𝗙𝗮𝗹𝗹𝗶𝗻𝗴 𝗔𝗴𝗮𝗶𝗻

« Falling Again » est un roman de Morgane Moncomble édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Surdoué mais solitaire, Aaron n’a que cinq ans lorsqu’il manque de se noyer. Celle qui le sauve d’une mort certaine n’est autre que Fleur, une petite fille bavarde avec des millions d’amis.

Au travers de lettres échangées, les deux enfants se promettent un amour durable digne des meilleurs dramas coréens… jusqu’à ce que la vie les sépare.

Seize ans plus tard, Fleur est une écrivaine romantique mais fauchée qui a perdu toute confiance en elle. De son côté, Aaron est devenu un professionnel du jeu vidéo froid et asocial. Lorsque leurs chemins se croisent à nouveau, Fleur pense que c’est le destin ; l’occasion de faire table rase du passé.

Seul problème : Aaron semble avoir tout oublié de leur histoire d’amour.

♦ Avis :

Falling Again est véritablement un roman tout doux, plein de tendresse et d’amour à transmettre. C’est le genre de roman qui vous laisse un grand sourire après votre lecture et qui, comme tous les autres romans de Morgane, aborde des thématiques originales et importantes (par exemple : le fait que Lila a deux pères, etc.).

Morgane a le don de créer des personnages particuliers chacun à leur façon, des personnages qui ne se ressemblent en aucun cas, qui ont tous leur propre histoire et personnalité et c’est ce qu’on adore dans ses romans. Aaron a un passé assez compliqué qui le rend original. Ce n’est pas un badboy, mais bien un homme que l’on pourrait réellement rencontrer et cet aspect-là nous a beaucoup touchées, il est sensible, passionné et bienveillant. Quant à Fleur, elle est d’une tendresse incroyable. On a adoré sa personnalité simple et sa détermination à montrer qu’elle peut réussir. C’est réellement le personnage auquel on a eu le plus facile à s’attacher.

« – Tu me fais respirer, soufflé-je. J’ai constamment l’impression d’être sous l’eau, quelque part où personne ne peut m’entendre, en apnée, au bord de la noyade. Mais quand je suis avec toi… j’atteins enfin la surface. Tu me donnes une raison de nager et de sortir la tête de l’eau pour voir ce qui s’y passe. Est-ce que c’est une raison suffisante ? »

Morgane Moncomble

Le début du roman a été un coup de cœur pour nous, on a adoré le côté drôle, frais et le fait que Morgane nous montre un peu la culture des kdrama. Après avoir lu plusieurs chroniques, on avait peur que cet univers-là prenne trop de place et qu’on se sente perdues, mais ça n’a pas du tout été le cas. On a trouvé que ce monde n’était pas trop imposant, il servait plus de fond à l’histoire. Et puis, ça a rajouté de l’originalité et de l’humour. Par contre, la deuxième partie du roman nous a un peu moins plu parce qu’elle trainait trop en longueur selon nous. Même si on comprend que c’est pour suivre les kdrama, on avoue nous être quand même un peu ennuyées à certains moments.

Aaron et Fleur étaient des amis d’enfance et le hasard (ou le destin) les fait se rencontrer adultes. On a beaucoup aimé leur relation mignonne, et les passages de leur enfance nous ont beaucoup émues. Ils apprennent peu à peu à se reconnaitre l’un et l’autre, tout en douceur ce qui ajoute une touche de tendresse à l’histoire. Morgane a vraiment réussi à créer une alchimie entre ses personnages que nous, en tant que lecteurs, on a ressenti et ça, c’est vraiment top ! Le seul point négatif comme dit plus haut est le fait que certains moments étaient lents, dont certains passages entre eux.

Ce n’est pas notre Morgane Moncomble préféré, mais on a passé un très bon moment en compagnie de Lilas, Aaron et les colocataires de Lilas auxquelles on s’est également beaucoup attachées.

𝐋𝐚 𝐟𝐨𝐫𝐜𝐞 𝐝𝐞 𝐫𝐞𝐧𝐚𝐢̂𝐭𝐫𝐞

« La force de renaître » est un roman de Brittainy C. Cherry édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Parviendront-ils à s’aimer sans renoncer à leurs rêves ?

C’est l’histoire de Hazel Stone et Ian Parker. Marqués tous deux par un environnement familial difficile, ils se débattent pour s’en sortir. Leurs points communs et leur relation sont électriques.

À force de se côtoyer en travaillant à la ferme, ils se défont peu à peu de l’armure qu’ils portent, pièce par pièce, laissant leurs espérances s’exprimer, et l’amour pénétrer dans leurs cœurs. C’est l’histoire de leur résilience.

♦ Avis :

Brittainy est sans conteste, une de nos auteures préférées pour ses univers, les émotions qu’elle transmet et sa plume addictive. Et encore une fois, elle a réussi à se démarquer avec son nouveau roman qui nous fait passer des larmes aux rires d’une page à l’autre, sans nous laisser aucun répit.

