𝐁𝐥𝐚𝐜𝐤 𝐒𝐭𝐚𝐢𝐧

« Black Stain » est une saga de Aurore Payelle publiée chez Plumes du web.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Se retrouver au mauvais endroit. Au mauvais moment…

Lorsque Lana croise le chemin d’une Ombre, celle-ci lui laisse un souvenir douloureux sur la peau : une tache noire qui s’étend. Elle se nourrit en effet de la peur. Et la peur est un sentiment primitif. Force ou faiblesse, elle est familière à Lana qui, sous ses airs de fille effrontée, sait qu’il n’y a pas que les monstres qui sont capables du pire.

Prise au piège des ténèbres, elle doit se fier malgré elle à Dereck, son bourreau et sauveur taciturne. Lana est désormais sous sa responsabilité.

Amenée de force au Manoir Heaven où la magie règne en maître, elle découvre qu’ici, c’est elle, la créature dangereuse. À chaque nouvelle attaque de l’Ombre, les ténèbres s’emparent un peu plus de la jeune femme, lui conférant un pouvoir incontrôlable et trop puissant pour une simple humaine.

Il ne reste alors qu’une seule solution pour la sauver : s’allier à Dereck, et détruire l’Ombre. Mais la mission se révèle plus compliquée que prévue…

♦ Avis :

Aurore Payelle est une auteure que nous découvrons petit à petit. Alors découvrir sa plume dans un tout autre univers nous intriguait ; de plus, nous étions curieuses de lire le roman ayant gagné le concours PDW. 

Pour être honnêtes, au début de l’histoire, nous avons eu beaucoup de mal à plonger entièrement dans le roman. C’était assez lent et on n’arrivait pas à s’attacher aux personnages. Mais finalement plus on avançait dans l’histoire, et plus on était prises dans ce roman intrigant et mystérieux. Aurore Payelle développe l’intrigue doucement afin de l’ancrer véritablement dans l’histoire et de laisser un mystère planer et envelopper les personnages. C’est pour cela qu’on a préféré et adoré la deuxième partie de l’histoire qui est beaucoup plus intrigante ! Et puis, la fin est incroyable ! On a déjà hâte de pouvoir découvrir tous les rebondissements du prochain tome.

Dereck est froid, glacial, puissant et charismatique. Imbu de lui-même, mais au fond, il prend soin des autres. Puis, on a Lana qui est bienveillante, qui se bat pour survivre, mais qui en même temps ne supporte pas être dirigée par d’autres personnages. On a adoré la personnalité de chacun des personnages qui s’entrechoquent pour créer des étincelles et de la tension entre les deux personnages principaux. Cependant, on aurait aimé avoir un peu plus de développement sur Dereck, à voir si on va pouvoir en apprendre plus sur lui dans le prochain tome !

Parlons à présent de la romance ! Étant des fans du slowburn, nous ne pouvions qu’adorer le développement de la relation entre Lana et Dereck. Un ennemies-to-lovers se transformant petit à petit en une romance qui prend le temps de se développer : c’est tout ce qu’on aime ! Leur relation est intense, pleine de tensions, mais surtout compliquée. C’est justement la partie qu’on a adorée, cette complication. Aurore Payelle développe une romance qui n’est pas évidente et amène donc, des complications aux deux personnages rendant ainsi leur relation intrigante et unique. En tout cas, on a hâte de découvrir le prochain tome pour voir le développement de cette relation.

« – C’est bien ce que je disais. Toi, t’es une hargneuse, murmure-t-il, amusé.

– Tu devrais faire attention, il paraît que je mords aussi, cinglé-je en tirant sur son bras.

– Je te mets au défi d’essayer. Tu perdras à coup sûr, raille-t-il en laissant échapper quelques étincelles bleues. »

– Aurore Payelle

En bref, si vous aimez les romances fantastiques qui prennent le temps de se développer que ce soit au niveau de l’intrigue, de la romance et des personnages, on ne peut que vous la conseiller !

Publicité

𝐆𝐢𝐫𝐥, 𝐒𝐞𝐫𝐩𝐞𝐧𝐭, 𝐓𝐡𝐨𝐫𝐧

« Girl, Serpent, Thorn » est un roman de Melissa Bashardoust édité chez Hugo Stardust.

