𝐁𝐨𝐬𝐭𝐨𝐧 𝐁𝐞𝐥𝐥𝐞𝐬 𝐓𝟏, 𝐓𝐡𝐞 𝐇𝐮𝐧𝐭𝐞𝐫

« Boston Belles » est une saga de LJ Shen éditée chez Collection &H.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Arrogant.

Provocateur.

Irrésistible.

Dans la vie, Hunter Fitzpatrick a trois priorités : le sexe, l’alcool et le sexe. Certes, il a peut-être manqué de vigilance en apparaissant dans une sextape qui a été diffusée dans tout le pays. Mais, déjà, on devrait le féliciter pour sa performance. Ensuite, est-ce vraiment grave que l’un des héritiers de la Royal Pipelines Company ait offert au monde le spectacle de sa – sublime – nudité ? Selon son père, oui. Au point que le patriarche lui a posé un affreux ultimatum : soit il parvient à tenir six mois sans alcool, sans sexe et en se mettant sérieusement à travailler, soit il pourra dire adieu à son héritage. Pour être aidé dans sa traversée du désert de l’abstinence, il sera sous la tutelle de Sailor Brennan, alias l’athlète de tir à l’arc qui candidate pour les prochains JO, alias la fille la plus sérieuse et la plus chiante qui ait jamais existé. J – 183 avant la libération.

♦ Avis :

Tout d’abord, il faut savoir qu’on a déjà lu 2 romans de l’auteure et on n’avait pas trop adhéré. Mais on était curieuses de retenter l’expérience et heureusement qu’on a suivi cette petite voix ! Vous le lirez dans la chronique, il y a quand même un point qu’on a moins aimé, mais sinon on a adoré les personnages, l’intrigue et la romance.

On se doit de vous présenter Hunter. Il est si arrogant, si « je-m’en-foutiste » qu’on pourrait s’arrêter à cette première image et renoncer à en apprendre davantage sur lui. Sauf qu’en fait, Hunter, il cache une déception, un malaise et d’autres sentiments. On l’a trouvé beaucoup plus travaillé, abouti psychologiquement que les autres personnages masculins de l’auteure qu’on a déjà découverts. Mais on a tout autant aimé son côté provocateur qui a permis de créer des étincelles entre Sailor et lui. Justement, en parlant de Sailor, elle est absolument pépite. C’est cette femme de Boston qui a de l’énergie à revendre, qui veut atteindre ses objectifs, qui aime inconditionnellement autant qu’elle déteste avec passion. C’est ce petit bout de femme qui adore remettre Hunter à sa place et qui n’a pas sa langue dans sa poche. En plus, ils sont tellement drôles tous les deux qu’entre les larmes, il y a beaucoup de moments de joie et d’humour.

Vous l’aurez compris : une romance entre ces deux-là risque d’être pétillante et explosive. Au début, ils se détestent et se font des crasses, mais bien vite, cela change en autre chose. Ils se donnent l’illusion d’être « juste colocataires ». Ils se cherchent continuellement, se bousculent, se taquinent pour finir par s’aimer. Alterner entre étincelles et douceur, c’est ce qu’on a le plus aimé dans cette relation. De plus, on a vraiment beaucoup aimé le fait que leur relation prenne le temps de se développer à un bon rythme sans aller trop vite. Un vrai slow burn comme on les aime. Le seul point négatif, qui – on le sait – est une caractéristique de LJ. Shen, c’est qu’on a trouvé qu’il y a avait trop de scènes de sexe qui n’apportaient pas spécialement quelque chose de plus à l’histoire.

« — Je ne ferais pas ça, si j’étais toi.

— Quoi donc ?

— Me détester avec tant de passion. Ta rage me donne une demi-molle, et j’ai encore un baiser à encaisser quand je veux. »

– LJ Shen

Ensuite, le point très intéressant de ce roman est l’intrigue. En effet, dès le début, il y a des choses qui viennent nous interroger. On essaie de construire des théories dans notre tête et même si on avait déjà trouvé, c’était vraiment chouette d’avoir ce petit côté « intrigue » en plus de la romance. Cela permet de rendre l’histoire encore plus addictive.

Pour finir, LJ Shen arrive parfaitement à nous donner envie de découvrir les prochains tomes sur les autres personnages ! Vous ne savez pas à quel point on a hâte de découvrir le deuxième opus !

Publicité

𝐓𝐡𝐞 𝐟𝐨𝐫𝐞𝐯𝐞𝐫 𝐦𝐚𝐫𝐤𝐞𝐝, 𝐥𝐞 𝐡𝐞́𝐫𝐨𝐬

« The forever marked » est une saga de Jay Crownover éditée chez Collection &H.

Note : ⭐⭐⭐⭐,25/5

♦ Résumé :

Un amour dévastateur peut-il s’apprivoiser ?