On est tombées amoureuses de chaque personnage, même les personnages secondaires malgré le fait qu’ils soient moins présents. Ian est un garçon absolument adorable quand on apprend à le connaitre, il a de l’amour à revendre et il sait être attentionné. Même si au début, il s’est montré froid et con, on a directement accroché à sa personnalité. Quant à Hazel, elle nous a donné les larmes aux yeux à plusieurs reprises. Son histoire nous a énormément touchées, les mots qu’utilisent Brittainy sont puissants, mais simples. Elle ne cherche pas à enjoliver les choses, elle nous présente un roman authentique, avec des personnages vrais et avec des hauts et des bas, comme dans la vraie vie. On a trouvé Hazel très courageuse, c’est vraiment une battante. Holly et Big Paw sont les grands-parents d’Ian et ils sont tellement attachants. Holly nous a fait penser à notre mère ; elle est touchante, gentille, bienveillante et elle aime donner. Quant à Big Paw, c’est un homme aux allures dures alors qu’au fond, c’est un gros nounours ; il aime faire attention à ses proches. Autant vous dire que les personnages sont exceptionnels.

« – J’ai un aveu à te faire, dit-elle, alors que j’étais appuyé sur mon oreiller, une main derrière la tête. Je ne dors pas très bien quand tu n’es pas près de moi.

– J’ai un aveu à te faire. Je serre mon oreiller contre moi toutes les nuits en pensant à toi.

– J’ai un aveu à te faire. Ton sourire me manque.

– J’ai un aveu à te faire…(elle inspira profondément et expira lentement pour ponctuer chaque mot qui sortait de ses lèvres.) Tu…me…manques.

– Tu me manques encore plus.

– Impossible.

– Absolument possible. »

Brittainy C. Cherry

L’histoire se déroule dans un ranch, avec des animaux et on a adoré ce cadre à la fois simple et original puisqu’on ne le rencontre pas énormément dans les romances. Ce cadre rendait l’histoire encore plus « cosy », chaleureuse et attachante.

Il faut dire que Brittainy sait s’y faire avec les mots. C’est comme si elle jouait avec pour faire pleurer nos cœurs avant de les faire sourire. Un des points qui ne manque jamais dans ses romans, ce sont les émotions. Ce n’est pas le roman qui nous a le plus touchées, mais il a quand même touché nos cœurs. La relation entre Ian et Hazel est magnifique, authentique, pleine d’amour et d’envie d’aller plus loin ensemble. C’est une romance qui vous procure des papillons dans le ventre, tellement que vous rêverez de trouver un amour aussi beau. Alors n’hésitez pas à découvrir ce roman touchant qui ne pourra que vous faire du bien et vous remplir d’amour pour ces personnages et leur histoire.

𝐂𝐚𝐦𝐩𝐮𝐬 𝐃𝐫𝐢𝐯𝐞𝐫𝐬, 𝐓𝟐

« Campus Drivers » est une saga de C.S. Quill éditée chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Lorsque Donovan, Campus Drivers adulé et bourreau des coeurs avéré, prend conscience des séquelles que peut causer son comportement, il décide de devenir LE petit ami parfait.

Pour cela, il a besoin du meilleur coach dans le domaine: Carrie. Mais, même s’ils ne se sont jamais fréquentés, celle-ci sait qu’elle ne veut rien avoir à faire avec lui. Les tombeurs d’un soir en quête de repentir, elle n’y croit pas une seconde dans la vraie vie. Elle préfère collectionner les héros des romances qu’elle dévore, c’est bien moins compliqué !

S’il parvient à la convaincre, c’est un programme intensif en romantisme que va devoir suivre Donovan. Mais n’est pas un héros de New Romance qui veut, surtout quand la réalité essaie de jouer avec la fiction !

♦ Avis :

Il y a un peu moins d’un an, nous avons découvert le premier tome de cette saga qui s’est avéré être un coup de cœur. Nous avions hâte de découvrir les deux autres tomes et nous n’avons pas été déçues par ce deuxième tome !

Rire. Amour. Frais. Cette histoire fait du bien au moral, mais plus encore, elle est addictive à tel point que nous voulions encore plus de Carrie et de Donovan. Le gros point positif de cette histoire, c’est l’humour. On a beaucoup ri, les piques que se lancent les deux personnages principaux sont juste hilarantes.

« – Bon, je laisse tomber l’approche sympathique. C’est quoi, ton problème ?

– Ah ! Ça y est, je suis de retour dans le bon univers. J’avais l’impression d’avoir atterri dans un monde alternatif où tu aurais été agréable ! Il ironise en lâchant un regard circulaire.

– Parle, j’ordonne à bout de patience.

– Tout va très bien.

– Ouais, bien sûr. Tu portes la joie de vivre sur ton visage. C’est si communicatif que j’ai envie de m’ouvrir les veines avec l’embout du sucrier. »

C.S. Quill

Nous nous sommes tout de suite attachées à Carrie qui est une grande lectrice tout comme nous. Mais en plus de ça, elle a une répartie incroyable, elle est drôle et solaire. De l’autre côté, Donovan est aussi marrant, taquin et quelques fois maladroit ce qui le rend plus qu’irrésistible. On a complétement flashé sur sa personnalité. Quand ses deux personnalités se rencontrent, c’est une explosion de taquineries, de réparties cinglantes, créant une complicité entre eux au fil des pages. Et on a adoré ce slow burn !

Pour ce qui est de l’idée de bookboyfriend, on la valide complétement. Cette idée a permis à l’auteure de développer des moments mignons entre eux, des moments de jalousie, etc. qui a ajouté une touche de tendresse et de complicité (C.S. Quill fait plusieurs références aux leçons de Carrie sur les bookboyfriend parfait quand ils sont tous les deux).

Bref, ce roman est une vraie bouffée d’air frais, un roman doudou qui fait du bien. On a hâte de découvrir le dernier tome sur Lewis qui s’annonce tout aussi frais et drôle que celui-ci !

