𝐏𝐨𝐮𝐫 𝐍𝐨𝐞̈𝐥, 𝐣’𝐚𝐩𝐩𝐨𝐫𝐭𝐞 𝐥𝐞 𝐝𝐞𝐬𝐬𝐞𝐫𝐭 𝐞𝐭 𝐮𝐧 𝐦𝐞𝐜 !

« Pour Noël, j’apporte le dessert et un mec ! » est un roman de Ève Borelli édité chez Collection &H.

Note : 🎄🎄🎄/5

♦ Résumé :

Note : penser à passer à la boulangerie et à la boutique des petits amis parfaits.

Depuis toujours chez les Ferreira, c’est Conception, la grand-mère, qui fait la loi. D’après elle, Gina et ses cousins ne sont pas seulement une source constante de déception, non, ils s’acharnent en plus à la priver du plaisir de devenir arrière-grand-mère : une honte ! C’est pourquoi elle a décidé de profiter des fêtes de fin d’année pour débarquer en France et les traumatiser remettre dans le droit chemin du mariage. Mais, si la perspective de passer Noël avec leur aïeule tyrannique ne les enchante guère, Gina et ses cousins y voient aussi l’occasion d’un nouveau pari : et s’ils donnaient très exactement à leur ancêtre acariâtre ce qu’elle attend ? Et s’ils se trouvaient tous un +1 pour lui en mettre plein les yeux ? Gina est confiante : son meilleur ami est le faux fiancé idéal pour gagner la compétition. Sauf que le destin (ou la magie de Noël ?) a d’autres plans pour elle. Des plans qui pourraient bien l’inciter à renouer avec Marius, ex-rugbyman mais toujours star locale et, surtout, son amour de jeunesse…

♦ Avis :

Est-ce qu’on vous a déjà dit à quel point on aime Noël et l’ambiance qui va avec ? Il faut dire que nous sommes très attachées à notre famille et donc, Noël, ça représente beaucoup ces moments en famille qu’on adore. Ce roman de Eve Borelli traduit vraiment bien les liens familiaux qui s’unissent pendant ces fêtes. On a trouvé original le fait que l’auteure aborde les traditions portugaises dans son œuvre !

Dans cette romance de Noël, nous rencontrons énormément de personnages, mais nos deux héros sont Marius et Gina. Gina est à l’image de sa famille : un peu folle, drôle, mais surtout attachante ! Elle a ce petit coup de folie et de maladresse qui donne le sourire et du peps à l’histoire. Quant à Marius, il est charismatique et vraiment attentionné : l’homme idéal en somme ! Puis, il y a les personnages secondaires comme la grand-mère de Gina qui est juste hilarante ou encore, les cousins qui nous ont également fait rire. Cependant, on aurait aimé avoir un développement plus profond sur les personnages.

« – C’est Hugo qui te donne de mes nouvelles ?

– Pas du tout, bafouillé-je. Je n’en demande jamais. Pourquoi je le ferais ? J’ai d’autres choses à faire. Mon boulot est prenant : je dois écrire, rendre mes articles à temps, corriger. Non, vraiment, je n’ai pas l’occasion de….

Il éclate d’un rire grave avant de déclarer :

– Tu recommences.

– Quoi ?

– À trop parler. Et sache que moi, je lui demande de tes nouvelles. »

– Ève Borelli

Marius et Gina se connaissent déjà du passé et plutôt bien même ! Alors dès le début, on sent l’ambiguïté entre eux, les petites tensions apparaitre et leurs regards cachés. On a beaucoup aimé l’idée de base avec notamment le trope « fake dating », mais on a été déçues par le fait que ça démarre très tardivement et au final, pour nous, le trope n’est pas assez exploité ! Pour qu’on soit complétement convaincues, il aurait fallu un peu plus de développement des personnages ainsi que de la romance pour nous faire vibrer avec la magie de Noël !

Si vous aimez les comédies romantiques drôles et légères, on ne peut que vous conseiller de tenter celle-ci !

Publicité

𝐒𝐞𝐮𝐥𝐞𝐦𝐞𝐧𝐭 𝐭𝐫𝐨𝐢𝐬 𝐦𝐨𝐢𝐬

« Seulement trois mois » est un roman de Laurène Reussard édité chez Hachette Romans.

Note :⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Victoire et Adam étaient inséparables. Du moins, c’était ce que pensait Victoire jusqu’à la fin de son année de terminale quand son meilleur ami a disparu du jour au lendemain.

Deux ans plus tard, elle a tout pour être heureuse. Alors le jour où Adam refait surface, c’est la douche froide. D’autant ^que la jeune femme se voit obligée d’héberger son ancien meilleur ami, le temps qu’il trouve ses repères à Paris.

Victoire lui impose une condition : « Seulement trois mois, pas un jour de plus. » Ensuite, elle aura le choix de le laisser sortir de sa vie définitivement…

Mais quand les sentiment amoureux s’ajoutent à l’amitié, est-il réellement possible de nier l’évidence? Victoire parviendra-t-elle à élucider ce qui se cache derrière le départ d’Adam ?