Hyde n’a jamais voulu blesser son amie Remy. Depuis toujours, il n’a qu’un souhait : protéger cette jeune fille hypersensible qu’il a longtemps considérée comme sa petite sœur ; mais qui, malgré lui, le met sur un piédestal. Aussi, quand l’occasion se présente de s’engager dans l’armée, il la saisit. Mieux vaut mettre entre eux de la distance, même si ça lui coûte. Pourtant, après cinq ans passés en mission, et alors que sa situation a bien changé, il doit se rendre à l’évidence : Remy n’a jamais quitté ses pensées. Il lui faut la retrouver. Remy aurait voulu ne jamais revoir Hyde. Depuis qu’il est parti en lui brisant le cœur au passage, elle a pu se reconstruire et apprendre à vivre avec ses émotions si extrêmes. Mais voilà que le retour de Hyde à Denver menace cet équilibre si fragile. Alors, même s’il insiste aujourd’hui pour se rapprocher d’elle, même si son corps sculpté par sa vie de soldat est plus irrésistible que jamais, Remy n’est pas prête à mettre à nouveau son cœur en péril. D’autant que Hyde ne revient pas seul… il est désormais le papa d’une petite fille.

♦ Avis :

Pour commencer, on était impatientes de découvrir ce deuxième tome parce qu’il promettait des étincelles. Et on n’a pas été déçues. Ce roman raconte une histoire d’amour puissante, dévastatrice, mais aussi salvatrice. Mais au-delà de la romance, elle parle de thématiques importantes et qui nous ont beaucoup touchées.

Dans ce roman, on rencontre Hyde et Remy. Ils sont amis depuis des années, mais Hyde est parti suite à plusieurs événements tragiques. Ils se retrouvent des années après, mais bien des choses ont changé depuis. Remy ne sait pas si elle doit à nouveau se retrouver proche de Hyde ou plutôt s’en éloigner. Et Hyde revient avec une petite fille dans les bras. Leur romance est éclatante, brillante, explosive et salvatrice pour les deux. Ce n’est pas tant que leurs caractères qui nous ont touchées, mais le lien si puissant et magnifique qui les lie.

« Chaque fois que nous nous retrouvions ensemble au même endroit, les gens nous regardaient comme s’ils s’attendaient à ce qu’une bombe explose ou que le monde entier s’écroule. Les gens qui nous aimaient savaient que nous avions bien failli nous détruire, dans notre jeunesse. Et personne n’avait envie que cela se reproduise.

Malgré tout, je ne pus m’empêcher de lui demander :

– Une mauvaise idée ? Depuis quand tu te préoccupes de ce genre de choses ?

En général, plus une idée était foireuse, plus elle la trouvait séduisante. J’avais toujours envié sa capacité à prendre des risques, sans avoir peur, sans hésiter.

– En temps normal, les mauvaises idées, je ne suis jamais contre. Mais dès que ça te concerne… je manque d’y laisser ma peau. »

– Jay Crownover

Nous allons quand même parler de chaque personnage parce qu’ils sont aussi pétillants que touchants. D’abord, il y a Remy qui était totalement perdue plus jeune, mais qui a réussi à se retrouver petit à petit. Elle reste évidemment au fond d’elle cette femme fragile, mais c’est exactement cette même sensibilité qui vient lui procurer la force nécessaire pour se relever et pour réussir à être elle-même. Au fond, ce qu’on a vraiment adoré chez elle, c’est elle-même. Elle ne prétend pas être quelque d’autre, elle est juste authentiquement elle. Quant à Hyde, qu’est-ce qu’on avait envie de le prendre dans nos bras ! Il est si touchant par sa sensibilité de nouveau papa qui découvre le monde à travers sa petite fille. Il a réussi à clairement nous attraper dans ses filets et on ne voulait plus le lâcher. Il est aussi cet être humain honnête, bienveillant et toujours à l’écoute des autres et près d’eux. Pour terminer, faut-il encore préciser que Hollyn a eu tout notre cœur !

Pour terminer, le livre se lit à une vitesse impressionnante, la plume douce et magique de Jay aidant. Nous avons maintenant trop hâte de lire la suite parce que cette fin promet une belle prochaine histoire !

𝐏𝐨𝐮𝐫 𝐍𝐨𝐞̈𝐥, 𝐣’𝐚𝐩𝐩𝐨𝐫𝐭𝐞 𝐥𝐞 𝐝𝐞𝐬𝐬𝐞𝐫𝐭 𝐞𝐭 𝐮𝐧 𝐦𝐞𝐜 !

« Pour Noël, j’apporte le dessert et un mec ! » est un roman de Ève Borelli édité chez Collection &H.

Note : 🎄🎄🎄/5

♦ Résumé :

Note : penser à passer à la boulangerie et à la boutique des petits amis parfaits.

Depuis toujours chez les Ferreira, c’est Conception, la grand-mère, qui fait la loi. D’après elle, Gina et ses cousins ne sont pas seulement une source constante de déception, non, ils s’acharnent en plus à la priver du plaisir de devenir arrière-grand-mère : une honte ! C’est pourquoi elle a décidé de profiter des fêtes de fin d’année pour débarquer en France et les traumatiser remettre dans le droit chemin du mariage. Mais, si la perspective de passer Noël avec leur aïeule tyrannique ne les enchante guère, Gina et ses cousins y voient aussi l’occasion d’un nouveau pari : et s’ils donnaient très exactement à leur ancêtre acariâtre ce qu’elle attend ? Et s’ils se trouvaient tous un +1 pour lui en mettre plein les yeux ? Gina est confiante : son meilleur ami est le faux fiancé idéal pour gagner la compétition. Sauf que le destin (ou la magie de Noël ?) a d’autres plans pour elle. Des plans qui pourraient bien l’inciter à renouer avec Marius, ex-rugbyman mais toujours star locale et, surtout, son amour de jeunesse…

♦ Avis :

Est-ce qu’on vous a déjà dit à quel point on aime Noël et l’ambiance qui va avec ? Il faut dire que nous sommes très attachées à notre famille et donc, Noël, ça représente beaucoup ces moments en famille qu’on adore. Ce roman de Eve Borelli traduit vraiment bien les liens familiaux qui s’unissent pendant ces fêtes. On a trouvé original le fait que l’auteure aborde les traditions portugaises dans son œuvre !

