𝗖’𝗲𝘀𝘁 𝗷𝘂𝘀𝘁𝗲 𝘂𝗻 𝗰𝗼𝗹𝗹𝗲̀𝗴𝘂𝗲

« C’est juste un collègue » est un roman de Margherita Gabbiani édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐/5

♦ Résumé :

À 27 ans, Margaux croit son avenir tout tracé avec Jean, son fiancé. Malgré des hauts et des bas, elle est persuadée que leur idylle est faite pour durer… Mais ses certitudes flanchent lorsqu’elle est recrutée dans l’agence digitale Kreatio. Elle se laisse entraîner par l’ambiance festive et légère de la start-up… et se rend compte que le doux sourire de l’homme qu’elle croise tous les jours à la machine à café ne la laisse pas indifférente.

Mais lorsque l’envie de séduire se transforme en un désir bien plus profond, Margaux se trouve confrontée à un dilemme. Sera-t-elle prête à renier tous ses principes juste pour lui, son collègue ?

♦ Avis :

Quand on a lu le résumé de ce roman, nous étions très intriguées par comment l’auteure allait élaborer le sujet de la trahison dans cette histoire. Mais en même temps, ce roman sort de nos habitudes livresques. Le sujet abordé, la tromperie, nous faisait très peur. Et malheureusement, on ressort de cette lecture, assez mitigées. 

Tout d’abord, nous avons eu beaucoup de mal à nous attacher au personnage masculin. Effectivement, nous n’avons pas trop accroché à ses points de vue. Nous avons eu du mal à ressentir ses émotions. On l’a trouvé peu mis en avant dans l’histoire par rapport à Margaux et on aurait aimé avoir une quelconque réaction de sa part quant au fait qu’il couche avec une femme fiancée. Quant à Margaux, on a du mal avec elle également. On l’a trouvé à certains moments, agaçantes (surtout, lors des prises de décisions). On aurait aimé aussi voir en elle un peu plus de réactivité.

Ensuite, le sujet principal de cette romance est la trahison. En effet, Margaux trahit son fiancé en couchant avec un autre. Nous avions peur de ne pas adhérer à la mentalité du personnage féminin et au final, nous avons été surprises ! En effet, l’auteure décrit bien toutes les pensées de Margaux au point que la tromperie ne nous dérange pas plus que ça, alors que c’est à l’opposé de nos valeurs. L’auteure a réussi à montrer la culpabilité, mais en même temps le désir du personnage principal.

— Mais j’en suis très heureux ! Écoute-moi bien, nous deux, ce n’est pas juste une histoire sans lendemain. Après tout ce qu’on vient de vivre, tu le sais toi aussi n’est-ce pas ?

Elle se lève à son tour en entraînant la couette pour recouvrir son corps nu. Elle se plante devant moi, tout sourire.

— Tu es fou, murmure-t-elle. Mais je t’aime, moi aussi.

Margherita Gabbiani

Quant à la romance entre Margaux et le personnage principal masculin, nous avons adoré la passion amoureuse qu’ils vivent ensemble. On voit qu’elle est intense et qu’ils ressentent véritablement de vraies émotions l’un pour l’autre. Cependant, après avoir fini le roman, nous nous sommes rendu compte que la romance avançait trop rapidement et qu’au final, nous n’avons pas eu beaucoup de moments entre les deux personnages. On n’a pas vraiment vu le comportement des personnages changer ; on ne les a pas vus tomber amoureux petit à petit. C’est ce qui nous a manqué dans l’histoire.

On aimerait aussi souligner qu’on a adoré la fin où l’action est intense et rend l’histoire plus addictive. Il se passe énormément de choses à la fin qui fait qu’on a envie de savoir si finalement, les deux personnages vont réussir à rester ensemble ou pas. Enfin, nous avons complétement adhéré à la plume de Margherita Gabbiani ! Elle est fluide et addictive. On aimerait beaucoup découvrir d’autres de ses romans.

En conclusion, c’est une petite déception pour nous car nous avons eu beaucoup de mal à nous attacher aux personnages. Mais ça nous a permis de réfléchir sur la tromperie et le sujet est très bien amené dans ce roman.