Note : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Il était une fois une princesse… qui avait reçu la malédiction d’être venimeuse au toucher. Soraya a vécu sa vie cachée, loin de sa famille, dans sa chambre, au dernier étage du palais, ou dans les allées de la roseraie du Golestan. À l’approche de la cérémonie du mariage de son frère jumeau, Soraya doit décider si elle est prête à sortir de l’ombre pour la première fois.

Dans le donjon se trouve un démon qui détient les réponses dont elle a soif, les réponses à sa potentielle liberté.

Et en bas du palais, se trouve un jeune homme qui n’a pas peur d’elle, dont les yeux voient au-delà de la peur, comprennent qui se cachent sous le poison. Soraya pensait savoir où est sa place dans le monde, mais une succession de choix imprévus la conduisent à des conséquences qu’elle n’aurait jamais imaginées. Elle commence alors à se demander qui elle est, qui elle est en train de devenir : humaine ou démon ? Princesse ou monstre ?

♦ Avis :

Comment ne pas avoir envie de découvrir l’histoire en voyant cette couverture sublime ? C’est, en effet, la couverture qui nous a donné envie de plonger dans cet univers. Et pour être honnêtes, il y a beaucoup de points positifs, mais aussi quelques détails qui nous ont dérangées.

Pour commencer, l’univers (il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un young adult) est assez bien développé pour un YA. Les descriptions de l’auteure nous permettent de plonger facilement dans ce monde sans être immergées de détails. De plus, il faut souligner l’originalité de cet univers. Bien que l’auteure s’est inspirée de légendes et de contes, elle réussit à nous créer un univers original avec ses propres rouages.

Quant aux personnages, nous aurions aimé avoir un peu plus de développement, ce qui nous aurait permis de nous attacher plus facilement à eux et de voir cette complexité dans leur personnalité. Cependant, Soraya a été le personnage dont on s’est le plus attachées. En effet, nous ne pouvions qu’avoir de la compassion pour elle. Dès le début, l’auteure nous offre un portrait d’une jeune femme qui baigne dans la solitude et la mélancolie. On a toutefois, aimé sa persévérance et sa détermination. Soraya est également le personnage qui a le plus progressé au fil des pages ; l’auteure nous tisse un fil où cette figure féminine grandit. A la fin du roman, il est clair qu’un changement s’est opéré en elle et il n’est que bénéfique !

« Sa voix s’adoucit en un sourd bourdonnement :

– Je n’ai pas pu résister au désir de te voir en personne.

Il tendit la main, lui passa les doigts dans les cheveux :

– J’avais l’impression de te connaitre, comme si tu étais déjà mienne. N’as-tu pas ressenti la même chose ? »

– Melissa Bashardoust

Un des points qui nous a le plus perturbées est le fait que la romance est quasi inexistante, elle est simplement suggérée. On vous avoue qu’on aurait aimé avoir un peu plus de développement de celle-ci ce qui aurait permis une double intrigue, d’une part l’intrigue du roman et d’autre part, l’intrigue de cette romance naissante.

Enfin, il faut noter que notre partie préférée du roman est la morale que l’auteure développe au fur et à mesure des pages. En effet, Melissa nous peint une femme, Soraya qui est vue par les autres comme un monstre, une personne à ne pas approcher. Bien vite, l’histoire nous apprend qu’il ne faut pas faire attention aux regards des autres, mais plutôt s’accepter soi-même.

En bref, il s’agit d’une histoire avec un fort potentiel, mais qui aurait pu être davantage exploité !

𝐋𝐚 𝐫𝐞𝐢𝐧𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐨𝐦𝐛𝐫𝐞𝐬

« La reine des ombres » est un roman de Tricia Levenseller éditée chez Hugo Stardust (nouvelle collection chez Hugo : fantasy young adult).

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

D’abord, courtiser le Roi des Ombres. Puis l’épouser.

Enfin, le tuer et récuprer son royaume…

Personne ne connait l’étendue des pouvoirs du Roi des Ombres, fraîchement couronné. Certains disentqu’il peut contrôler les ombres qui errent autour de lui et les manipuler à sa guise. D’autres que les ténèbres lui murmurent les secrets de ses ennemis.

Peu importe, Alessandra sait ce qu’elle veut, et rien ne pourra l’emp.cher de mener son plan à la réussite.

