aurait aimé avoir un petit plus de moment entre Kays et Mégane pour véritablement voir cette évolution de leur relation.

Nos derniers mots iront à l’auteure : on veut maintenant un tome sur Matt, Aurore Payelle !

« – Attrapé, souffle-t-il.

– Je… repose-moi.

– Supplie-moi, alors.

Ma conscience étouffe un petit rire : plutôt finir en glaçon que d’obtempérer. »

– Aurore Payelle

𝐃𝐞𝐚𝐫 𝐀𝐯𝐚

« Dear Ava » est un roman de Ilsa Madden-Mills chez Plumes du web.

Note : ⭐⭐⭐⭐,25/5

♦ Résumé :

Les riches et populaires Sharks règnent sur la prestigieuse école de Camden Prep.

Il fut un temps où je voulais faire partie de leur monde… jusqu’à cette fameuse nuit, jusqu’à cette fête où tout a basculé. Celle où je me suis réveillée dans les bois, sans aucun souvenir. Seule et démunie.

Mais désormais, je suis de retour. Et je ne les laisserai plus m’atteindre. Ils ne parviendront pas à me détruire.

Pourtant, la dernière chose à laquelle je m’attendais, c’était de recevoir une lettre d’amour anonyme de l’un de ces types.

Pitié ! Je déteste chacun de ces enfoirés pour ce qu’ils m’ont fait.

La question est, quel Shark est mon admirateur secret ?

Knox, le quarterback balafré ? Dane, son frère jumeau ? Liam, le connard de service ? Ou Chance, l’ex qui m’a larguée… ?

Mais surtout, lequel d’entre eux est responsable de ce qu’il s’est passé cette nuit-là ?

♦ Avis :

Pour commencer, nous avions tellement hâte de découvrir le premier livre traduit de Plumes du Web. Cette histoire nous intriguait, mais en même temps nous faisait très peur de par le thème abordé. Au final, on ne regrette absolument pas de l’avoir découverte. On tient quand même à préciser que cette romance n’est pas une dark romance, elle débute par un sujet assez sombre, mais l’histoire n’est pas dark.

Le personnage qui nous a le plus touchées est sans aucun doute Ava. Comment ne pas être émues par son passé alors que tout montre qu’elle n’a pas eu une jeunesse facile ? Comment rester de marbre face à cette adolescente qui a subi beaucoup de choses et qui pourtant essaie de rester forte ? L’auteure a réussi à nous montrer toute la complexité de ce personnage, à mettre en avant les pensées contradictoires qui se bousculent dans son esprit. En fait, elle a réussi à rendre ce personnage tellement humain qu’on n’a pas d’autre solution que de s’attacher à elle. Puis il y a les Sharks, ce groupe de riches. L’auteure arrive à nous mettre le doute sur chacun des personnages, à nous donner envie de nous méfier de tous. Mais en même temps, il y en a un qui sort du lot, un qui par son charisme et sa tendresse nous a tout de suite captivées. On n’a pas mis ce roman en coup de cœur parce que parfois, certains comportements des personnages nous ont laissées perplexes, on les a trouvés quelque peu incohérents de temps en temps.

En ce qui concerne la romance, on ne peut pas vous en dire beaucoup pour ne pas vous spoiler. Mais elle est à la fois tendre et pleine de tension. Il y a une telle alchimie entre les personnages dès le début, à tel point que nous ne pouvons que vouloir les voir ensemble, les voir se guérir mutuellement. Parce que cette relation, c’est vraiment ça, une relation qui les guérit, qui les réconforte. Mais n’allez pas croire qu’il s’agit d’une romance calme et posée, c’est une romance avec énormément de tension : un feu crépite entre les personnages et explose à certains moments.

« L’embrasser, c’est comme tomber en chute libre dans un feu ardent, et peut-être que je devrais le craindre, mais je meurs d’envie de ressentir son torse contre le mien, la façon dont il embrase chaque atome à l’intérieur de moi. »

– Ilsa Madden-Mills

On vous avoue, quand nous avons commencé cette lecture, nous avions été perplexes par le premier chapitre qui est très sombre parce qu’il introduit le sujet. Nous avions peur de la suite des événements. Et au final, l’auteure arrive à allier romance et intrigue, à nous faire douter et à la fois à nous donner envie de les croire. Puis, nous avons beaucoup aimé l’univers du campus de riches qui est bien développé.

C’est la première fois que nous découvrons la plume de cette auteure et nous l’avons beaucoup aimé ! Elle est fluide, addictive et poétique ! Cette première traduction de PDW est une très bonne réussite pour nous !