𝐋’𝐚𝐬 𝐝𝐞 𝐜œ𝐮𝐫

« L’as de cœur » est un roman de Morgane Moncomble édité chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

S’il y a bien une chose que Rose et Levi ont en commun, autre qu’un passé sombre, c’est le poker. Elle est née avec un don ; il a passé sa vie à dépouiller les casinos du monde entier pour un jour devenir le meilleur. Arrivé à son apogée, un seul obstacle se dresse devant lui : Tito Ferragni, sa némésis de toujours. Si son honneur lui a jusqu’ici évité de révéler au public les nombreuses tricheries de Tito, Levi refuse de se laisser faire plus longtemps.

Cette année, un seul homme remportera le Tournoi Mondial de Poker, et ce sera lui. Pour cela, il fait appel à Rose, un détecteur de mensonges sur pattes en recherche d’argent facile. Capable d’affirmer qui bluffe et qui dit la vérité, elle accepte de devenir son arme secrète. Mais si Levi refuse de se laisser distraire par l’attirance qu’il ressent envers elle, Rose compte bien lui rendre la tâche difficile.

Entre vengeance, mensonges et secrets, tout devient possible à Las Vegas…

♦ Avis :

On vous a beaucoup parlé de ce roman en story Instagram et le mot qui revenait le plus souvent était « incroyable ». Honnêtement, écrire cette chronique est assez compliqué puisqu’on n’a rien d’autre à dire à part que c’est un pur chef d’œuvre de Morgane.

Poker. Manigance. Révélations. Atypiques. Ces quatre mots sont certainement les mots-clés de ce roman. Morgane nous plonge dans l’univers du poker qui est un monde assez atypique, un monde avec plein de manigances, d’hommes avides de pouvoir. On n’avait jusqu’alors jamais lu de romans baignant dans cet univers et Morgane a réussi à rendre ça intéressant. Il change de ses autres romans parce qu’ici, on a un roman plus mature, plus sensuel et « sexy » grâce à ce monde du poker et on a ADORÉ ça.

« – Tu sais…je murmure maladroitement. Levi Ivanovitch est plutôt différent de ce que les gens en disent.

Il arque un sourcil interrogateur.

– Et qu’est-ce que les gens disent ?

(…)

– Que tu es un mauvais garçon. Égoïste, manipulateur, avare, cruel, play-boy et dangereux.

Seul le silence me répond. Il ne se départit pas de son sourire, bien au contraire. Celui-ci s’agrandit tandis qu’il écrase un soupir dont je ne comprend pas la signification.

– Fais tout de même attention, Rose. Il paraît qu’il n’y a pas de fumée sans feu. »

Morgane Moncomble

Levi et Rose sont incroyables. Rose n’est pas la femme timide qu’on a l’habitude de rencontrer et ça fait du bien de rencontrer un personnage aussi incroyable, un personnage qu’on admire sur certains points. Elle est osée, attachante n’a pas sa bouche dans la poche et elle est sexy. Quant à Levi, c’est un homme qui a beaucoup souffert, qui se cache derrière un personnage quelque peu arrogant, mais tellement charismatique. Pendant notre lecture, on a à chaque fois, eu l’impression d’avoir un Levi devant nous qui s’imposait par sa simple présence. Leur relation est intense en tension, compliquée, bouleversante, sexy, mature : Morgane nous a construit un slow burn de qualité avec des réparties pimentant l’histoire. On a littéralement bouffé les pages du roman, tant leur relation, cet univers nous a plu. Et l’auteure n’a pas fait les choses à moitié puisqu’elle nous offre des personnages secondaires tout aussi attachants et bien travaillés. On a adoré la folie de Li Mei, l’innocence de Lucky et le côté à la fois dur et nounours de Thomas.

Au-delà de tout ça, ce roman nous a surprises et en général, il en faut beaucoup pour ça. Mais ici, on est restées sur le cul tout le long du roman ; à chaque révélation, on devait reprendre notre souffle, prendre quelques temps avant de reprendre la lecture. Morgane a vraiment été dans les détails ; tout est important. Puis, on ne va pas blablater pendant des heures sur la plume de Morgane puisqu’elle est tout simplement « exquise », agréable à lire et fluide. On ne peut que vous recommander à 2000% d’aller vous procurer ce roman époustouflant.

𝐇𝐞𝐥𝐥

« Hell » est un roman de Magali Inguimbert édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Jessie s’installe chez la sœur de sa mère, loin de chez elle, bien décidée à échapper aux démons de son passé. Jessie est une rebelle, mal dans sa peau. Elle tranche dans la famille bourgeoise de sa tante, mais peu importe si elle n’y trouve pas sa place, elle a l’habitude. Elle a bien l’intention de conserver cette attitude également dans son établissement scolaire. Mais au fil du temps, Jessie va se découvrir de nouveaux amis. Ses cousins déjà, qui la découvrent et l’apprécient sincèrement. Mais aussi ce garçon, au lycée, qui semble la comprendre mieux qu’elle-même et fait preuve d’une grande patience avec elle.

Et puis, il y a ce local, Hell, une salle de spectacle qui accueille des groupes de musique, qu’il faut aménager et relancer. Est-ce que ça pourrait être aussi le lieu où commencera sa nouvelle vie ?

