𝐂𝐚𝐦𝐩𝐮𝐬 𝐃𝐫𝐢𝐯𝐞𝐫𝐬, 𝐓𝟑

« Campus Drivers » est une saga de C.S. Quill éditée chez Hugo New Romance.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Lorsque Lewis se retrouve avec trois meilleurs amis en couple et une stagiaire à former pour la relève des Campus Drivers, son dernier semestre à la fac prend une allure de cauchemar. Sans compter que la stagiaire en question n’a rien de l’élève parfaite !

En débarquant dans une nouvelle université, Amy a promis à sa soeur de se tenir aussi loin que possible des ennuis. Alors, quand Lewis Conley lui propose une période d’essai en tant que chauffeur, c’est l’occasion rêvée de se ranger… Et de passer du temps avec celui pour qui elle craque malgré elle.

Mécanicienne hors pair, elle va devoir apprendre à ses dépends que la mécanique du coeur est encore plus complexe qu’il n’y paraît.

Quant à Lewis, la course sauvage dans laquelle Amy va l’entraîner risque de le faire dévier de sa trajectoire toute tracée.

♦ Avis :

Cette saga est vraiment parfaite quand on cherche à passer un bon moment, un moment drôle en compagnie de personnages attachants. Si ce troisième tome se détache quand même pas mal des autres, il reste tout de même drôle et agréable à lire.

En effet, ce troisième tome est un peu plus profond que les deux précédents. L’auteure nous présente une héroïne plus tourmentée, avec un passé qu’elle semble vouloir oublier, mais qu’elle va être obligée de retrouver. Personnellement, on a adoré cette profondeur dans le passé d’Amy parce qu’en plus de nous permettre de nous attacher davantage à elle, cela a permis d’ajouter de l’action et une intrigue à ce troisième tome. Effectivement, on ne s’est pas ennuyées une seule fois, bien que vers le milieu du livre, il y ait quelques longueurs.

Concernant les personnages, on était impatientes de découvrir Lewis, le dernier célibataire de la bande et on n’a pas été déçues. On a adoré en découvrir davantage sur lui et connaitre son lui intérieur qui se cache derrière le mec drôle et un peu con sur les bords. En réalité, Lewis est studieux, gentil, droit dans ses bottes et persévérant. Quand il veut quelque chose, il fait tout pour l’avoir. Quant à Amy, que pouvons-nous dire à part que c’est un personnage haut-en-couleur, une femme absolument incroyable. On est réellement admiratives d’elle (même si c’est un personnage fictif ^^) parce qu’elle est par excellence, l’image de la femme forte, mais qui a tout de même ses faiblesses. Elle est en fait, humaine et on a beaucoup aimé découvrir à la fois, sa force, mais aussi les éléments qui la rendent plus faibles, plus sensibles. En bref, ces deux personnages ont réussi à nous charmer et on aurait adoré être des amies de cette bande bon délire et là pour chacun d’entre eux en cas de pépin. D’ailleurs, dans ce 3ème tome, les autres couples apparaissent quand même de manière régulière et ça nous a beaucoup plu !

« – C’est bon, file-moi les clés, Conley ! J’te jure que dès notre retour à Columbus, j’attendrai que tu traverses une route en chantonnant naïvement et je te foncerai dessus.

– Si tu l’emportes, je te laisserai même le faire avec ma Dodge.

– Voilà la mitivation dont j’ai besoin. Attache-toi, j’espère que tu n’es pas malade en voiture.

– Je suis un Campus Driver !

– Bien sûr… »

C.S. Quill

Le défi pour l’auteure a été de se faire rencontrer ces deux bombes, personnages hauts-en-couleur. Amy, la rebelle à l’état pur. Lewis, le bon étudiant drôle, mais studieux. On a complètement adhéré à cette alchimie, à leur romance. Si vous voulez un réel slow burn, lisez ce livre parce qu’il vous faudra attendre que la tension soit au maximum entre eux pour attendre un premier pas. Mais c’est précisément ça qu’on a adoré : le fait qu’une complicité a eu le temps de se construire convenablement et qu’elle soit réaliste et qu’on ressente l’électricité entre eux à chacune de leur rencontre. On est tellement fans de leurs répliques à chaque fois hilarantes. Leur romance a pris du temps à se développer parce qu’il fallait le temps pour chacun des personnages d’apprivoiser l’autre et de le comprendre. Mais au final, on a le droit à une vraie comédie romantique haute-en-couleur.

Pour finir, C.S. Quill a vraiment réussi à nous concocter une saga qui a tout pour plaire et pour nous faire passer un bon moment. Grâce à sa plume addictive et agréable à lire, on a repris petit à petit goût à la lecture.

𝐋𝐨𝐫𝐞 𝐎𝐥𝐲𝐦𝐩𝐮𝐬, 𝐯𝐨𝐥𝐮𝐦𝐞 𝟏

« Lore Olympus » est un webtoon de Rachel Smythe édité chez Hugo BD.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Une réécriture contemporaine de l’une des histoires les plus connues de la mythologie grecque : l’histoire d’amour surprenante entre Perséphone et Hadès !