𝐃𝐞́𝐫𝐚𝐩𝐚𝐠𝐞 𝐢𝐧𝐜𝐨𝐧𝐭𝐫𝐨̂𝐥𝐞́

« Dérapage incontrôlé » est un roman de Alex Enrose chez Plumes du web.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Peter est pilote. La NASCAR représente toute sa vie, comme pour son père avant lui.

Il baigne dans ce milieu depuis tout petit et rien d’autre ne compte, sauf peut-être son amitié avec Alexina, une amoureuse de roller, qu’il connait depuis son plus jeune âge.

Leur lien est aussi fin que robuste, aussi brut que complexe, aussi bénéfique que destructeur. Unis, ils savourent cette existence remplie de complicité.

Mais qu’advient-il lorsque l’amour s’en mêle ? Cette connexion est-elle aussi infaillible qu’il le prétend ? Aimer, du plus profond de son cœur, ce n’est pas quelque chose que l’on peut contrôler comme une voiture de course sur un circuit. Il n’y a pas de route à suivre, mais son propre chemin à dessiner. Et ce genre d’obstacle, ça ne rentre pas dans les compétences de ce cher Peter. Lui, il ne sait que rouler sous les acclamations d’une foule, le cœur désespérément vide. D’autant que le père d’Alex est aussi son patron, ce qui ne simplifie pas les choses.

Leur amitié pourra-t-elle survivre à tous les obstacles ?

♦ Avis :

Dans ce livre, vous ne retrouverez pas un ennemies-to-lovers, vous ne retrouvez pas une romance toxique. Tout le contraire, vous rencontrerez le vrai amour, la romance que vous aimeriez vivre tellement elle est réaliste et douce. Peter et Alex, Alex et Peter, c’est un friends-to-lovers doux, une relation toute mignonne mais à la fois quelque peu explosive. C’est une mélodie qui vous fait rêver, qui nous a donné envie de rencontrer un Peter dans notre vie, un meilleur ami avec qui la connexion est surchargée d’étincelles et de tendresse.

On est obligées de commencer cette chronique en mettant en avant l’originalité de ce roman. En effet, l’auteure nous offre un roman qui n’est écrit que sur le point de vue du personnage masculin. Nous sommes pendant toute la durée du roman dans la tête de Peter et nous avons trouvé cela très original ! Comme certains le savent, nous avions déjà lu ce roman sur Wattpad quand nous faisions des concours pour récompenser des pépites, des histoires qui méritent d’être éditées. Et ce roman avait gagné le prix « édition », c’est-à-dire qu’il méritait l’édition pour nous, chose qui s’est réalisée et on est très heureuses d’avoir pu redécouvrir ce roman !

Peter est un pilote de NASCAR, il est déterminé à se surpasser dans ce domaine, dans son métier qui représente tout pour lui. Il n’a d’yeux que pour la NASCAR. Nous avons adoré ce personnage déterminé à réussir de manière professionnelle (même si parfois, nous avions envie de le frapper pour être trop accro à la NASCAR ^^). Ce que nous avons par-dessus tout adoré, c’est son comportement envers Alexina, sa meilleure amie. Il est tellement tendre, attentionné que nous ne pouvions que succomber à son charme. Peter est un de ces personnages de roman que vous aimeriez pouvoir faire sortir d’une histoire pour qu’il soit à vos côtés, pour avoir ce meilleur ami dans la vraie vie. Pour ce qui est d’Alexina, que dire à part qu’on a accroché à son personnage, par le fait qu’elle est sensible et perdue. Perdue dans ce qu’elle veut devenir ce qui nous a beaucoup touchées parce qu’elle cherche à tout prix à se faire une place par elle-même dans cette société.

« – Et si ce chemin ne te plaît pas ? On ne peut pas toujours faire demi-tour.

– Avec un copilote comme toi, j’ai du mal à imaginer me tromper de route. »

– Alex Enrose

Douce. Mélodieuse. Réconfortante. Ce sont les mots qui nous viennent pour vous décrire cette relation entre ses meilleurs amis qui se rendent compte au fur et à mesure que leur relation n’est pas aussi simple que l’amitié. Leur lien va au-dessus de ça, cette alchimie entre eux les pousse à s’aimer l’un l’autre plus qu’un amour amical. C’est un des meilleurs friends-to-lovers qu’on a lu pour ces raisons-là, pour les raisons que cette relation était tellement douce, tellement belle, tellement mignonne que nous aimerions la vivre, que nous prions pour rencontrer cet amour dans notre vie, mais aussi parce que leur relation reste pleine de tension. Ce roman n’est pas un coup de cœur pour nous pour un petit détail, c’est qu’on aurait adoré avoir un peu plus de moments entre les deux personnages, voir un peu plus cette complicité.

