𝐋𝐞 𝐫𝐨𝐲𝐚𝐮𝐦𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐝𝐚𝐦𝐧𝐞́𝐬

« Le royaume des damnés » est une saga de Kerri Maniscalco publiée chez Desaxus.

Note : ⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Deux soeurs. Un meurtre brutal. Une romance enivrante. Une quête de vengeance qui va déchaîner les Enfers…

Emilia et sa soeur jumelle Vittoria sont des streghe, des sorcières qui vivent secrètement parmi les humains, évitant d’être remarquées et persécutées. Un soir, Vittoria manque le service du dîner dans le célèbre restaurant sicilien de sa famille. Peu après, Emilia découvre le corps de sa soeur bien-aimée, profané au-delà de toute croyance. Dévastée, elle entreprend de retrouver le meurtrier de Vittoria et de se venger à tout prix, même si cela implique l’usage de la terrifiante et interdite magie noire.

Elle rencontre alors Colère, l’un des princes de l’enfer, contre lequel elle a été mise en garde dans les contes de son enfance.

Colère prétend être du côté d’Emilia, chargé par son maître de résoudre la terrible série de meurtres de sorcières qui ont eu lieu sur l’île. Mais quand il s’agit des Damnés, les apparences sont souvent bien trompeuses…

♦ Avis :

Cette saga nous a tentées dès qu’on a découvert son résumé et la couverture. Mystérieux et intrigant, nous ne pouvions qu’avoir envie de découvrir ce que nous cachait cette histoire. Et finalement ce fut une bonne lecture !

Il faut avant tout parler de l’univers. Nous sommes au cœur même de l’Italie avec des descriptions de plats qui donnent l’eau à la bouche. Mais ce qui nous a d’autant plus marquées, c’est tout l’univers des sorcières et des princes de l’Enfer. L’auteure revisite l’Italie pour la transformer en un pays mystérieux où le surnaturel s’impose. L’auteure a une véritable imagination pour avoir créé ce monde et tous ces personnages et monstres ! Pour ce qui est de l’intrigue, elle est bien pensée et très originale (on applaudit l’imagination de l’auteure). Petit bémol, l’histoire prend énormément de temps à se développer. Nous avons beaucoup de descriptions mais pas assez d’actions au début. De plus, nous aurions aimé que les informations cruciales soient plus réparties pour être plus compréhensibles !

Pour ce qui est des personnages, commençons par Colère que nous avons tout simplement adoré dès le début. De fait, son aura imposante et pleine de noirceur nous a conquises et puis son charisme ne pouvait que nous faire succomber. Il est imposant et sur de lui ! Quant à Emilia, elle est sensible, fragile. Ce qu’on adoré dans la psychologie de ce personnage, c’est le développement de cette héroïne qu’on voit devenir de plus en plus déterminée et forte !

« – Je ne peux peut-être pas te tuer, mais je trouverai d’autres moyens de te faire souffrir.

– Crois-moi, ta seule présence y parvient très bien. »

– Kerri Maniscalco

Pour ce qui est de la romance, on préfère prévenir que la romance ne se développe pas encore beaucoup beaucoup dans ce premier tome. Il y a quelques rapprochements mais beaucoup plus vers la fin ! Mais cela ne nous a pas empêchées d’adorer cette relation entre les deux personnages. Intense, enflammante, on voulait encore plus de passages entre eux, plus d’électricité entre eux. Rien que pour la romance, on a déjà trop hâte de lire la suite qui s’annonce d’autant plus incroyable !

Par contre, cette fin est là pour nous tuer. ON VEUT LA SUITE !

« La colère remplit l’espace autour de nous, brûlant plus fort et plus furieusement que notre passion.

– Qu’est-ce qu’il y a, sorcière ? Tu t’es abaissée à embrasser quelqu’un que finalement tu détestes ? »

– Kerri Maniscalco
Publicité

𝐁𝐞𝐚𝐮𝐭𝐢𝐟𝐮𝐥 𝐁𝐥𝐨𝐨𝐝

« Beautiful Blood » est une duologie de Tamar Saborido éditée chez Plumes du web.