Perséphone, jeune déesse du printemps, est nouvelle au Mont Olympe. Sa mère, Déméter, l’a élevée exprès dans le royaume des mortels, pour la protéger des tentations. Mais après que Perséphone lui a promis de s’entraîner comme vierge sacrée, elle est autorisée à aller à l’université et à vivre dans le monde glamour et trépidant des dieux. Lorsque sa colocataire, Artémis, l’emmène à une fête, sa vie entière change : elle y rencontre Hadès et l’étincelle est immédiate avec le souverain charmant mais incompris des Enfers. Tout s’accélère alors, Perséphone doit maintenant naviguer entre les jeux stratégiques et les relations déroutantes qui régissent l’Olympe, tout en trouvant sa place et en affirmant son pouvoir.

L’interprétation ingénieuse de ce conte intemporel est destinée à devenir un classique moderne !

Le chapitre bonus inédit jamais lu en ligne fera de cette édition un livre collector à se procurer absolument !

♦ Avis :

D’habitude, nous ne lisons pas de BD car ce genre ne nous tente pas plus que ça. Mais dès l’annonce de cette BD/webtoon, nous avons été intriguées par la réécriture de l’histoire entre Perséphone et Hadès. Nous sommes tellement contentes d’avoir pu la découvrir !

Pour commencer, comment ne pas craquer pour cette beauté en voyant sa couverture ? L’objet-livre en lui-même est tellement magnifique que nous l’avons exposé dans notre chambre pour pouvoir l’admirer ! De plus, les illustrations sont magnifiques : le choix des couleurs est coordonné avec l’histoire ce qui donne une vraie atmosphère à l’histoire et nous plonge directement dans cette réécriture.

Les couleurs aident également à faire ressortir tout l’univers façonné par l’illustratrice qu’on a tout simplement adoré ! En effet, l’auteure arrive à rendre cette histoire reprenant la mythologique, novatrice avec une pointe de modernité ! Nous n’avons pas pu faire autrement qu’être intriguées par ces personnages de mythologie, l’auteure arrive à nous donner envie d’en découvrir plus sur la mythologie. Hadès et Perséphone nous ont vraiment conquises et en plus, on a déjà ressenti des premières étincelles entre eux, grâce aux dessins.

Comment s’arrêter de le lire alors que l’histoire est addictive ? A chaque fois que nous avions le temps, nous l’avions en main pour pouvoir lire quelques épisodes à tel point que nous l’avons englouti en quelques jours. La fin ne nous donne plus qu’une seule envie : découvrir la suite de cette histoire qui s’annonce tout aussi incroyable !

En bref, FONCEZ ! Même si vous n’êtes pas adeptes des BD, on peut vous garantir que celle-ci mettra tout le monde d’accord et qu’elle vous plongera tout comme nous, dans cet univers magnifique !

𝐌𝐲𝐬𝐭𝐞𝐫𝐢𝐨𝐮𝐬 𝐑

« Mysterious R » est un roman de Adriana Dreux édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Angela en a marre. Les relations barbantes, elle en a fait le tour : elle veut un homme qui la fasse vibrer. Entre son goinfre de chat, sa meilleure amie un peu trop curieuse et son apollon de patron qui ne la regarde que pour critiquer son travail, elle a besoin de nouveauté ! Quand elle se lance sur Meetic, c’est la tentative de la dernière chance.

Pourtant, parmi les profils de gentils garçons bien sages et de mecs un eu trop culottés, un homme se distingue. Un mystérieux R qui semble avoir à cœur de la rêver, mais qui refuse catégoriquement de dévoiler son identité. Alors elle se laisse guider, petit à petit séduites par ces rendez-vous hors normes où seuls les mots sont autorisés. Toutefois, Angela a vite faim de plus.

Peut-elle vraiment faire confiance à R ?

♦ Avis :

Pour tout vous avouer, cette histoire nous intriguait autant qu’elle nous faisait peur, mais Adriana Dreux a réussi à forcer toutes nos barrières et nos hésitations quant aux histoires sur des sites de rencontre. En effet, nous avons beaucoup de mal à accrocher aux histoires avec des sites de rencontre. Mais cette fois-ci, avec R et Angela, nous ne pouvions pas faire autrement que d’être attirées par cette alchimie qui est née à travers des messages sur Meetic. Adriana Dreux a réussi à créer cette tension même à distance, même quand les deux personnages n’étaient pas ensembles.

Angela, en plus d’exercer notre travail de rêve (éditrice) a un caractère de tête de mule. Elle se montre déterminée à ne pas flancher même si des personnes pensent être supérieures à elle. On a adoré cette ténacité, cette envie de ne pas laisser un homme la maitriser et surtout, son humour qui nous a fait rire à plusieurs reprises. Quant à R, comment ne pas succomber à son charisme ? Adriana a affiné les messages sur Meetic à un tel point que nous ne pouvions que trouver ce personnage mystérieux et charismatique. Concernant la romance, nous avons eu un peu du mal au début à bien cerner ce qui se passait entre les deux personnages. Mais très rapidement, nous sommes tombées sous le charme de cette histoire d’amour. En effet, la visite de Paris loin d’être ordinaire nous a conquises. Effectivement, on a pu voyager, découvrir des monuments de Paris que nous n’avons jamais pu visiter. Et puis comment ne pas être addictes à cette romance alors qu’elle vend du rêve ? Monsieur R mène Angela dans une danse que lui connait, mais pas elle – tout comme il nous entraine aussi tantôt dans une valse, tantôt dans un tango; il mène la danse, reste mystérieux jusqu’au bout, mais Angela ne se laisse pas non plus faire. Si nous étions vous, nous n’hésiterions pas une seule seconde à découvrir cette histoire. Parce que cette romance est plus qu’une romance banale, Adriana nous donne une leçon de vie, une leçon d’amour.