♦ Avis :

Quand il y a de la haine dans une relation, l’amour n’est jamais très loin… Cette histoire pourrait se résumer à cette citation bien connue de tous sur la haine et l’amour. Vic et Adam, c’est une histoire d’amour et de guerre. De non-dits. Une histoire où dire les choses devient si compliqué que fuir est la meilleure solution. Et autant vous dire qu’on a plus qu’adoré être plongées dans ce roman qui nous fait osciller entre larmes et sourires. La plume de Laurène a réussi à nous captiver.

La première fois qu’on a dû parler de Vic et de Adam, les mots ont coulé tout seuls. Maintenant qu’on doit vous écrire cette chronique, ils manquent à l’appel pour décrire à quel point nos deux héros sont si beaux et bienveillants. Vic est ce bout de femme maladroite, sociable, solaire, lumineuse, tendre, passionnée et une amie en or. Quant à Adam, il est vraiment difficile à décrire parce qu’au début du roman, il était assez ténébreux, mystérieux qu’on avait du mal à le cerner. Mais petit à petit, on le découvre : cet Adam attentionné et sensible. On a à la fois été touchées par sa sensibilité qui nous a noué la gorge et par son caractère plus « mauvais » qui complète son charisme.

Regret. Secrets. Amour passionné. Fougueux. Inavouable. Autant de mots pour vous décrire les sentiments que nous avons ressentis au fur et à mesure de nos lectures. Nous avons été transcendées du début à la fin par cette histoire d’amour plus que compliquée. Entre fuite et mensonges, l’histoire entre Vic et Adam reste loin d’un conte de fées. Vic a du mal à avaler le départ de Adam, mais devoir vivre avec lui pendant trois mois va tout remettre en question et faire vaciller ses barrières. Entre disputes et piques, cette romance nous révèle une connexion entre ces deux personnages bien plus forte et solide que leurs disputes, bien plus belle et tendre ! On passe d’un friends to lovers to ennemies to lovers ! Pour résumer, la relation entre Vic et Adam n’est pas facile du tout. Et puis, cette histoire est belle, non seulement grâce à cet amour, mais grâce aussi à toutes les autres formes d’amour : l’amour d’un frère et d’une sœur qui nous a plus que touchées, l’amour entre des amis qui se soutiennent et enfin, l’amour d’un père pour ses enfants.

« – Et si tu devenais sympa avec moi ? Je veux dire tous les jours.

Je me braque aussitôt. La légèreté de ce moment résidait justement dans l’omission de notre conflit.

– La sympathie ne se commande pas, elle se mérite.

– Tu es dure. Plus qu’avant, déclare-t-il.

[…]

– C’est perturbant, parce que tu restes toi… Mais il y a cette amertume qui te rend distante avec les gens.

– Distante avec toi, je le corrige.

– Pourquoi ?

– Parce que je te déteste. »

– Laurène Reussard

Comme dit juste au-dessus, on a adoré la relation entre Vic et son frère parce qu’au-delà d’être ce protecteur – peut-être abusif, mais qu’on a aimé –, c’est un roc, un soutien pour Vic et vice versa. En bref, on n’hésitera pas à lire d’autres romans de cette auteure !

« – Mais peut-être que prendre le risque de souffrir, c’est te donner des chances d’être heureux ? »

– Laurène Reussard

𝐈𝐧𝐞́𝐯𝐢𝐭𝐚𝐛𝐥𝐞

« Inévitable » est un roman de Kerbie V. Messier édité chez Hugo New Romance.

Note : Déception

♦ Résumé :

Au volant de sa voiture, l’attention de Béatrice a été détournée par de sombres pensées. Une fois encore. Depuis, elle veille sur l’homme qu’elle a frôlé de trop près, craignant qu’il ne perde la vie.

Lorsqu’il ouvre enfin les yeux, la jeune femme ne tarde pas à disparaître. Dexter entame sa longue convalescence tout en cherchant à en savoir plus sur celle qu’il croit, à tort ou à raison, être un ange sur sa route.

Le hasard n’a pas dit son dernier mot ; Béatrice et Dexter se rejoignent, puis s’éloignent, car des ombres planent autour d’eux. Sont-ils voués à vivre ainsi, inquiets et tourmentés ? Pourront-ils affronter les fantômes du passé pour mieux se retrouver ?

♦ Avis :

Malheureusement, c’est une déception pour nous. On ressort frustrée de cette lecture. On tient à préciser que cet avis ne nous engage que nous et vous êtes évidemment invité.e.s à le lire pour vous faire votre propre avis. Si la plume de Kerbie est belle et fluide, l’histoire en elle-même n’a pas réussi à nous transporter.

Dans ce roman, on fait la rencontre de Béatrice et de Dexter. Béatrice aurait pu être un personnage sensible, un personnage à qui on aurait pu s’identifier. Malheureusement, le développement de son personnage est resté trop superficiel ce qui nous a empêchées de cerner son personnage et de ressentir, partager ses émotions. On a ressenti la même chose pour Dexter. On n’a pas réussi à ressentir une émotion particulière ni à nous attacher aux personnages. Un développement plus profond et moins superficiel aurait permis de renforcer leur personnalité et ainsi pouvoir les rendre d’autant plus intéressant.