Dans cette romance de Noël, nous rencontrons énormément de personnages, mais nos deux héros sont Marius et Gina. Gina est à l’image de sa famille : un peu folle, drôle, mais surtout attachante ! Elle a ce petit coup de folie et de maladresse qui donne le sourire et du peps à l’histoire. Quant à Marius, il est charismatique et vraiment attentionné : l’homme idéal en somme ! Puis, il y a les personnages secondaires comme la grand-mère de Gina qui est juste hilarante ou encore, les cousins qui nous ont également fait rire. Cependant, on aurait aimé avoir un développement plus profond sur les personnages.

« – C’est Hugo qui te donne de mes nouvelles ?

– Pas du tout, bafouillé-je. Je n’en demande jamais. Pourquoi je le ferais ? J’ai d’autres choses à faire. Mon boulot est prenant : je dois écrire, rendre mes articles à temps, corriger. Non, vraiment, je n’ai pas l’occasion de….

Il éclate d’un rire grave avant de déclarer :

– Tu recommences.

– Quoi ?

– À trop parler. Et sache que moi, je lui demande de tes nouvelles. »

– Ève Borelli

Marius et Gina se connaissent déjà du passé et plutôt bien même ! Alors dès le début, on sent l’ambiguïté entre eux, les petites tensions apparaitre et leurs regards cachés. On a beaucoup aimé l’idée de base avec notamment le trope « fake dating », mais on a été déçues par le fait que ça démarre très tardivement et au final, pour nous, le trope n’est pas assez exploité ! Pour qu’on soit complétement convaincues, il aurait fallu un peu plus de développement des personnages ainsi que de la romance pour nous faire vibrer avec la magie de Noël !

Si vous aimez les comédies romantiques drôles et légères, on ne peut que vous conseiller de tenter celle-ci !

𝐓𝐚𝐫𝐠𝐞𝐭 𝐋𝐨𝐯𝐞

« Target Love » est un roman de Laura Gardénia édité chez Collection &H.

Note :⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Cinq ans. Cela fait cinq longues années que Violette prépare sa vengeance. Pour enfin faire payer John Hamilton, l’homme qui a gâché sa vie. Son plan est clair : séduire son fils, Dean, un jet-setteur superficiel et coureur, lui soutirer des informations compromettantes sur son père et lui transpercer le cœur de la pointe de son talon aiguille – métaphoriquement parlant, bien sûr… quoique. Mais alors qu’elle parvient à s’approcher de Dean et à attirer son attention elle se rend compte qu’il est loin d’être l’homme futile et impitoyable qu’elle imaginait. Elle en viendrait presque à éprouver une sorte d’attirance. Et, quand Dean prend le pari de la séduire en sept rendez-vous platoniques, elle ne sait plus très bien si elle accepte pour profiter de ces moments afin d’obtenir des informations ou pour profiter de Dean… tout court.

♦ Avis :

Vengeance et romance : il n’en fallait pas plus pour nous intriguer. Nous adorons quand une histoire amoureuse se mêle à une action (ou même plusieurs) ! C’était donc, sans aucune hésitation que nous l’avons demandé et heureusement !

Tout d’abord, on fait la connaissance de Violette, une âme brisée par l’injustice du monde. Ce qu’on a plus qu’adoré dans sa personnalité, c’est cette dualité entre fragilité et force. Elle est forte et courageuse. L’auteure arrive parfaitement à nouer ces deux caractères contradictoires ensemble pour former une Violette brisée par la vie, mais qui ne laisse pas cette vie décider pour elle. Quant à Dean, il est le bad boy par excellence… en tout cas au début. Certes, ce personnage est assez cliqué. Mais au final, on a adoré découvrir l’évolution de son personnage au fur et à mesure des pages. On découvre au fil des chapitres qu’il n’est pas ce que l’on pense et l’auteure a encore une fois réussi à le faire de manière progressive afin qu’on s’attache encore plus à sa personnalité !

Quant à la romance, aussi douce que passionnée, elle a réussi à nous donner envie de rencontrer cet amour-là. Ils se cherchent, se lancent des piques qui font monter la tension entre eux (une très grande tension !) et puis, on a aimé voir cette évolution vers une relation plus douce et tendre. Passant de tensionnelle à tendre, la romance nous emporte dès le début en nous faisant rire, frémir et pleurer. Pour toutes les personnes qui adorent les romances avec des piques, de la tension, des personnages qui se cherchent, foncez !

« – Ça te dit une visite ? proposé-je en désignant du nez le grand bâtiment en face de nous.

– Tu n’acceptes pas souvent « non » pour réponse, je me trompe ?

Je me lève, et elle saisit la main que je lui tends. Je l’approche de moi, et elle me laisse poser mes paumes sur ses hanches. Je plante mon regard dans le sien.

– Jamais. Mais je peux peut-être consentir à faire une exception si tu m’accordes une session privée de danse.