𝐄𝐯𝐞𝐫𝐲𝐝𝐚𝐲 𝐇𝐞𝐫𝐨𝐞𝐬, 𝐓𝟑

« Everyday Heroes » est une saga de K. Bromberg éditée chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

« Le jeu en vaut-il la chandelle ? « 

Toute cette histoire de concours était censée se dérouler simplement. Je sais, je sais. Lancer le concours du  » Papa le plus sexy  » pour regagner la confiance de mon patron, et sauver l’un des magazines en ligne pour lequel je travaille, c’était mon idée. Mais je ne pouvais pas pévoir que le concurrent numéro dix, soit le terriblement sexy Grayson Malone. Monsieur Compliqué en personne. Parce que Grayson m’a bien connue lorsqu’on était plus jeunes, et je lui rappelle son passé. Et aussi la femme qui lui a brisé le cœur, et qui l’a quitté, le laissant élever seul le petit garçon le plus adorable que j’ai jamais vu.

Mais pas question d’entamer une relation, encore moins avec un papa célibataire qui trimbale des valises. Même s’il a des abdos d’enfer et le sourire ravageur.

Et maintenant que le concours touche à sa fin, les six mois qui viennent de s’écouler, c’était juste pour s’amuser, ou nous avons créé quelque chose qui vaut la peine de tout risquer ?

♦ Avis :

On avoue qu’on avait peur de retomber dans le même genre d’histoire que le premier tome et de donc, trouver ça redondant. Heureusement, ça n’a pas été le cas et ce troisième tome a été une très bonne lecture. MAIS on a quand même préféré le deuxième tome (parce que Grady 😍)

Grayson est un père célibataire fragilisé par l’abandon de la mère de son fils. Il ne fait plus si facilement confiance aux autres. Et comme ses autres frères, c’est vraiment un héros. On a beaucoup aimé Grayson, sa personnalité à la fois drôle et touchante ainsi que son fils, Luke qui a véritablement rajouté un petit truc au roman. Le duo père-fils entre eux deux est vraiment touchant et on a adoré les voir ensemble. Quant à Sidney, aux premiers abords, elle peut paraître un peu superficielle et garce, mais au fur et à mesure qu’on avance dans la lecture, on se rend compte qu’elle a évolué et que grâce à cette petite ville, elle a réussi à se concentrer sur les autres et pas que sur elle-même.

Concernant la romance entre les deux personnages, on l’a adoré ! Effectivement, au début du roman, il y a une sorte de « ennemies to lovers » entre Grayson et Sidney. Tout au long du roman, il y a de l’électricité, une tension entre eux. De plus, la romance n’est ni trop rapide ni trop lente ; elle évolue de manière réaliste.

« – Il y a longtemps, quelqu’un m’a dit de trouver ce que j’aime et de laisser cette chose me tuer.

Il baisse la tête un instant, puis la relève pour me regarder dans les yeux.

-Ce n’est pas grave si Sidney te détruit, Gray. N’aie pas peur de ça, parce qu’elle peut aussi être celle qui contribuera à te ramener à la vie. Elle peut être tout simplement, comme l’air dont tu as besoin pour respirer, celle sans laquelle tu ne peux pas vivre. »

K. Bromberg



Le point négatif est qu’on a trouvé qu’il y avait certaines longueurs. En effet, vers le 3/4 du roman, on s’ennuyait un peu.

Enfin, encore une fois, la plume de l’auteure nous a conquises. Elle est fluide, agréable à lire et addictive.

Pour conclure, cette trilogie a été une très bonne découverte malgré notre petite déception pour le premier tome. Ce qui est vraiment original dans ce roman, c’est le fait qu’on a des personnes masculines qui sont de véritables héros et font des métiers risqués. On vous conseille vraiment de découvrir cette auteure et ses romans !