  • Premier tome

Note I : ⭐⭐⭐,5/5

Note H : ⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Les banshees… Darcy Amaro n’y croit pas.

Les créatures surnaturelles en général ? Non plus.

Pour elle, ce ne sont que des sornettes pour s’effrayer dans le noir. Néanmoins, lorsqu’elle entend un cri strident dans la nuit qu’elle est la seule à percevoir, elle commence à se questionner sur l’existence de certaines puissances.

Et si, comme le prétend sa voisine méga-superstitieuse, sa vie était en danger ? Car celui qui entend les pleurs de la banshee est destiné à mourir.

Henry de Fontenay, dhampire de près de quatre cents ans à la recherche de sa génitrice, se doit de faire face aux démons de son passé. Croiser la route de Darcy ne faisait définitivement pas partie de ses projets. Pourtant, dès qu’il la flaire, une envie qu’il a réprimée depuis des centaines d’années se réveille, car la jeune femme le met hors de lui – dans tous les sens du terme.

Rien ne les poussait à se rencontrer. Le cosmos a un humour plutôt tordu et ce qui est écrit doit s’accomplir.

On ne peut échapper à son destin et ça, Darcy est sur le point de le réaliser…

♦ Avis :

Tamar Saborido est une auteure que nous avions hâte de découvrir, chose faite avec ce premier tome !

Darcy est, disons-le, un de nos personnages préférés. On a adoré son tempérament de feu, son courage, le fait qu’elle n’a pas la langue dans sa poche et qu’elle tienne tête – même à des vampires. Nous avons beaucoup aimé le respect de sa personnalité de A à Z. En ce qui concerne Henry, nous ne pouvons nier qu’il dégage à travers les descriptions de l’auteure, un charme imposant. Il est quelque peu mystérieux ce qui le rend d’autant plus intrigant. On a succombé à son charisme, mais aussi à sa bienveillance camouflée au tréfond de son âme, que l’auteure nous laisse entrevoir. Enfin, Rune est peut-être un personnage secondaire, mais nous l’avons trouvé bien développé : très énigmatique, brutal et froid. C’est au fond, ce personnage qui a rendu Henry à côté d’autant plus charismatique et bienveillant.

Quant à la romance, nous avons droit à un slow burn qui apparait très lentement et progressivement au fur et à mesure de l’histoire. Les personnages ont tous les deux un tempérament fort et donc, leurs joutes et piques électrisent leur relation. Nous avons beaucoup aimé ce petit nœud dans le ventre qui apparait petit à petit et se déploie au fur et à mesure de leurs échanges. Le point négatif, c’est que le débit de la romance ne lui correspondait pas. En effet, la romance prend énormément de temps et d’un coup, Henry et Darcy se côtoie de manière plus intime. Elle aurait aimé que la tension apparaisse dès le début avec plus d’interactions entre les personnages.

– Que t’ai-je dit au sujet de l’ironie et de l’insubordination ?

– Que tu adorais ?

Je le gratifie d’un sourire rayonnant, avant de lui tirer la langue.

– Tu m’épuises, Darcy. Ton attitude rebelle ne te mènera nulle part, j’espère que tu en es consciente.

Derechef, je décide de le provoquer.

– Désolée d’avoir encore une personnalité.

– Tamar Saborido

Passons à l’intrigue, nous ne pouvons nier que l’auteure a dû travailler d’arrache-pied pour construire tout le fil conducteur de l’histoire pour nous amener à cette fin en cliffhanger. Nous avons adoré découvrir cet univers mêlant plusieurs espèces surnaturelles. De plus, nous avons trouvé très original le fait que l’auteure ait changé les perceptions qu’on se fait des vampires ou des autres créatures ! Cependant, le gros bémol, pour nous est que l’histoire prend du temps à se mettre en marche. Nous comprenons tout à fait qu’il faut introduire l’univers et mettre en place l’intrigue, seulement nous avons trouvé que c’était trop lent et donc, moins addictif, redondant. On aurait aimé plus d’actions, plus de surprises pour qu’on n’ait qu’une seule envie : tourner les pages une à une jusqu’à la fin. On espère que le deuxième tome contiendra beaucoup plus de rebondissements.

