𝑴𝒂𝒚𝒃𝒆 𝒊𝒕’𝒔 𝒍𝒐𝒗𝒆

« Maybe it’s love » est un roman de F.V. Estyer édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

L’amour ? Danila préfère laisser ça aux comédies romantiques auxquelles il est accro. Il a depuis longtemps compris que le happy ending, ce n’était pas pour lui, et ce n’est pas son boulot de détective privé qui va le faire changer d’avis. Il est peut-être blasé par les multiples affaires d’adultère, mais au moins il gagne bien sa vie. On ne peut pas tout avoir, pas vrai ?

Jusqu’au jour où Claire débarque dans son bureau pour travailler pour lui. Claire et sa langue bien pendue, son addiction au tabac et ses cheveux bleus… Claire qui fait renaître en lui des sentiments qu’il croyait morts depuis longtemps. Jeune et pleine de vie, elle semble redonner un sens à la sienne et paraît déterminée à gratter sous sa carapace d’homme bourru.

Entre deux enquêtes, trouveront-ils l’amour ?

♦ Avis :

Cette couverture et ce résumé nous donnaient tellement envie qu’on a sauté le pas sans attendre. C’est la première fois qu’on lisait un roman de F.V.Estyer et on est vraiment contentes d’avoir découvert sa plume – qui est vraiment très belle – et son univers. Pour être honnêtes, la première partie a été plus compliquée pour nous, mais on a adoré la deuxième partie qui exploite davantage à la fois, les sentiments, les personnages et leur relation.

Les deux personnages sont uniques, intéressants et ont réussi à nous combler. Si dans la première moitié du roman, on a eu du mal à nous attacher à eux, la deuxième moitié a réussi à nous faire complètement adhérer à cette relation et surtout, aux personnages. Danila, le héros du roman, est touchant, blessé et intéressant. En effet, c’est le personnage qui nous a le plus touchées de par son passé et de par sa personnalité unique et ouverte. Quant à Claire, elle est tellement drôle et oh mon dieu, elle parle tellement ! Mais c’est ce qui fait son charisme et c’est pour cela qu’on l’aime. Elle est humaine, jeune, mais mature et elle aussi, est très ouverte. Pour finir, Sam est un personnage secondaire, mais on ressenti sa relation si précieuse et importante avec Claire, sa nièce.

« – C’est pareil pour moi. Mais, Claire, je ne peux pas prendre le risque.

– Quel risque ?

– Celui de m’impliquer, celui de te laisser t’attacher.

– Pourquoi ? insiste-t-elle, sourcils froncés/

– Parce que je suis un connard désabusé qui finira par te blesser. »

F.V. Estyer

Entre Danila et elle, c’est directement l’explosion. Il y a une tension si forte entre eux, si étouffante. On avait très peur de l’écart d’âge entre Danila et Claire puisque c’est quelque chose qu’on aime quand l’écart n’est pas trop grand. Heureusement, à la lecture, ça ne nous a pas dérangées puisque l’auteure a gardé cette jeunesse chez Danila. Donc ne craignez pas l’écart d’âge, ça ne nous a pas bloquées pendant notre lecture. Il faut savoir que la romance est quand même un slow burn. On a beaucoup aimé le fait que la romance prenne son temps pour se développer et commence par une attirance physique très forte pour finalement, qu’on ressente leur alchimie, leur complicité. C’est certainement cette complicité qui nous a le plus charmées parce qu’ils rient ensemble, ils ont des délires hilarants ensemble, etc. Le point négatif du roman est que nous avons eu l’impression qu’il y avait beaucoup trop de scènes sexuelles ou d’allusions. Parfois, nous étions quelques peu mal à l’aise face à cela et notamment, face au côté « assez ouvert » de Danila, c’est-à-dire que même s’il n’était pas avec Claire à proprement parlé, il avait compris qu’il ressentait cette attirance envers elle, mais il va quand même ailleurs. Attention nous ne parlons pas de tromperie puisqu’ils n’étaient pas ensemble, mais ça nous a quand même un peu dérangées.

Il faut savoir que Danila était policier, mais après un accident, il se convertit en détective privé. C’est super original comme job pour le personnage masculin et on a beaucoup aimé découvrir ce travail à travers Danila.