C’est une histoire de destin qui met Béatrice et Dexter sur le même chemin – ou plutôt sur le même accident. Dexter se retrouve à l’hôpital après un accident et Béa est celle qui vient le voir tous les jours pour s’assurer de son état. Leur rencontre n’est pas banale et aurait pu donner lieu à une histoire intéressante. Malheureusement, la suite nous a déçues. En effet, les personnages se rencontrent de nombreuses fois par hasard (un peu trop gros comme hasard). Mais ce qui nous a le plus dérangées, c’est leur relation beaucoup trop rapide. On n’a pas ressenti les premiers sentiments, les papillons dans le ventre, etc. On pourrait parler de coup de foudre, mais pour nous, rien n’était crédible dans leur relation et sentiments. On n’a pas réussi à nous accrocher à leur histoire et à y croire. De plus, on a eu l’impression de lire plein de fragments mis en semble, mais sans réel continuité entre eux. 

Concernant l’intrigue, on a trouvé ça un peu trop « gros » pour être réaliste et crédible. Même si l’idée de base a du potentiel et aurait pu être carrément intrigante, on avait deviné dès le prologue tout le dénouement de l’histoire.

𝐍𝐨𝐞̈𝐥 𝐫𝐨𝐲𝐚𝐥 𝐚𝐯𝐞𝐜 𝐥𝐞 𝐩𝐫𝐢𝐧𝐜𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐫𝐞𝐥𝐨𝐮𝐬

« Noël royal avec le prince des relous » est un roman de Cécilia City édité chez Collection &H.

Note I : 🎄🎄🎄🎄,75/5

Note H : 🎄🎄🎄🎄/5

♦ Résumé :

Et (pas) merci pour le cadeau empoisonné !

Pour Eryn, c’est Noël avant l’heure : elle vient de remporter la dernière édition de la célèbre émission Christmas Déco et, en prime, se voit proposer un contrat avec la prestigieuse famille royale du Perlat ! Sa mission ? Sauver et moderniser la célébration nationale des fêtes de fin d’année suite au désistement du précédent décorateur. Une occasion en or pour sa carrière ! À un détail près… le prince Chamberlain De Chastonet. Si elle savait déjà via la presse à scandale que ce dernier brillait par son sale caractère et ses caprices, Eryn avait clairement sous-estimé sa capacité de nuisance. Car en plus de se montrer odieux l’héritier de la Couronne redouble d’inventivité et ne recule devant aucun coup bas pour la pousser à bout et saboter son travail. Qu’il soit prince ou pas, Eryn ne se laissera pas impressionner par sa gueule d’ange… ni charmer d’ailleurs !

♦ Avis :

Avec cette lecture, nous déclarons la saison de Noël et des romances de Noël ouverte ! Et quoi de mieux pour débuter qu’une romance ennemies-to-lovers avec l’univers de Noël (décos de Noël, etc.) sans non plus en avoir trop ni pas assez ! Cécilia City a réussi à nous offrir une romance à la fois belle, douce et pimentée tout en incrustant l’univers des fêtes de fin d’année.

Eryn est une femme passionnée par les décorations. Dans le roman, dès le début, on fait face à son caractère déterminé. En effet, elle veut gagner l’émission de décoration. L’auteure nous développe donc, une femme avec du caractère et surtout qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Et vous savez qu’on adore cette personnalité chez les héroïnes de romance. Et puis, elle est pétillante, souriante (on le sent à travers les descriptions de l’auteure) et n’a pas sa langue dans sa poche ! Pour ce qui est de Chamberlain, quoi dire à part que l’auteure arrive à rendre son sale caractère et son arrogance, plus que charismatique ? Ce qui nous a aussi beaucoup plus, c’est son évolution au côté de Eryn. L’auteure le rend au fur et à mesure de l’histoire, plus complexe. Il n’est pas seulement arrogant, il est aussi attentionné et prêt à aider.

« – Vous ne pouvez pas me manquer de respect comme cela s’est produit la nuit dernière. Je ne vous permets pas, Eryn.

– Ce n’est pas grave. Je n’ai pas besoin de votre autorisation.

– Quelle insolence ! riposte le grand blond.

– Tiens, un second point commun ! »

– Cécilia City

Vu tous les articles sur le prince Chamberlain à propos de son sale caractère, on se doute que la rencontre entre Eryn et lui ne sera pas toute rose. Et on a juste adoré découvrir les piques qu’ils se lancent. On a beaucoup aimé ce développement de haine « je veux que tu partes » à un amour, une relation douce avec une connexion très forte. Et puis, l’univers noëlesque offre une touche encore plus magique à cette romance.

Enfin, la plume de l’auteure est très jolie ! Elle est envoûtante et surtout, très addictive ! Cette romance se classe parmi une de nos préférées dans les romances de Noël. En effet, entre romance, univers noëlesque et un petit soupçon d’intrigue et de révélations, on a adoré dévorer ce roman !

