𝐀 𝐝𝐞𝐚𝐥 𝐰𝐢𝐭𝐡 𝐭𝐡𝐞 𝐝𝐞𝐯𝐢𝐥

« A deal with the devil » est un roman de Elizabeth O’Roark édité chez Collection &H.

Note :⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Toujours bien lire les petites lignes du contrat…

Jamais Tali n’aurait imaginé travailler un jour pour un homme aussi odieux (et sexy) que Hayes Flynn, le chirurgien esthétique le plus recherché de Los Angeles. L’ami qui l’a recommandée avait bien tenté de la mettre en garde, mais il n’avait pas mentionné que travailler au domicile de Hayes Flynn impliquait de le voir dès le matin au saut du lit, répondre à tous ses caprices et mettre à la porte ses conquêtes d’un soir (en tâchant de deviner leur prénom). Alors, aucun risque qu’elle déroge à la sacro-sainte règle de ne jamais coucher avec son boss ! D’ailleurs, elle méprise tellement son attitude désinvolte de séducteur qu’elle est incapable de prendre sur elle, et ils n’arrêtent pas de se disputer. Heureusement qu’ils se détestent car elle doit bien avouer que Hayes a un charme indéniable. Le genre de charme qui électrise tout son corps et lui donne des idées tout à fait déplacées…

♦ Avis :

Vous savez ce genre de livres qui, aux premiers abords, ne vous tentent pas spécialement des masses, mais que vous êtes quand même intrigués ? Et puis, vous vous dites « heureusement que je l’ai découvert sinon j’aurais pu passer à côté de cette excellente lecture ». C’est ce qui nous est arrivées avec « A deal with the devil ». Le côté boss-employée n’étant pas dans des bureaux nous avait fait hésiter, mais finalement quelle romance !

Nous faisons la rencontre de Tali, qui est une femme qui ose. C’est cet aspect de sa personnalité qui nous a convaincues. Elle est forte, ne se laisse pas marcher sur les pieds, et surtout elle n’a pas sa langue dans sa poche, ce qui évidemment crée des étincelles entre les deux personnages. Cependant, elle a aussi un côté introverti : une femme brisée qui n’a plus confiance en la gent masculine. L’auteure a su nous attacher à elle de par ses deux personnalités bien différentes, mais qui se complètent à merveille. Puis, nous avons Hayes. On pourrait avoir le même boss ? On a complètement adhéré à sa personnalité charismatique, mais surtout à son côté touchant. Nous avons également trouvé l’évolution de ce personnage impressionnante ; on remarque l’ouverture de sa personnalité face à Tali.

« Hayes : Vous êtes réveillée ?

Moi : Laissez-moi deviner…femme inconsciente dans votre lit, merci de venir creuser une tombe.

Hayes : Non, ça, c’est plutôt un message de 3 heures du matin. Le barman ici est un crétin. Quelle est la boisson la plus énervante qu’on puisse commander ?

Moi : On l’appelle le Hayes. En tout cas, moi, c’est ce qui m’énerve le plus. »

– Elizabeth O’Roark

Dès que nous ouvrions le roman, nous ne pouvions que rire et frémir face aux échanges entre les deux personnages. Leurs discussions et piques sont hilarantes tout en mêlant également de la sensualité. L’auteure arrive à nous construire parfaitement un slowburn passant de piques acerbes à des piques sensuelles jusqu’à ce que tous les deux cèdent. Des étincelles devenues de l’amour, de la haine devenue passionnante. On a réellement été envoûtées dans ce duo, dans cette danse de haine et de passion !

Comme dit plus haut, nous craignions le côté boss-employée puisque ce n’était pas dans un bureau, mais plutôt à la maison du boss que l’histoire se déroulait. Et finalement, on a juste trouvé ce côté totalement original. L’auteure a réussi à rester dans ce trope tout en innovant et en ajoutant ce cocon plus sensuel.

En bref, foncez découvrir cette romance qui vous fera rire et frémir ! De plus, la plume de l’auteure est parfaite ; elle nous envoûte dès la première ligne.

Publicité