« – Deuxième fois que tu m’insultes. Si tu n’avais pas été une femme, j’aurais été bien moins clément.

Mon coeur rate un battement. Pourquoi suis-je si émoustillée ?

– Une menace ?

Lentement, il tente une nouvelle approche et saisit mon menton, caressant mes lèvres du bout du pouce. Et un insidieux brasier parcourt mes veines. J’aime le sentir, ce ne devrait pas être le cas. Où est passée ma fureur ?

– Une promesse, plutôt… »

Adriana Dreux

Parce qu’Adriana ne s’arrête pas à cela, elle aborde avec délicatesse, plusieurs thèmes. Effectivement, elle nous prouve et défend que les femmes n’ont pas besoin de se rabaisser, n’ont pas besoin de rabaisser leurs exigences, n’ont pas besoin d’un homme pour se faire plaisir. Bref, plus qu’une histoire d’amour, cette histoire est aussi un discours qui a beaucoup résonné en nous.

Quant à la plume de l’auteure, nous sommes tellement heureuses d’avoir pu découvrir la plume de cette jeune auteure. Nous avons été envoûtées et nous avons déjà hâte de découvrir son prochain roman (on t’attend au prochain FNR avec ton nouveau bébé, Adriana <3).

𝗦𝗶 𝗯𝗲𝗹𝗹𝗲, 𝗦𝘆𝗯𝗶𝗹𝗹𝗲

« Si belle, Sybille » est un roman de Valentine Lalande édité chez Hugo New Way.

Note : ⭐⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Sybille se trouve moche, fade, inintéressante. Elle rase les murs du lycée pour ne pas se faire remarquer. Chaque jour, elle tente de sourire à son reflet dans le miroir, mais lorsque sonne sa première heure de cours, elle remet son masque d’adolescente solitaire ignorée par ses camarades. En secret, elle observe Soren, le type du dernier rang qui passe ses journées à griffonner sur un carnet.

Lorsque leur professeur de Littérature les soumet à un exercice d’écriture en binôme, elle espère bien tomber sur celui qui l’envoûte depuis le collège.

Malheureusement, le sort en décide autrement. Et c’est la pétillante Sofia, sa meilleure amie aussi généreuse en formes que de caractère, qui tombe sur Soren. La banale Sybille se retrouve à devoir travailler avec Samuel, qui décroche de loin la palme du pire crétin de la classe. Arrogant, imbu de lui-même et redoublant pour la deuxième fois… L’exercice littéraire risque de ne pas être une partie de plaisir.

À moins que… Et si Samuel l’aidait à prendre confiance en elle et à faire craquer le mystérieux Soren ?

♦ Avis :

Il y a des livres dont l’histoire est relativement simple, mais qui vous touche par les simples messages que l’auteure fait passer, par la manière si simple, mais si authentique de parler de sujets sensibles, mais communs. La morale la plus importante traite du bodypositive, un sujet qui nous touche beaucoup. Sybille ne se trouve pas belle, elle ne s’accepte pas vraiment et donc, elle essaie de passer inaperçue à l’école afin de ne pas attirer l’attention. Ce personnage a fait écho en nous, on a réussi à nous retrouver chez elle et à nous attacher à elle et à sa famille qui n’est peut-être pas la famille parfaite, mais qu’on a trouvé attendrissante et chaleureuse. Vous allez nous dire que c’est un thème qui est assez récurrent, même en New Romance. Et on est d’accord avec vous, mais ici, avec ce roman, on a eu l’impression de lire des ressentis, des mots, des comportements à nous. En bref, Si belle, Sybille, c’est une histoire simple et pas très originale voire un peu cliché, mais ce qui a dominé notre lecture, c’est cet esprit doux qui fait passer des messages.

« — Tu m’aimes ? C’est ce que tu es en train de dire ?

Ses joues sont écarlates et les miennes doivent prendre la même teinte.

— Bien. Je t’aime bien.

C’est déjà pas mal. »

Valentine Lalande

Ce qu’on a adoré dans ce roman, c’est les différents points de vue. On suit réellement l’histoire de quatre personnages principaux. Au début, on avait peur d’être perdues face à autant de points de vue, mais au final, pas du tout, on a même trouvé cela plus intéressant parce qu’on peut faire face à plusieurs personnages différents. D’un côté, on a Sofia, une femme plus extravertie, mais qui subit du harcèlement. Sofia, c’est, à l’extérieur, l’exact opposé de Sybille parce qu’elle assume ses goûts et son corps. On l’a adoré parce qu’elle rajoutait ce petit côté comique et jovial. Quant à Samuel, comment ne pas l’aimer ? Oui, c’est un personnage assez cliché, mais il a réellement bien été pensé parce qu’on suit une vraie évolution de son comportent et de son caractère. Enfin, on a Soren, c’est le personnage auquel on n’a le moins réussi à nous attacher. Peut-être parce qu’il est le plus timide et donc, qu’il n’est pas aussi présent que les autres dans l’histoire.