𝗧𝗿𝗼𝘂𝗯𝗹𝗲𝗺𝗮𝗸𝗲𝗿

« Troublemaker » est un roman de Alfreda Enwy édité chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Jun et Hazel habitent dans le même immeuble et sur le même palier mais n’ont pas grand-chose en commun.

La jeune femme est loin de se douter que son voisin est particulièrement dangereux et que son métier consiste à rendre une justice tout à fait personnelle, en recherchant des criminels qu’on lui désigne et en les exécutant si c’est la seule façon de rendre justice.

Hazel a une vie bien plus ordinaire et elle va se comporter en bonne voisine, accueillante et prête à lui rendre service en gardant le chat de Jun ou en l’aidant à se soigner quand il rentre blessé, après sa journée de  » travail « .

Jun n’a jamais eu de relation suivie avec une femme. Mais Hazel le trouble ainsi que la vie simple qu’elle lui fait entrevoir. Elle le sort de sin chemin si rectiligne, elle est sa petite fauteuse de trouble, sa trouble maker.

Que risque-t-elle à se rapprocher d’un tel homme et comment réagira-t-elle lorsqu’elle apprendra ce que cache son regard impénétrable ?

♦ Avis :

Ce roman fait partie des romans qui nous tiennent en haleine du début jusqu’à la fin. C’est le genre de roman qu’on n’arrive plus à lâcher et qui nous fait comprendre pourquoi on aime tant la lecture et surtout, la romance. Troublemaker n’est pas une dark romance, mais une romance assez sombre avec des scènes parfois très hard niveau torture, soyez informés.

On y retrouve deux personnages : Jun et Hazel. Jun est troublant, sombre à souhait, mystérieux et la définition même du mec flippant. Mais à côté il est aussi protecteur et charismatique. On a détesté l’adorer parce que quelqu’un d’aussi sombre ne devrait pas nous plaire, mais nous dégoûter. Pourtant, on n’a rien pu faire : on a succombé à son charme et on s’est laissé aller entre ses filets. Quant à Hazel, elle est son total opposé : douce, bienveillante, gentille, attentionnée et innocente. On a adoré nous retrouver en elle, on a aimé sa personnalité haute en couleur et en femme qui ne se laisse pas marcher dessus.

« – Tu fais des gâteaux chaque fois que tu veux t’excuser ?

– En quelque sorte…

– Quelle drôle d’idée, lance Jun d’un air exaspéré.

– C’est sûr que si tu devais faire un gâteau à chaque fois que tu joues les connards, à l’heure qu’il est, tu serais un chef pâtissier reconnu dans le monde entier. »

– Alfreda Enwy

Un remake de la belle et la bête ? On pourrait presque dire ça sauf que la bête ne se transforme pas vraiment en prince charmant. La romance entre Hazel et Jun est explosive et pleine de tension. Vous nous connaissez maintenant et vous savez à quel point on aime que la tension monte crescendo entre les personnages et quand le personnage masculin protège l’héroïne. Ici on a été totalement charmées par cela et par la relation presque impossible entre eux. Pourtant, l’amour ne se décide pas. Ce qu’on doit également noter, c’est le fait que Jun ne perd jamais sa noirceur. Il ne devient pas niais, non cette noirceur a grandi avec lui et fait partie de lui.

« – Le seul danger, c’est toi. C’est quoi le…

– Tu as raison, me coupe-t-il. Et c’est une chose que tu ferais mieux de garder en tête. Je suis dangereux, Hazel. Et même si tu t’approches de la vérité, tu n’as pourtant aucune idée de ce dont je suis capable. Si tu avais été plus maligne, tu m’aurais craint un peu plus fort encore. Cette situation est entièrement ta faute.

– Ma faute ?

Ma voix est hystérique.

– La tienne oui, gueule-t-il plus fort que moi. Parce que tu es une fauteuse de troubles. »

– Alfreda Enwy

Pour finir, c’était notre premier roman de Alfreda Enwy et on peut vous dire que ce ne sera sûrement pas le dernier. On ne peut que vous demander de foncer lire ce roman et plonger dans ce mélange de noirceur et d’amour.

𝐌𝐲 𝐚𝐫𝐫𝐨𝐠𝐚𝐧𝐭 𝐤𝐧𝐢𝐠𝐡𝐭

« My arrogant knight » est un roman de Ashley Jade édité chez Collection &H.