Si vous aimez les romans avec créatures surnaturelles qui prennent du temps à se développer, nous ne pouvons que vous conseiller de tenter !

𝐋𝐚 𝐫𝐞𝐢𝐧𝐞 𝐜𝐨𝐮𝐫𝐭𝐢𝐬𝐚𝐧𝐞

« La reine courtisane » est un roman de Anna Triss édité chez Black Ink Edition.
Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé :

Après des siècles de paix, les quatre Éléments-Clans de l’île Symbiose se livrent une guerre sans merci. Sylvan, le jeune roi Falune, guerrier cruel et impitoyable capable de contrôler la magie de Feu, asservit les trois autres royaumes de Symbiose en semant la mort et la terreur sur son passage.

Je suis la reine Alena du Clan Gelane affilié à la magie de l’Eau. J’ai été capturée par mon pire ennemi lors du siège de ma cité. Je connais déjà le sort funeste qui m’attend ce soir. Comme les princesses des deux autres Éléments-Clans qui m’ont précédée, je suis destinée à devenir la nouvelle épouse du tyran Sylvan.

Et demain à l’aube… Je serai exécutée.

Mais reine ou esclave, je reste avant tout une Gelane. Je ferai honneur à notre devise ancestrale.

« Face à son ennemi, un Gelane ne verse aucune larme, et jamais il ne renonce à brandir ses armes. »

♦ Avis :

Ce livre, nous l’avons acheté il y a presque deux ans. On voyait tellement d’avis sur cette romance fantasy qu’on ne pouvait que l’ajouter à notre PAL. Mais on n’avait pas encore eu l’occasion de découvrir ce que cachait ce roman. Maintenant, on peut comprendre pourquoi il y a eu toute une hype dessus ! Mêlant fantasy, romance, ennemies-to-lovers, mensonges, royauté, cette histoire nous a transmis des milliers d’émotions !

Pour commencer, Anna Triss a une imagination incroyable qu’on admire ! Elle a réussi à nous construire un univers, des royaumes, un monde où les apparences sont trompeuses. De plus, elle a réussi à nous donner des détails, des informations par petits morceaux ce qui nous plonge inévitablement au cœur de ce monde et ses intrigues. Une fois qu’on a ouvert le livre, on ne pouvait plus le reposer. Cette découverte ne nous donne plus qu’une envie : découvrir le saga « La guilde des ombres » qui a l’air encore meilleure !

Ce qu’on a adoré dans cette histoire, c’est ce jeu des apparences : Anna Triss nous apprend qu’il ne faut jamais se fier aux apparences qui peuvent être très trompeuses. Et elle le développe également sur le personnage de Sylvan, le roi considéré comme tyran de Falune. Aux premiers abords, son caractère semble lui correspondre : méchant, tyrannique, autoritaire. Mais très rapidement, on se rend compte que ce n’est pas le véritable Sylvan. On a adoré pouvoir découvrir son autre personnalité au côté de Alena. De son côté, Alena est pleine de surprises. Le caractère qui nous a le plus plu est son côté déterminé à survivre. C’est le personnage auquel on s’est le plus attachées grâce à sa détermination, sa persévérance, ses failles, et surtout à sa sensibilité qui détone avec le reste de l’univers.

Du côté de la romance, quel ennemies-to-lovers ! C’est intense, puissant, plein de tensions, royal. Bref, tout ce qu’on aime ! On a adoré voir les deux personnages se détester, puis s’aimer. Se torturer, puis se guérir. S’aimer alors qu’un tourbillon de peur se déchaine. Mais surtout, ce qui fait que la romance est aussi belle, c’est toute l’intrigue autour : apparences, mensonges, action, etc. Il y a juste un point sur lequel on n’était pas d’accord, c’est qu’Héléna trouve que la romance aurait pu être un peu moins rapide.

« – À genoux, Alena Kan-Gelane, ordonne Sylvan d’une voix forte qui vibre de fureur sous son heaume.