C’est le premier roman qu’on a lu de cette auteure et on a beaucoup aimé sa plume. Elle est à la fois, simple, addictive et très agréable à lire. Les pages du roman ont défilé sans qu’on ne les voie. Pour conclure, on ne peut que vous conseiller cette histoire touchante, simple et qui fera sûrement écho à beaucoup d’entre vous.

𝐒𝐜𝐚𝐧𝐝𝐚𝐥𝐞

« Scandale » est un roman de LJ Shen édité chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐,25/5

♦ Résumé :

Une liaison à risques au bureau.

Jude a de gros ennuis.

Non seulement, elle a besoin très vite d’un travail qui lui permettra de vivre mais également d’assumer les frais médicaux de son père qui est très malade, mais elle a commis une erreur majeure. Après une nuit de folie avec celui qu’elle a pris pour un simple touriste français, elle a perdu la tête et a quitté leur chambre d’hôtel en volant son portefeuille.

Elle en a honte mais Célian était visiblement aisé et elle n’a aucune chance de le revoir à New York, puisqu’il va certainement rentrer chez lui.

Mais la chance ne sourit pas beaucoup à Jude, elle le sait pourtant.

Lorsqu’elle arrive sur son nouveau lieu de travail, au sein d’un groupe de presse, elle a la très désagréable surprise de découvrir que Célian Laurent sera son patron.

L’alchimie fabuleuse qu’ils avaient découverte quelque temps auparavant est toujours là, vibrante.

Entre le vol qu’elle a commis et le désir qu’elle éprouve pour celui avec qui elle travaille, Jude pourrait voir sa vie sombrer dans le scandale.

♦ Avis :

Dès sa sortie en grand format, il nous tentait énormément. En fait, tous les livres de LJ Shen nous tentent énormément, mais à chaque fois on hésite parce qu’on n’avait pas trop adhéré à « Vicious ». La sortie du format poche de « Scandale » était l’occasion parfaite de tenter à nouveau un livre de cette auteure. Et on ressort de cette lecture assez mitigée.

Pour commencer, on a beaucoup aimé l’univers du journalisme que l’auteure a développé. Ça rend l’histoire plus réaliste car LJ Shen décrit tous les détails sur les réunions entre les rédacteurs, comment avoir des informations, être les plus rapides à trouver de nouvelles informations, etc. C’était super intéressant à découvrir.

Par contre, on a moins adhéré aux allusions sexuelles présentes tout le long du roman qui n’ont pas vraiment lieu d’être dans certaines conversations. Elles sont surtout présentes dans les 200 premières pages ce qui a fait qu’on n’accrochait pas vraiment à l’histoire. Il y en avait trop – pour nous – et au final, on trouvait ça un peu malaisant. Honnêtement, si on n’avait pas lu ce roman dans le cadre d’un SP, on l’aurait abandonné au bout des 200 premières pages, mais on est contentes d’avoir persévéré et continué parce que la suite est vraiment meilleure.

— Tu joues avec le feu, je l’avertis.

Sa main remonte peu à peu, vient toucher ma bouche, son pouce plane au-dessus de ma lèvre inférieure, en trace le contour et me rappelle la scène d’il y a trois semaines.

— J’ai peut-être envie de me brûler.

LJ SHEN

Judith, alias Jude ou miss converse, est le personnage féminin de l’histoire. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, et on a beaucoup aimé ce côté-là de son caractère. C’est le personnage féminin avec qui on a eu le plus facile à s’identifier. C’est une bouffée d’air frais dans ce roman et dans les cent dernières pages, on a vraiment été plongées dans ses sentiments qui étaient vraiment très bien décrits et mis en avant. Quant à Celian (déjà, on aime beaucoup son prénom qui est original), c’est un homme intelligent qui aux premiers abords, est froid et insensible. C’est un personnage qui reste fidèle à lui tout au long du roman et ça, c’est un point positif. Il ne change pas en homme mièvre dès sa rencontre avec Jude. Malheureusement, on a moins réussi à nous attacher à lui parce que son attitude « cru » nous a un peu déstabilisées.

Pour conclure, si vous avez aimé « vicious », vous aimerez à coup sûr, « Scandale ». Ce roman a énormément de potentiel et peut vraiment plaire à beaucoup de personnes. On a tout de même passé un bon moment, mais vu qu’on n’est pas trop fans du surplus de sexe, ça nous a un peu gâché notre lecture.

𝐇𝐨𝐦𝐨 𝐕𝐚𝐦𝐩𝐢𝐫𝐢𝐬, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟑

« Homo Vampiris » est une saga de Marie Rozsa

Note : ⭐⭐⭐⭐,75/5

♦ Résumé :

Retrouvez la fin des aventures d’Arduina, Sasha, leurs alliés et leurs ennemis dans un tome toujours aussi addictif et haletant. Cette fois, suivez aussi bien les pacifistes que les Vampires Rouges, apprenez à connaitre les adversaires ! De grands changements bouleverseront notre héroïne et l’obligeront à faire ce qu’elle n’apprécie que moyennement : compter sur les autres. Heureusement, ses nouveaux amis seront là pour la soutenir. Mais si les affrontements sont inévitables, les pertes le sont également.