Ses yeux sont plissés. Rieurs. Provocateurs. Elle est prête à relever le défi.

– Mais pas comme vendredi, soufflé-je à quelques centimètres de ses lèvres. Je veux être le seul spectateur, cette fois-ci. Que tu ne sois rien qu’à moi. »

– Laura Gardénia

Comme dit plus haut, nous adorons ce mélange entre romance et intrigue. Ici, notre principale peur avant de commencer la lecture, c’était que la vengeance soit mise en arrière-plan. Et au final, pas du tout ! Nous avons adoré voir le déroulement du plan de vengeance qui a été ficelé par l’auteure du début jusqu’à la fin. Et surtout les dilemmes auxquels l’héroïne doit faire face…

Nous avions très hâte de découvrir la plume de Laura Gardénia et son histoire vu qu’elle avait remporté le prix avec Seriously et Collection &H ! Et on ne peut que dire une chose : elle arrivera à vous envoûter dès les premières lignes ! La plume est addictive et fluide.

𝐍𝐨𝐞̈𝐥 𝐫𝐨𝐲𝐚𝐥 𝐚𝐯𝐞𝐜 𝐥𝐞 𝐩𝐫𝐢𝐧𝐜𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐫𝐞𝐥𝐨𝐮𝐬

« Noël royal avec le prince des relous » est un roman de Cécilia City édité chez Collection &H.

Note I : 🎄🎄🎄🎄,75/5

Note H : 🎄🎄🎄🎄/5

♦ Résumé :

Et (pas) merci pour le cadeau empoisonné !

Pour Eryn, c’est Noël avant l’heure : elle vient de remporter la dernière édition de la célèbre émission Christmas Déco et, en prime, se voit proposer un contrat avec la prestigieuse famille royale du Perlat ! Sa mission ? Sauver et moderniser la célébration nationale des fêtes de fin d’année suite au désistement du précédent décorateur. Une occasion en or pour sa carrière ! À un détail près… le prince Chamberlain De Chastonet. Si elle savait déjà via la presse à scandale que ce dernier brillait par son sale caractère et ses caprices, Eryn avait clairement sous-estimé sa capacité de nuisance. Car en plus de se montrer odieux l’héritier de la Couronne redouble d’inventivité et ne recule devant aucun coup bas pour la pousser à bout et saboter son travail. Qu’il soit prince ou pas, Eryn ne se laissera pas impressionner par sa gueule d’ange… ni charmer d’ailleurs !

♦ Avis :

Avec cette lecture, nous déclarons la saison de Noël et des romances de Noël ouverte ! Et quoi de mieux pour débuter qu’une romance ennemies-to-lovers avec l’univers de Noël (décos de Noël, etc.) sans non plus en avoir trop ni pas assez ! Cécilia City a réussi à nous offrir une romance à la fois belle, douce et pimentée tout en incrustant l’univers des fêtes de fin d’année.

Eryn est une femme passionnée par les décorations. Dans le roman, dès le début, on fait face à son caractère déterminé. En effet, elle veut gagner l’émission de décoration. L’auteure nous développe donc, une femme avec du caractère et surtout qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Et vous savez qu’on adore cette personnalité chez les héroïnes de romance. Et puis, elle est pétillante, souriante (on le sent à travers les descriptions de l’auteure) et n’a pas sa langue dans sa poche ! Pour ce qui est de Chamberlain, quoi dire à part que l’auteure arrive à rendre son sale caractère et son arrogance, plus que charismatique ? Ce qui nous a aussi beaucoup plus, c’est son évolution au côté de Eryn. L’auteure le rend au fur et à mesure de l’histoire, plus complexe. Il n’est pas seulement arrogant, il est aussi attentionné et prêt à aider.

« – Vous ne pouvez pas me manquer de respect comme cela s’est produit la nuit dernière. Je ne vous permets pas, Eryn.

– Ce n’est pas grave. Je n’ai pas besoin de votre autorisation.

– Quelle insolence ! riposte le grand blond.

– Tiens, un second point commun ! »

– Cécilia City

Vu tous les articles sur le prince Chamberlain à propos de son sale caractère, on se doute que la rencontre entre Eryn et lui ne sera pas toute rose. Et on a juste adoré découvrir les piques qu’ils se lancent. On a beaucoup aimé ce développement de haine « je veux que tu partes » à un amour, une relation douce avec une connexion très forte. Et puis, l’univers noëlesque offre une touche encore plus magique à cette romance.

Enfin, la plume de l’auteure est très jolie ! Elle est envoûtante et surtout, très addictive ! Cette romance se classe parmi une de nos préférées dans les romances de Noël. En effet, entre romance, univers noëlesque et un petit soupçon d’intrigue et de révélations, on a adoré dévorer ce roman !

𝐀 𝐝𝐞𝐚𝐥 𝐰𝐢𝐭𝐡 𝐭𝐡𝐞 𝐝𝐞𝐯𝐢𝐥

« A deal with the devil » est un roman de Elizabeth O’Roark édité chez Collection &H.