– Une reine ne s’agenouille devant aucun homme, énoncé-je d’un ton clair et résolu afin que tous les Falunes m’entendent dans la salle du trône. Qu’il soit souverain…ou tyran. »

– Anna Triss

Ce n’est pas encore assez convaincant pour vous donner envie de le découvrir ? Et si on vous disait que ce qui nous a le plus épatées, ce sont tous les retournements de situation. On a été surprises à maintes reprises, on a eu peur (clairement la boule au ventre) pour les personnages tellement on était investies dans l’histoire. L’action s’enchaine à tel point que nous ne pouvions déposer l’histoire !

Pour conclure, vous attendez quoi pour découvrir cette fantasy incroyable ? Vous serez épatés par les retournements de situation, par les apparences trompeuses, par l’intrigue que Anna Triss déploie tout le long du roman, mais surtout vous ne voudrez plus lâcher le roman jusqu’à la fin !

« – Je ne vous faciliterai pas la tâche, annoncé-je farouchement malgré mes mains tremblantes.

– Je n’en attendais pas moins de vous, Alena. »

– Anna Triss

𝐐𝐮𝐞𝐞𝐧 𝐨𝐟 𝐀𝐧𝐚𝐫𝐜𝐡𝐲, 𝐓𝟐

« Queen of Anarchy » est une saga de Océane Ghanem éditée chez Plumes du web.

Note : ♥♥♥♥♥/5

♦ Résumé (attention risque de spoil si pas lu le premier tome) :

Après les terribles révélations sur son identité, Jaime sait que l’étau se resserre autour d’elle. En effet, le diable a été formel : il arrive, avec sa légion de monstres qu’il compte bien lancer à ses trousses.

Elle n’a plus le choix : elle va devoir cesser ses mensonges et se dévoiler… Pourtant, rien n’est moins facile, et même si elle n’a jamais été aussi proche de Ciaran, elle continue de masquer sa nature profonde. Encore et encore. Avec une seule priorité, celle de sauver les siens d’une extinction qui semble de plus en plus inévitable.

Et accessoirement, survivre serait un plus, aussi. Parce que tout le monde semble décidé à la tuer avant qu’elle ne puisse accomplir sa destinée. Sans Azaël, l’ange déchu qui hante ses pensées, elle ne serait déjà plus de ce monde… mais là encore, elle sait qu’il y aura un prix à payer.

Perdue au milieu des ténèbres, entre la Duplicité, l’Avidité, la Mort et les autres déchus, parviendra-t-elle à retrouver la lumière ? Saura-t-elle renoncer aux mensonges pour embrasser la vérité ? Au-delà de l’illusion, l’Anarchie parviendra-t-elle à retrouver le chemin de la réalité ?

♦ Avis :

Que dire à part, bluffant, incroyable et dinguissime ? Encore une fois, Océane nous offre un chef d’œuvre ficelé de A à Z qui nous fait passer par de milliers d’émotions. Autant le premier tome était incroyable, autant celui-ci nous a rendu folles d’angoisse, de peur, de stress, de compassion, etc.

Océane Ghanem ne se contente pas d’esquisser un univers. Au contraire, elle le rend vivant en construisant tout l’univers d’une manière tellement précise qu’elle nous donne l’illusion d’un monde réel. À quand l’adaptation cinématographique ? À chaque livre lu d’elle, nous sommes à chaque fois surprises par les détails et par son imagination. Elle nous plonge dans un univers apocalyptique, avec des anges, des démons et surtout, des personnages qui tentent de survivre.

En effet, nous sommes face à plusieurs personnages principaux dont Ciaran et Jaime. Océane développe davantage leur identité et leur caractère dans ce second tome ce qui les rend d’autant plus uniques. Jaime Caine semble innocente aux premiers abords, mais très vite on perçoit un côté plus sombre, plus dangereux au fond d’elle ce qui lui confère une personnalité qui accroche notre attention et nous donne envie de découvrir – tout comme elle – qui elle est réellement. De l’autre côté, nous avons Ciaran. Ah Ciaran… Tellement charismatique, courageux, un brin arrogant. Comment ne pas tomber sous son charme ? De plus, Océane lui donne une aura mystérieuse qui nous donne envie de découvrir plus sur lui.