Note :⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Il a parié qu’il la séduirait. Elle va lui montrer qui mène vraiment le jeu…

Sportif, diaboliquement sexy, riche et sans scrupule, Cole règne en maître sur le lycée d’élite de la Royal Hearts Academy. Personne ne soupçonne que sous cette façade il cache une blessure profonde… Personne, sauf Sawyer Church, cette fille trop sage qui l’attire irrésistiblement. Aussi, quand son pire ennemi le met au défi, devant tous ses coéquipiers, de prendre la virginité de Sawyer, il hésite, mais se sent coincé. S’il veut tenir sa réputation – et garder sa Ferrari – il a maintenant six mois pour séduire Sawyer…

Quand Sawyer entend Cole accepter ce pari révoltant, elle est furieuse. Elle a beau savoir que Cole est un enfoiré de première, elle avait la faiblesse de croire qu’il la respectait un minimum, voire qu’il ressentait lui aussi ce lien troublant entre eux, depuis le baiser qu’ils ont échangé un soir. Elle se trompait. Il la prend pour une fille crédule et innocente ? Tant mieux : elle va se faire un plaisir de le détromper et de lui imposer ses propres conditions…

♦ Avis :

« Comment se fait-il que les mensonges soient si beaux et la vérité si laide ? »

On avoue qu’on a complètement craqué pour la couverture, le résumé plus qu’alléchant et l’univers du campus. Seulement, en l’ouvrant, on a été frappées par cette histoire parce qu’elle représente bien plus que tout cela… Si au début, on a dû mal à nous plonger dedans, passées les 70 premières pages, on a complètement dévoré ce roman.

Encore une fois, avant la relation, on a d’abord succombé aux personnages. Sawyer et Cole nous ont fait passer par des milliers d’émotions différentes et contradictoires. Ils nous ont fait trembler, pleurer, rire et tombées amoureuses. Réussir à faire ça, c’est déjà incroyable. Sawyer nous a épatées et touchées par son authenticité, son aplomb, son sarcasme, son courage, ses défauts, ses faiblesses, son manque de confiance en elle par moments, mais surtout on la remercie pour les leçons qu’elle donne à la société de manière générale. Cole, quant à lui, peut paraitre arrogant – il l’est –, sûr de lui, courageux, mais au fond, c’est un homme resté bloqué par le passé. Cet homme que la vie a balayé nous a charmées et plus que par son charisme, par sa force et sa faiblesse en même temps. L’auteure le dit elle-même, elle ne nous présente pas des personnages parfaits…loin de là, ils sont parfaitement imparfaits. Mais grâce à eux, grâce aux leçons qu’ils apprennent eux-mêmes, l’auteure nous fait passer des messages.

« – Je n’ai pas de temps à perdre avec tes jeux idiots, Cole. Laisse-moi sortir.

– Ce n’est pas un jeu.

– Alors c’est quoi ?

– Moi, sous mon vrai jour. (Mon souffle se bloque quand il pose ma main sur son cœur qui bat à tout rompre.) Mais je dois t’avertir : il fait sombre à l’intérieur. »

– Ashley Jade

La relation entre Cole et Sawyer se joue à travers une évolution de chacun et un fake-dating. Autant vous dire que le sarcasme de Sawyer et l’arrogance de Cole font des étincelles ensemble. On a du mal à poser des mots sur cette relation parce qu’elle est aussi belle que contradictoire : elle a des airs de douceur et de tendresse, mais en même temps, les piques entre nos personnages la rendent explosive. C’est un succulent mélange de douceur et d’explosion. Enfin bref, on a adoré cette romance. De plus, on a vraiment beaucoup aimé l’univers du campus et on a réussi à vraiment imaginer chaque scène alors qu’il y a très peu de description.

Enfin, un des plus gros points positifs de l’histoire, ce sont les leçons qu’on en tire. On s’est pris de véritables claques en lisant ce roman. L’auteure met en avant un point qui ne va pas dans la société et de manière générale, le regard des autres. Le jugement des autres. Le jugement sur les personnes rondes. On ne compte pas s’étendre parce que pour comprendre à quel point, c’est frappant et authentique, il faut lire ce roman…alors bonne future lecture !

« – Que veux-tu, Colton ?

Le supplice pur qui crispe son visage s’enroule autour de mon cœur et le comprime.

– Quelque chose que je ne pourrai jamais avoir…sous peine de l’anéantir. »

– Ashley Jade

𝐋𝐚 𝐫𝐞𝐢𝐧𝐞 𝐜𝐨𝐮𝐫𝐭𝐢𝐬𝐚𝐧𝐞

« La reine courtisane » est un roman de Anna Triss édité chez Black Ink Edition.
Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Après des siècles de paix, les quatre Éléments-Clans de l’île Symbiose se livrent une guerre sans merci. Sylvan, le jeune roi Falune, guerrier cruel et impitoyable capable de contrôler la magie de Feu, asservit les trois autres royaumes de Symbiose en semant la mort et la terreur sur son passage.

Je suis la reine Alena du Clan Gelane affilié à la magie de l’Eau. J’ai été capturée par mon pire ennemi lors du siège de ma cité. Je connais déjà le sort funeste qui m’attend ce soir. Comme les princesses des deux autres Éléments-Clans qui m’ont précédée, je suis destinée à devenir la nouvelle épouse du tyran Sylvan.

Et demain à l’aube… Je serai exécutée.

Mais reine ou esclave, je reste avant tout une Gelane. Je ferai honneur à notre devise ancestrale.