Note :⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Toujours bien lire les petites lignes du contrat…

Jamais Tali n’aurait imaginé travailler un jour pour un homme aussi odieux (et sexy) que Hayes Flynn, le chirurgien esthétique le plus recherché de Los Angeles. L’ami qui l’a recommandée avait bien tenté de la mettre en garde, mais il n’avait pas mentionné que travailler au domicile de Hayes Flynn impliquait de le voir dès le matin au saut du lit, répondre à tous ses caprices et mettre à la porte ses conquêtes d’un soir (en tâchant de deviner leur prénom). Alors, aucun risque qu’elle déroge à la sacro-sainte règle de ne jamais coucher avec son boss ! D’ailleurs, elle méprise tellement son attitude désinvolte de séducteur qu’elle est incapable de prendre sur elle, et ils n’arrêtent pas de se disputer. Heureusement qu’ils se détestent car elle doit bien avouer que Hayes a un charme indéniable. Le genre de charme qui électrise tout son corps et lui donne des idées tout à fait déplacées…

♦ Avis :

Vous savez ce genre de livres qui, aux premiers abords, ne vous tentent pas spécialement des masses, mais que vous êtes quand même intrigués ? Et puis, vous vous dites « heureusement que je l’ai découvert sinon j’aurais pu passer à côté de cette excellente lecture ». C’est ce qui nous est arrivées avec « A deal with the devil ». Le côté boss-employée n’étant pas dans des bureaux nous avait fait hésiter, mais finalement quelle romance !

Nous faisons la rencontre de Tali, qui est une femme qui ose. C’est cet aspect de sa personnalité qui nous a convaincues. Elle est forte, ne se laisse pas marcher sur les pieds, et surtout elle n’a pas sa langue dans sa poche, ce qui évidemment crée des étincelles entre les deux personnages. Cependant, elle a aussi un côté introverti : une femme brisée qui n’a plus confiance en la gent masculine. L’auteure a su nous attacher à elle de par ses deux personnalités bien différentes, mais qui se complètent à merveille. Puis, nous avons Hayes. On pourrait avoir le même boss ? On a complètement adhéré à sa personnalité charismatique, mais surtout à son côté touchant. Nous avons également trouvé l’évolution de ce personnage impressionnante ; on remarque l’ouverture de sa personnalité face à Tali.

« Hayes : Vous êtes réveillée ?

Moi : Laissez-moi deviner…femme inconsciente dans votre lit, merci de venir creuser une tombe.

Hayes : Non, ça, c’est plutôt un message de 3 heures du matin. Le barman ici est un crétin. Quelle est la boisson la plus énervante qu’on puisse commander ?

Moi : On l’appelle le Hayes. En tout cas, moi, c’est ce qui m’énerve le plus. »

– Elizabeth O’Roark

Dès que nous ouvrions le roman, nous ne pouvions que rire et frémir face aux échanges entre les deux personnages. Leurs discussions et piques sont hilarantes tout en mêlant également de la sensualité. L’auteure arrive à nous construire parfaitement un slowburn passant de piques acerbes à des piques sensuelles jusqu’à ce que tous les deux cèdent. Des étincelles devenues de l’amour, de la haine devenue passionnante. On a réellement été envoûtées dans ce duo, dans cette danse de haine et de passion !

Comme dit plus haut, nous craignions le côté boss-employée puisque ce n’était pas dans un bureau, mais plutôt à la maison du boss que l’histoire se déroulait. Et finalement, on a juste trouvé ce côté totalement original. L’auteure a réussi à rester dans ce trope tout en innovant et en ajoutant ce cocon plus sensuel.

En bref, foncez découvrir cette romance qui vous fera rire et frémir ! De plus, la plume de l’auteure est parfaite ; elle nous envoûte dès la première ligne.

𝐌𝐲 𝐚𝐫𝐫𝐨𝐠𝐚𝐧𝐭 𝐤𝐧𝐢𝐠𝐡𝐭

« My arrogant knight » est un roman de Ashley Jade édité chez Collection &H.

Note :⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Il a parié qu’il la séduirait. Elle va lui montrer qui mène vraiment le jeu…

Sportif, diaboliquement sexy, riche et sans scrupule, Cole règne en maître sur le lycée d’élite de la Royal Hearts Academy. Personne ne soupçonne que sous cette façade il cache une blessure profonde… Personne, sauf Sawyer Church, cette fille trop sage qui l’attire irrésistiblement. Aussi, quand son pire ennemi le met au défi, devant tous ses coéquipiers, de prendre la virginité de Sawyer, il hésite, mais se sent coincé. S’il veut tenir sa réputation – et garder sa Ferrari – il a maintenant six mois pour séduire Sawyer…

Quand Sawyer entend Cole accepter ce pari révoltant, elle est furieuse. Elle a beau savoir que Cole est un enfoiré de première, elle avait la faiblesse de croire qu’il la respectait un minimum, voire qu’il ressentait lui aussi ce lien troublant entre eux, depuis le baiser qu’ils ont échangé un soir. Elle se trompait. Il la prend pour une fille crédule et innocente ? Tant mieux : elle va se faire un plaisir de le détromper et de lui imposer ses propres conditions…

♦ Avis :

« Comment se fait-il que les mensonges soient si beaux et la vérité si laide ? »

On avoue qu’on a complètement craqué pour la couverture, le résumé plus qu’alléchant et l’univers du campus. Seulement, en l’ouvrant, on a été frappées par cette histoire parce qu’elle représente bien plus que tout cela… Si au début, on a dû mal à nous plonger dedans, passées les 70 premières pages, on a complètement dévoré ce roman.