Attention, ascenseur émotionnel enclenché, veuillez vous assurer que votre cœur tiendra le choc…

♦ Avis :

Quand nous avons découvert le premier tome, nous avions beaucoup aimé l’originalité de l’auteure, notamment sur les espèces d’Homo vampiris qui sont un mélange de loups et vampires. On a été prises dans cette histoire et on a enfin pu découvrir la fin et avoir les réponses à nos questions. Marie Rozsa nous a malmenées pendant un long moment et dans ce dernier opus, elle nous a encore une fois maltraitées jusqu’à la fin. Vous être prévenus : si vous lisez cette saga, préparez votre cœur.

Le plus gros point positif de ce roman, c’est l’intrigue. Elle est bien ficelée, assez bien développée pour qu’on puisse la comprendre et surtout, cette intrigue nous tient en haleine. Mais elle est aussi très originale. En effet, l’univers est unique et développé en sorte qu’on puisse s’immerger dans celui-ci sans problème.

Comme dit plus haut, l’auteure arrive à nous plonger dans un univers angoissant, de sang et de terreur. On peut ressentir cette angoisse que les personnages ressentent avant le dénouement.

Ensuite, on a vraiment énormément aimé les personnages qui sont tous attachants à leur manière. Sacha et Arduina sont les héros de l’histoire et on ne peut que s’attacher à eux. Sacha, c’est le mâle dominant, un peu sauvage, mais tellement doux et attentionné quand on perce sa carapace. Dans ce dernier tome, on a trouvé qu’il était beaucoup moins présent et on avoue qu’on aurait aimé qu’il s’affirme un peu plus dans ce tome-ci. Quant à Arduina, c’est une héroïne badass qui est quelque peu malmenée, mais qui reste forte.

Je le regardai de travers une seconde.

– Je ne sais pas tellement ce que je fais depuis hier ou comment je le fais plus précisément.

– Ce n’est pas grave, laisse ton instinct te guider.

Je soupirai, peu convaincue, puis fermai les yeux pour plus d’efficacité. J’attendis de longues minutes, essayant de trouver la façon de procéder, mais rien ne se produisit.

– Ne réfléchis pas, Arduina. Et surtout, ouvre-toi au monde qui t’entoure.

Enfin, la romance est toujours aussi douce. Effectivement, dans le premier tome, la romance a commencé sur les chapeaux de roue ; elle était rapide, mais d’une complicité admirable. Puis, au deuxième tome, on a vraiment découvert ce lien qui les unit. Pour finir par voir qu’ils se complètent, dans le troisième tome. Il faut néanmoins souligner que la romance est un peu moins présente dans ce dernier opus et même si ça nous a un peu manqué, on comprend le choix de l’auteure qui a surtout dû se focaliser sur l’action et le dénouement de toute cette intrigue.

La plume de l’auteure a énormément mûri, selon nous. On l’a trouvée encore plus fluide et addictive dans ce dernier tome.

Pour terminer, on avoue qu’on est tristes de laisser dernière nous, cette univers si particulier. A peine vous ouvrez le livre que vous plongez dans une ambiance entraînante et addictive.

𝐒𝐖𝐀𝐑𝐓𝐙, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟐

« SWARTZ » est une saga de Gail Shepard.

Note :  ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

ATTENTION ne pas lire le résumé si vous n’avez pas lu le premier tome !

Gabrielle s’est enfuie loin de l’homme qu’elle aime et qui lui a brûlé les ailes. Réfugiée au cœur d’un paradis terrestre, elle tente désespérément de se retrouver, mais succombera très vite aux sirènes de son empire abandonné en catastrophe.

De son côté, David essaye d’apaiser son chagrin et de panser les plaies infligées par son Ange avant son départ précipité.

Des circonstances exceptionnelles vont leur imposer de se croiser à nouveau.

Parallèlement, les sombres menaces qui planent autour de la CEO de Swartz se précisent.

Gabrielle parviendra-t-elle à écouter les explications que David tente désespérément de lui faire entendre ?

Sera-t-elle en mesure de lui pardonner l’affront qu’elle a subi ?

Et si les ombres qui rôdent autour d’elle anéantissaient ce qu’elle a de plus cher ?

♦ Avis :

Tout d’abord, il faut savoir qu’on avait énormément aimé le premier tome qui mettait en avant des personnages attachants et une histoire à la fois réaliste et originale. Ce deuxième tome ne nous a pas déçues bien qu’au début, on a eu un petit peu de mal à rentrer complètement dans l’histoire. La deuxième partie a rehaussé tout ça très rapidement.