« – Je t’ai dans la peau, Jaime Caine. Je t’ai dans la peau comme une putain d’écharde.

Je cherche son regard, mais il détourne la tête. Ses cheveux tombent sur son front et masquent l’expression de son visage. J’aurais tant aimé la voir ! Ou au moins l’apercevoir, pour savoir ce qu’il pense de cette alchimie explosive. S’il estime que c’est une bonne chose…ou un désastre en devenir. »

– Océane Ghanem

Pour ce qui est de la romance, il y a une explosion de tension, de sensualité mêlée à ce monde apocalyptique qui rend cette relation amoureuse d’autant plus intense. Elle est passionnelle, intense, sauvage, et en même temps, douce et tendre. Bref, nous sommes tombées amoureuse de cette relation belle et magique qui se développe dans le chaos. Peut-être est-ce de ce chaos que nait leur amour en fin de compte…

Devons-nous réellement vous parler de la plume d’Océane Ghanem ? Entre poésie et mystère, Océane réussit à nous écrire des histoires avec sa plume magique qui nous envoûte dès les premières lignes. Elle nous attire par cette écriture belle et poétique qu’il nous est impossible d’arrêter de lire ses romans. On le redit encore une fois, mais Océane a un don et on espère bien pouvoir lire encore et encore sa plume !

𝐋𝐞𝐬 𝐛𝐫𝐮𝐦𝐞𝐬 𝐝𝐞 𝐂𝐞𝐧𝐝𝐫𝐞𝐥𝐮𝐧𝐞, 𝐓𝟏

« Les brumes de Cendrelune » est une saga de Georgia Caldera éditée chez J’ai lu.

Note Isabelle :  ♥♥♥♥♥/5

Note Héléna : ⭐⭐⭐⭐⭐/5

♦ Résumé :

Dans le royaume de Cendrelune, les dieux épient les pensées des hommes, et leur Exécuteur, l’Ombre, veille à condamner tous ceux qui nourriraient des envies de rébellion.

Or, il semble que certaines failles existent. À l’âge de 17 ans, Céphise ne vit en effet que pour se venger. Depuis qu’on l’a amputée d’une partie d’elle-même et privée de sa famille, elle ne rêve plus que d’une chose : s’affranchir de la tyrannie du tout-puissant Orion, Dieu parmi les dieux. Et contre toute attente, il se pourrait qu’elle ne soit pas seule…

♦ Avis :

Ce livre était dans notre wishlist depuis que plusieurs bookstagrammeurs en avaient parlé. Il nous a tout de suite intriguées de par son côté fantasy et son côté romance. Heureusement que Laure nous l’a offert car il ne fallait pas qu’on passe à côté de cette histoire ! On maudit juste l’auteure d’avoir écrit cette fin horrible ! Le seul point négatif pour Héléna est le fait que c’est un tome très introductif et que les choses ne bougent pas des masses. Bien qu’elle comprenne le besoin de plonger le lecteur petit à petit, elle aurait aimé que les choses changent plus avant la fin de ce tome 1.

Georgia Caldera nous peint un univers original, incroyable, pensé de A à Z. Et quelle imagination ! Nous avons été très surprises par tous les détails donnés et pensés par l’auteure qui rendent l’histoire d’autant plus réaliste. Les dieux, des répressions, tout est réfléchi pour créer une ambiance fantasy de terreur. Pour le coup, on le verrait très bien adapté en film ou séries !