Encore une fois, avant la relation, on a d’abord succombé aux personnages. Sawyer et Cole nous ont fait passer par des milliers d’émotions différentes et contradictoires. Ils nous ont fait trembler, pleurer, rire et tombées amoureuses. Réussir à faire ça, c’est déjà incroyable. Sawyer nous a épatées et touchées par son authenticité, son aplomb, son sarcasme, son courage, ses défauts, ses faiblesses, son manque de confiance en elle par moments, mais surtout on la remercie pour les leçons qu’elle donne à la société de manière générale. Cole, quant à lui, peut paraitre arrogant – il l’est –, sûr de lui, courageux, mais au fond, c’est un homme resté bloqué par le passé. Cet homme que la vie a balayé nous a charmées et plus que par son charisme, par sa force et sa faiblesse en même temps. L’auteure le dit elle-même, elle ne nous présente pas des personnages parfaits…loin de là, ils sont parfaitement imparfaits. Mais grâce à eux, grâce aux leçons qu’ils apprennent eux-mêmes, l’auteure nous fait passer des messages.

« – Je n’ai pas de temps à perdre avec tes jeux idiots, Cole. Laisse-moi sortir.

– Ce n’est pas un jeu.

– Alors c’est quoi ?

– Moi, sous mon vrai jour. (Mon souffle se bloque quand il pose ma main sur son cœur qui bat à tout rompre.) Mais je dois t’avertir : il fait sombre à l’intérieur. »

– Ashley Jade

La relation entre Cole et Sawyer se joue à travers une évolution de chacun et un fake-dating. Autant vous dire que le sarcasme de Sawyer et l’arrogance de Cole font des étincelles ensemble. On a du mal à poser des mots sur cette relation parce qu’elle est aussi belle que contradictoire : elle a des airs de douceur et de tendresse, mais en même temps, les piques entre nos personnages la rendent explosive. C’est un succulent mélange de douceur et d’explosion. Enfin bref, on a adoré cette romance. De plus, on a vraiment beaucoup aimé l’univers du campus et on a réussi à vraiment imaginer chaque scène alors qu’il y a très peu de description.

Enfin, un des plus gros points positifs de l’histoire, ce sont les leçons qu’on en tire. On s’est pris de véritables claques en lisant ce roman. L’auteure met en avant un point qui ne va pas dans la société et de manière générale, le regard des autres. Le jugement des autres. Le jugement sur les personnes rondes. On ne compte pas s’étendre parce que pour comprendre à quel point, c’est frappant et authentique, il faut lire ce roman…alors bonne future lecture !

« – Que veux-tu, Colton ?

Le supplice pur qui crispe son visage s’enroule autour de mon cœur et le comprime.

– Quelque chose que je ne pourrai jamais avoir…sous peine de l’anéantir. »

– Ashley Jade

𝐍𝐨𝐭 𝐚 𝐬𝐚𝐢𝐧𝐭

« Not a saint » est un roman de Danielle Lori édité chez Collection &H.
Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

L’aimer, c’est trahir son clan

Nicolas Russo. Le nouveau prince de la mafia new-yorkaise, le jeune loup qui fait trembler les clans rivaux. Sombre, magnétique, il est capable d’abattre un homme de sang-froid au beau milieu d’une réunion de famille… et il va bientôt entrer dans celle d’Elena. Elle s’est toujours méfiée de celui qui aurait dû être son fiancé ; en tant que fille aînée du clan Abelli, leur union était tout indiquée, mais son père ne lui a pas pardonné le scandale qu’elle a provoqué quelques mois plus tôt. Alors, Nicolas va épouser sa sœur – qui, elle, en aime un autre. Au fond, c’est aussi bien : dans un milieu où les règlements de comptes émaillent le quotidien, qui voudrait se lier à celui qui gouverne ? Oui, Elena en est convaincue, c’est mieux ainsi et elle va pouvoir regagner le respect de son clan et de son père. Pour cela, il faut juste qu’elle évite de croiser le regard d’acier de Nicolas. Un regard qui réveille en elle une passion dévorante, bien plus dangereuse que ce monde violent dans lequel elle a grandi…

♦ Avis :

Autant on adore lire, autant il est assez rare qu’un livre arrive à nous faire lire pendant toute une journée, sans penser à rien d’autre. « Not a Saint » rejoint ces livres rares, ces pépites qui nous font vibrer pendant plus de 24h. Ces livres qui nous entrainent et qui ne sortent pas de nos pensées, tellement on est accrochées à cette relation, à cet univers et à ces personnages.

Mafia. Mariage arrangé. Contrat. Tension. Alchimie. Si on devait écrire une chronique de 6 mots, ce serait ceux-là parce qu’ils représentent tellement bien l’histoire. Mais on va tenter d’expliquer ces 6 mots du mieux qu’on peut parce qu’on veut absolument vous convaincre de lire ce roman. De vivre un moment hors du temps, comme nous l’avons vécu.