Grâce à cette histoire, nous avons pu découvrir le monde de la NASCAR. L’auteure arrive à parfaitement nous la décrire. Elle nous a décrit avec tellement de précision les courses que nous avions l’impression d’assister pour de vrai à ce championnat !

Enfin, comme sur Wattpad, nous avons complétement adhéré à la plume de l’auteure et nous avons hâte de pouvoir la lire dans d’autres de ses romans, dans d’autres univers !

𝐍𝐨𝐮𝐬 𝐝𝐞𝐮𝐱 𝐬𝐮𝐫 𝐥𝐞 𝐭𝐨𝐢𝐭 𝐝𝐮 𝐦𝐨𝐧𝐝𝐞

« Nous deux sur le toit du monde » est un roman de Adèle Ninay édité chez Hugo New Romance.

Note Isabelle : ⭐⭐⭐,5/5

Note Héléna : ⭐⭐,25/5

♦ Résumé :

Depuis deux ans déjà, la vie de Léna est en suspens. Depuis la mort accidentelle de Ben, son premier amour, ni les sorties ni les amies ne l’intéressent. Elle n’est d’ailleurs plus très sûre que la vie elle-même ait beaucoup de charme à ses yeux. Pour continuer à avancer, elle s’accroche au vertige procuré par ses aventures nocturnes, lorsqu’elle escalade des bâtiments abandonnés, et aux phobies qui rythment son quotidien. Mais un jour, une nouvelle amitié s’impose à elle, et tout le système soigneusement élaboré par Léna pour se protéger commence à s’effriter.

En s’ouvrant peu à peu au monde, elle devient chaque jour plus vulnérable, jusqu’à sa rencontre avec Tom, qui sera le coup de grâce. Libre et insouciant, le beau graffeur aime la vie à mille à l’heure et le danger. Tout ce qui effraie Léna. Comme la hauteur, Tom lui donne le vertige. Et elle est irrésistiblement attirée par le vide.

♦ Avis :

Pour commencer, il faut savoir qu’on a pris énormément de temps pour écrire cette chronique car on n’a absolument pas le même avis sur ce roman. Vous aurez donc, ici une chronique exprimant nos avis divergents à toutes les deux.

Un des deux points sur lesquels on est d’accord est l’écriture d’Adèle. Il faut le dire, on n’a pas trop adhéré à sa plume qui utilise, dans la narration, des mots du genre « chelou », « taf », « hein ». En avançant, on a tenté de davantage nous concentrer sur le fond et passer outre cette écriture, mais on ne peut cacher que ça nous a dérangées pendant la lecture.

Concernant les personnages, nos avis commencent à diverger. Isabelle a réussi à s’attacher à Léna et son amie, Anna. Elle a adoré le fait qu’on voit l’évolution de Léna, de son originalité et de sa mentalité. Quant à Anna, elle a aimé son grain de folie et sa relation avec Léna qui a réussi à la toucher. Cependant, Isabelle a trouvé certaines décisions de Léna trop immatures. Héléna a eu beaucoup de mal avec tous les personnages qu’elle a trouvés quelque peu superficiels. Anna a réussi à la charmer avec sa folie, mais Léna – bien qu’étant un personnage avec beaucoup de potentiel – n’a pas réussi à la toucher à cause de son immaturité et du manque de développement de ses phobies, TOC. Par contre, on a toutes les deux eu beaucoup de mal avec Tom parce qu’il est resté assez « éloigné » de nous. L’auteure ne donne pas énormément d’informations sur lui, ainsi on a l’impression que le personnage est « survolé ».

« – Mes parents disent « spéciale ». Mais c’est un autre sujet, je ne vais pas te faire fuir tout de suite.

Il m’étreint plus fermement.

– Ça risque pas.

S’il savait…

Je lui lance un regard ému.

– Attends de voir, quand même… Je me trimballe pas mal de casseroles.

Il attrape mon menton et approche son visage du mien.

– Embrasse-moi, au lieu de dire des conneries. »

– Adèle Ninay

Isabelle a adhéré à la romance mignonne, leur relation qui panse leur blessure mutuellement, mais elle aurait aimé que ce soit un poil moins rapide. Quant à Héléna, certes, elle a trouvé la romance mignonne, mais justement, trop gamine et immature. Elle n’a pas réussi à y croire à cause du manque de développement. Elle n’a pas ressenti une progression d’émotions qui aurait pu créer des papillons dans le ventre.