Parlons des personnages, Verlaine et Céphise. On a eu un coup de cœur pour ces deux personnages qui dégagent de la prestance, du courage. Si vous cherchez des personnages courageux, déterminés ayant des capacités particulières, foncez les découvrir ! On a adoré Verlaine avec l’aura qu’il dégage, l’auteure arrive à nous faire ressentir cette aura forte qu’il dégage. Ce qui nous a marqué chez lui, c’est surtout l’originalité de son personnage. Il est absolument tout ce qu’on veut qu’il soit et en même temps, tout ce qu’on ne veut pas qu’il soit. Pour ce qui est de Céphise, que dire à part qu’on rêverait avoir son courage et sa persévérance ? Elle nous a éblouies par sa détermination, bien qu’elle ait également des failles, Georgia Caldera arrive à nous peindre un personnage à la fois courageux et à la fois doté de faiblesses. Pour Verlaine et Cephise, l’auteure a réussi à nous montrer le parfait imparfait de ces deux héros. Comment leurs failles sont utilisés en positif.

Bien que la romance n’apparaisse pas encore car ce tome est introductif, l’ennemies to lovers y est présent très clairement. On a complètement adoré cette relation entre les deux personnages parce qu’il s’agit RÉELLEMENT d’un ennemies to lovers, pas de simples piques méchantes. Vous cherchez une romance fantastique où la fille déteste le garçon ? Vous serez servis ! L’auteure arrive à nous décrire cette puissante liaison entre ces personnages, cette sensation étrange qu’ils ressentent l’un avec l’autre. Lien fort. Mystère autour de leur lien. Une héroïne qui lui lance des piques sans arrêt. On a hâte de voir comment cette relation va se développer dans les prochains tomes et elle risque d’être très très intéressante !

« – Laissez-moi partir, gémit Céphise, cachant son visage dans ses paumes. Je vous en prie, je voudrais juste rentrer chez moi…

– Ça, c’est impossible, tranchai-je immédiatement. Tu as renoncé à ta liberté la nuit dernière, dès l’instant où tu as choisi de me défier, ne te souviens-tu pas ? »

Goergia Caldera



C’est la première fois que nous découvrions la plume de Georgia Caldera et on l’a trouvée très joli ! Elle nous décrit parfaitement un univers sans trop nous donner des phrases complexes qui nous perdraient ! En plus, sa plume est addictive !


𝐋𝐞 𝐜𝐡𝐚𝐧𝐭 𝐝𝐞𝐬 𝐬𝐚𝐧𝐬 𝐫𝐞𝐩𝐨𝐬

« Le chant des sans repos » est une saga de Roseanne A. Brown chez Desaxus.

Note Isabelle : ⭐⭐⭐⭐/5

Note Héléna : ⭐⭐⭐,5/5

♦ Résumé :

Une princesse en deuil et un réfugié désespéré confrontés à la mort et à l’amour. Un choc fantasy inspiré par le folklore africain.

Malik a fui la guerre avec ses deux sœurs pour commencer une nouvelle vie dans la cité prospère de Ziran où va se tenir le somptueux festival de Solstasia. Mais quand un esprit vengeur kidnappe sa petite sœur, il est contraint d’exécuter une sombre besogne pour la récupérer : tuer Karina, la princesse héritière de Ziran. Cette dernière n’a que faire de son prestigieux statut jusqu’à ce qu’un évènement tragique vienne la plonger dans un chagrin inconsolable et provoque un tumulte sans précédent dans son entourage. La découverte d’une magie ancienne va cependant lui redonner un mince espoir d’inverser le cours des choses. Alors que le festival bat son plein, Karina et Malik vont se retrouver malgré eux sur la même trajectoire meurtrière. Seront-ils prêts à aller jusqu’au bout pour retrouver ce qui leur est cher ?

♦ Avis :

Avant de commencer à vous expliquer notre ressenti de cette lecture, il est important que vous sachiez deux choses. Premièrement, en lisant ce livre, on voulait sortir de notre zone de confort, découvrir de nouvelles choses, avec un univers qui promettait de nous éblouir. Cela a marché parce qu’on a réussi à sortir de notre zone de confort et qu’en plus de ça, on a bien aimé découvrir cette histoire. Cependant – et c’est la deuxième remarque que vous devez savoir –, nous n’avons pas exactement le même avis. En effet, si Isabelle est sortie beaucoup plus satisfaite de l’histoire, ce ne fut pas le cas d’Héléna qui a été déçue par quelques éléments. Mais le roman, en général, nous a plu à toutes les deux.