Elena et Nicolas. Deux personnages aux tempéraments bien différents. En effet, Elena est surnommée la « Douce Abelli » parce qu’elle est gentille, elle ne veut jamais contre personne…sauf Nicolas. Devant lui, sa fougue surgit et elle n’arrive qu’à le détester…tout en étant attirée par lui. Elena est la précieuse fille Abelli, famille de haut nom surtout dans le monde illégal. Pour être honnêtes, nous avions peur de trouver une femme trop « terne », mais on a été surprises de l’adorer, autant son côté « droite dans ses bottes » que sa fougue envers Nicolas. Quant à Nicolas, c’est tout simplement le contraire d’Elena. Il est brutal, fougueux, presque mauvais, a un charme insolent et surtout, est un prince de la mafia new-yorkaise. Il tue sans problème pour atteindre ses objectifs et bientôt il tuera pour Elena. Pour acquérir celle qui est sienne. Bien que Nicolas soit froid et brute, il nous a conquises. Il nous a totalement charmées, on veut également un Nicolas. En fait, ce qui nous a d’autant plus plu, c’est le fait qu’il reste aussi brutal, aussi autoritaire tout au long du roman, même s’il y a une petite touche de douceur avec sa bien-aimée.

« – J’ai dit que je ne te ferai pas de mal, Elena, mais si j’apprends que tu as touché un autre homme, rien dans ce monde ne pourra le sauver. »

– Danielle Lori

Honnêtement, on a tenté de trouver un terme qui conviendrait pour nommer la relation entre Elena et Nicolas. Et on en est arrivées à la conclusion qu’on ne peut pas mettre d’étiquettes ou de nom à leur relation parce qu’elle est juste incroyable. Pépite. Passionnelle. Ce n’est absolument pas une évidence, mais c’est également au-dessus d’une simple romance amour-haine. C’est réellement une romance passionnée, fougueuse et puissante qui débute par une tension entre eux puisqu’ils ne se supportent que très peu et par une attirance physique niée des deux côtés. Il y a peu de romance qui arrive à maintenir une tension passionnelle entre deux personnages, eh bien, Danielle Lori a réussi cela et haut la main puisqu’ils ne nous offrent pas une seule seconde de répit. Nos cœurs battent, nos corps se chauffent, la tension monte crescendo et on arrive à une explosion.

Pour terminer, il y a peu de romans qui font qu’on a envie de nous agenouiller devant vous et de vous supplier de lire cette pépite. Not a Saint est évidemment un de ces romans parce qu’on veut que vous puissiez découvrir la puissance de leur relation et de la tension émanant d’eux deux. Notre question à présent : quand les autres tomes (spin-off) seront traduits ?

𝐓𝐡𝐞 𝐟𝐨𝐫𝐞𝐯𝐞𝐫 𝐦𝐚𝐫𝐤𝐞𝐝, 𝐋𝐞 𝐩𝐫𝐢𝐧𝐜𝐞

« The forever marked » est une saga de Jay Crownover éditée chez Collection &H.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Elle avait tiré un trait sur lui… jusqu’à ce qu’il surgisse devant sa porte

Ryier ne connaît pas l’échec. Populaire, sportif, avec son charisme de star hollywoodienne et son physique de rêve, tout lui réussit. Alors, quand il se fait soudainement larguer, son monde s’effondre. Sans réfléchir, il roule toute la nuit jusqu’au Texas pour se réfugier chez Bowe, son amie d’enfance si différente de lui. Cool, rebelle et artiste, Bowe n’a besoin de l’approbation de personne. Il la connaît depuis toujours, et même si elle refuse de lui parler depuis leur dérapage, en cet instant, elle est la seule qui puisse l’aider à ne pas sombrer.

Bowe est sous le choc quand elle trouve Ryier sur son palier. Lui, le mec sans faille ni faiblesse, est dans un sale état. Mais pourquoi venir la voir elle ? Il lui a brisé le cœur il y a des années sans même s’en rendre compte, et, maintenant qu’elle a enfin tourné la page, il faudrait qu’elle le console ? Seulement voilà, c’est la première fois qu’il se montre tel qu’il est, sous son masque de mec parfait. Alors, même si c’est risqué, elle accepte de l’héberger. Après tout, quel danger y a-t-il à le laisser rester quelques jours ?

♦ Avis :

Nous avons découvert les trois premiers tomes des Marked Men, il y a quelques semaines et de manière générale, on a beaucoup aimé l’univers, les relations et les histoires aussi différentes soient-elles. On avait donc hâte de nous plonger dans l’histoire des enfants. Dans ce tome-ci, on retrouve le fils de Rule et la fille de Jet. Cependant, ce livre peut être lu de manière totalement indépendante !

Pour être totalement honnêtes, on a été – positivement – surprises par les personnages. Ry Archer est un personnage en or. Pour une fois, nous avons une histoire qui commence par le cœur brisé d’un homme et une histoire qui se centre davantage sur le personnage masculin. On trouve que ça donne un autre relief, un autre point de vue à cette histoire. Ry Archer est un homme qui veut faire plaisir à tout le monde – à ses propres dépens –, qui ne voit que le bien partout – sauf chez Bowe –. Quant à Bowe, c’est une femme gentille, bienveillante, mais on remarque directement son tempérament de feu qui se cache derrière sa gentillesse. Il ne faut pas abuser avec elle parce qu’elle sait vous remettre à votre place. Cela va sans dire que nous avons directement remarqué les étincelles qui pétillaient entre Ry Archer et elle. Jay Crownover nous présente donc deux personnages uniques et originaux.