En effet, dans la première moitié du roman, on a eu un peu de mal à cerner certains comportements des personnages. Il faut noter que Gabrielle est un personnage vraiment très original –avec un fort caractère – et elle ne « fonctionne » pas comme nous ; cela a peut-être eu un impact sur ce point. Mais dans la deuxième moitié, on a réussi à mieux la cerner, à compatir pour elle, pour ce qu’elle semble avoir vécu, bien qu’elle soit encore très mystérieuse. Quant à David, c’est notre personnage préféré, il a réellement évolué depuis le premier tome. Il a mûri sous nos yeux, pendant notre lecture et ça, c’est vraiment incroyable ! On a aussi beaucoup aimé Judith qui apporte de l’innocence au récit et elle est tellement chou ! En bref, David et Gabrielle sont des personnes imparfaites et réelles qui ont vécu des choses assez compliquées, des moments pas très beaux et qui aujourd’hui, cherchent à aller mieux, à se débarrasser des ténèbres.

Le point qui nous a le plus plu dans ce roman, c’est le côté intriguant et fantastique de l’histoire qui permet aussi de garder cette additivité tout au long de la lecture. En effet, Gail, depuis le premier tome, nous donne de mini-indices par-ci, par-là afin d’attiser notre curiosité. Et elle a bien réussi son objectif parce qu’on a juste envie d’en savoir plus. Déjà dans ce deuxième tome, elle met ce côté fantastique davantage en avant, mais on n’en sait pas encore énormément ce qui nous donne vraiment envie de lire le tome 3 dans lequel on sent qu’on ne va pas s’ennuyer.

« Il incline la tête sur le côté d’un air amusé.

– Tu es jalouse Butter ?

Mon cœur cogne fort dans la poitrine, j’ai l’étrange sensation de manquer d’air.

– Pourquoi le serais-je ? Ta groupie ne m’arrivera jamais à la cheville.

David me saisit soudainement par la taille et me plaque contre lui pour enfin caresser lentement ma chute de reins.

– C’est vrai, tu n’as pas à être jalouse de Terry et pourtant tu l’es ! En effet, elle ne t’arrive pas à la cheville ; et non, ce n’est pas une groupie mais une simple collègue. Pour terminer, sache que la seule femme dans ma vie à qui j’ai offert des fleurs, c’est à toi et seulement toi. »

Parlons à présent de la romance…David et Gabrielle, ce sont deux grands caractères qui se vouent un amour incroyable, puissant, mais aussi, par moments, destructeur. Ils se font l’amour, ils se font mal, mais ils s’aiment toujours d’un amour tellement beau malgré leurs nombreuses disputes. En effet, ils sont tous les deux « possessifs » et donc, ils s’emportent rapidement lorsqu’ils voient quelque chose qui ne leur plaisent pas. Personnellement, ça ne nous dérange pas plus que ça (surtout que parfois, un homme possessif, c’est tellement mignon !), mais c’est vrai qu’à certains moments, c’était trop, selon nous.

Pour finir, la plume de Gail est vraiment très belle, addictive, fluide et agréable à lire. Malgré les presque 600 pages de ce tome 2, on l’a lu très rapidement et ce grâce en partie, à la plume de Gail. De plus, on sent que Gail y met ton son amour pour écrire ce roman avec lequel on passe de colère à tristesse à amour, etc.

Pour conclure, si vous voulez découvrir une romance assez différente, une romance avec des personnages à la fois attachants et mystérieux, n’hésitez pas à découvrir cette saga ! Personnellement, on attend avec impatience le troisième tome !

𝐋𝐚 𝐝𝐞𝐫𝐧𝐢𝐞̀𝐫𝐞 𝐜𝐡𝐚𝐦𝐚𝐧𝐞

« La dernière chamane » est un roman de Julie Saurel édité chez Plumes du Web.

Note :  ♥♥♥♥♥/5

SORTIE ebook : 25 mars

♦ Résumé :

Un paiement. Rien qu’un petit paiement…

Dans un monde où les humains ont été réduits à l’esclavage et répartis en différentes castes sous le joug des Surnaturels, Jenny appartient au bas de l’échelle sociale : les Aturales. Elle n’est rien. C’est pourquoi les siens n’hésitent pas à la livrer au clan Macfillan, de puissants lycanthropes établis en Écosse, pour régler leur dette.

Mais celle qui ne devait être qu’une marchandise va vite faire tourner les sens des loups présents au château et ébranler bien des convictions. D’autant qu’elle se refuse à leur obéir. Surtout à ce rustre de Keir, le fils cadet des Macfillan, aussi collant qu’agaçant. Elle est particulière, il le sent. Le sait… et n’est pas le seul à s’en rendre compte.

Utilisée, convoitée et mise à prix, le danger rôde autour de la jeune femme, dont les alliés se révèlent plutôt surprenants. Pour sauver sa peau et dévoiler les secrets du château, Jenny est désormais prête à bousculer l’ordre établi.

♦ Avis :

Quand vous lisez un roman, vous n’avez pas parfois l’impression que c’est un bonbon, mais le dernier qui reste dans vos armoires ? Personnellement, c’est un peu ce qu’on a ressenti avec ce roman. On voulait juste essayer de garder quelques pages pour ne pas officialiser la fin de notre lecture. Ce roman a été un coup de cœur, il a vraiment réussi a nous embarquer dans un tout autre univers ❤️

En effet, la plume de Julie est belle, fluide et tellement addictive ! Les pages défilaient sans qu’on ne les voie et honnêtement, on a littéralement « bouffé » ce roman.