♦ Avis :

Quand nous avons lu le résumé et la couverture, l’histoire nous a tout de suite intriguées. De plus, elle paraissait très émouvante, ce qui est le cas. En même temps, nous avons pu découvrir une nouvelle auteure et vous savez combien on adore en découvrir ! Au final, ce roman est un bon roman, mais qui n’a pas eu le total effet escompté sur nous (nous nous attendions à autre chose). Nous l’aurions plus vu dans la catégorie New Way car le plus important dans le roman, ce sont les messages véhiculés.

Les cent premières pages ont été un peu longues pour nous. Effectivement, nous avons eu beaucoup de mal à nous immerger dans cet univers, mais aussi à nous attacher à Jessie. Nous n’arrivions pas à bien cerner le personnage féminin et ressentir les émotions qui la traversaient. Le début prend trop de temps à démarrer. Mais heureusement, passées les 100 premières pages, nous avons ressenti petit à petit plus d’émotions.

Le plus gros point positif de ce roman est les diverses messages véhiculés. Magali nous démontre qu’il ne faut pas se fier à l’apparence d’une personne, mais aussi le fait qu’il ne faut pas baisser les bras même si le passé de l’héroïne est fort tourmenté. Ces diverses messages rendent la lecture davantage touchante.

« Parce que la musique est le seul moyen que je connaisse qui te permette de te rappeler un endroit, une situation ou une personne et de te souvenir de ce moment comme s’il venait de se produire. Tu ressens les mêmes émotions que lorsque tu l’as entendue la première fois et ça, c’est la magie de la musique. Peu importe ta couleur de peau, tes convictions religieuses, que tu sois gros ou mince, grand ou petit, tout le monde écoute de la musique. »

Magali Inguimbert

En ce qui concerne les personnages, nous avons tout de suite réussi à cerner le personnage masculin. Austin est un personnage original, touchant mais ce qu’on retient de lui, c’est son envie d’aider les autres (en particulier, Jessie). Nous avons beaucoup aimé cet aspect généreux qui ajoute une touche de douceur au roman. Pour ce qui est de Jessie, comme dit plus haut, nous avons eu plus de mal à la comprendre. Mais peu à peu, les émotions étaient plus mises en valeur et nous avons pu mieux la comprendre. Jessie est une jeune femme qui a vécu des choses horribles, des choses qui la rendent si « étranges » aux yeux des autres. Pourtant, Austin va réussir à percer toutes ces couches de protection pour entrevoir la vraie Jessie.

Romance douce. C’est ce qui décrit parfaitement cette relation entre Austin et Jessie qui s’est révélée être touchante et compliquée. On aurait juste aimé qu’il y ait plus d’actions, que les choses bougent plus rapidement dès le début et que les disputes à la fin soient moins redondantes. Toutefois, la romance reste douce et simple ce qui rend leur relation belle.

C’est la première fois que nous découvrions la plume de cette autrice et nous ne sommes pas du tout déçues. Elle est poétique et fluide !

𝗤𝘂𝗼𝗶 𝗾𝘂’𝗶𝗹𝘀 𝗲𝗻 𝗱𝗶𝘀𝗲𝗻𝘁

« Quoi qu’ils en disent » est un roman de Noémie Dani édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐ ,75/5

SORTIE : 26 août 2021

♦ Résumé :

Louna, jeune étudiante, n’avait absolument pas prévu de passer son été à la campagne. Réviser seule dans cette grande maison familiale ? Quelle idée ! Sans compter le manque de sa meilleure amie, les insectes et… toute cette nature. Seule âme humaine à l’horizon ? Une vieille tante qui grince autant que les portes. Puis que dire de ce voisin taciturne, peu aimable, qui a failli la renverser sur son vélo ?

Gabriel n’a pas de temps à perdre. Agriculteur, il croule sous le travail, tout en essayant de gérer au mieux sa vie personnelle. Célibataire et papa d’une petite fille de 3 ans, il n’a que faire de sa nouvelle voisine pour l’été. Trop jeune pour lui, la pétillante citadine n’a pas sa place ici.

Mais Louna s’ennuie et croise bien trop souvent le chemin de Gabriel…

Quand le désir s’en mêle, tous les éléments se déchaînent !

Est-ce que l’amour pourrait se trouver là, juste où on ne l’attend pas ?

♦ Avis :

Nous n’avions encore jamais lu de romans de Noémie Dani, alors c’était l’occasion de la découvrir. Et puis, on ne pouvait que succomber avec ce résumé et cette magnifique couverture. Aujourd’hui, on ne le regrette absolument pas parce qu’on a passé un excellent moment en compagnie de Gabriel et Lou. On vous recommande ce roman à 100%. Il a frôlé le coup de cœur – et encore maintenant, on hésite à le mettre comme coup de cœur.

Douceur. Amour compliqué, mais évident. C’est ce qui nous vient directement à l’esprit quand on pense à ce roman. Noémie Dani nous offre une histoire fraiche, originale et dépaysante. L’histoire se déroule en Ardèche et par les magnifiques descriptions de l’auteure, nous arrivions réellement à nous imaginer les lieux et ça nous a donné envie de découvrir cet endroit si chaleureux.