Le point pour lequel on est le moins d’accord, c’est le début du roman. Effectivement, Isabelle a trouvé le début un brin trop lent et donc, a eu du mal à plonger totalement dans l’histoire, mais nécessaire pour tout bien comprendre et mettre en place l’univers. Cependant, du côté d’Héléna, ça n’a pas eu le même effet. En effet, elle a plutôt trouvé le début ennuyant et beaucoup trop lent ce qui a selon elle, brisé le côté addictif de l’histoire et elle a vraiment dû atteindre la page 230 pour commencer à apprécier sa lecture. 

Il faut le souligner : nous sommes face à des personnages à l’opposé l’un de l’autre. Malik et la princesse n’ont pas grand-chose en commun, au niveau du caractère. Malik est plutôt timide, réservé et peureux. Si à beaucoup de lecteurs, ça peut ne pas plaire, on a trouvé ça plutôt original. Le fait que pour une fois, le héros de l’histoire n’a pas une force surhumaine et est courageux, même devant la mort. Puis, il y a la princesse qui est le personnage auquel on a le plus réussi à nous attacher. Elle a vécu des choses horribles, des deuils qui ont fait qui elle est et malheureusement, en tant que princesse, elle a des responsabilités qui lui privent de toute liberté. On a ressenti ses sentiments, son désir de s’envoler, mais par après, de sauver son peuple et d’aider. 

Du côté de l’intrigue, Héléna a eu du mal à comprendre, au début, vers quoi l’auteure voulait nous diriger. Elle naviguait complètement dans le brouillard, ce qui n’a absolument pas été le cas d’Isabelle qui a eu plus facile à comprendre et à apprécier l’histoire dès le début. Cependant, on s’accorde toutes les deux pour dire que les 250 dernières pages sont incroyables, au niveau de l’intrigue. L’auteure a réussi à nous couper le souffle à plusieurs reprises et à tordre nos petits cœurs. Elle s’amuse à nous maltraiter dans cette fin en jouant avec nos émotions. C’est à la fin qu’on comprend qu’elle avait tout planifié depuis le début de l’histoire, que chaque personnage est un pion judicieusement positionné et dispersé ayant un rôle défini dès le début.

« Malik s’interrompit, se maudissant silencieusement d’avoir laissé échapper tant d’informations à son sujet. Les nobles avaient les moyens de se payer les services d’un véritable guérisseur, ils ne se soignaient pas avec des remèdes de grand-mère.

– Des poils de chameau, répéta la fille, songeuse. Donc vous cousez et vous dispensez des conseils médicaux. Qui êtes-vous, exactement ?

– Quelqu’un qui ne devrait pas être là, répondit Malik. Il arrivait maintenant au point le plus haut de la déchirure, en s’efforçant de ne pas penser à la douceur de la peau brune juste sous des doigts.

– Et vous ?

– Quelqu’un qui ne devrait pas être là. »

Roseanne A. Brown

Si on devait décrire en un seul mot l’univers, ce serait : époustouflant ! L’auteure a vraiment créé son propre monde et c’est réussi ainsi qu’original. Mais malheureusement, pour Héléna, l’univers aurait mérité des explications plus poussées. L’auteure nous promet de la mythologie africaine, mais ne connaissant absolument pas ce domaine, il y a certains éléments qu’elle a eu plus de mal à comprendre. 

En ce qui concerne la romance, nous nous accordons pour dire qu’elle partait d’une bonne idée, mêlée à une intrigue finement établie. Cela promettait des étincelles. Seulement il y a un manque de développement, selon nous. En effet, les personnages ne se voient que très peu et se rencontrent déjà tard dans l’histoire et cela cause ce manque de développement. Ils sont amoureux l’un de l’autre d’un claquement de doigts, mais nous, en tant que lecteurs, n’avons même pas le temps de ressentir les frissons des personnages, les moments de complicité entre eux. Peut-être que cet aspect sera davantage développé dans le deuxième tome !

Pour finir, la plume de l’auteure est incroyable. Elle a réussi à nous transporter et même si le début a été plus difficile, la fin nous a laissé bouche ouverte.