Pour terminer, l’univers est le deuxième point sur lequel nous sommes d’accord. On a toutes les deux beaucoup aimé l’univers de l’urbex, du graff qui a, été bien exploité ici.

𝐋’𝐚𝐟𝐟𝐚𝐢𝐫𝐞 𝐄𝐯𝐚 𝐁𝐞𝐜𝐤

« L’affaire Eva Beck » est une saga de Julie Rivard éditée chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐/5

♦ Résumé :

Cap-à-Nipi, petit village québécois à flanc de montagne, est en apparence bien tranquille. C’était avant qu’une organisation criminelle composée exclusivement de femmes se mette à sévir dans la région. Le sergent-détective Henrik Hansen se voit confier l’enquête. Pensant que son supérieur essaie de le ménager en raison du syndrome post-traumatique dont il souffre, il prend l’affaire un peu à la légère. Pourtant, il apprend rapidement qu’il a eu tort de sous-estimer La Pieuvre, surtout lorsque la mystérieuse dirigeante du groupe l’entraîne dans les eaux les plus sombres qui soient : celles de son passé.

♦ Avis :

Avant de vous expliquer notre ressenti suite à cette lecture, nous tenions à vous dire qu’il ne s’agit évidemment que de notre propre avis. S’il vous intrigue, tentez, vous n’aurez peut-être pas le même opinion que nous. Pour revenir à cette chronique, nous avons malheureusement été déçues par cette histoire. Isabelle l’a fini, mais Héléna l’a abandonné au bout de 160 pages.

Pour commencer, l’histoire est à la troisième personne, ce qui ne nous a pas vraiment dérangées car ça permet à l’auteure d’ajouter plus de mystère que si on était dans la tête d’un des personnages. Ce qui nous a plus dérangées, ce sont les termes québécois qui ont rendu la lecture du roman plus désagréable. En effet, il y a pas mal de termes qui ne sont pas les mêmes que nous et donc, parfois nous ne comprenions pas le sens de certaines phrases.

Pour ce qui est des personnages, malheureusement, nous avons eu du mal à nous attacher à eux. L’auteure passe d’un fait à un autre, d’un personnage à un autre sans décrire réellement les émotions. Le fait qu’il y ait également beaucoup de personnages rend l’attachement encore plus difficile. Nous avons eu du mal à nous attacher à un des personnages, à ressentir ce qu’ils ressentaient. Par exemple, la peur des personnages, la joie, la douleur, etc.

Au niveau de l’intrigue, comme nous savons déjà après quelques pages qui est la cheffe de la Pieuvre, nous n’avons pas vraiment trouvé d’intérêt à cette histoire. Comme nous savions, il n’y avait plus de suspense, d’attente pour savoir qui se cachait derrière cette organisation. Nous avions l’impression d’être spectatrice, que l’auteure nous laissait voir l’action se passer sous nos yeux, mais que nous ne pouvions pas ressentir les émotions et l’intrigue.

« Je t’aime, Henrik.

Je t’aime profondément.

Mais je ne peux pas être la personne qui ajuste ton nœud de cravate avant ton point de presse. »

– Julie Rivard

Enfin, vu que l’histoire est classée en New romance, nous étions intriguées par ce mélange enquête et romance. Cela a peut-être aussi altéré notre lecture car en vérité, il n’y a pas vraiment de romance. Celle-ci n’apparait que dans la deuxième moitié du livre et il n’y a pas un développement de cette relation.

En bref, ça ne l’a malheureusement pas fait avec nous et nous ne lirons pas la suite. Si jamais vous avez envie de tenter ou que vous aimez les histoires d’enquête, n’hésitez pas à vous faire votre propre opinion.

𝐐𝐮𝐞𝐞𝐧 𝐨𝐟 𝐀𝐧𝐚𝐫𝐜𝐡𝐲, 𝐓𝟏

« Queen of Anarchy » est une saga de Océane Ghanem éditée chez Plumes du web.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Un univers post-apocalyptique fantastique mêlé de romance.

Une héroïne badass traquée par un démon.

Une guerre sans merci entre le Bien et le Mal.