Au-delà de l’endroit, nous découvrons deux personnages aux caractères assez différents. Lou est plutôt douce, pleine de tendresse, mais très mature pour son âge. Elle est étudiante et passe ses vacances, seule, en Ardèche à la demande de ses parents. C’est le personnage auquel on a le plus réussi à nous attacher parce que certaines choses dans sa vie nous ont rappelé la nôtre. Quant à Gabriel, il est agriculteur et n’a pas une minute pour lui. Bien qu’au début, il se montre très agressif et montre réellement que c’est un connard, on n’a pas pu le détester. On s’est même rapidement attachées à lui parce qu’on a aperçu derrière ses airs froids, un gros nounours (qu’on a surtout aperçu dans ses moments avec sa fille). On a également adoré découvrir son univers à lui, l’agriculture ; c’était original et intéressant. Et puis, on ne peut pas ne pas citer Zélie et Tatie Danielle. Zélie, la fille de Gabriel, est absolument adorable. Quant à Tatie Danielle, on l’a tout simplement adoré. Elle rajoute de l’humour à l’histoire et on l’a trouvé très attachante.

« – Tu me trouves nulle ?

Gabriel se lève, je crains qu’il ne s’en aille.

– Lève-toi, s’il te plait.

Je m’exécute, fuyant son regard. Lentement, il pose un doigt sous mon menton, me force à relever la tête. Ses prunelles azur plongent dans les miennes.

– Il n’y a aucune raison de te trouver nulle, Louna. On fait tous comme on peut.

Et sur ces belles paroles, il m’embrasse tendrement. »

Noémie Dani

En fin de compte, ces deux personnages n’ont pas grand-chose en commun et pourtant, leur romance est magnifique. Une histoire à laquelle on a directement crue. Il faut dire qu’on avait beaucoup d’a priori par rapport à la différence d’âge. Mais l’auteure a encore une fois, bien réussi son « job » en rendant cela d’abord, naturel et puis, en l’utilisant pour rajouter du pétillant à l’histoire et à leur romance. On a adoré ce côté « interdit » et « impossible » qui a donné à l’histoire son côté addictif. Leur romance n’est pas facile, il y a beaucoup d’obstacles qui apparaissent sur leur chemin et c’est ce qui a fait qu’on a encore plus aimé l’histoire et leur relation. Le seul petit bémol est qu’on a trouvé qu’à la fin, tout se résout un peu trop rapidement.

En plus d’une magnifique romance et de personnages bien travaillés, l’auteure nous livre un message important. Un message qui nous a énormément touchées. Et pour finir, la plume de l’auteure est magnifique, addictive et très agréable à lire. Comme vous avez pu le voir, on l’a chacune, lu en moins de 48h parce qu’on ne pouvait tout simplement pas le lâcher. Alors, si vous cherchez une belle romance, avec des personnages attachants et une romance que vous jalouserait, foncez !

𝐀𝐩𝐫𝐞̀𝐬 𝐥𝐚 𝐭𝐞𝐦𝐩𝐞̂𝐭𝐞

« Après la tempête » est un roman de Laura S. Wild édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐ ,75/5

♦ Résumé :

En sept ans, les Seven sont devenus la terreur des joailleries et des banques de Saint-Louis. Emmené par un chef insaisissable, ce gang réalise braquage sur braquage en suivant un mode opératoire parfaitement huilé, sans laisser la moindre trace qui permettrait de les identifier.

Ella, hackeuse de talent, désire rejoindre leurs rangs… pour l’argent, mais aussi pour des raisons personnelles plus troubles. Réussissant à remonter jusqu’à eux, elle les convainc de la prendre à l’essai. Placée sous la surveillance de Ryan, l’un des membres du groupe, elle découvre que sous leurs apparences de mafieux eux méprisants des lois, les Seven sont avant tout de jeunes gens que les orages de la vie n’ont pas épargnés. Ryan le premier, lui qui a fui, avec son petit frère, le foyer violent dans lequel ils ont grandi…

Alors qu’elle se prend d’affection pour le gang, la colère qui habite Ella la quitte peu à peu. Et entre Ryan et elle, une attirance irrésistible s’installe. Cependant, Ella cache bien des choses, et les Seven ne se doutent pas une seconde qu’elle s’apprête à déclencher une tempête qui va tout balayer sur son passage…

Quand viendra l’heure du choix, de l’amour ou de la soif de vengeance, quel sentiment sera le plus fort ?

♦ Avis :

Pourquoi on ne nous a jamais conseillé de lire « Après la tempête » ? Ce roman, c’est une bouffée d’air frais dans nos lectures parce que ça change, il y a plein d’actions. On a découvert Laura S.Wild avec son nouveau roman « à tous les cœurs que j’ai brisés » qui a été un coup de cœur. Après avoir lu « après la tempête », on peut affirmer deux choses. Premièrement, Laura S.Wild devient une auteure à suivre pour nous ; et deuxièmement, Laura S.Wild est le genre d’auteure qui explore plusieurs sous-genres de la romance. Avec « après la tempête », elle nous offre une romance intrigante, une « romantic suspense » haletante et addictive.

Tout d’abord, il faut saluer l’univers que Laura S.Wild nous offre. Elle dépeint un univers assez sombre, celui d’un gang qui braque essentiellement des banques et des bijouteries. Ce qu’on a le plus adoré, ce sont les descriptions de leurs recherches, de comment ils opèrent pour braquer et l’adrénaline qu’ils ressentent. On a, à chaque fois, eu cette impression de vivre avec eux ces braquages. Et toutes ces descriptions et ces détails ont rendu l’histoire crédible et un brin réel. Un autre point essentiel est qu’on ne s’est pas ennuyé une seule fois ce qui a rendu la lecture très addictive. L’action est bien dosée tout le long du roman et les révélations arrivent petit à petit en nous laissant par-ci, par-là des indices.