« – Et je pense que nous savons tous les deux que même si tu m’as assuré que tu ne tirerais pas un trait sur moi après ça, ce n’est pas une promesse que tu as l’intention de tenir. Déteste-moi autant que tu veux, Bowe. Mais je t’interdis de m’oublier. »

– Jay Crownover

Quant à la romance, on a énormément aimé le fait qu’ils se connaissent déjà, qu’ils ont un certain vécu et des soucis à régler. La romance se développe tranquillement et est toute mignonne. On doit cependant, dire qu’on s’attendait à une romance plus mordante et moins « facile » au vu de leur début de relation.

Pour terminer, il nous semble important de parler d’un point qui nous a énormément plu. En effet, au-delà de la romance, ce qu’on retient vraiment de cette histoire, c’est plutôt toute sa morale, toute cette leçon autour de l’avenir. Jay montre qu’on avance tous à un rythme différent, à notre rythme et il n’y a pas de mal d’être parfois un peu perdu pour mieux se retrouver après. On ne peut pas prévoir ce que la vie va nous réserver : tout peut aller comme on l’avait prédit, mais tout peut aussi changer du jour au lendemain. Et puis, la dernière morale : on est tous suffisamment unique alors ça ne sert à rien d’essayer d’être quelqu’un d’autre. Mais on pense que Ry Archer et Bowe ainsi que leurs parents vous en parleront mieux que nous…

𝗪𝗶𝘁𝗰𝗵 𝗚𝗮𝗺𝗲𝘀

« Witch Games » est un roman de Shana Lyès édité chez Collection &H.

Note :  ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Elle a trouvé l’amour et elle fera tout pour ne pas le perdre… au risque de trahir son clan.

Ne jamais tomber amoureuse. Jusqu’à aujourd’hui, Freïa avait toujours réussi à respecter cette règle. Pour ça, il lui suffisait de se limiter à des histoires sans lendemain et, accessoirement, d’effacer la mémoire de ses conquêtes. C’est d’ailleurs exactement ce qui était prévu avec Lionel, ce brun ténébreux aux allures de mauvais garçon qui l’a secourue dans le métro alors qu’elle faisait un malaise. Si elle avait su que son sortilège d’amnésie ne fonctionnerait pas sur lui, elle n’aurait jamais pris le risque de le revoir, et encore moins de passer la nuit entre ses bras tatoués… Or, il y a pire que de tomber amoureuse : tomber amoureuse d’un humain. Cela reviendrait à trahir ses sœurcières, ses parents… et son destin. Car, pour la survie de sa lignée, Freïa est déjà promise à un puissant sorcier.

♦ Avis :

Depuis que Collection &H a annoncé la sortie de leur première romance fantastique, il nous tardait de la découvrir ! En plus, cette couverture est juste magnifique, cela ne pouvait qu’attiser notre curiosité ! Au final, on a énormément aimé l’aspect fantastique. Par contre, on a été moins convaincues par la romance assez rapide.

Ce qui nous a le plus plu dans ce roman, c’est cette dualité entre astrologie et sorcellerie. En effet, Shana Lyès nous mêle l’astrologie comme par exemple, les signes astrologiques avec la sorcellerie qui donne une atmosphère d’autant plus mystérieuse. De plus, au-delà de cet aspect, l’auteure arrive à nous plonger au cœur des rituels, des rites des sorcières. Les descriptions sont développées à tel point que nous nous demandons si l’auteure ne ferait pas partie d’un clan 👀 On pourrait croire en l’existence de ces clans de sorcières ! Dès le début, l’auteure plante le décor et l’ambiance secret autour de ces sorcières et clans. Seulement si le début de l’histoire se centre sur toute cette installation, on a trouvé cela dommage que toute l’action de l’histoire se déroule dans les 100-150 dernières pages.

Pour ce qui est des personnages, on a adoré voir ce changement chez Freïa qui au début, est réfractaire, ne veut pas outrepasser les règles qu’elle s’est imposées. Mais peu à peu, l’auteure arrive à nous faire comprendre que l’héroïne décide de changer pour vivre plus intensément. On a vraiment beaucoup aimé ce côté-là. En plus, l’héroïne se démarque de ce qu’on connait grâce à sa mauvaise maitrise de la magie. Cependant, on aurait aimé voir le personnage féminin plus dynamique ; le fait que toute l’action se déroule à la fin du roman joue également sur le fait que l’histoire manque quelque peu d’actions, de dynamisme dans le début et que donc, l’héroïne paraisse moins « vivante ».

En ce qui concerne la romance, on a eu beaucoup de mal. En effet, nous avons eu du mal à nous attacher à cette relation amoureuse qui se développe trop rapidement, selon nous. L’auteure a voulu davantage montrer en profondeur les mois après la rencontre, comment un couple survit aux obstacles et c’est un choix original ! Cependant, on aurait apprécié avoir plus de développement dans le début de la relation pour que le changement de comportements des personnages soient moins brutes, qu’on puisse rêver de cette relation, qu’il y ait ces petites étincelles du début. Cela aurait également pu nous aider à nous attacher davantage aux personnages.

« – […] est-ce que ça changerait quelque chose pour toi que je sois bel et bien une sorcière ?

[…]

– Freïa, bien sûr que tu es une sorcière, puisque tu m’as ensorcelé. »

– Shana Lyès

Enfin, il s’agit du premier roman de Shana Lyès et on a beaucoup accroché avec la plume ! D’ailleurs, on a bien aimé cet aspect original du langage avec des termes belgicismes qui rendent l’histoire d’autant plus réaliste puisqu’elle se déroule en Belgique (choix très original d’ailleurs !).