Déjà, l’univers que crée Julie reprend des clichés, mais qu’elle a vraiment remanié et dans lesquels elle a rajouté des éléments super originaux. Tout cela rend l’histoire addictive et permet de nous faire voyager dans ce clan de loups-garous à la fois si dangereux, mais tellement humain au final. En lisant le roman, on imaginait vraiment l’endroit, les pièces, etc. 

Vraiment, si vous avez envie de voyager dans un univers fantastique avec des loups, des humains soumis aux ordres des clans de loups, etc. Julie Saurel a créé un univers avec plusieurs clans qui ont des règles strictes, des accords, etc. ; ce qui rend la lecture encore plus fascinante !

Mes pas me rapprochent dangereusement de Jenny et, irrité, j’agite un doigt accusateur devant son nez.

– Tu n’as pas à me dire ce que je dois faire, sifflé-je entre mes dents.

– Bien ! Je reformule : vous n’êtes qu’un crétin, Lord Keir MacFillan ! me défie-t-elle.

Les personnages sont attachants. Jenny est notre petit coup de cœur ; elle est tellement têtue, mais tellement attachante et elle veut véritablement faire le bien autour d’elle. On a beaucoup aimé son audace et son intelligence, mais aussi à la fois sa compréhension des loups-garous alors même qu’elle devrait les détester. Petit coup de cœur également pour Nathanael qui est tellement adorable et l’auteure a vraiment réussi à retranscrire sa naïveté et le fait qu’il n’est encore qu’un louveteau. Keir est le héros de l’histoire et quel héros ! On a vraiment « vu » s’opérer au fur et à mesure des pages une évolution de ce personnage et ça, c’est un énorme point positif. Ça nous a permis de ne pas être brusquées et en même temps, de comprendre chaque personnage. Le seul personnage avec lequel on a eu un peu plus de mal, c’est le frère de Keir. Il n’est pas le personnage principal, mais on aimerait tellement avoir un tome sur lui ! 

Enfin, l’intrigue de l’histoire nous a énormément plu. En effet, tout au long du roman, on a des indices. C’est sûrement l’intrigue qui a rendu le texte aussi addictif car on voulait toujours en savoir plus. 

Pour conclure, on ne peut que vous conseiller ce roman qui nous a charmées en tout point. On a été embarquées dans cet univers à la fois dangereux et attachant. On avait vraiment besoin de lire un roman de ce style alors merci infiniment à l’auteure d’avoir écrit ce roman. 

𝑳𝒂𝒅𝒚 𝒊𝒏 𝒓𝒆𝒅, 𝑻𝟏 « 𝑴𝒊𝒍𝒍𝒊𝒐𝒏 𝑫𝒐𝒍𝒍𝒂𝒓 »

« Lady in red » est une trilogie de Alexya Thiessard édité chez Editions Evidence.

Note :  ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Ils avaient un plan simple. Entrer, voler, sortir. Juste une fois. Ils ne devaient se voir qu’une seule fois, ne rien savoir des autres. Cela avait déjà réussi très souvent auparavant, mais, ce jour-là, les choses seraient différentes.
Elle était là pour la première fois. Lui, une fois de plus.


Il n’était pas si coupable que ça, mais la vie l’avait attaqué sans cesse, si bien qu’il avait fini par craquer et devenir un délinquant. C’était pour lui le seul moyen de se sentir vivant…

♦ Avis :

Tout d’abord, la couverture et le résumé nous ont directement intriguées et surtout, ça promettait d’être quelque chose d’assez original, autour de l’univers de cambriolage. Et en effet, on a bien été servies de ce côté-là ! Mais on ressort de ce roman avec avec des points très positifs et d’autres moins.

Premièrement, la plume d’Alexya est très jolie, fluide et agréable à lire. Elle a réussi à nous faire voyager et les pages ont défiler plus rapidement. On a aussi beaucoup aimé les descriptions, notamment des robes rouges de l’héroïne qui accentue le côté « Lady in red ».

Ensuite, comme on vous l’a dit, cette romance se passe dans l’univers de cambriolages et on avoue qu’on n’avait jamais lu ce genre de romans, donc ça nous a vraiment plu de lire ça ! C’est très original et bien amené. On comprend rapidement que l’héroïne accepte de continuer à voler. Alexya décrit très bien cette addiction qui naît en elle, cette adrénaline.

Par contre, selon nous, il a manqué de développement. En effet, la relation amoureuse est trop rapide selon nous ; on aurait aimé qu’elle s’étende sur plus de temps pour qu’on puisse d’abord cerner chaque personnage. Les émotions sont bien présentes, notamment l’adrénaline quand ils cambriolaient, mais encore une fois, ça nous aurait plu de davantage ressentir les émotions entre eux deux. On ne peut nier cette complicité entre eux, mais on aurait aimé voir plus d’attirance avant qu’ils tombent amoureux. Après sans vous spoiler, on trouve ça étrange donc on se demande si ce n’est pas le but recherché par l’auteure ! A voir dans les prochains tomes ! Et deuxièmement, c’est vrai qu’on a été un peu surprises quand elle abandonne son frère qui est dans le coma. On aurait aimé voir que c’est difficile pour elle de le quitter mais qu’elle en a besoin.

– Comment vas-tu, ma douce ? Tu t’en sors bien ou je dois venir te sauver encore une fois ?