Ce qui nous a le plus intéressées dans ce roman, ce sont les personnages. On est tombées sous le charme de chacun d’eux parce qu’ils sont tous travaillés comme il le faut ; avec pour chacun, une personnalité bien à eux. Snow, Storm, Ryan, Rain, Thunder, Ella, Night, Sky et Ice resteront longtemps gravés dans notre mémoire et dans nos cœurs. Snow est sans conteste celui qui nous a donné la larme aux yeux. Comme le dit Laura dans ses remerciements, on aurait aimé avoir un Snow dans notre vie, avoir un être aussi bon et jovial.

« – On est tous passés par là, on a tous flirté avec le danger dans le seul but de prouver à la vie qu’elle n’avait pas réussi à nous mettre à terre, dis-je. Sauf que la frontière est mince entre vouloir se sentir exister et faire quelque chose susceptible de nous anéantir. Je ne te laisserai pas tomber du mauvais côté de cette ligne, Ella, c’est compris ? »

Laura S. Wild

Ensuite, Ryan nous a épatées, il nous a montré que la vie n’était pas soit noire ou blanche ; « qu’il y a une large palette de gris » (tiré du roman). Ryan, c’est le genre d’hommes aux antipodes de ce qu’on pourrait penser, il est attentionné, un brin romantique et intelligent. Quant à Ella, elle est si détruite que c’est compliqué de ne pas s’attacher à elle. Elle a perdu sa joie de vivre, mais pas sa force pour se battre. Ella et Ryan, c’est comme une évidence, un couple aussi étrange soit-il, mais qui ne pourrait pas être autrement. Pourtant, ça n’a pas été facile et c’est ce qu’on a adoré. Laura S.Wild ne laisse pas tomber le réalisme parce que la romance entre ses deux personnages ne peut pas être développée en un claquement de doigts. Elle doit être développée selon les passés de chacun et l’auteure a réussi à bien prendre cela en compte pour rendre la romance réaliste et magnifique.

Pour finir, comme toujours, la plume de Laura S.Wild nous a complétement emportées. Elle a réussi à rendre l’histoire haletant, intrigante, fluide à lire et addictive.

𝗖’𝗲𝘀𝘁 𝗷𝘂𝘀𝘁𝗲 𝘂𝗻 𝗰𝗼𝗹𝗹𝗲̀𝗴𝘂𝗲

« C’est juste un collègue » est un roman de Margherita Gabbiani édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐/5

♦ Résumé :

À 27 ans, Margaux croit son avenir tout tracé avec Jean, son fiancé. Malgré des hauts et des bas, elle est persuadée que leur idylle est faite pour durer… Mais ses certitudes flanchent lorsqu’elle est recrutée dans l’agence digitale Kreatio. Elle se laisse entraîner par l’ambiance festive et légère de la start-up… et se rend compte que le doux sourire de l’homme qu’elle croise tous les jours à la machine à café ne la laisse pas indifférente.

Mais lorsque l’envie de séduire se transforme en un désir bien plus profond, Margaux se trouve confrontée à un dilemme. Sera-t-elle prête à renier tous ses principes juste pour lui, son collègue ?

♦ Avis :

Quand on a lu le résumé de ce roman, nous étions très intriguées par comment l’auteure allait élaborer le sujet de la trahison dans cette histoire. Mais en même temps, ce roman sort de nos habitudes livresques. Le sujet abordé, la tromperie, nous faisait très peur. Et malheureusement, on ressort de cette lecture, assez mitigées. 

Tout d’abord, nous avons eu beaucoup de mal à nous attacher au personnage masculin. Effectivement, nous n’avons pas trop accroché à ses points de vue. Nous avons eu du mal à ressentir ses émotions. On l’a trouvé peu mis en avant dans l’histoire par rapport à Margaux et on aurait aimé avoir une quelconque réaction de sa part quant au fait qu’il couche avec une femme fiancée. Quant à Margaux, on a du mal avec elle également. On l’a trouvé à certains moments, agaçantes (surtout, lors des prises de décisions). On aurait aimé aussi voir en elle un peu plus de réactivité.

Ensuite, le sujet principal de cette romance est la trahison. En effet, Margaux trahit son fiancé en couchant avec un autre. Nous avions peur de ne pas adhérer à la mentalité du personnage féminin et au final, nous avons été surprises ! En effet, l’auteure décrit bien toutes les pensées de Margaux au point que la tromperie ne nous dérange pas plus que ça, alors que c’est à l’opposé de nos valeurs. L’auteure a réussi à montrer la culpabilité, mais en même temps le désir du personnage principal.

— Mais j’en suis très heureux ! Écoute-moi bien, nous deux, ce n’est pas juste une histoire sans lendemain. Après tout ce qu’on vient de vivre, tu le sais toi aussi n’est-ce pas ?

Elle se lève à son tour en entraînant la couette pour recouvrir son corps nu. Elle se plante devant moi, tout sourire.

— Tu es fou, murmure-t-elle. Mais je t’aime, moi aussi.

Margherita Gabbiani

Quant à la romance entre Margaux et le personnage principal masculin, nous avons adoré la passion amoureuse qu’ils vivent ensemble. On voit qu’elle est intense et qu’ils ressentent véritablement de vraies émotions l’un pour l’autre. Cependant, après avoir fini le roman, nous nous sommes rendu compte que la romance avançait trop rapidement et qu’au final, nous n’avons pas eu beaucoup de moments entre les deux personnages. On n’a pas vraiment vu le comportement des personnages changer ; on ne les a pas vus tomber amoureux petit à petit. C’est ce qui nous a manqué dans l’histoire.