𝐄𝐯𝐞𝐫𝐲𝐝𝐚𝐲 𝐇𝐞𝐫𝐨𝐞𝐬, 𝐓𝟏

« Everyday Heroes » est une saga de K. Bromberg éditée chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Emmy de retour dans sa ville natale, retrouve Grant, 20 ans après qu’elle l’ait rencontré sur les bancs de l’école, à l’âge de 8 ans, et sans que les blessures du passé n’aient entamé l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.

Grant Malone, devenu agent de police, reconnaît instantanément en la femme audacieuse et pleine de vie qu’est devenue Emmy Reeves, la petite fille timide dont il était amoureux petit garçon.

Certes, leur amour paraît impossible, Grant connaît mieux que quiconque le passé trouble d’Emmy. Mais quitte à braver la loi, il est déterminé cette fois, à ne pas la laisser repartir.

♦ Avis :

Après avoir dévoré les deux premiers tomes de la saga « Play Hard » (on vous les conseille vivement !), on avait trop hâte de nous replonger dans une autre histoire de K. Bromberg. Malheureusement, on en est ressorties assez mitigées de notre lecture ; on avait peut-être un peu trop d’attentes  🙈

Quand on a commencé notre lecture, au bout de 150-200 pages, on est restées assez sceptiques et dubitatives. Malheureusement, on a eu l’impression d’être extérieures à l’histoire, de ne pas pouvoir nous attacher aux personnages et de ne pas réellement ressentir les émotions. Emerson, l’héroïne, nous a énervées parce qu’on n’arrivait pas à la cerner ; elle changeait toujours d’avis. Quant à Grant, c’est sûrement le personnage qu’on a le plus aimé. Déjà le fait que ce soit un policier nous a directement plu ! Puis, c’est le personnage – bizarrement – qui nous a permis de ressentir le plus d’émotions. Nous avons également beaucoup aimé les frères Malone – avec leurs bêtises – qui ajoutent de l’humour au roman.

Les 200 premières pages passées, nous avions encore un peu de mal, mais ça s’est peu à peu amélioré. En effet, certains événements nous touchaient et le passé de l’héroïne nous intriguait beaucoup. Mais nous avions encore du mal à cerner les personnages – surtout l’héroïne – parce qu’on ne comprenait pas trop ce qu’elle voulait finalement et on avoue que parfois, on ne cernait pas ses « pensées », son point de vue.

« Elle est un rayon de soleil mélangé à une pointe d’ouragan, et je m’enfonce volontairement dans sa tempête avec rien de plus que les vêtements que je porte sur moi. »

K. Bromberg

Nous n’avons pas encore évoqué jusqu’ici, la romance. Il s’agit de retrouvailles entre deux personnages qui se sont quittés sur de mauvaises bases. Effectivement, Grant et Emerson se sont quittés dans des conditions assez « difficiles » et mystérieuses pour finalement, se retrouver vingt ans plus tard, un peu par hasard. Personnellement, on adore ce genre de romances où la rencontre entre les personnages est souvent explosive. Ici, la romance était toute mignonne et addictive. Mais on aurait aimé ressentir plus d’émotions, sentir leur complicité. La romance était lente, et pourtant, cette lenteur n’a malheureusement, pas favorisé le développement de sentiments selon nous. 

Nous avons découvert la plume de K. Bromberg avec « Play Hard ». Et on la trouve toujours aussi magnifique et fluide dans celui-ci. La preuve est que ce livre se lit très vite ; on ne bute sur aucun mot.

Ce qu’on aime dans ce roman et les autres romans de cette auteure, c’est qu’elle aborde toujours des thématiques importantes qui ne peuvent que nous toucher. Ici, elle en aborde un sujet très touchant qu’on voit assez souvent dans les romans, mais qui reste tout aussi bouleversant. 

En ce qui concerne la fin, elle était toute mignonne. On a donc, beaucoup aimé cette fin qui dégageait beaucoup plus de sentiments que le début du roman.

Pour finir, nous sommes donc, assez mitigées sur cette lecture. Mais nous avons vu que pour certains, le deuxième tome est meilleur que le premier. Du coup, on a hâte de pouvoir le découvrir et on espère plus l’apprécier que ce premier tome !