Mais la jeune fille n’est pas la seule personne qui cherche à conquérir le trône. Et alors que les attaques envers le Roi se multiplient, elle se retrouve à devoir mettre toute son énergie à le défendre, le temps qu’il puisse faire d’elle sa reine. Car après tout, quoi de mieux pour un roi des ombres qu’une reine perfide et rusée ?

♦ Avis :

Quand Hugo a annoncé l’ouverture de leur catalogue fantasy young adult, on était tellement contentes et impatientes de découvrir leurs parutions. Quand nous avons vu que le premier titre était « La reine des ombres », nous n’avions qu’une seule hâte : le découvrir et plonger dans cet univers. Finalement, on ne regrette absolument pas de l’avoir découvert !

Autant l’objet-livre est exquis, autant l’intérieur l’est tout autant. Le roi des ombres nous a tout de suite conquises par son aura mystérieuse, mais également par la description de ses agissements. L’auteure le rend séduisant juste avec quelques descriptions et c’est ce mystère qui plane autour de lui qui le rend aussi captivant. Pour ce qui est d’Alessandra, on l’adore ! Elle est déterminée à tuer le Roi des Ombres, a une certaine soif de pouvoir, elle sait ce qu’elle veut faire et fait tout pour atteindre son but. En plus, l’auteure nous la décrit comme une femme magnifique et rusée, ce qui lui ajoute du charme. Alessandra est aussi une personne mystérieuse – peut-être pour ça qu’elle va si bien avec le roi des ombres – et originale. Elle n’est pas facile à déchiffrer, mais ça fait tout son charme.

« – Vous êtes le Roi, dis-je, le cœur battant. Chaque homme voudrait être vous.

– Non, chaque homme voudrait être à côté de vous.

– Vous avez dit que je n’étais pas assez belle pour vous tenter.

Il prend sa serviette sur ses genoux, s’essuie les doigts.

– J’ai menti. Vous êtes l’être le plus étonnant qui ait jamais posé les pieds dans mon palais. »

– Tricia Levenseller

Pour ce qui est de la romance, que dire à part qu’on a adoré les dialogues échangés entre les deux personnages, on a adoré suivre leurs comportements l’un envers l’autre, on a adoré suivre cette évolution. L’auteure se concentre davantage sur cette relation que sur son univers fantasy, et ça a fonctionné pour nous ! Elle arrive à mettre en arrière-plan les descriptions de l’univers pour nous laisser savourer cette romance douce, mais explosive. Cette relation d’abord amicale qui va faire naitre des émotions, des sentiments. C’est vraiment un mélange de « La chronique des Bridgerton » et « La Sélection ».

Une histoire fantasy n’en est pas une s’il n’y a pas d’intrigue. Dans ce roman, à côté de la romance, nous suivons une enquête et autant vous dire qu’on n’avait pas du tout deviné la fin du roman. L’auteure nous embarque dans les aventures de ses personnages et elle nous tient en haleine jusqu’à la fin de son récit. On voit bien qu’elle avait tout planifié depuis le début et personnellement, on a été enchantées par la résolution finale qui n’est ni trop simple ni trop difficile.

Pour ce qui est de la plume de l’époque, elle mélange son univers entre un style ancien et un style moderne, et nous avons complétement adhéré à sa plume ! Elle est fluide et addictive ! On espère pouvoir découvrir d’autres de ses romans.

𝐐𝐮𝐞𝐞𝐧 𝐨𝐟 𝐀𝐧𝐚𝐫𝐜𝐡𝐲, 𝐓𝟏

« Queen of Anarchy » est une saga de Océane Ghanem éditée chez Plumes du web.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Un univers post-apocalyptique fantastique mêlé de romance.

Une héroïne badass traquée par un démon.

Une guerre sans merci entre le Bien et le Mal.

***

L’apocalypse s’est déroulée il y a huit ans. Depuis, sur une terre délaissée par Dieu, les monstres chassent à découvert…

Jaime vit dans la partie la plus pauvre du nouveau monde : South Village. Son destin ? Devenir une bonne épouse et enfanter. Mais aucune chance que cela n’arrive. Elle a beau être effrayée, elle est aussi déterminée à intégrer l’armée aux côtés de Keane, son meilleur ami – et la seule personne qu’il lui reste.