***

L’apocalypse s’est déroulée il y a huit ans. Depuis, sur une terre délaissée par Dieu, les monstres chassent à découvert…

Jaime vit dans la partie la plus pauvre du nouveau monde : South Village. Son destin ? Devenir une bonne épouse et enfanter. Mais aucune chance que cela n’arrive. Elle a beau être effrayée, elle est aussi déterminée à intégrer l’armée aux côtés de Keane, son meilleur ami – et la seule personne qu’il lui reste.

Derrière les remparts qui protègent les Cinq Villes, elle va découvrir un monde mortel, malfaisant, qui n’aspire qu’au chaos.

Pourtant, elle le sait, quelque chose gronde en elle, quelque chose qu’elle ne parvient pas à maîtriser. Et ce n’est pas cet enfoiré de Ciaran qui la contredira. Il est le seul à avoir deviné au premier coup d’œil sa différence.

Désormais, Jaime est en danger. Pour reconquérir son droit d’exister, elle va devoir faire face à ses plus grandes peurs et abandonner ses derniers rêves.

Qui est-elle vraiment ?

Peut-elle se fier à Keane, qu’elle aime de tout son cœur, ou à Ciaran, le soldat sexy un peu trop perspicace ?

Et surtout, quel est le rôle qu’on lui attribue dans cet échiquier géant ?

♦ Avis :

Sachez que nous avons eu beaucoup de mal à mettre des mots sur nos ressentis et encore maintenant, nous ne sommes pas assez convaincues par cette chronique. Il n’y aurait pas assez de mots pour vous expliquer à quel point on a adoré ce roman, à quel point nous sommes déjà en manque, à quel point nous aimerions à cet instant même tenir le deuxième tome en main.

Incroyable rime avec inoubliable, inoubliable rime avec inqualifiable et « Queen of Anarchy » rime avec tous ces adjectifs – et plus encore – qui signifient que ce premier tome est tout simplement époustouflant. Océane nous plonge dans un monde condamné à être la proie du Mal, à être persécuté par le Mal. Un monde impitoyable, qui nous a filé plusieurs sueurs froides. Un monde avec une intrigue de malade qui vous donne envie de lire le livre en une traite tellement le suspense est insoutenable. Océane nous mène à la baguette, glisse des indices en plein milieu de phrases, vous glisse des phrases qui vont vous faire douter, des phrases qui vont vous demander ce que cet univers cache encore d’autres. En bref, Océane a parfaitement réussi à tisser un fil, une intrigue le long de son roman pour nous laisser sans voix.

Et dans ce monde vit Jaime Caine, une femme de 19 ans qui a souffert à cause de ce Mal. Elle est déterminée et en même temps, Océane nous peint toute sa complexité. Au-delà de sa détermination, elle reste une personne sensible qui a peur. On a complétement flashé sur ce personnage féminin juste éblouissant, l’auteure a réussi à la peindre de telle façon qu’on aime tout de son caractère, même ses défauts. Pour ce qui est des autres personnages secondaires, on a des doutes sur certains, mais on ne dira rien pour ne pas vous spoiler ! Juste un mot : Océane arrive à nous créer un tableau de personnages avec des caractères totalement différents, complexes et en même temps si attachants. En ce qui concerne Ciaran, que dire à part qu’il est à nous ? Dès la page où il fait son apparition, on était sous le charme de ce personnage charismatique. Son côté mystérieux le rend d’autant plus séduisant. Et puis cette tension entre lui et Jaime est intense, incroyable, un feu ardent qui nous donne envie d’avoir encore plus de passages entre ces deux personnages. Cette relation est tellement explosive qu’on aurait pu mettre des post-it à tous les passages. C’est le cas de le dire : cette relation est plein d’étincelles, d’artifices, d’un feu ardent, de tensions.

« – Si vous ne vous relevez pas dans les deux secondes qui suivent, commencé-je à murmurer, en appuyant ma dague fraîchement retrouvée contre ses parties intimes, je vous castre.

Ciaran se fige, pris au dépourvu. […]

– Tu en serais capable, n’est-ce pas ?

– Tout à fait, répliqué-je sèchement en appuyant davantage. »

– Océane Ghanem

Ce n’est pas un livre d’Océane Ghanem si elle ne rajoute pas sa touche poétique. Elle a un don, ce don d’écrire des histoires incroyables avec une plume à couper le souffle. Ses phrases sont comme une mélodie qui nous envoûte dès la première ligne. En bref, si vous ne le lisez pas, vous passez à côté d’une histoire juste indescriptible. C’est notre préféré d’Océane Ghanem pour le moment ! Maintenant, on attend impatiemment le tome 2 et l’adaptation en série ou en film.