Ça va les chevilles, Superman ?

– Je n’ai pas besoin de ton aide en permanence. Juste un peu, n’abuse pas non plus.



Il faut cependant, retenir que ce tome 1 a l’air d’être plus introductif qu’autre chose. Effectivement, plusieurs éléments restent intrigant et surtout mystérieux ce qui nous laisse penser que tout cela sera davantage développé dans les autres tomes. Gentleman In Black, par exemple, utilise beaucoup de surnoms comme « ma douce », etc. faisant plutôt croire qu’il joue un rôle. On n’en sait pas beaucoup sur lui car on n’a pas son point de vue et qu’il se cache sous le parfait (trop parfait) homme. Si au début, ça nous a fait lever les yeux au ciel, on s’est rapidement dit que ça devait cacher quelque chose. A voir dans les prochains tomes…

Pour conclure, plusieurs éléments nous ont beaucoup plu tandis que d’autres nous ont perturbées. On ne peut pas encore vraiment nous positionner définitivement sur ce roman puisque il est très introductif. On est curieuses de connaître la suite des aventures de Lady In Red et de Gentleman In Black, nos petits cambrioleurs amoureux…

𝐖𝐢𝐬𝐡, 𝐭𝐨𝐦𝐞 𝟑

« Wish » est une saga de Audrey Carlan éditée chez Hugo New Romance.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Aussi loin que je me souvienne, je me suis sentie perdue.

Avec deux pères géniaux et un diplôme d’une école de cuisine, je devrais être au sommet du monde, prête à créer des desserts remplis d’amour et de lumière. Et pourtant, il me manque quelque chose.

Le jour de mon vingt-cinquième anniversaire, deux belles femmes se présentent à ma porte avec une poignée de lettres roses et prétendent être mes soeurs. J’ai toujours pensé que j’étais le produit d’une mère porteuse anonyme, mais mes pères se mettent enfin à parler. Ils ont su toute ma vie qui était ma mère biologique et la pile de lettres prouve que ma mère savait aussi pour moi. Le cœur en vrac, ma valise dans une main, les lettres de ma mère dans l’autre, j’ai traversé le pays, de Chicago, dans l’Illinois, à la petite ville de Pueblo, dans le Colorado. À chaque kilomètre qui me rapproche de ma nouvelle famille, le vide en moi commence à se remplir. Tout en apprenant à connaître mes soeurs, je découvre que j’aime la ville et que je suis proche de ces deux femmes. Lorsque le magasin de bonbons situé à côté de l’entreprise de ma sœur doit fermer, je saute sur l’occasion pour ouvrir ma propre boulangerie avec mon nouvel héritage et pour commencer ma nouvelle vie…

♦ Avis :

Autant vous dire qu’après la fin du deuxième tome, on avait hâte de découvrir ce troisième tome ! Finalement Isabeau est le personnage qui nous correspond le plus et on a adoré lire ce troisième tome. De plus, la plume d’Audrey est un peu plus travaillée sur ce roman.

Commençons par la romance ! Certes, elle est assez rapide par rapport à d’autres romans, mais dans ce tome ça ne nous a pas trop dérangées. En effet, il y a pas mal d’obstacles, de secrets qu’on découvre au fur et à mesure du roman qui rendent la romance plus compliquée et plus intrigante. On a aussi bien aimé la complicité entre les deux personnages !

Il y a une intrigue autour de la romance, mais aussi dans l’univers en général de la saga. On ne veut pas en dire plus pour ne pas vous spoiler, mais on a trouvé ce roman plus addictif, plus travaillé sur l’aspect des mystères qui traînent autour des sœurs.

Ensuite, les personnages sont bien décrits ! On a encore un peu de mal à tous les cerner, surtout pour les hommes. Mais dans ce roman, c’était beaucoup plus facile de rentrer dans l’univers et on a beaucoup aimé retrouver les personnages du premier et deuxième tome. En effet, on les retrouve avec encore cette complicité très touchante. Isabeau nous a particulièrement touchées, de par sa sensibilité mais aussi les valeurs qu’elle dégage. Elle nous correspond plus, ce qui signifie le fait qu’on a réussi à mieux nous identifier à elle !

– C’est juste que je ne suis pas le genre de fille qui fait ça le premier soir, je réponds en étudiant sa réaction.

– Et quel genre de fille es-tu, Isa ? demande-t-il d’une voix grave et ultra-sexy qui incite la petite dévergondée en moi à pointer le bout de son nez.

– Le genre de nana qui attend toujours six rencards avant le sexe, j’admets d’un ton un peu frustré.

Comme dit plus haut, la plume d’Audrey Carlan est beaucoup plus travaillée dans ce troisième tome. On sens une petite touche plus profonde, beaucoup plus poétique que les deux autres (elle l’est dans les deux autres, mais ici beaucoup plus) ce qui nous a permis d’apprécier cette lecture, d’avoir de la compassion pour l’héroïne.

Pour conclure, c’est une romance qu’on a beaucoup apprécié, mais qui manque quand même de développement. Sinon, l’univers autour est encore une fois unique et original. On a hâte de découvrir le quatrième et dernier tome de cette saga qui risque d’être très touchant !