On aimerait aussi souligner qu’on a adoré la fin où l’action est intense et rend l’histoire plus addictive. Il se passe énormément de choses à la fin qui fait qu’on a envie de savoir si finalement, les deux personnages vont réussir à rester ensemble ou pas. Enfin, nous avons complétement adhéré à la plume de Margherita Gabbiani ! Elle est fluide et addictive. On aimerait beaucoup découvrir d’autres de ses romans.

En conclusion, c’est une petite déception pour nous car nous avons eu beaucoup de mal à nous attacher aux personnages. Mais ça nous a permis de réfléchir sur la tromperie et le sujet est très bien amené dans ce roman.

𝐍𝐨𝐬 𝐚̂𝐦𝐞𝐬 𝐭𝐨𝐮𝐫𝐦𝐞𝐧𝐭𝐞́𝐞𝐬

« Nos âmes tourmentées » est un roman de Morgane Moncomble édité chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Pourra-t-il lui redonner le sourire ?

Lorsqu’Azalée revient à Charleston, sa ville natale, ce n’est pas de gaîté de coeur. Elle a préféré partir quelques années auparavant pour échapper à des souvenirs pénibles et pour mettre le plus de distance possible entre elle et ceux qui lui ont fait du mal.

Sa mère, avec qui elle n’avait plus aucun lien, vient de mourir lui laissant sa maison et une succession à régler.

Là voilà de nouveau dans la maison familiale, pour un temps qu’elle espère le plus bref possible.

Jusqu’à ce qu’elle fasse la connaissance d’Eden, son nouveau voisin.

Il est charmant, amusant, différent des hommes qu’elle a rencontrés jusqu’alors. Il lui donne envie de changer, de bousculer le fragile équilibre qu’elle avait trouvé loin d’ici. Peut-être même de céder à son attirance. De vivre heureuse à nouveau tout simplement.

Mais cela impliquerait de rester à Charleston. Est-elle capable de faire table rase du passé, d’oublier tout ce qui s’est passé ici ?

Eden a ses propres fêlures mais il est prêt à l’aider. Azalea a un long chemin à parcourir mais il pourrait la conduire vers l’amour et le bonheur.

♦ Avis :

C’est impossible de ressortir indemne de cette lecture. De ne pas ressentir des frissons, de ne pas avoir envie de pleurer. C’est tout bonnement impossible parce que NAT, c’est le genre d’histoire qui vous fait vibrer autant qu’il vous donne envie de pleurer. Le livre tellement addictif que vous n’arrivez pas à le lâcher, mais en même temps, vous voulez prendre des pauses parce qu’il vous déchire le cœur. C’est en fait, un torrent d’émotions qu’on s’est pris en lisant ce roman. NAT, comme on vous l’a dit, c’est à la fois un espoir en l’humanité (et surtout, en les hommes) et à la fois, un espoir quant au fait que malgré ce que la Vie nous fait vivre, on peut toujours se relever si on en a la volonté.

Il faut déjà saluer la beauté des personnages de Morgane Moncomble. Azalea, Azalée ou encore Aze est une femme belle, intelligente et surtout, forte. Elle n’a pas eu une vie facile et ça, Morgane a réussi à le montrer via le caractère d’Aze. Elle retranscrit chaque émotion de son héroïne, au point qu’on s’est parfois senti à la place d’Aze, qu’on a pleuré comme elle, qu’on a ri comme elle, etc. On a eu envie de la prendre dans nos bras, de la rassurer et de lui dire qu’elle n’est pas toute seule, que nous, on la croit. Azalée est un personnage réaliste et tellement touchant. Quant à Eden, il a aussi eu droit à un passé compliqué, mais il a réussi à se relever déjà un peu. Eden, c’est le genre d’homme qu’on veut toutes, qu’on veut épouser sur le champ. Juste parfait. Et Aze et Eden, c’est LE couple qui se reconstruit ensemble. C’était tellement beau et puissant à voir. Honnêtement, on n’a même pas les mots pour vous expliquer à quel point on s’est attachées à ce couple, à ces personnages au point que les laisser seuls, continuer leur route, nous fait mal. On a eu, durant le temps de la lecture, cette impression qu’ils faisaient partie de notre vie et quelle fierté ! Avoir Aze et Eden dans notre vie, c’est une fierté, un honneur d’avoir pu faire la connaissance de personnages aussi bienveillants et forts.

« — Tu ne connais encore rien de moi, Eden Weiss…Tout ça, ce n’est que le haut de l’iceberg.

— Alors laisse-moi voir le reste.

J’aimerais, pensé-je en le regardant. J’aimerais être aussi courageuse que toi et dévoiler toute l’étendue de mon cœur meurtri. J’aimerais pouvoir te dire que je me cache parce que c’est facile, pendant que d’autres parlent et s’insurgent à ma place.

Je ne le fais pas parce que j’ai honte. Mais surtout parce que j’ai peur.

— Pourquoi ne me laisses-tu pas voir le reste ? insiste-t-il, presque pour lui-même.