« Face à son ennemi, un Gelane ne verse aucune larme, et jamais il ne renonce à brandir ses armes. »

♦ Avis :

Ce livre, nous l’avons acheté il y a presque deux ans. On voyait tellement d’avis sur cette romance fantasy qu’on ne pouvait que l’ajouter à notre PAL. Mais on n’avait pas encore eu l’occasion de découvrir ce que cachait ce roman. Maintenant, on peut comprendre pourquoi il y a eu toute une hype dessus ! Mêlant fantasy, romance, ennemies-to-lovers, mensonges, royauté, cette histoire nous a transmis des milliers d’émotions !

Pour commencer, Anna Triss a une imagination incroyable qu’on admire ! Elle a réussi à nous construire un univers, des royaumes, un monde où les apparences sont trompeuses. De plus, elle a réussi à nous donner des détails, des informations par petits morceaux ce qui nous plonge inévitablement au cœur de ce monde et ses intrigues. Une fois qu’on a ouvert le livre, on ne pouvait plus le reposer. Cette découverte ne nous donne plus qu’une envie : découvrir le saga « La guilde des ombres » qui a l’air encore meilleure !

Ce qu’on a adoré dans cette histoire, c’est ce jeu des apparences : Anna Triss nous apprend qu’il ne faut jamais se fier aux apparences qui peuvent être très trompeuses. Et elle le développe également sur le personnage de Sylvan, le roi considéré comme tyran de Falune. Aux premiers abords, son caractère semble lui correspondre : méchant, tyrannique, autoritaire. Mais très rapidement, on se rend compte que ce n’est pas le véritable Sylvan. On a adoré pouvoir découvrir son autre personnalité au côté de Alena. De son côté, Alena est pleine de surprises. Le caractère qui nous a le plus plu est son côté déterminé à survivre. C’est le personnage auquel on s’est le plus attachées grâce à sa détermination, sa persévérance, ses failles, et surtout à sa sensibilité qui détone avec le reste de l’univers.

Du côté de la romance, quel ennemies-to-lovers ! C’est intense, puissant, plein de tensions, royal. Bref, tout ce qu’on aime ! On a adoré voir les deux personnages se détester, puis s’aimer. Se torturer, puis se guérir. S’aimer alors qu’un tourbillon de peur se déchaine. Mais surtout, ce qui fait que la romance est aussi belle, c’est toute l’intrigue autour : apparences, mensonges, action, etc. Il y a juste un point sur lequel on n’était pas d’accord, c’est qu’Héléna trouve que la romance aurait pu être un peu moins rapide.

« – À genoux, Alena Kan-Gelane, ordonne Sylvan d’une voix forte qui vibre de fureur sous son heaume.

– Une reine ne s’agenouille devant aucun homme, énoncé-je d’un ton clair et résolu afin que tous les Falunes m’entendent dans la salle du trône. Qu’il soit souverain…ou tyran. »

– Anna Triss

Ce n’est pas encore assez convaincant pour vous donner envie de le découvrir ? Et si on vous disait que ce qui nous a le plus épatées, ce sont tous les retournements de situation. On a été surprises à maintes reprises, on a eu peur (clairement la boule au ventre) pour les personnages tellement on était investies dans l’histoire. L’action s’enchaine à tel point que nous ne pouvions déposer l’histoire !

Pour conclure, vous attendez quoi pour découvrir cette fantasy incroyable ? Vous serez épatés par les retournements de situation, par les apparences trompeuses, par l’intrigue que Anna Triss déploie tout le long du roman, mais surtout vous ne voudrez plus lâcher le roman jusqu’à la fin !

« – Je ne vous faciliterai pas la tâche, annoncé-je farouchement malgré mes mains tremblantes.

– Je n’en attendais pas moins de vous, Alena. »

– Anna Triss

𝐒𝐞𝐱𝐮𝐚𝐥 𝐆𝐚𝐦𝐞, 𝐓𝟏

« Sexual Game » est une saga de Lili Wild publiée chez So Romance.

Note : Déception

♦ Résumé :

Dans le chaos qu’ils ont créé, arrivera-t-elle à ne pas s’attacher ?

Nina ne connait de l’amour que ce que son ex-petit ami Brad lui a montré : il l’a trompée car elle ne souhaitait pas aller plus loin avec lui. Jusqu’à ce qu’elle fasse la rencontre de Kyle, le pote mystérieux et terriblement sexy de son frère. Depuis, il ne quitte plus son esprit, et elle ne semble pas non plus le laisser indifférent, car ce dernier lui propose un marché afin de lui apprendre le plaisir des relations charnelles. Mais, dans leur accord, elle lui a promis de ne pas s’attacher. Chose plus facile à dire qu’à faire quand ce dernier ne semble pas vouloir la laisser partir, pour une raison qui lui échappe. Et si tout était lié à ce qui lui est arrivé il y a quelques années ?

Dans ce premier tome prometteur, Lili Wild nous livre une histoire poignante, dans laquelle la passion et les sensations prennent le pas sur la raison.

♦ Avis :

Tout d’abord, nous tenons à préciser que cet avis ne nous engage que nous et qu’on vous invite à vous faire votre propre opinion s’il vous intéresse !

