𝐐𝐮𝐞𝐞𝐧 𝐁𝐞𝐞

« Queen Bee » est un roman de Gaïa Alexia édité chez Hugo New Romance.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Depuis quelques mois, Henri n’est plus que l’ombre de lui-même. Gendarme, il assure sans entrain ses gardes de nuit dans un petit village au nord de Paris, jusqu’à ce qu’une disparue ressurgisse dans sa vie avec perte et fracas.

Comment Joana Mancini a-t-elle pu être déclarée morte et enterrée des années plus tôt alors qu’elle se tient face à lui ? Et comment peut-elle être aussi irrésistiblement insupportable ?

Joana est bien vivante. Plus que ça, même. Elle est la reine des abeilles, cette Instagrammeuse star, qui enchaîne placements de produits et soirées VIP, coupes de champagne et toasts au caviar. Si son sourire est toujours intact face à l’objectif, en off, la réalité est moins reluisante. Joana fuit : son passé, les problèmes, l’amour..

♦ Avis :

Nous n’avions jamais lu de livres de Gaïa et pourtant, nous en avons dans notre PAL. Finalement, c’est avec Queen Bee et Adopted Love que nous avons découvert sa plume et ses histoires.

Joana, alias Queen Bee est un personnage solaire pour qui nous avons eu un réel coup de cœur. Avec son petit air enfantin, elle nous a fait beaucoup rire avec son humour très drôle et avec son caractère bien trempé. C’est un des rares personnages qui arrivent à nous faire rire tout le long du roman ! De plus, nous avons trouvé l’idée d’instagrammeuse très originale ! Elle est aussi touchante de par son histoire, mais vraiment, le côté badass, rebelle et drôle nous a beaucoup plus marquées. Quant à Henri, comment ne pas craquer pour cet homme qui est le bookboyfriend idéal ? Nous avons adoré découvrir son caractère, mais surtout ses failles qui nous ont beaucoup touchées. Il est gendarme du village et sans vraiment pouvoir l’expliquer, on a trouvé que ça lui allait parfaitement : ça lui ajoute une touche de virilité et ça lui confère presque un rôle protecteur envers Joana qu’on a adoré et qui nous a fait fondre.

Pétillante. Drôle. Mignonne. Ces trois décrivent à merveille la relation entre les deux personnages. Nous ne pouvions qu’adhérer à cette romance toute mignonne avec leurs piques hilarantes (Gaïa, pour avoir écrit cette histoire, tu dois avoir un humour exceptionnel !). Le fait qu’on débute sur un ennemies-to-lovers nous a conquises ; les deux personnages ne peuvent réellement pas se voir en peinture, mais leur relation va évoluer et quelle évolution ! On a vraiment remarqué la complicité entre les deux qui se créent petit à petit. On ne peut pas imaginer Queen Bee sans Henri, à présent. Bref, vous l’aurez compris, cette relation est exceptionnelle et explosive.

« – Il se passe que…je suis vraiment la meuf la plus stupide de cette planète. Mais je suis pas certaine de vouloir te raconter…

– T’inquiète, j’ai laissé mes menottes au poste.

Un petit rire m’échappe.

– Dommage ! Tout le reste de notre nuit tombe à l’eau du coup, répliqué-je en le faisant rire.

– S’il s’agit de t’attacher, on peut s’arranger ! entre-t-il dans mon jeu. »

Gaïa Alexia

Pour ce qui est de l’intrigue, nous avons rapidement compris que Gaïa Alexia aime l’humour, mais qu’elle ne peut s’empêcher d’ajouter sa petite touche d’intrigue. Nous avons adoré découvrir pourquoi Joana est considérée comme morte et tout le passé de chaque personnage qui les rend réalistes. Celui de Henri nous a le plus plu car ce passé rend ce personnage d’autant plus touchant.

Comme dit plus haut, c’est la première fois que nous découvrions la plume de Gaïa et nous n’avons pas été déçues. Ayant lu Adopted Love T1 (chronique à venir), nous voyons une amélioration de la plume qui la rend plus fluide et plus addictive.

Publicité

𝐋𝐚 𝐫𝐨𝐦𝐚𝐧𝐜𝐞 𝐩𝐫𝐞𝐬𝐪𝐮𝐞 𝐩𝐚𝐫𝐟𝐚𝐢𝐭𝐞 𝐝’𝐮𝐧𝐞 𝐚𝐜𝐜𝐫𝐨 𝐚̀ 𝐍𝐨𝐞̈𝐥

« La romance presque parfaite d’une accro à Noël » est un roman de Laura S. Wild édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Entre l’accro à Noêl et un sceptique des fêtes, y a-t-il de la place pour une romance (presque) parfaite ?