(…)

— Parce que je ne veux pas que tu coules. »

Morgane Moncomble

Cette histoire nous a retournées, nous a prises aux tripes, nous a coupé le souffle et cela, jusqu’à la fin. La dernière partie a été la plus dure à lire. Elle nous a tellement déchirées qu’on a dû la lire en faisant des pauses pour être sures de pouvoir continuer. Morgane a réussi à retranscrire les émotions de ses personnages, même des émotions sur lesquelles il est difficile de mettre des mots. Et surtout, elle n’a pas pris la voie la plus facile pour aller jusqu’au bout de l’histoire. Non, elle a malmené ses lecteurs jusqu’à la fin en nous montrant réellement que non, ce que vit Aze n’est pas une blague (on ne peut pas vous en dire plus au risque de vous spoiler). C’est réel et c’est ce qu’on a adoré.

Ce qu’on a adoré aussi, c’est tous les sujets que l’auteure a décidé d’incorporer. Aze est féministe et on a adoré ce sujet engagé, ainsi que plusieurs autres sujets parfois tabous que Morgane a réussi à mettre en avant, sans non plus, en abuser.

Pour finir, la plume de Morgane est comme d’habitude incroyable. Elle part d’une histoire qui a l’air plutôt simple pour au final, complétement nous retourner et nous jeter à la figure des millions d’émotions. Sa plume est addictive, agréable à lire, authentique et tellement poétique !

𝐏𝐥𝐚𝐲 𝐇𝐚𝐫𝐝, 𝐓𝟒

« Play Hard » est une saga de K. Bromberg éditée chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Comme ses trois soeurs, Chase Kincade, est toujours prête à recruter de nouveaux clients pour remonter l’agence de sportifs fondée par sa famille et qui bat de l’aile. Mais lorsqu’elle reçoit avec cinq ans de retard, une simple lettre égarée du joueur de baseball, lanceur prodige du club de LMB (ligue majeure de baseball) qu’elle est censée signer, comment renoncer à lui, sans tirer au clair, un mystère qui la hante depuis des années ?

♦ Avis :

Tout d’abord, vous connaissez notre amour pour cette saga de K.Bromberg. Elle est à la fois, addictive et touchante. Elle arrive à chaque fois à nous embarquer dans l’univers de ses personnages et à chaque fois, elle nous rappelle pourquoi on aime autant la lecture. Ce quatrième tome n’a pas dérogé à la règle de cette saga : c’est un COUP DE CŒUR !

Dans ce tome, on fait la connaissance de Chase, la plus petite sœur Kincade, et de Gunner. Chase est une bosseuse, elle accomplit tous les objectifs et surtout, elle ne laisse presque aucune place à autre chose qui n’est pas le travail. Déjà fortement blessée par l’amour, elle ne pense plus à s’engager sérieusement dans une relation à long terme, mais quand elle voit Gunner, c’est une simple évidence. On a énormément aimé la personnalité de Chase, sa force et en même temps, ses faiblesses bien visibles. Quant à Gunner, c’est un homme qui nous a surpris tout au long du roman, un homme qui rend meilleur son entourage. Mais quand on connait davantage Gunner, on se rend compte qu’il a été fortement touché par la vie et qu’il ne s’en remet que très lentement. Dans ce roman, c’est ce personnage qui nous a le plus touchées ; il a réussi à nous donner envie de pleurer en écoutant son histoire. Et surtout, Gunner est à lui seul, un symbole d’espoir : il se relève doucement, mais il le fait : il se bat pour un avenir, pour continuer à vivre malgré tout ce que la vie lui a infligée. Les valeurs, la morale de ce tome nous ont vraiment chamboulées : on referme ce livre avec un sourire aux lèvres, mais surtout avec le cœur et l’esprit remplis de belles morales et valeurs.

Le sport est un peu moins présent ici, mais l’univers militaire a vraiment apporté un côté plus original et surtout, différent des trois autres tomes. On a adoré être plongées dans une petite ville qu’est Destiny Falls ; y découvrir comment les habitants y vivent entre eux vu que c’est une ville de militaire.

« – C’est dur de demander à une personne qui a eu le cœur brisé de retomber amoureux. Encore plus quand c’est toi qui l’as cassé pour commencer… Mais si cette personne compte autant pour toi, alors tu te battras comme la lionne que tu es pour le récupérer. »

K. Bromberg

Ensuite, la romance, dans ce tome, est peut-être un peu plus rapide que dans les deux premiers tomes, mais l’évolution de leur relation, de leur complicité a fait qu’on n’est pas dérangées par la rapidité de la romance. Ce tome-ci ainsi que le premier tome sont les deux romans qui nous ont le plus touchées. Dans ce quatrième tome, on a failli verser des larmes à plusieurs reprises. K.Bromberg a vraiment réussi à exprimer le for intérieur des personnages, leurs sentiments même les plus profonds (que ce soit ceux de Chase ou de Gunner). Les deux nous ont émues et surtout, on a ressenti ce qu’ils ressentaient. On ne peut pas en dire davantage au risque de vous spoiler, mais en bref, ce tome a à la fois, gonflé nos cœurs d’amour et à la fois, les a brisés à plusieurs reprises pour en recoller les morceaux par après.

Pour finir, la plume de K.Bromberg a encore une fois, montré qu’elle pouvait nous emporter dans l’univers de l’auteure. Sa plume est addictive, belle et agréable à lire. On a lu super rapidement ce roman tant l’histoire a réussi à nous embarquer.

Pour conclure, la saga Play Hard est une saga qui restera longtemps dans nos esprits et surtout, on sait qu’on les relira un jour pour revivre ces moments de complicité entre les personnages et pour à nouveau nous plonger dans le torrent d’émotions.