Malheureusement, vous l’aurez compris, c’est une grosse déception pour nous. Si l’idée de base a un beau potentiel, l’histoire en elle-même n’a pas réussi à nous plaire.

Tout d’abord, les personnages manquent de personnalité et de développement. En effet, Nina est une jeune adulte et pourtant, elle nous a semblé être une gamine de 12 ans par moments, notamment dans ses interactions avec sa meilleure amie. De plus, on n’a pas réussi à comprendre sa personnalité puisque Nina change du tout au tout. L’héroïne est tantôt décrite comme pudique et innocente, tantôt elle conjure Kyle de la prendre. Finalement, nous n’avons pas du tout réussi à la cerner, ni à compatir ou à nous attacher à elle. Kyle, quant à lui, est plutôt mystérieux et intéressant, mais on n’en sait trop peu sur lui ! Ce qui nous ramène au point incohérent pour nous, c’est comment l’héroïne accepte de coucher avec un inconnu alors qu’elle n’accepte pas de coucher avec son ex ?

Le livre fait peu de pages, mais il ne s’agit que d’un tome 1. Nous nous attendions donc quand même à un bon développement de leur relation. Malheureusement, ça n’a pas été le cas et même si ça ne tourne qu’autour du sexe au début, l’héroïne fait comprendre qu’elle est déjà follement amoureuse après quelques jours. Leur relation est pour nous, restée superficielle et irréelle. Nous aurions aimé plus de réalisme et de développement pour qu’on puisse y croire et sentir les premiers sentiments apparaitre.

La fin a surpris beaucoup de lecteurs, mais on avoue qu’on avait déjà tout deviné. Peut-être est-ce le fait que le passé arrive à un moment plutôt révélateur de la suite. 

𝐓𝐡𝐞 𝐡𝐨𝐧𝐞𝐲 𝐝𝐨𝐧’𝐭 𝐥𝐢𝐬𝐭

« The honey don’t list » est un roman de Christina Lauren édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Entre Rusty et Melissa Tripp, un célèbre couple marié de co-animateurs d’une émission à succès de rénovations de maisons rien ne va plus ! Après avoir surpris Rusty, dans les bras d’une autre, les assistants James McCann et Carey Duncan, sont forcés d’accompagner leurs employeurs dans leur tournée de promotion pour s’assurer que leur couple n’implose pas. Mais le malaise ne fait que commencer. Coincés ensemble, James et Carey découvrent qu’ils pourraient peut-être obtenir finalement la vie dont ils ont toujours rêvé grâce à leur travail.

♦ Avis :

C’est avec appréhension qu’on a commencé la lecture de ce roman. En effet, le spitch promettait une histoire originale et promettait de remplir complètement nos attentes. Cependant, ayant été déçues par « My favorite half-night stand » de Christina Lauren, nous ne nous attendions pas à grand-chose. Pourtant, on a été agréablement surprises !


Beaucoup de « fans » des Christina Lauren ont décrit ce roman comme sortant complètement de ce qu’elles ont l’habitude de nous proposer. Il faut le dire : ce roman n’est pas vraiment une comédie romantique et la romance est placée au second plan. Peut-être est-ce un point qui peut déplaire, mais nous, on n’a justement apprécié ce changement. Avant de commencer ce roman, il ne faut pas s’attendre à un grand développement au niveau de la romance (d’autant plus que le roman ne fait même pas 300 pages) parce que les auteures mettent en avant les Tripp. Melissa et Rusty forment un couple très reconnu, mais leur relation bat des ailes ; Carey et James se retrouvent donc à devoir les chaperonner. Personnellement, lisant beaucoup de romances, on a également apprécié avoir un changement : la romance aurait certes, pu être davantage développée (ça aurait permis de mieux s’y attacher et découvrir les sentiments naissants), mais les Tripp ont réussi à rendre l’histoire addictive et à renforcer les liens entre James et Carey.

« Je comptais seulement l’embrasser rapidement, mais le plus fou quand on ne peut pas embrasser quelqu’un n’importe où et quand on en a envie, c’est qu’on ne s’y habitue jamais. Chaque baiser paraît volé. »

– Christina Lauren


Au tout début, les Tripp nous paraissent gentils et bienveillants, surtout envers Carey. Mais en découvrant le fond de leur relation, nous avons été obligées de les détester et de les trouver insupportables. Cela n’est pas un point négatif puisqu’il a permis de nous ranger du côté des héros et ainsi, de comprendre ce qu’ils vivent. Quant à Carey, c’est certainement le personnage le plus développé et nous avons immédiatement été touchées par son vécu. Par contre, le personnage de James est très peu développé, c’est à peine si on le connait. On aurait apprécié avoir davantage d’informations sur lui, son passé, etc.
Certains points ne nous ont pas convaincues. Si l’idée d’introduire des chapitres d’interrogatoire ou du dernier livre des Tripp est excellente parce que maintient un certain dynamisme et met au point une intrigue, cela aurait pu être tourné d’une autre façon. Effectivement, tout au long du roman, il y a des retranscriptions d’interrogatoire (lisez le livre pour comprendre haha), laissant un mystère plané. Arrivées à la fin du roman, nous avons été déçues par ce que cache ces interrogatoires : « tout ça pour ça » est réellement le terme.