Derrière les remparts qui protègent les Cinq Villes, elle va découvrir un monde mortel, malfaisant, qui n’aspire qu’au chaos.

Pourtant, elle le sait, quelque chose gronde en elle, quelque chose qu’elle ne parvient pas à maîtriser. Et ce n’est pas cet enfoiré de Ciaran qui la contredira. Il est le seul à avoir deviné au premier coup d’œil sa différence.

Désormais, Jaime est en danger. Pour reconquérir son droit d’exister, elle va devoir faire face à ses plus grandes peurs et abandonner ses derniers rêves.

Qui est-elle vraiment ?

Peut-elle se fier à Keane, qu’elle aime de tout son cœur, ou à Ciaran, le soldat sexy un peu trop perspicace ?

Et surtout, quel est le rôle qu’on lui attribue dans cet échiquier géant ?

♦ Avis :

Sachez que nous avons eu beaucoup de mal à mettre des mots sur nos ressentis et encore maintenant, nous ne sommes pas assez convaincues par cette chronique. Il n’y aurait pas assez de mots pour vous expliquer à quel point on a adoré ce roman, à quel point nous sommes déjà en manque, à quel point nous aimerions à cet instant même tenir le deuxième tome en main.

Incroyable rime avec inoubliable, inoubliable rime avec inqualifiable et « Queen of Anarchy » rime avec tous ces adjectifs – et plus encore – qui signifient que ce premier tome est tout simplement époustouflant. Océane nous plonge dans un monde condamné à être la proie du Mal, à être persécuté par le Mal. Un monde impitoyable, qui nous a filé plusieurs sueurs froides. Un monde avec une intrigue de malade qui vous donne envie de lire le livre en une traite tellement le suspense est insoutenable. Océane nous mène à la baguette, glisse des indices en plein milieu de phrases, vous glisse des phrases qui vont vous faire douter, des phrases qui vont vous demander ce que cet univers cache encore d’autres. En bref, Océane a parfaitement réussi à tisser un fil, une intrigue le long de son roman pour nous laisser sans voix.

Et dans ce monde vit Jaime Caine, une femme de 19 ans qui a souffert à cause de ce Mal. Elle est déterminée et en même temps, Océane nous peint toute sa complexité. Au-delà de sa détermination, elle reste une personne sensible qui a peur. On a complétement flashé sur ce personnage féminin juste éblouissant, l’auteure a réussi à la peindre de telle façon qu’on aime tout de son caractère, même ses défauts. Pour ce qui est des autres personnages secondaires, on a des doutes sur certains, mais on ne dira rien pour ne pas vous spoiler ! Juste un mot : Océane arrive à nous créer un tableau de personnages avec des caractères totalement différents, complexes et en même temps si attachants. En ce qui concerne Ciaran, que dire à part qu’il est à nous ? Dès la page où il fait son apparition, on était sous le charme de ce personnage charismatique. Son côté mystérieux le rend d’autant plus séduisant. Et puis cette tension entre lui et Jaime est intense, incroyable, un feu ardent qui nous donne envie d’avoir encore plus de passages entre ces deux personnages. Cette relation est tellement explosive qu’on aurait pu mettre des post-it à tous les passages. C’est le cas de le dire : cette relation est plein d’étincelles, d’artifices, d’un feu ardent, de tensions.

« – Si vous ne vous relevez pas dans les deux secondes qui suivent, commencé-je à murmurer, en appuyant ma dague fraîchement retrouvée contre ses parties intimes, je vous castre.

Ciaran se fige, pris au dépourvu. […]

– Tu en serais capable, n’est-ce pas ?

– Tout à fait, répliqué-je sèchement en appuyant davantage. »

– Océane Ghanem

Ce n’est pas un livre d’Océane Ghanem si elle ne rajoute pas sa touche poétique. Elle a un don, ce don d’écrire des histoires incroyables avec une plume à couper le souffle. Ses phrases sont comme une mélodie qui nous envoûte dès la première ligne. En bref, si vous ne le lisez pas, vous passez à côté d’une histoire juste indescriptible. C’est notre préféré d’Océane Ghanem pour le moment ! Maintenant, on attend impatiemment le tome 2 et l’adaptation en série ou en film.