Zoé est passionnée par Noël, à tel point qu’elle a décidé d’en faire son métier en créant son entreprise d’événementiel. Sa mission ? Répandre la magie des fêtes partout où elle passe et créer des décors féériques pour ses clients…

Mais, accaparée par son travail, Zoé néglige depuis quelque temps les moments en famille. Elle décide donc de prendre de bonnes résolutions : cette année, elle va déléguer, s’accorder des vacances et retourner dans sa ville natale pour passer du temps avec les siens. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est d’embarquer Ethan dans ses bagages…

Pour ce journaliste, Noël n’est qu’une fête de plus, à laquelle on accorde bien trop d’importance. Alors, quand le magazine qui l’emploie lui demande de rédiger un article sur Zoé et son entreprise, il se retrouve bien malgré lui embarqué dans un tourbillon de décorations, de sapins et de pâtisseries en compagnie de la jeune femme et de sa famille aussi mordue qu’elle. Entre l’accro à Noël et un sceptique des fêtes, y a-t-il de la place pour une romance (presque) parfaite ?

♦ Avis :

Vous aimez Noël et toute l’ambiance qui va avec ? Ce livre ne vous fera que l’aimer davantage et vous donnera envie de déjà le fêter.

Vous détestez Noël ou vous être plutôt indifférent à cette atmosphère ? Laura S.Wild vous fera succomber à cette ambiance chaleureuse, elle vous donnera envie de fêter Noël avec ses roulés à la cannelle et avec les boissons hivernales à la version de M. Reynolds.

Vous l’aurez compris, Laura S.Wild nous a complétement conquises avec sa romance de Noël à la fois sans prise de tête et chaleureuse. Elle nous présente d’un côté, l’accro à Noël, Zoe, aussi solaire que noëlesque, Zoe a réussi à nous faire rire et à nous emballer dans toute sa frénésie pour cette fête. On a également adoré son travail des plus originaux et l’auteure a réussi à vraiment bien décrire en quoi cela consiste et de quelle manière ça l’anime. Si jamais, il lui manque une ou deux employé.es dans son entreprise, on est là, @ ! Puis, de l’autre côté, on a le Scrooge, alias Ethan, ou encore le mec le plus indifférent à Noël. Ethan nous a touchées, ne nous a pas laissé totalement indifférentes. C’est un homme charismatique avec beaucoup d’enthousiasme sur son avenir, mais c’est avant tout, une personne bienveillante. On a énormément aimé le fait qu’on voit bien l’évolution de son ressenti vis-à-vis de Noël grâce aux Reynolds et à Zoe. On est également obligées de vous parler de la famille des Reynolds, une famille de rêve. C’est exactement le genre de famille à laquelle on rêve quand on aura nos enfants, etc. Pouvoir se réunir comme eux, surtout pour organiser et fêter un Noël noëlesque et chaleureux.

« – C’est une ville accueillante, cela ne fait aucun doute, me répond-il.

– Mais encore ?

– Eh bien, je n’en ai vu que ce que vous avez bien voulu me montrer, mais j’admets qu’elle a quelque chose…Cela dit, elle est définitivement trop…comment vous dites déjà ? « Noëlesque », c’est bien ça ?

– Effectivement. Et je ne suis pas étonnée que ma ville ne vous corresponde pas. Vous êtes trop…scroogesque. »

Laura S.Wild

Quant à la romance, il faut déjà comprendre qu’on est dans une romance de Noël. La relation entre les deux personnages ne se développe peut-être pas autant qu’une new romance « pure », mais on l’a trouvé tellement douce et pleine de paillettes. La romance se développe lentement dans la bonne humeur, dans les préparatifs de Noël, dans la mission de faire changer d’avis Ethan à propos de Noël. On a adoré la relation d’abord, un peu chaotique entre Ethan et Zoe ; puis la relation pleine de tendresse qui s’est développée entre eux.

Parlons également du décor ! Snowflakes Garden est la ville natale de Zoe et autant vous dire qu’on aurait adoré la voir en vrai. Laura S.Wild nous décrit avec brio les décorations plus belles et imposantes les unes que les autres. C’est bien plus qu’une saison, qu’une fête, qu’un village décoré, c’est toute une ambiance, un état d’esprit qui anime les habitants et la ville tout entière. 

En bref, on vous conseille de prendre un bon chocolat chaud, de vous couvrir dans un plaid et de vous laisser vivre ce téléfilm à la Laura S.Wild en compagnie des Reynolds.