Pour finir, nous avons trouvé l’histoire assez originale avec d’un côté les Tripp qui nous montrent les dessous d’une relation amoureuse et la dystonie de Carey. Carey est atteinte de dystonie et nous avons trouvé que cela était à la fois bien mis en avant et à la fois subtile.
Merci infiniment à la maison d’édition pour l’envoi et leur confiance !

𝐐𝐮𝐞𝐞𝐧 𝐨𝐟 𝐀𝐧𝐚𝐫𝐜𝐡𝐲, 𝐓𝟐

« Queen of Anarchy » est une saga de Océane Ghanem éditée chez Plumes du web.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé (attention risque de spoil si pas lu le premier tome) :

Après les terribles révélations sur son identité, Jaime sait que l’étau se resserre autour d’elle. En effet, le diable a été formel : il arrive, avec sa légion de monstres qu’il compte bien lancer à ses trousses.

Elle n’a plus le choix : elle va devoir cesser ses mensonges et se dévoiler… Pourtant, rien n’est moins facile, et même si elle n’a jamais été aussi proche de Ciaran, elle continue de masquer sa nature profonde. Encore et encore. Avec une seule priorité, celle de sauver les siens d’une extinction qui semble de plus en plus inévitable.

Et accessoirement, survivre serait un plus, aussi. Parce que tout le monde semble décidé à la tuer avant qu’elle ne puisse accomplir sa destinée. Sans Azaël, l’ange déchu qui hante ses pensées, elle ne serait déjà plus de ce monde… mais là encore, elle sait qu’il y aura un prix à payer.

Perdue au milieu des ténèbres, entre la Duplicité, l’Avidité, la Mort et les autres déchus, parviendra-t-elle à retrouver la lumière ? Saura-t-elle renoncer aux mensonges pour embrasser la vérité ? Au-delà de l’illusion, l’Anarchie parviendra-t-elle à retrouver le chemin de la réalité ?

♦ Avis :

Que dire à part, bluffant, incroyable et dinguissime ? Encore une fois, Océane nous offre un chef d’œuvre ficelé de A à Z qui nous fait passer par de milliers d’émotions. Autant le premier tome était incroyable, autant celui-ci nous a rendu folles d’angoisse, de peur, de stress, de compassion, etc.

Océane Ghanem ne se contente pas d’esquisser un univers. Au contraire, elle le rend vivant en construisant tout l’univers d’une manière tellement précise qu’elle nous donne l’illusion d’un monde réel. À quand l’adaptation cinématographique ? À chaque livre lu d’elle, nous sommes à chaque fois surprises par les détails et par son imagination. Elle nous plonge dans un univers apocalyptique, avec des anges, des démons et surtout, des personnages qui tentent de survivre.

En effet, nous sommes face à plusieurs personnages principaux dont Ciaran et Jaime. Océane développe davantage leur identité et leur caractère dans ce second tome ce qui les rend d’autant plus uniques. Jaime Caine semble innocente aux premiers abords, mais très vite on perçoit un côté plus sombre, plus dangereux au fond d’elle ce qui lui confère une personnalité qui accroche notre attention et nous donne envie de découvrir – tout comme elle – qui elle est réellement. De l’autre côté, nous avons Ciaran. Ah Ciaran… Tellement charismatique, courageux, un brin arrogant. Comment ne pas tomber sous son charme ? De plus, Océane lui donne une aura mystérieuse qui nous donne envie de découvrir plus sur lui.

« – Je t’ai dans la peau, Jaime Caine. Je t’ai dans la peau comme une putain d’écharde.

Je cherche son regard, mais il détourne la tête. Ses cheveux tombent sur son front et masquent l’expression de son visage. J’aurais tant aimé la voir ! Ou au moins l’apercevoir, pour savoir ce qu’il pense de cette alchimie explosive. S’il estime que c’est une bonne chose…ou un désastre en devenir. »

– Océane Ghanem

Pour ce qui est de la romance, il y a une explosion de tension, de sensualité mêlée à ce monde apocalyptique qui rend cette relation amoureuse d’autant plus intense. Elle est passionnelle, intense, sauvage, et en même temps, douce et tendre. Bref, nous sommes tombées amoureuse de cette relation belle et magique qui se développe dans le chaos. Peut-être est-ce de ce chaos que nait leur amour en fin de compte…

Devons-nous réellement vous parler de la plume d’Océane Ghanem ? Entre poésie et mystère, Océane réussit à nous écrire des histoires avec sa plume magique qui nous envoûte dès les premières lignes. Elle nous attire par cette écriture belle et poétique qu’il nous est impossible d’arrêter de lire ses romans. On le redit encore une fois, mais Océane a un don et on espère bien pouvoir lire encore et encore sa plume !